Blue Spring Ride – Io Sakisaka

Note : ★★★★☆ (4/5)
Extraits : ‘Si on décide d’entreprendre une chose nouvelle, c’est normal qu’il faille plus de force que d’ordinaire pour se lancer. Par conséquent si on est comme d’habitude rien ne commencera à bouger. Moi, je veux que ça change.’
couv43613068
Titre :
 Blue Spring Ride
Auteur : Io Sakisaka
Genre : Shojo
Langue : Française
Tomes : 13 (terminé)
Note : 4/5

En bref : Une romance comme il en existe des milliers mais avec ses dessins (et ses couvertures !) magnifiques et travaillés, Io Sakisaka a réussi à me plonger au cœur de son univers et de ses personnages très attachants.

Résumé :

À son entrée au lycée, Futaba s’est transformée. Douce et féminine au collège, elle devient plus énergique et garçon manqué. La jeune fille veut changer pour ne plus être mise à l’écart par ses camarades. Mais ses nouvelles amitiés sont artificielles et Futaba va bientôt remarquer les limites de son changement de personnalité… Un jeune homme va l’aider à prendre un nouveau départ. Ce garçon ressemble étrangement à son premier amour, serait-ce lui ?

Avis :

Dans le cadre du challenge ABC 2017, je me suis lancée dans cette série et je me suis rendue compte au bout de trois tomes que je l’avais déjà lu et pratiquement terminé… (oui, il m’en a fallu du temps je sais OTL) Cela ne m’a cependant pas empêché de me replonger dans cette saga et de suivre à nouveau les aventures de Futaba, Kô et leurs amis.

Futaba Yoshioka fait son entrée au lycée où elle décide d’agir comme un garçon manqué afin de se trouver des amis. Lorsqu’elle était au collège, les garçons la trouvaient mignonne et lui tournaient souvent autour, ce qui avait le don d’agacer les filles de sa classe, qui, pour se venger, ne lui parlaient pas. Ne voulant pas répéter ce même schéma au lycée, elle fait tout pour que les garçons ne s’approchent pas d’elle et ainsi, garder les deux amies qu’elle s’est faite.
Malheureusement « chasser le naturel il revient au galop », et à la suite de sa rencontre avec Kô Mabuchi, un ami d’enfance et Yuri Makita, Futaba va arrêter de faire semblant et révéler son vrai visage quitte à se retrouver toute seule.

Les premiers tomes de cette saga s’enchaînent très rapidement et j’ai apprécié que la mangaka ne nous fasse pas poireauter dix tomes avant qu’un des deux personnages principaux commence à développer des sentiments pour l’autre et qu’une romance naisse. J’avais peur d’avoir en face de moi des personnages un peu trop gnan-gnan mais bien au contraire, Futaba se révèle être une jeune fille très forte et attachante. Elle cherche toujours à aller de l’avant et lorsqu’elle rencontre un obstacle et tombe, elle ne s’apitoie pas sur son sort pendant une éternité mais se relève et continue à aller de l’avant (parfois un peu trop d’ailleurs) et ce, même si le chemin qu’elle empreinte n’est pas celui qu’elle espérait.
Kô, quant à lui, est traumatisé par son passé. Il cherche constamment à avancer mais quoiqu’il fasse, il s’enlise toujours un peu plus profondément et ne semble pas réussir à s’en sortir. Il voit en ses nouveaux amis et surtout en Futaba, des branches auxquelles il aimerait s’accrocher de toutes ses forces, des amis auxquelles il peut enfin se confier et avec qui il peut être heureux. J’ai à la fois adoré et détesté Kô. C’est un personnage torturé et de ce fait attachant, touchant, mais lorsque son passé le rattrape sous plusieurs formes, il devient pessimiste au possible et incapable de trouver des solutions tout seul. Que ce soit le cas au début, je le conçois tout à fait mais c’était à chaque fois le même schéma durant les trois-quart de la série. Même quand il sait pertinemment qu’il va droit dans le mur, il fonce tête baissée… c’était assez exaspérant par moment. Il se rattrape cependant vers la fin où il explose son compteur de maladresse et de « cute-titude » qui le rende irrésistible !

Puis, heureusement, l’histoire ne se concentre pas que sur ces deux êtres et une palette de personnages vient se joindre à nos deux héros, notamment Yuri, Murao et Kominato qui avec Futaba et Kô forment un groupe d’amis soudés. Mais de mon côté, j’ai particulièrement aimé le professeur Tanaka, grand-frère de Kô, pour sa bienveillance et sa bonne humeur, ainsi que le timide Toma qui rougit pour un rien mais qui fait tout son possible pour obtenir ce qu’il désire même s’il sait que ses efforts sont voués à l’échec. Ces deux personnages sont vraiment touchants et j’ai limite préféré leurs histoires respectives à celle de nos deux protagonistes.

Io Sakisaka n’aura pas réussi à me captiver jusqu’au bout avec son histoire qui tournait un petit peu en rond sur la fin mais son coup de crayon, lui, m’aura quand même permis de finir ce mangas et de l’apprécier dans sa globalité (je l’ai même préféré à Strobe Edge que j’avais trouvé plus enfantin). Je recommande donc Blue Spring Ride aux fans de la mangaka et aux amateurs du genre. C’est une très bonne romance qui esquive presque tous les clichés dramatiques (presque !).

Publicités

2 réflexions sur “Blue Spring Ride – Io Sakisaka

  1. J’ai hésité à ouvrir ta chronique parce que les dessins me tentent et je me suis dit que si en plus t’avais mis une bonne note je risquais de craquer… Et voilà T____T Du coup je vais l’ajouter dans ma wish-list et je ne te remercie pas du tout !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s