The difference between you and me – Madeleine George

Note : ★★☆☆☆ (2/5)
Extrait : « If you do something you become a target. People want to take you down. That’s a risk. But it’s better to do too much, better to try too hard, […], than to see something wrong in the world and not do anything at all. »

wp-1496819308782.jpgTitre : The Difference Between You and Me
Auteur : Madeleine George
Genre : Romance Contemporaine
Langue : Anglaise
Pages : 261
Note : 2/5

En bref : Je me suis ennuyée du début jusqu’à la fin. J’ai désespéramment cherché une morale ou un message de l’auteure derrière les agissements de Jesse et Emily mais je n’ai rien trouvé de convaincant. Je n’ai pas non plus apprécié la plume de Madeleine George que j’ai trouvé répétitive.

Résumé :

Jesse cuts her own hair with a Swiss Army knife. She wears big green fisherman’s boots. She’s the founding (and only) member of NOLAW, the National Organization to Liberate All Weirdos. Emily wears sweaters with faux pearl buttons. She’s vice president of the student council. She has a boyfriend.

These two girls have nothing in common, except the passionate « private time » they share every Tuesday afternoon. Jesse wishes their relationship could be out in the open, but Emily feels she has too much to lose. When they find themselves on opposite sides of a heated school conflict, they each have to decide what’s more important: what you believe in, or the one you love?

Avis :

On suit Jesse, une lycéenne qui passe plus de temps dans le bureau du proviseur que dans sa classe. Pourquoi ? Parce qu’elle souhaite un monde où les injustices et les inégalités auront disparues, où toutes les personnes quelque soit leur sexe, leur religion, ou encore leur préférence sexuelle, auront leur place partout. Pour cela, elle commence par vouloir changer son lycée en placardant sur les murs, dès qu’elle en a l’occasion, des affiches de sensibilisation qu’elle écrit elle-même. De l’autre, nous avons Emily. Elle est vice-présidente de l’association des élèves et adore mener à bien de grands projets. Son prochain objectif : faire du bal du lycée un événement exceptionnel grâce à quelques sponsors qui financeront une partie de la soirée en échange d’un peu de publicité.
Ces deux jeunes filles n’ont rien en commun et pourtant elles sortent secrètement ensemble. Le vie suit son cours pour nos héroïnes jusqu’au jour où Jesse et Emily ont un conflit d’intérêt qui mettra en péril leurs croyances et leur relation.

Je ne sais plus pourquoi j’avais décidé de lire ce livre… sûrement parce que j’ai lu dans le résumé que c’était une histoire d’amour entre deux filles et qu’on en trouve bien trop peu dans le monde littéraire, du coup j’étais intriguée. Pour le coup, j’aurais pu m’abstenir… Je vais peut-être être dur dans ma chronique mais que ce soit la plume de l’auteure, les personnages ou l’histoire, je n’ai rien apprécié dans cette lecture. Je vais essayer de détailler chaque point sans trop m’énerver.

Tout d’abord le plus simple, la plume de l’auteure. La principale raison pour laquelle je n’ai pas adhéré à la plume de Madeleine George est dû à l’utilisation sans cesse du mot « like ». Elle nous le sort à chaque phrase et à toutes les sauces. Je ne l’avais pas remarqué au départ mais une fois le mot repéré, je ne voyais plus que lui et c’était très très agaçant. Nous avons pratiquement tous des tics de langage, des mots que nous répétons sans cesse dans une conversation sans vraiment faire attention. Par exemple, je sais que je dis souvent « donc » quand je parle, d’autres vont dire « certes », « j’avoue » ou simplement « euh » toutes les dix secondes. Bref, ce sont des tics de langage et à l’oral, ça reste parfois énervant mais vu qu’on ne peut pas revenir en arrière quand on parle, je le comprends tout à fait. Ici, j’ai eu le droit à exactement la même chose mais à l’écrit. J’ai eu l’impression que l’auteure avait écrit comme elle parlait et j’ai cru devenir dingue. Ce n’est ici qu’un exemple parmi tant d’autres mais il reflète plutôt bien la diversité du vocabulaire de ce livre… (en plus tous ces « like » peuvent se traduire par « comme », il n’y en a pas un pour dire « aimer »…)

« I felt this amazing new feeling come over me: not like I was all-powerful exactly, but sort of like I was all-powerful, like I was a little bit larger than life. For the first time, I saw that I could be in two places at once, like a superhero. At that moment in the gym, I felt like I could do anything I wanted. »

Les personnages ensuite. Je n’ai réussi à m’identifier à aucun d’entre eux, je ne les ai même pas trouvé très sympathique. Jesse me plaisait bien au départ. Elle défend ses idées (d’une manière pas très productive…), elle a un caractère bien trempé, s’assume entièrement et aimerait que Emily puisse en faire autant afin qu’elles n’aient plus à se cacher. Mais dès que les choses deviennent trop sérieuses, elle veut se rétracter et perd toutes ses ambitions. J’ai vraiment eu du mal à la cerner.
Quant à Emily… OMG… dans le genre égocentrique, il n’y a pas mieux ! Elle est insupportable. Elle ne pense qu’à son image, ses plans, son avenir, ses objectifs,… Elle veut avoir le beurre et l’argent du beurre. Elle sort avec un mec qu’elle adore mais qu’elle passe son temps à critiquer parce qu’il embrasse mal et à côté de ça, elle est dans une relation plutôt intense avec Jesse mais elle refuse de faire son coming-out parce qu’elle doit donner l’exemple en tant que vice-présidente (en quoi l’un empêcherait l’autre…) Aah, rien que d’y repenser, ça m’énerve xD. Il y a des passages, j’ai cru que j’allais balancer ma liseuse contre un mur !

Enfin, en ce qui concerne l’histoire, c’est simple, il n’y a pratiquement aucune évolution. Pour un livre qui m’a donné l’impression d’être engagé, activiste, je n’ai pas trouvé ça logique qu’il n’y ait ni gagnant ni perdant à la fin. Je voulais savoir si tous les efforts de Jesse au fil du récit avait payé mais on n’a même pas la réponse à cette question. Le seul message de l’auteure que j’ai retenu c’est que tes idées et tes croyances prévalent sur l’amour, chose à laquelle je ne suis pas d’accord et que je trouve carrément triste.
Bref, un livre dont je n’ai pas saisi l’intérêt (je suis peut-être passée totalement à côté d’un truc, c’est possible…) et que je ne recommande pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s