Le Dernier Descendant, tome 1 – Amelia Jones

Note : ★★★★☆ (4/5)
Extrait : « Ne vous en faites pas, père. Je sais que nous nous retrouverons, peu importe le temps de votre absence, je saurai patienter sans me plaindre et prendre soin de mère. Je vous le promets ».

34693661

Titre : Le Dernier Descendant, tome 1
Auteur : Amelia Jones
Genre : Fantasy
Langue : Française
Pages : 582
Note : 4/5

En bref : Une histoire captivante, des personnages nombreux et variés mais une plume que je n’ai cependant pas trouvé à la hauteur des idées qui transparaissent dans ce livre. Beaucoup trop d’erreurs et certains passages sont assez brouillons.

Résumé :

Vingt années se sont écoulées depuis la dernière guerre qui a mis le continent de l’Eitivar à feu et à sang. Une paix fragile s’est depuis instaurée et les souverains des cinq royaumes se sont ralliés dans une union sacrée. Mais aujourd’hui, l’un d’entre eux est mort : le roi de l’Antianor, désignant comme successeur, Halden, un inconnu au passé inquiétant. C’est dans cette incertitude que quatre destins s’entrecroisent. Ils n’auront qu’un seul but : sauver leur vie, et peut-être celles de tout un continent.

Avis :

C’est un livre que j’ai reçu dans le cadre d’un partenariat avec l’auteure. Je remercie donc tout d’abord Amelia Jones pour m’avoir fait confiance et m’avoir permis de découvrir son oeuvre. Je crois que c’est la première fois que je lis un livre de Fantasy français, j’étais curieuse d’en connaître le contenu.

On suit les traces de Caelan, une jeune fille qui vie à l’école du Lac. Un établissement qui accueille des jeunes filles (orphelines ou non) afin de parfaire leurs éducations dans différents domaines. Caelan a fini ses études et s’apprête à quitter l’école pour entrer en tant que gouvernante dans une famille riche de la ville. Une ville qui subit de grands changements depuis que leur souverain Denon est mort et que Halden lui a succédé au pouvoir. Caelan prépare donc son future voyage lorsqu’une nuit, la veille de son départ, l’école du Lac est sauvagement attaquée par un groupe armé. Ces derniers tuent toutes les filles présentes et brûlent entièrement la bâtisse. La jeune fille s’en sortira de justesse et elle sera recueillie par Fae et sa sœur pendant quelques jours avant que sa rencontre avec un jeune homme du nom de Kieron vienne tout bousculer.
Elle apprendra qu’elle était la cible de l’attaque de l’école du Lac et qu’elle est désormais considérée comme l’instigatrice de l’incendie par son pays. Kieron, du pays voisin et qui connaît la vérité aura pour rôle de protéger Caelan et de la ramener dans son pays pour qu’elle soit hors de portée de ces assaillants.

La première fois que j’ai voulu lire le livre et que j’ai vu qu’il y avait presque 600 pages, j’ai tout de suite abandonné. Je n’avais, à ce moment là, pas beaucoup de temps pour lire et je privilégiais donc des ouvrages plutôt aux alentours de 300/350 pages maximum pour ne pas avoir l’impression de stagner. Il fallait quand même que je lise ce livre un jour et que je respecte mon engagement alors, étant un peu plus libre ces temps-ci, je me suis lancée dans cette longue histoire. Et je suis ravie de l’avoir fait !
L’auteure a eu d’excellentes idées. Elle a construit un univers vaste et riche en informations. Et pour peupler cet univers, nous avons le droit à une ribambelle de personnages tous plus différents les uns que les autres mais aussi, tous lié par le petit fil du destin.

On ne suit pas seulement les aventures de Caelan et Kieron mais nous suivons aussi les vies de Dena et Kenrick, un couple marié vivant dans la petite ville de Clayton. Quel rapport me direz-vous ? Rien au premier abord. Sauf que Dena a un don particulier qui lui permet de voir, grâce à ses rêves, des événements qui ont eu ou vont avoir lieu. C’est ce don qui va lui permettre de prendre connaissance de l’attaque de l’Ecole du Lac et la vérité qui se cache derrière. Son mari, qui est aussi le chef du village, l’emmènera à la capitale (sous l’insistance de sa femme) pour pouvoir rencontrer un haut responsable et lui faire part de ces découvertes. Le haut responsable en question (ou plutôt la haute responsable) se prénomme Malène. Elle a ses propres sources et est déjà au courant de ce qui se trame dans l’Antianor. C’est d’ailleurs elle qui a envoyé Kieron à la rescousse de Caelan, la seule témoin du massacre orchestré par Halden. Et voilà la boucle est bouclée ! Nous suivons la vie de cette petite troupe à travers l’Eitivar alors que la guerre entre les cinq pays (surtout entre l’Antianor et l’Envior) semble imminente.

J’ai adhéré à l’histoire d’un bout à l’autre et les pages défilaient sans que je ne m’en rends compte. Certains passages sont faciles à deviner mais pour d’autres, j’ai eu quelques surprises. De plus, l’auteure raconte son histoire de différents points de vue, ce qui permet de garder une certaine dynamique et ce, sans rater d’événements importants.

Cependant, et c’est ce que je regrette dans ce premier tome, c’est l’impression d’un manque de rigueur. Sans parler des fautes de frappe et des mots en trop ou manquants qui parsèment le livre, c’est le manque d’explications qui m’a bloqué. L’auteure nous sort des noms sans vraiment nous dire à quoi ils correspondent. Parfois, c’est pour garder l’effet de surprise mais beaucoup plus souvent ce n’est pas le cas. J’ai eu un mal fou à trier les informations et j’ai même du mettre sur papier tous les noms sur lesquels je tombais pour espérer y voir un lien entre eux. C’est quelque chose que je n’ai jamais eu à faire aussi complexe soit l’univers… mais bon, lorsque j’ai cru que Alkin était un homme et non une ville, il a bien fallu que je me rends à l’évidence…

J’aurais donc aimé que l’auteure pose un peu plus les bases de son univers ou au moins nous dessine une carte afin que j’y vois plus clair. Je ne connais toujours pas les cinq pays qui composent le continent de Eitivar… A moins que j’aie encore confondu une ville avec cette fois-ci, un pays… C’est possible xD. Ces manques de détails et d’explications ont un peu gâcher mon plaisir et ralenti ma lecture.

Un autre point qui m’a dérangé et qui rejoint un peu le premier, c’est qu’il y a plusieurs points de vue (ça, ce n’est pas grave) et lorsque ces derniers se croisent, j’avais parfois du mal à savoir qui disait quoi. L’auteure sait, bien entendu, quand elle écrit qui parle mais pour ma part, ce n’était pas toujours aussi évident que ça. Quelques mots pour aider à notre compréhension aurait été les bienvenus et m’aurait permis de ne pas avoir à relire plusieurs fois le même passage pour déchiffrer une conversation.

Hormis ces deux défauts qui peuvent se corriger avec du temps et des relectures, j’ai été agréablement surprise par ce livre. Je ne dirais pas que j’en attendais rien loin de là, mais je ne pensais clairement pas le lire aussi rapidement et avec autant d’envie. Amelia Jones a crée un univers vaste et bourré de possibilités. Les idées sont là, sont bonnes et ne demandent qu’à être exploitées. Je suis donc curieuse de connaître la suite des événements et si j’en ai l’occasion, je la lirai avec plaisir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s