Août 2017 #1 : Kiyosato

1er août 2017 : Jour de congé et Takoyaki

Deuxième jour de congé depuis mon arrivée à Kiyosato et comme nous avions le même congé que Mikami, un de nos deux managers, nous avons été invitées, avec Maëva et Clara, les deux françaises avec qui je travaille, chez lui.

Comme sa femme travaillait au restaurant jusqu’à 16h, nous avions quartier libre jusque là. Cependant, le temps n’était une nouvelle fois pas en notre faveur alors nous n’avons pas fait grand-chose. Pour ma part, je me suis contentée de faire la lessive et le ménage car c’est le seul jour de la semaine où j’ai du temps pour le faire…
A 16h, nous nous sommes dirigées au ROCK et après avoir attendu quelques minutes Ayaka, la compagne de Mikami, nous sommes parties dans sa voiture direction la crèche tout d’abord, pour aller récupérer Rei, leur enfant. Il devait être surpris de voir trois étrangères dans sa voiture car il n’a pas dit un mot du trajet et ce, même après les nombreuses grimaces que nous lui adressions (il devait se dire « Qu’est-ce qu’elles sont débiles celles-là à faire des têtes bizarres, elles espèrent que ça me fasse rire ou quoi ?! » xD).

Nous sommes ensuite allées faire quelques courses pour le repas du soir et Ayaka n’arrêtait pas de nous demander à chaque rayon s’il n’y avait pas des produits qui nous intéressaient (« Vous voulez des fruits ?! Ou peut-être du petit-déjeuner ? Ah, toi, Clara, tu aimes le thé au Matcha, regarde, il y en a là !! »). Comme je me doutais qu’elle n’allait pas abandonner tant que nous n’aurions pas mis quelque chose dans le panier, j’ai acheté quelques trucs pas trop cher pour le petit-déjeuner ainsi que des produits de premières nécessités.
Enfin, nous sommes arrivées chez eux et pendant que Ayaka préparait le repas du soir, nous avons discuté un peu avec Mikami, regarder la télé et jouer avec Rei. Nous avons fait une soirée Takoyaki, une spécialité de Osaka. Ce sont des petites boulettes traditionnellement fourrées au poulpe mais ce jour-là, Ayaka en a fait de différentes saveurs. Il y avait ceux au poulpe bien entendu, mais aussi aux légumes, aux morceaux de saucisse, au fromage et au chocolat. Le tout était accompagné de bières et de jus de fruits. C’était absolument délicieux !

Pendant le repas, Ayaka s’est amusée à nous filmer alors que nous étions en train de parler en français. Puis elle voulait, elle aussi, dire quelque chose alors on lui a appris « Les montagnes japonaises sont belles. » (j’étais en pleine conversation sur le Mont Fuji avec mon manager à ce moment là). Nous avons donc crée une petite discussion pour pouvoir amener cette phrase de manière naturelle et nous nous sommes entraînés à la dire avant que l’enregistrement démarre. Je ne me rappelle plus du nombre de fois où nous avons dû recommencer la vidéo mais c’était beaucoup trop à mon goût xD. Entre les trous de mémoire, les éclats de rire et le mauvais timing, ce fût une véritable catastrophe. Je pense que je n’ai jamais rien filmé d’aussi peu naturel, mais ça aura eu le mérite de nous faire rire !

Après le repas, nous avons continué à parler puis on s’est posés devant Les Souvenirs de Marnie, un film d’animation des Studios Ghibli. Il commençait à se faire tard alors nous n’avons pas pu voir la fin du film mais c’était tout de même suffisamment intéressant pour que ça me donne envie de le regarder en entier une prochaine fois (et ça m’a aussi donné envie de me refaire mes Ghibli préférés… *faible*). Enfin, sur le chemin du retour, on s’est arrêtés au combini où nous avons été gâtées par notre Manager et sa femme, qui nous ont acheté des glaces et des boissons. Bref, ce fût une journée bien sympathique et je les remercie encore une fois pour nous avoir accueilli chez eux ! *love*

4-5 août 2017 : Field Ballet + Anniversaire

Cela fait une petite semaine que le Field Ballet a commencé et comme chaque année, on nous a offert la possibilité d’aller voir le spectacle de danse. Avec les autres français, nous avons donc travaillé jusqu’à 18h45 puis nous nous sommes changés rapidement pour pouvoir assister au ballet qui commençait à 19h. Ce jour-là, la représentation portait sur Gisèle. Je connais Cendrillon et Le Lac des Cygnes qui étaient à l’affiche les années précédentes (et qui fût encore le cas cette année pour Cendrillon) mais l’histoire de Gisèle m’était complètement inconnue. Heureusement, je n’étais pas la seule dans ce cas et durant le ballet, avec notamment Maëva et Florian, nous avons élaboré de nombreuses théories sur les événements qui se déroulaient sous nos yeux. Bien que nous ayons eu faux sur certains points et que d’autres nous sont restés flous jusqu’au bout, nous avons compris le plus gros de l’histoire (la danse est universelle après tout !) et pour le reste Wikipédia fût notre ami.

Après la représentation, nous avons remercié Superman, le big boss du restaurant pour nous avoir permis de voir ce spectacle gratuitement (les places ne sont pas données…) puis nous sommes allés manger. Comme il y avait encore pas mal de monde à notre retour au ROCK, avec Florian et Maëva nous sommes restés et nous avons aidé nos collègues à ranger la vaisselle et à remettre en état le restaurant après la fermeture afin que tout le monde puisse rentrer un peu plus tôt chez eux. On est des crèmes *s’envoie des fleurs*.

Le lendemain, je n’avais pas prévu d’aller au ROCK après le boulot parce qu’à chaque fois que j’y retourne, je finis par aider les gens qui font le Last alors que je ne suis pas payée… Tout comme ça m’agace de travailler quand je vois tout le monde glander, j’ai dû mal à rester sans rien faire quand je vois tout le monde bosser ><. Mais c’était l’anniversaire du père de Maëva et pour l’occasion, elle a reçu un Apple Denish (ZE dessert du restaurant = événement à ne rater sous aucun prétexte) et pendant qu’elle était en visioconférence avec son père, ils ont mis la musique « Happy Birthday » dans tout le ROCK pour qu’il l’entende. C’était assez drôle car tous les clients du restaurant pensaient que c’était l’anniversaire de Maëva et l’ont applaudi quand la chanson s’est terminée xD. Du coup, à la fin de ce petit show, Maëva a donné l’autorisation à Clara et moi d’attaquer l’Apple Denish et nous l’avons dévoré (enfin surtout Clara qui attendait ça depuis son arrivée à Kiyosato xD). Composé de morceaux de pains et de pommes chaudes caramélisées, d’une glace à la vanille, de chantilly et de fruits en tout genre, il était absolument divin ! *miam*

Après ce festin, nous avons fini par aider le staff à ranger la vaisselle, etc. tout en mettant la musique à fond dans le restaurant. Oui, l’avantage de faire les Lasts (payés ou non), c’est qu’une fois que les clients sont partis, nous pouvons modifier la musique à notre gré, chanter, danser dans le restaurant sans choquer qui que ce soit. Enfin si, probablement le staff mais après une ou deux fois, ils ont compris qu’on n’était pas nettes xD. Malgré les journées chargées que nous avons, ils doivent être contents de voir que nous avons encore de l’énergie à revendre, même si au fil des jours, ça devient de plus en plus compliqué…

7 août : Un Typhon, phon, phon,…

Aujourd’hui, événement spéciale, je pars avec Ryo-san à Tokyo et plus précisément à Roppongi pour une soirée organisée par une école qui forme des gens à tout ce qui touche à la beauté (coiffeur, esthéticien, styliste ongulaire, etc.). Ryo-san étant un ami de longue date du directeur de l’école, nous avons été invités là-bas pour servir les fameuses bières et le célèbre curry du ROCK. Les deux français, Florian et Erwan étant en congé ce jour-là, ils ont profité que nous allions à Tokyo pour venir avec nous et visiter la capitale pendant que nous travaillerions.

Le départ était prévu pour 14h30 et l’arrivée sur place à 16h30. La soirée commençant à 18h, cela nous laissait une grosse heure pour tout préparer. Cependant, bien que nous sachions qu’un typhon allait arriver sur la ville, nous ne pensions pas qu’il allait à ce point nous retarder. La pluie battante a crée de nombreux bouchons sur l’autoroute et au lieu d’arriver 1h30 à l’avance, nous sommes arrivés cinq minutes avant le début officiel de la soirée. Nous sommes rentrés dans la salle en nous faisant aussi petits que des fourmis afin de ne pas déranger les invités qui étaient en pleine séances photos. Nous nous sommes installés vitesse grand V et nous avons commencé à servir les verres de bière pour le premier toast de la soirée. Ce n’était absolument pas stressant,… être entouré de visages inconnus, habillé en tenue du ROCK alors que tout le monde est sur son 31 puis servir 80 bières en 10 minutes, je refais ça quand vous voulez ! *pitié, tout mais pas ça*
Heureusement, une fois le premier rush passé, tout le monde s’est attaqué au buffet et cela nous a permis de souffler un peu. Pendant que Ryo-san était chargé de servir les bières, je devais m’occuper du curry mais il ne m’avait donné aucune instruction particulière alors je ne savais pas du tout si je devais en préparer plein à l’avance ou les faire un par un quand on me les réclamait,… bref, j’étais un peu à l’abandon derrière ma table alors je me suis dit *fuck* je fais comme je le sens et tant pis si ça ne va pas, je jouerai la carte de l’étrangère qui ne comprend rien (même si ça marche de moins en moins xD).

J’ai dû passer un bon tiers de la soirée à ne rien faire. Personne ne voulait de curry et je commençais à me demander si je ne devais pas dire aux gens un truc du style « Vous voulez du curry ? Il est délicieux ! Venez, venez ! *smile* » mais je ne me sentais vraiment pas à ma place. J’avais l’impression d’être le petit prolétaire à la cour du roi. On l’invite parce que ça fait bien mais en fait, on s’en fiche totalement. Heureusement, cette impression a vite disparu quand les gens ont commencé à venir un par un tester le curry. En fait, j’ai remarqué après que les invités avaient simplement mangé tout ce qui était poisson d’abord avant de passer à la viande et c’est pour cela que personne ne venait au départ. Le reste de la soirée fût donc un peu plus chargé et j’ai pu discuter avec de nombreuses personnes.
Tout se passait magnifiquement bien jusqu’à ce qu’une femme me demande mon prénom et que dix minutes plus tard, après un petit speech où elle nous remerciait d’être venue jusqu’ici, elle m’a passé le micro pour que je présente le curry et les bières du ROCK… J’étais en mode panique puissance dix mille et j’ai regardé Ryo-san avec des yeux qui voulaient clairement dire « Ce n’était pas prévu au programme, sauve-moi !! » mais il avait juste les yeux braqués sur moi comme les 80 autres invités (dont certains me filmaient, histoire d’arranger la situation). Du coup, j’ai pris mon courage (et le micro) à deux mains et j’ai commencé par me présenter, à dire que je travaillais au ROCK *sans blague* puis qu’aujourd’hui on proposait du curry et deux types de bières, que c’était délicieux et que je leur conseillais de venir les goûter. Bref, le minimum vital !

Au début, je voulais parler en Keigo, la forme ultra polie qui est de circonstance pour ce genre de soirée mais ayant été prise au dépourvu, j’ai fait comme j’ai pu et je crois que j’ai parlé à un moment à la forme familière mais c’est un peu flou. J’ai effacé assez rapidement ce moment tragique de mon esprit xD. J’ai rendu le micro aussi vite que possible et ne pouvant pas aller me cacher quelque part, je me suis contentée de reprendre le boulot comme si de rien était (mais à l’intérieur ça faisait *do-dom do-dom…*). Ryo-san m’a dit plus tard qu’il m’a laissé faire parce que si c’est lui qui présente ce n’est pas marrant *je veux bien te croire qu’avec moi, ce fût drôle…*, que je m’en étais bien tirée et qu’il ne fallait pas que je m’inquiète. Je suppose que si je n’ai pas créer d’incidents diplomatiques à l’issu de ce speech, c’est que je m’en suis pas trop mal sortie en effet.

A la fin de la soirée, le directeur de l’école nous a invité à manger avec quelques associés à leur table et à finir les restes du buffet. Invitation que nous avons accepté malgré le fait que Ryo-san voulait qu’on aille manger des Yakitoris ailleurs. Je crois qu’il aime autant que moi les soirées de la « haute société » xD. Ensuite, nous avons remballé tout notre matériel et nous sommes partis boire un verre dans un bar appelé « Abbey Road » où un groupe reprend les musiques des Beatles. C’est aussi là-bas que travaille la sœur de Mikami et nous avons pu prendre une photo souvenir avec elle avant de partir.

Sur le chemin du retour, nous avons récupéré Florian et Erwan et nous sommes rentrés. La journée aurait pu s’arrêter là si le typhon n’avait pas pointé encore plus le bout de son nez. Il faut normalement deux heures pour faire Tokyo-Kiyosato mais à cause du typhon les routes principales étaient inondées et nous avons dû faire un détour. Sauf que tout le monde a eu la même idée et il y avait des kilomètres de bouchons. Les heures défilaient et nous n’avancions pas du tout alors Ryo-san a fini par faire un détour encore plus grand, ce qui nous a amené aux pieds du Mont Fuji et ce qui nous a fait passer par tout plein de petites routes. Vers une heure du matin, nous nous sommes arrêtés dans un restaurant pour manger un morceau (au Japon, il y a beaucoup de restaurants ouverts 24h/24 en plus des combinis).
Au final, nous sommes rentrés à 3h30 du matin alors que nous étions partis vers 22h… On aurait pu dormir dans la voiture mais c’est pour les faibles alors avec Florian et Erwan nous avons discuté de tout et de rien puis nous avons fait un vérité-vérité (des actions dans une voiture c’est un peu compliqué) jusqu’à ce qu’on arrive. Ce fût une journée bien crevante mais nous avons, au final, beaucoup rigolé dans la voiture et certaines phrases resteront probablement ancrées dans ma mémoire pendant un bon moment encore !

8 août 2017 : Jour de congé + Kaitenzushi

C’est à nouveau notre jour de congé avec les filles (je dis « à nouveau » comme si j’en avais plein mais j’en ai qu’un par semaine en vrai xD) et comme nous avions vu que ce jour-là, Muto-san notre deuxième manager était aussi en congé nous lui avons demandé si nous ne pouvions pas faire quelque chose tout ensemble. Il a accepté et il nous a invité à manger des sushis le soir. Nous avions donc quartier libre une bonne partie de la journée et en milieu d’après-midi, nous sommes partis à Kofu. Le câble d’ordinateur de Maëva ayant rendu l’âme quelques jours auparavant, nous sommes d’abord aller dans un magasin spécialisé pour en acheter un nouveau mais finalement nous sommes sortis les mains vides car ils n’avaient pas le modèle qu’il fallait (Amazon fût notre ami ce coup-ci). Ensuite, nous avions mentionné Mario Kart dans la voiture lors d’une discussion sur Akihabara alors Muto-san nous a emmené dans une salle d’arcade ! Là-bas, nous avons fait plusieurs partis de Mario Kart où tout le monde s’est magnifiquement bien battus. La dernière course était particulièrement serrée et on s’est tous retrouvés sur la ligne d’arrivée en même temps, nous étions incapable de dire qui avait gagné. Nous avons enchaîné après avec un jeu de Tam-Tam très connu au Japon où il faut taper sur des tambours au rythme de la musique. Puis nous avons fini par faire des Purikura pour garder un souvenir de cette journée.

Après la salle d’arcade, nous sommes allés au Kaitenzushi, un restaurant de sushis avec les plateaux tournants qui permet à chacun de prendre ce qui l’intéresse sur le tapis. Dans celui-ci, il y avait en particulier un système qui permet aux clients, toutes les cinq assiettes, de tenter sa chance pour recevoir une petite figurine. Le thème à ce moment là était des gommes en forme de célèbres boissons et desserts japonais, rien d’exceptionnel mais une année précédente, j’étais tombée sur le thème Dragon Ball et il proposait des petites figurines des personnages. Bref, de quoi inciter les gens à manger encore et encore !
Le repas en lui-même était top et nous avons beaucoup rigolé. En théorie Muto-san voulait nous payer le repas mais vu qu’au ROCK, il passe son temps à nous offrir à boire ou à manger, les filles voulaient rééquilibrer la balance en lui payant le repas. Je pensais que c’était mission impossible (payer un truc à un japonais sans qui vous le rende au centuple après, c’est extrêmement difficile…) mais finalement il a suffit que Maëva bloque Muto-san sur la banquette pendant que Clara et moi allions à la caisse pour que notre mission soit couronnée de succès o/ ! Il a aussi fallu que nous évitions, sur le chemin du retour, qu’il nous mette son billet de 5 000 yens dans une de nos poches pendant que nous avions le dos tourné mais ça a été plus facile que ce que je pensais. Il a vite abandonné et nous a remercié quand il a vu que nous ne renoncerions pas ! Des journées comme ça, j’en ferai bien tous les jours ><.

9-12 août 2017 : 20 ans de la bière + Fin du Field Ballet et début de l’Obon

Le 9 août, c’était les vingt de la première bière du restaurant. Au ROCK, ils créent leur propre bière (ils en ont six différentes) et il y a vingt ans la première version de la Pilsner a vu le jour. Pour l’occasion, on offrait gratuitement cette fameuse bière à tous les clients qui le souhaitaient. Un petit stand était donc installé à l’entrée et nous nous sommes relayés tout au long de la journée pour le service (enfin surtout Clara et Maëva). Cet événement spécial a eu pour effet d’amener encore plus de monde que prévu au restaurant (comme s’il n’y en avait pas déjà assez…) et c’était un peu la course en cuisine et au service. J’ai passé ma journée à faire les boissons, la bière et servir tout ça ou à crier « お願いします! (s’il vous plaît !) » pour que quelqu’un vienne servir à ma place pendant que je préparais les commandes suivantes. Et malgré le fait que j’ai délégué pas mal le service des boissons, j’ai tout de même fait une quinzaine de kilomètres. Oui, après avoir remarqué que je passais mes journées à courir dans tous les sens, j’étais curieuse de savoir combien de pas je faisais exactement par jour alors j’ai installé une application podomètre sur mon téléphone. Résultat ? J’ai constaté que je faisais entre quinze et vingt kilomètres par jour alors que je ne sortais pas du restaurant (un peu frustrant non ? xD). Bref, les journées sont chargées et on ne s’ennuie pas une seule seconde. Il est même difficile de trouver du temps pour soi car le soir dès que le boulot est terminé, on a qu’une envie, c’est d’aller dormir ! Mais entre une chose et une autre, on finit toujours par se coucher après minuit xD.

Le 10 août marquait la fin du Field Ballet. Le restaurant a donc fermé ses portes plus tôt que d’habitude afin de se préparer pour la fête réservée aux danseurs et staff du Field Ballet. Chaque année pour les remercier d’avoir donné leur maximum pendant les deux semaines du festival, un grand repas est organisé au ROCK avec buffet et bière à volonté. C’est assez animé au départ quand tout le monde vient chercher sa boisson mais au fil de la soirée comme personne engloutit son verre à la même vitesse, le rythme est moins soutenu. Cela reste tout de même trois heures bien intensives sans compter toute la vaisselle à faire à la fin… Je me suis occupée de nettoyer les verres pendant que Muto-san faisait les assiettes et on a tout fait assez rapidement au final. Les gens du Field Ballet nous ont aidé à débarrasser les tables du coup, je n’avais qu’à me concentrer sur mon boulot. Puis, pour rendre la tâche plus intéressante, nous avons fini par faire une compétition avec Muto-san de celui qui viderait son plan de travail en premier (on s’éclate comme on peut…). Les choses ont cependant un peu déraillé quand Mikami a dit, pour rigoler, à Muto-san de mettre la moitié de pastèque, qu’il venait de rapporter, sur la tête… J’ai pris des photos, ce n’est pas joli à voir xD. Monsieur s’est ensuite plaint qu’il avait envie de vite rentrer pour prendre une douche *sans blague*. Malgré le fait d’être resté travailler jusqu’à la fermeture, j’ai passé encore une très bonne soirée. Si les Lasts étaient toujours comme ça, je serais d’accord pour en faire plus souvent !

Avec la fin du Field Ballet, c’est aussi le début de l’Obon, les vacances d’été japonaises. Pour ceux qui pensaient que l’affluence allait diminuer après le festival, c’est raté ! Il y avait encore plus de monde que pendant les deux semaines de ballet. Boulot-dodo fût mes deux principales activités pendant la semaine qui a suivi. C’était la folie au restaurant. Je faisais 11h-20h (sans compter les heures supplémentaires) et pas à un seul moment durant mon shift j’ai eu un moment de répit. Malgré les heures qui défilaient, la queue semblait plus s’allonger que se réduire. Ajouter à ça, les incompétents qui étaient à la plonge et une fille au service qui se prenait pour une petite chef avec ses « お願いします (s’il vous plaît) » stridents… j’étais au bord de la crise et je n’étais pas la seule xD.
Je ne sais pas ce qu’ils faisaient à la plonge mais clairement pas leur boulot. Nous étions toujours en manque de couverts ou de verres, c’était insupportable… Je veux bien croire que c’était difficile et qu’ils étaient débordés par la vaisselle qui s’accumulait mais quand, avec les autres français, on arrivait à rattraper leur retard pendant qu’ils étaient en pause et que dix minutes après leur retour, c’était à nouveau le bordel… Il y a un problème quelque part. Et je ne parle même pas du robinet d’eau qui coule à flot alors qu’il n’y a personne devant l’évier ou de celui qui a fini de laver les verres et qui attend sagement que d’autres arrivent alors que son pote aux assiettes est en train de galérer comme un fou et qu’un peu d’aide serait le bienvenu… Rien que d’y repenser, ça me rend folle xD ! Avec Maëva et Clara, on n’arrêtait pas de fulminer. On avait une énorme envie de les dégager et de faire le boulot à leur place. Autant d’incompétences dans de si petits corps, ça me dépasse !

Quant à la petite chef, c’est une serveuse qui se chargeait d’envoyer les plats en salle quand les managers n’étaient pas dans le coin, c’est-à-dire qu’elle appelait quelqu’un, donnait le plat et le numéro de table et l’envoyait en salle. Il y a toujours une personne qui se charge de cette tâche donc le problème n’est pas là. Le hic, c’est qu’entre prendre les commandes, débarrasser les tables, préparer les boissons, servir les plats, il y a toujours un truc à faire et parfois ça arrivait que tous les serveurs soient occupés. Dans ces moments là, au lieu de prendre le plat et d’aller le servir elle-même (comme le font les autres quand ils sont à ce poste), elle restait plantée comme un piquet à crier « お願いします (s’il vous plaît) » jusqu’à ce que quelqu’un arrive. Et vu que je faisais les boissons juste à côté d’elle, j’étais aux première loges pour entendre sa douce voix… Il y a des jours, j’avais une énorme envie de lui dire « MAIS TU NE VOIS PAS QUE TOUT LE MONDE EST OCCUPE, VA LE SERVIR TOI-MÊME CE PLAT !! *grrr* » mais pour le bien être de la communauté, j’ai réussi à m’abstenir *fière*. Une fois cependant, elle m’a dit « Pauline, tu peux y aller ? »… c’était tellement la folie dans le restaurant que je devais déjà préparer et servir les boissons moi-même parce que tous les serveurs étaient occupés et Madame voulait que je serve en plus ses plats !? Je n’ai pas pu m’empêcher de la regarder et de rigoler. Je crois qu’elle a compris ce jour-là que ce n’était plus la peine de me demander d’aller servir les plats quand j’étais déjà en train de galérer de mon côté parce qu’elle ne m’a plus jamais posé la question xD.

PS : Les photos de cet article sont de moi, merci de ne pas vous en servir sans mon accord ^^ (cliquez dessus pour les voir en plus grand).

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s