Juin 2017 #2 : Hiroshima

17 juin 2017 : Peace Park & Co

Le lendemain, je suis allée me promener au parc du Mémorial de la Paix de Hiroshima qui se situait à une dizaine de minutes à pied de mon logement.

Ce parc ressemble à celui de Nagasaki, on y trouve de nombreuses statues et des monuments prônant la paix et offert par d’autres pays ou par des artistes du monde entier. Les monuments les plus célèbres sont la cloche et l’horloge de la Paix au nord du parc. Puis dans l’alignement du Dôme de Genbaku, on retrouve la flamme de la Paix et le Cénotaphe du parc. Dans ce dernier est inscrit un épitaphe signifiant « Repose en paix, car (je/nous/ils) ne répéterais/rons/raient pas l’erreur. »

A l’extérieur du parc, le long du Boulevard de la Paix se trouve les portes de la Paix. Un ensemble de dix portes érigé en 2005 et inspiré par le Mur de la Paix de Paris. Il a d’ailleurs été réalisé par les mêmes artistes, deux français Clara Halter et Jean-Michel Wilmotte. Sur ces portes et au sol sont inscrits en 49 langues le mot « Paix » *c’était l’instant culture générale*.

Enfin au sud du parc se trouve le Monument de la Paix des Enfants qui est un hommage à tous les enfants qui ont péri à cause de l’impact de la Bombe Atomique ou de ces effets secondaires. On peut laisser des grues sur tous les monuments du parc mais c’est ici qu’il y en a le plus et où on peut en faire don en mettant notre grue dans une urne prévue à cet effet et en remplissant un formulaire pour que notre don puisse être entré dans la base de données de la ville. Au pied de la statue centrale se trouve une deuxième inscription marquante disant « Ceci est notre cri. Ceci est notre prière. Pour construire la Paix dans le monde ».

Après être passé de monument en monument, d’avoir posé quelques grues sur certaines et m’être recueillie sur d’autres, je suis allée faire le musée du Memorial de la Paix. Il n’est vraiment pas cher et bien que j’ai trouvé celui de Nagasaki plus instructif et poignant, celui-ci ne manquait pas de témoignages et d’informations sur les événements qui ont eu lieu avant, pendant et après la guerre.
Le musée a été rénové (et une partie est toujours en cours de rénovation) et beaucoup d’archives sont désormais accessibles via des écrans tactiles mis à la disposition du public. Si vous n’êtes pas familiers avec les événements qui ont eu lieu dans cette ville durant la Seconde Guerre Mondiale, ce musée sera comblé cette lacune !
Avant de quitter le musée, je suis passée par la boutique de souvenirs où j’ai craqué sur deux petites grues magnétiques.

18 juin 2017 : Iwakuni 

Cette semaine là, j’étais motivée (enfin j’avais surtout vu que le temps allait se gâter par la suite donc c’était le moment où jamais pour visiter et faire de belles photos) du coup je suis partie en bus pour Iwakuni. Une ville qui se trouve à une petite heure de Hiroshima en longeant la côte vers l’ouest. C’était autrefois une ville fortifiée et dirigée par le clan Kikkawa. Aujourd’hui, c’est devenu un lieu touristique dont les principales attractions sont le pont Kintai et le Château.

Le pont de Kintai est entièrement fait en bois et est formé de cinq arches. Autrefois, ils ne pouvait être franchi que par le samouraïs. Il a une structure très intéressante et en plus de le traverser, je conseille d’aller faire un tour sous le pont pour observer le travail des architectes de l’époque. Même si le pont a été détruit au siècle dernier, ils ont pris soin de le reconstruire à l’identique. Donc après être arrivé à Iwakuni, je suis directement allée acheter un billet pour traverser le pont. Car, oui, c’est payant (rare mais vrai) mais il existe un prix groupé pour visiter le pont et faire un aller-retour en télécabine pour voir le Château de Iwakuni se trouvant en hauteur. Il y a aussi avec une réduction pour deux des musées qui se situent à proximité. Bref, un combo qui vaut le coup !

J’ai traversé le pont en faisant attention où je m’étais les pieds car les marches étaient trop petites pour y aller une par une mais trop grande pour les enjambées deux par deux… c’est un des gros problèmes du Japon…
Une fois fait, je me suis retrouvée dans le parc Kikko, un parc en hommage au clan Kikkawa où on peut trouver des statues, des musées, des résidences de samouraïs, des points d’eau mais aussi le cimetière de la famille Kikkawa où pratiquement tous les dirigeants, leurs femmes et leurs enfants sont enterrés. Le plus connu et le premier chef du clan était Kikkawa Motoharu, un général sous les ordres de Toyotomi Hideyoshi au 16ème siècle. Vous ne connaissez pas Hideyoshi ? C’est un des trois samouraïs a avoir participé à l’unification du Japon avec Oda Nobunaga et Tokuyama Ieyasu. Bref, Kikkawa était quelqu’un de super important qui a gagné de nombreuses batailles et un clan très influant dans la région.

Du coup, ça mérite bien un petit château que je suis allée visiter après avoir emprunté la télécabine. Je dis « petit » château car il ne fait « que » quatre étages. D’ailleurs, il m’a fait un peu de peine… Il a fallu cinq ans pour le construire et cela faisait même pas sept ans qu’il avait été achevé qu’on a donné l’ordre de le détruire. J’imagine la tête des architectes… Mais bon, le big boss a décidé qu’il n’y aurait qu’un seul château par région et n’ayant pas remporté le concours de Mister Castle, les habitants ont dû lui dire adieu.
Néanmoins, il a été reconstruit bien plus tard pour abriter un musée contenant des objets et l’histoire de la famille Kikkawa ainsi qu’une partie sur les ponts célèbres du Japon. Ce segment m’a donné des idées de visite pour une prochaine fois d’ailleurs !

Après avoir fait le tour du pont, du parc, du cimetière et du château, j’ai fait un dernier détour dans un petit jardin composé exclusivement de fleurs d’iris (très jolies bien qu’elles ne fussent pas toutes en fleurs) puis je suis allée me restaurer dans un restaurant près du pont avant de reprendre le bus pour Hiroshima.
Iwakuni est une ville vraiment agréable à faire et il ne faut que peu de temps pour voir tous les lieux touristiques, une petite après-midi suffit amplement. C’est une escapade que je conseille pour ceux qui s’arrêtent quelques jours à Hiroshima et qui souhaite voir les alentours !

19 juin 2017 : Nima Sand Museum, tu es à moi !

Vous aviez oublié ma visite désastreuse à Shimane ? Pas moi ! Cette fois-ci, on n’est pas mercredi donc tout devrait bien se passer *croise les doigts*. J’ai repris mon papier avec l’itinéraire que j’avais gardé précieusement et me voilà partie pour visiter ce fameux musée du sable à Nima.

Je redoutais un peu de recroiser le même chauffeur que la dernière fois et qu’il se moque encore de moi… C’était gentil hein, mais je m’étais tapée la honte une fois, je n’avais pas spécialement envie de lui rafraîchir la mémoire. Je suis déjà persuadée qu’il a passé les jours qui ont suivi notre rencontre, à raconter ma mésaventure à qui voulait l’entendre alors pas besoin d’ajouter un deuxième épisode xD.
Heureusement pour moi, c’était quelqu’un d’autre et après qu’il m’ait déposé sans encombre à l’arrêt de bus, je suis partie en direction du musée.

C’est un très joli bâtiment composé de plusieurs pyramides en verres, un peu comme le Louvre. Comme je suis étrangère, j’ai eu le droit à 50% de réduction sur mon billet *yeah* et à un petit dessin vierge qu’on pouvait décorer comme bon nous semblait à l’aide de sable de différentes couleurs. Je n’étais pas venue pour participer à l’atelier création (bien que je me sois bien éclatée et que j’ai probablement passé plus de temps là-bas qu’ailleurs xD) mais pour voir le plus grand sablier du monde.

En effet, grâce au mangas Le Sablier que j’ai déjà mentionné, j’ai appris que ce musée contenait le seul sablier au monde qui dure un an complet. Chaque année, au 31 décembre, une cérémonie est organisée et le sablier est retourné pour marquer la nouvelle année. Il mesure plusieurs mètres de haut et contient une tonne de sable. Il est vraiment impressionnant !
Le reste du musée présente, quant à lui, des sabliers de différentes tailles et durées, des pendules et du sable provenant de nombreuses régions du monde (il n’y avait pas le France par contre T___T). Il y a aussi une partie plus scientifique où on peut observer au microscope les grains de sable, une partie sur le mangas Le Sablier et le drama du même nom qui ont rendu ce musée plus célèbre. C’est une jolie région mais je n’y aurais sûrement jamais mis les pieds si je n’avais pas été au courant de ce lieu.

Ce fût une visite intéressante et après avoir bien fait le tour, je suis sortie pour aller dans un autre bâtiment qui contenait la boutique de souvenirs. Là-bas, on pouvait participer à une séance pour fabriquer son propre bijou ou sa bougie artisanale utilisant du sable pour décorer le fond. Mais je n’avais pas suffisamment de temps alors je me suis contentée d’acheter trois sabliers. Il y avait différents temps et différents sables donc le choix fût cornélien mais j’ai finalement opté pour des sabliers de trois minutes dont l’un est composé de sable classique, un autre de sable de couleur bleu clair et enfin le dernier de sable de fer (de couleur noire). Je compte garder le dernier que j’ai cité pour moi et offrir les autres pour mes amis ^^.

Mes achats terminés, j’ai pris le train direction Izumo. En sortant du train à Izumo, je suis arrivée pile au moment où ils inauguraient le Twilight Express Mizukaze, un train qui ressemble plus à un hôtel sur rail. Je voulais prendre une photo mais j’avais la flemme puis avec les caméras et tous les gens qu’il y avait sur le quai, on n’aurait pas vu grand-chose. Du coup, j’ai acheté quelques pâtisseries locales puis je suis rentrée.

23-25-29 juin 2017 : Kaori et Karaoke

Depuis Hiroshima, je voulais encore visiter Okayama mais en cette dernière semaine de juin, le temps n’était pas au beau fixe alors j’ai préféré m’abstenir. A la place, j’ai revu mon amie Kaori à trois reprises.

La dernière fois qu’on s’était parlées, elle avait mentionné une petite boutique qui faisait des Parfaits à tomber parterre et je lui avais fait part de mon envie d’aller au Karaoke. Ce fût donc le programme de notre soirée. On s’était données rendez-vous cette fois-ci à la gare de Hiroshima où, Kaori m’a rejoint après son travail. Nous sommes allées dans la boutique de Parfaits en question et il y avait tellement de choix que je ne savais pas quoi prendre ! Mon amour pour ce met délicieux est immense *o*). Après mur réflexion, j’ai opté pour un Parfait aux Fraises (un classique) et Kaori pour un au chocolat, il y avait aussi mangue, fruits rouges, tropical et j’en passe mais je ne pouvais pas en prendre un de chaque malheureusement, ça se déguste ce genre de choses <3.

Après avoir rempli notre estomac, on est allées au Karaoke du coin et en chemin nous avons traversé les voies ferrées près de la gare. Comme souvent dans les grandes villes, il y a des barres de protection qui se baissent et se lèvent pour laisser passer ou non les véhicules et les piétons et en plus de ça, il y a un signalement sonore qui indique quand les barres vont commencer à se baisser. Pas de panique, ce fût le cas ici aussi mais alors il faut limite courir pour pouvoir traverser toutes les voies à temps. Je n’ai jamais vu un laps de temps aussi court entre le moment où on est autorisés à traverser et celui où les protections commencent à s’abaisser. Kaori m’avait prévenu mais ça m’a quand même surprise xD.
Le Karaoke en lui-même était excellent, nous avons chanté deux heures non-stop, des chansons japonaises et anglaises mais à la fin de notre réservation, nous n’étions pas encore rassasiées alors nous avons décidé de nous revoir le dimanche qui suivait et de se faire une après-midi 100% Karaoke !

Nous voilà donc deux jours plus tard, dans un autre Karaoke à chanter jusqu’à en perdre la voix. Cette fois-ci vu que nous sommes venues en pleine journée nous avons pu prendre le menu Free Time qui pour environ 1500 yens par personne, nous permet de chanter autant de temps que l’on souhaite (ce temps peut tout de même être limité s’il y a beaucoup de clients). Nous avions aussi accès aux distributeurs de boissons, aux snacks et aux glaces à l’italienne à volonté *miam*. Nous avons chanté pendant presque cinq heures à tour de rôle et nous avons rempli notre estomac de melon soda, de glace à la vanille et aux thé vert et de chips. J’ai chanté beaucoup plus de chansons japonaises que la fois d’avant et certaines pistes m’ont même fait bosser mes Kanjis car parfois il n’y avait pas la lecture en Hiragana au dessus. Je ne les connaissais pas tous mais je ne m’en suis pas trop mal sortie ! *fière* Bref, c’était une journée au top que je referai n’importe quand. Rien de mieux que des amis, de la bouffe et de la musique pour passer une excellente après-midi ! ❤

La veille de mon départ, j’ai revu une dernière fois Kaori avec cette fois-ci Paul, son petit-ami et un de mes camarades de classe de licence. On est allés au restaurant et on a mangé un plat local dont nous pouvions choisir le degrés d’épices qui allait de 0 à 100. J’ai pris un niveau 5 mais je ne trouvais pas mon plat très fort alors j’ai rajouté des épices en plus. Nous avons marché un peu dans la gare pour digérer puis je les ai ensuite quitté pour prendre le tram et rentrer chez moi.
Mon séjour à Hiroshima se termine sur une très bonne note malgré un temps grisâtre sur la fin et je devrais retrouver Kaori et Paul fin juillet/début août à Kiyosato où je travaillerais donc je suis impatiente d’y être. Mais en attendant direction Osaka !

PS : Les photos de cet article sont de moi, merci de ne pas vous en servir sans mon accord ^^ (cliquez dessus pour les voir en plus grand).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s