Avril 2017 #1 : Tokyo – Partie 4

4 avril : 2017 : Dormir ou sortir, il faut choisir !

Le train que je prends pour rentrer chez moi a pour départ et terminus Shibuya. De ce fait, lorsque le train arrive en gare, tous les gens sortent de la rame et de nouvelles personnes entrent avant que le train ne repartent dans l’autre sens.

Un soir, après ma journée de travail, je suis arrivée à la gare de Shibuya et j’étais en train de faire la queue pour entrer dans la rame. Au Japon, on est civilisés, on fait la queue pour tout et on attend sagement que tous les gens soient sortis avant de rentrer, chacun son tour, dans le wagon. J’étais une des premières à rentrer dans le train et au moment où je m’assois, je remarque en face de moi, un japonais qui n’est toujours pas descendu et qui dort comme un loir. Je souris intérieurement et me disant que s’il ne se réveille pas bientôt, il va repartir dans l’autre sens. Heureusement, un autre japonais, pas délicat le moins du monde, s’assoit comme un bourrin à côté de ce japonais, qui se réveille en sursaut. Il regarde aux alentours, voit qu’il est à Shibuya mais ne se lève pas pour autant, il va même jusqu’à refermer les yeux. Je me dis alors qu’il a sûrement raté son arrêt et qu’il doit donc reprendre le train dans l’autre sens.

Le train part et voilà ce fameux japonais de retour dans les bras de Morphée, avec la tête qui repose sur son voisin, le japonais bourrin. Lui-même pas gêné pour deux sous, s’est endormi à son tour et avait sa tête posée contre l’accoudoir. J’étais vraiment tentée de prendre une photo de ce joli effet domino.
Je les ai observé tout au long du trajet et quand j’ai dû sortir à mon arrêt, qui se trouve à un peu plus de la moitié de la ligne, ces deux japonais n’étaient toujours pas sortis et encore moins réveillés. Je ne sais pas quel était l’arrêt du premier mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il l’a encore raté et qu’il a dû faire demi-tour pour la deuxième fois (au plus !). Peut-être qu’il est encore en train de dormir dans le wagon à l’heure où j’écris, qui sait… xD
Faites donc attention les amis, le train japonais a un effet soporifique, même sur les durs à cuire. Si vous n’avez pas envie de passer votre soirée à faire des allers-retours sur votre ligne pour finalement finir dans un capsule hôtel parce qu’il n’y a plus de train en service avant le lendemain, emmener un Sam avec vous pour vous réveiller le moment venu !

7 avril 2017 : Quand on travaille un peu trop…

La première semaine d’avril fût très monotone et consistait à passer mes journées entre mon boulot et mon logement. Ne travaillant pas la semaine suivante, j’ai fait essentiellement les dîners pour compenser les horaires que je ne ferais pas après.

Ce soir-là, je venais de finir mon shift et je suis donc partie me changer dans les vestiaires. Là-bas, j’ai croisé deux filles des cuisines qui finissaient de s’habiller. On discute et elles me disent à qu’elle point elle me trouve courageuse de toujours faire la fermeture du restau, etc. (ce n’est pas comme si je le faisais gratuitement, enfin…). Elles terminent de se changer, me disent au revoir et quittent la pièce. En attendant, je finis de m’habiller et alors que je prenais mon sac pour partir et rejoindre le rez de chaussée (les vestiaires sont au deuxième sous-sol), les lumières s’éteignent et je me retrouve dans le noir complet. What?

On m’avait déjà enfermée dans le restaurant la semaine précédente parce que le patron n’avait pas vu mon sac et pensait que j’étais partie alors que j’étais juste allée faire un tour aux toilettes. Mais là, je me suis dit que c’était une blague, qu’elle n’est pas drôle mais que ça ne pouvait être qu’une blague… Je venais de parler avec les deux cuistots qui ont vu que je n’avais pas encore fini de me préparer quand elles ont quitté la pièce. Je ne pouvais clairement pas être partie avant elles !
Donc sans être perturbée le moins du monde, je prends l’ascenseur et je vais au rez de chaussée. Là encore les lumières sont éteintes. Bon, j’espérais à ce stade que ce soit encore une blague mais j’y croyais de moins en moins. Je me dirige vers la porte de sortie, sera t-elle fermée comme la dernière fois ? Le suspense était à son comble ! Je tâte la porte à la recherche de la poignée, je tourne et… rien ! La porte est belle et bien fermée à clé… *soupir*. A ce stade, j’étais à la fois en colère, morte de rire, blasée mais surtout vexée parce qu’à chaque fois que je fais la fermeture, j’attends toujours mes collègues avant de partir et depuis trois mois que je travaille là, ils auraient dû le savoir… Bref, pas d’autres choix, je cherche le loquet et ouvre la porte.

La dernière fois, il y avait mon patron juste derrière en train de fumer sa cigarette mais là, personne. Comme je ne peux pas laisser le restaurant ouvert (même si au Japon, ça ne craint pas grand-chose), je me mets à courir dans la rue à la recherche de mes collègues. Comme cela ne faisait pas très longtemps que les lumières avaient été éteintes, j’espérais qu’ils ne soient pas allés très loin. Je finis par les voir et reconnais dans le lot, Shohei-san (le seul qui dépasse tout le monde d’une tête xD). Sans prendre en considération le fait qu’il soit pas loin de minuit et qu’il y ait des résidences autour, je me mets à crier son nom. Il se retourne, me voit et me sort le plus naturellement du monde « Oh, Pauline, tu es encore là ? » (SANS BLAGUE !). J’arrive à son niveau et je lui rétorque avec une tête blasée « Aaah, vous m’avez ENCORE oublié, vous êtes sérieux ?!! », « Oh Pauline, je suis vraiment désolé ! », « C’est la deuxième fois, je vous préviens, si ça arrive encore, je ne fais plus jamais les fermetures ! » et là *tête super triste de Shohei-san* xD. Deux fois que ça m’arrive en moins d’une semaine, j’étais un peu remontée et bien que j’essayais de me temporiser, ça se voyait quand même. Les deux filles cuistots se sont confondues en excuses en disant « Oh mon dieu, on est vraiment désolées, comment on a pu t’oublier alors qu’on te parlaient dix minutes plus tôt ? » (je me pose encore la question…). Un autre de mes supérieurs m’a alors demandé, après s’être excusé, si j’avais refermé et remis l’alarme (mais oui bien sûr, j’ai les clés et je connais le code de l’alarme par cœur… –« ). Bref, après que tout soit rentré dans l’ordre et qu’un de mes collègues soit allé refermer correctement toutes les écoutilles, on est tous allés ensemble jusqu’à la gare et ils n’ont pas arrêtés de s’excuser tout le reste du chemin et je n’arrêtais pas de leur répondre « Ce n’est pas grave…. Mais quand même DEUX FOIS ! ».

C’est une soirée que je ne risque pas d’oublier. Je rigole quand j’y repense mais sur le coup, c’était vachement moins drôle ! Quelques jours plus tard, à la fin de mon shift, Shohei-san est venu me voir et m’a sorti : « Pauline, aujourd’hui je vais essayer de ne pas t’enfermer, je vais t’attendre ! » avec son grand sourire tout fière. Je lui ai répondu « Oui, s’il te plaît, ce serait sympa de ta part… » xD

10 avril 2017 : Première rencontre

J’ai rencontré Nekotenshi sur le forum Livraddict et lorsque j’ai su qu’elle venait au Japon, nous nous sommes proposées de nous voir lors de son passage à Tokyo. Nous nous sommes données rendez-vous vers 12h à Shibuya où nous avons mangé un riz au curry, un de mes plats préférés au Japon et que Neko a trouvé un poil trop épicé xD. Ensuite, nous avons marché jusqu’à Harajuku et sa célèbre rue : Takeshita-dori, réputée pour ses magasins de vêtements tendances et pour ses crêperies japonaises. Après avoir flâner quelques temps, nous sommes partis en métro, à l’autre bout de Tokyo : Ueno, où nous nous sommes baladées dans le parc. Les cerisiers étant encore bien en fleurs, nous avons pu faire de jolies photos malgré le temps grisâtre et nous sommes passées par les stands de nourriture qui étaient disposés à l’entrée du parc tout au long de la célébration de l’Hanami. Le tour du parc fait, nous nous sommes dirigées vers Asakusa pour voir le temple Sensôji, un incontournable de Tokyo. Enfin, après avoir marché toute la journée, nous nous sommes posées dans un café de Akihabara où nous avons discuté tout le reste de la soirée.

Ce fût une très bonne journée et je suis ravie d’avoir pu rencontrer Nekotenshi. J’espère qu’elle s’est autant amusée que moi et si l’occasion se présente, j’espère qu’on pourra se revoir une fois que je serais de retour en France !

11 avril 2017 : Deuxième rencontre

Lorsque j’étais en licence, un intervenant extérieur était venu nous donner des cours à l’université. Lors d’une pause, nous avions discuté et je lui avais parlé de mon futur voyage au Japon. Il m’avait alors dit qu’il comptait justement y aller avec quelques amis en avril prochain et qu’il ne serait pas contre quelques conseils. Nous avons donc échanger quelques e-mails et je lui ai donné une « petite » liste de ce que je considère le « must-see » au Japon. Comme, j’étais à Tokyo en même que temps que lui, il m’a demandé si ça me disait d’aller manger un morceau avec lui et ses amis pour me remercier de l’avoir renseigné. J’étais censée aller au travail ce jour-là mais comme je ne commençais pas avant 15h, j’ai accepté et je les ai emmené dans un Kaitenzushi où nous nous sommes régalés. Nous avons parlé de ce que je faisais en ce moment et vu que son voyage arrivait à son terme, il m’a raconté ce qu’il avait vu et aimé lors de son périple.

C’était court mais c’était un repas bien sympathique et s’il n’avait pas autant plu et si je ne devais pas aller au restaurant, nous aurions sûrement fait une petite ballade dans Shibuya. Malheureusement, le travail n’attend pas !

13 avril 2017 : Troisième rencontre

Le beau temps est revenu pile pour mes quatre jours de congé et ma journée avec Pierre, un ami de mon frère et son père. Je les avais conseillé pour leur voyage au Japon et nous avions prévu de nous voir pour que je leur fasse visiter une partie de la capitale. Nous nous sommes donnés rendez-vous à Shibuya et nous avons mangé un riz au curry. Je l’ai pris cette fois-ci, un peu plus épicé que d’habitude (niveau un au lieu de zéro) et *pfiou*, j’avais chaud à la fin du repas ! Comment les gens font pour manger des niveaux cinq ou plus ?!
Pour digérer, nous avons ensuite marché de Shibuya à Shinjuku en passant par Harajuku et le temple Meiji puis Yoyogi et le 1st Gymnasium. Le temple Meiji est très sympa à voir parce qu’il est entouré d’une forêt et dès qu’on rentre dedans, on n’entend plus du tout la circulation alentours alors que nous sommes encore en plein Tokyo. Dépaysement assuré !

A Shinjuku, nous avons fait le Shinjuku Gyoen Park. Un parc payant mais qui vaut largement le coup ! Il propose des jardins traditionnels japonais, français et anglais et durant la période des cerisiers en fleurs, c’est absolument magnifique. Nous n’avons pas pu tout faire parce que nous aurions dû y passer la journée sinon, mais c’est un endroit où je retournerai avec plaisir. On en a pour notre argent.
Après le parc, nous nous sommes dirigés vers le Metropolitan Gouvernment Building, toujours à Shinjuku, où il y a un observatoire au 45ème étage de l’immeuble. Il est un peu moins haut que la tour de Tokyo ou le Skytree mais il offre une vue tout à fait acceptable de la ville et il a l’avantage d’être gratuit. J’y étais allée il y a dix ans avec une amie lors de mon premier voyage au Japon et je n’y étais jamais retournée depuis. Les choses ont bien changées !

A l’heure de la pause café, nous sommes allés à Akihabara où nous avons testé le Gundam Café. Akihabara, le quartier geek est rempli de cafés à thème. Les maid-cafés et les butler-cafés sont les plus répandus mais il existe des cafés plus spécifiques comme le Square Enix café ou le Gundam Café par exemple. Le thème était ici parfaitement respecté et tout faisait penser à la saga Gundam, jusque dans les moindres détails comme le bouton « Push » dans les toilettes qui lance une petite animation qui te donne l’impression d’être dans un cockpit de Gundam. Je n’ai personnellement pas osé appuyer dessus, j’avais peur de déclencher une alarme ou autre chose xD.

Requinqués, nous nous sommes baladés dans les rues de Akihabara et nous avons fait quelques magasins de figurines. J’étais à la recherche de figurines Sailor Moon pour une amie mais je n’ai pratiquement rien trouvé sur cet anime… *sorry* Mais je ne perds pas espoir !
Enfin, la nuit tombant, nous sommes partis à la recherche d’un restaurant. J’avais demandé à un collègue de me conseiller un bon restaurant de cuisine japonaise et lorsque nous sommes arrivés devant la recommandation en question, nous avons eu vite fait de faire demi-tour… Une centaine d’euros, c’est un peu too much pour un repas. Du coup, nous sommes partis pour Meguro où il y a une rue remplie de restaurants japonais pas trop cher. Après avoir trouvé notre bonheur et nous être restaurés, nous avons profité d’être dans le coin, pour voir les cerisiers en fleurs le long de la rivière puis nous sommes rentrés chez nous.

Ce fût une journée très productive et j’espère qu’elle a plu à Pierre et son père. Je visite rarement Tokyo quand je suis toute seule, j’ai donc pris beaucoup de plaisir à voir et revoir les lieux célèbres de Tokyo !

Il me reste encore pas mal de choses à raconter ce mois-ci mais l’article commence à être long donc la suite au prochain épisode, qui devrait arriver d’ici quelques jours !

PS : Les photos de cet article sont de moi, merci de ne pas vous en servir sans mon accord ^^ (cliquez dessus pour les voir en plus grand).

Publicités

3 réflexions sur “Avril 2017 #1 : Tokyo – Partie 4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s