Septembre 2017 #1 : Kiyosato & Co

5 septembre 2017 : Jour de congé + Coiffeur

Depuis qu’une partie des saisonniers est partie du restaurant, le calme y a refait surface et en ce jour de congé, un de mes supérieurs a tenu à m’emmener chez le coiffeur pour un petit relooking.

Quelques jours avant mon congé, Ryo-san, mon supérieur m’avait demandé si j’étais déjà allée chez le coiffeur au Japon. Je lui avais alors répondu qu’à part la fois où j’avais servi de modèle à mon colocataire coiffeur (qui s’était contenté de me faire une coiffure simple et prendre des photos), je n’y étais jamais allée parce que cela coûte trop cher. Il faut compter minimum 30€ pour une simple coupe sans soin ni brushing alors… je préfère attendre d’être de retour en France !
Dans les jours qui ont suivi, à chaque fois qu’il me voyait, il me disait qu’il avait une idée en tête et qu’il fallait que je lui réserve quelques heures de mon temps durant mon prochain jour de repos. Son idée était de m’emmener chez une coiffeuse de sa connaissance afin qu’elle s’occupe de mon cas. Ryo-san insistait tellement pour que j’y aille que j’ai fini par me demander s’il n’y avait pas quelque chose de bizarre avec ma tronche… Je sais que je ne me suis pas occupée de mes cheveux depuis que je suis arrivée au Japon mais sont-ils aussi horribles que ça ? xD

En fait, il se trouve que Ryo-san avait emmené les autres français dans un restaurant de sushis avant que j’arrive et vu que je n’y étais pas allée et qu’il n’avait pas eu l’occasion de « m’offrir » quelque chose, il souhaitait me proposer une séance chez le coiffeur pour me remercier d’avoir durement travaillé cet été. Le jour J, je me suis donc pointée au restaurant en début d’après-midi et nous sommes allés jusqu’en voiture chez son amie.
Après m’avoir déposé et payé à l’avance la coiffeuse, il est reparti travailler et j’ai attendu patiemment que mon tour arrive.

C’était un petit salon très conviviale et nous avons beaucoup discuté avec la coiffeuse tout au long de la séance. Elle m’a posé des questions sur mon voyage, ma passion pour le Japon, mes études, etc. Bref, nous avons parlé de tout et de rien pendant qu’elle s’afférait à m’embellir. Elle a commencé à me laver les cheveux et me faire un soin qui a rendu mes cheveux touuuuuut douuuux ! Mais le meilleur fût quand même le massage crânien et celui des épaules qu’elle m’a fait juste après *bonheur ultime*. Suite à un petit accident de parcours au lycée, j’ai les muscles des épaules constamment contractés et avec la charge de travail de cet été, ça ne s’était pas spécialement arrangé alors ce petit massage fût le bienvenu ! Après cela, elle m’a coupé les pointes et lissé les cheveux.
Quand Ryo-san est revenu me chercher, il avait l’air tout content du résultat, comme si c’était son oeuvre xD. Il n’arrêtait pas de dire « Mais qui est cette personne ? J’avais déposé Pauline ici, elle est passée où ? ». La séance a du coûter au final une soixantaine d’euros après ristourne et j’ai remercié au moins une quinzaine de fois Ryo-san pour avoir payé pour moi. Même si c’était son idée et que j’aurais pu m’en passer, j’ai passé un agréable moment qui m’a permis de me détendre et me ressourcer après deux mois à courir partout !

Sur le chemin du retour Ryo-san m’a prévenu qu’un colis était arrivé pour moi, je suis donc allée au restaurant le récupérer. Mon frère venant au Japon du 1er au 17 septembre, je lui avais demandé de ramener des gâteaux et autres confiseries pour que je puisse les partager avec mes collègues mais ne voulant pas se trimbaler tout ça pendant son séjour, il me les a envoyé une fois atterri sur le sol japonais. Le colis avait été posté la veille donc j’ai été très étonnée de l’avoir déjà entre les mains mais c’est vrai qu’on n’est pas en France ici…
Vu que j’étais sur place, je suis allée manger une crème brûlée au restaurant, j’ai donné un des paquets de gâteaux aux serveurs pour qu’ils puissent se régaler pendant leurs pauses puis j’ai offert à Muto-san un porte-clé du PSG (il adore le foot) que j’avais demandé à mon frère d’acheter. Muto-san m’avait offert un chouchou et des chaussettes trop mignonnes lors de la soirée des français alors je voulais lui offrir un petit quelque chose à mon tour. Une fois ma crème brûlée engloutie, je suis retournée au dortoir pour finir la journée avec un Skype avec ma meilleure amie. Bref, un jour de repos qui a très bien porté son nom !

6-10 septembre 2017 : Nouveau menu

Les journées sont décidément très calmes au restaurant, surtout en semaine. Du coup Mikami a donné à tous les serveurs une mission : trouver des boissons avec et sans alcool, et des desserts qu’on puisse servir en période hivernale.
Le restaurant change son menu deux à quatre fois par an et l’automne arrivant, il est l’heure de changer la carte ! Les plats phares du menu comme le curry, les saucisses, certaines pizza, les plats de viande, etc. ne vont pas changer mais certains vont laisser leur place à d’autres plats plus adaptés à la saison. Adieu la confiture de fraises, bonjour l’orange et le cake à la citrouille. Adieu l’assiette de légumes frais et la soupe à la tomate, bonjour l’hachis-parmentier et la calzone aux champignons ! Bref, pour ce qui est des nouveaux plats nous n’avions pas vraiment notre mot à dire (c’est le travail des cuisiniers) mais nous avons pu les goûter en avant-première et *pfiou* un vrai régal !
En ce qui concerne les boissons, je n’avais que le vin chaud en tête (mais je n’étais pas convaincue que ce soit au goût des japonais) et le chocolat chaud qu’on sert déjà,… alors je suis allée demander l’avis de mon entourage qui a ajouté à cette liste le Irish Coffee et la crème de marron. J’ai aussi fait quelques recherches sur internet mais les breuvages sur lesquels je tombais me semblaient trop complexes pour pouvoir être réalisées au quotidien dans un restaurant. Au final, je n’ai mentionné à mes managers que le vin chaud et l’Irish Coffee, boissons auxquelles ils avaient déjà pensé et qu’ils étaient prêts à intégrer dans le menu *utilité zéro, merci Pauline*.

Ajouté à ça, Mikami a concocté un Mojito chaud. Va falloir que je note la recette quelque part parce que c’était excellent, délicieux, magique ! Cette boisson fût une véritable découverte pour moi, j’ai sifflé mon verre en deux minutes tellement c’était bon ><. Je suis bien partie pour passer l’hiver qui arrive avec ce cocktail entre les mains !

11 septembre : Kawaguchiko

Mon frère et Claire, sa copine sont au Japon depuis le premier du mois. Ils ont passé la première semaine à vagabonder dans tout le Japon et plus précisément à Kyoto, Osaka, Nara, Hiroshima, Himeji et j’en passe. Pour ceux qui suivent mes aventures depuis le début, vous savez donc que j’ai déjà visité ces villes et pour certaines plutôt deux fois qu’une. Je ne les ai donc pas accompagné durant leur escapade. Cependant, ils avaient décidé de passer leur deuxième semaine à Tokyo afin de visiter la capitale et ses alentours. Ce programme m’intéressant davantage, j’ai demandé une mini semaine de congés afin de pouvoir les retrouver et passer un peu de temps avec eux.

Le 10 septembre, mon frère et Claire avaient prévu de gravir le Mont Fuji de nuit. Au départ, je comptais les accompagner mais finalement, j’ai renoncé. J’ai encore trois mois à faire au Japon et avec les problèmes aux genoux que j’ai depuis quelques années, je craignais qu’ils ne tiennent pas le coup. Puis, en septembre il fait extrêmement froid quand on monte en altitude et je n’avais pas de tenue adéquate pour supporter ces températures. Du coup, au lieu de les accompagner, je leur ai proposé de venir les chercher le lendemain à Kawaguchiko, une ville au pied du Mont Fuji et par laquelle la plupart des gens passent pour atteindre la cinquième station de la montagne.

Lorsque j’ai discuté de mes jours de congé avec Mikami, je lui avais demandé s’il y avait moyen que quelqu’un m’emmène jusqu’à Kawaguchiko pour aller chercher mon frère. Quand j’y repense, c’était un peu culotté… mais il a accepté sans hésiter et il m’a dit que ce serait soit lui soit Muto-san. Muto-san a eu son jour de congé en même temps que moi, c’est donc lui qui m’a accompagné en voiture jusqu’à Kawaguchiko. Nous avons beaucoup rigolé (et chanté à tue-tête) sur la route et nous sommes arrivés vers midi à Kawaguchiko. Après avoir récupéré mon colis, euh… mon frère et Claire *oups*, nous sommes allés dans un restaurant qui faisait de très bons burgers. Cette dose de gras après avoir mangé salade, riz et poisson pendant au moins deux mois fût le bienvenu *miam* !

Ensuite, pour rentabiliser un peu la journée et ne pas avoir eu l’impression de n’avoir fait que conduire toute la journée, nous sommes allés visiter une cave de chauve-souris à proximité du Lac Sai, un des cinq lacs qui entourent le Mont Fuji. La cave se visite très rapidement et quand je dis rapidement, c’est à peine dix minutes ! Mais c’était quand même bien sympathique car certains passages sont si étroits et le plafond si bas qu’il faut se mettre à quatre pattes pour avancer et nous avions l’impression d’être de vrais explorateurs avec nos casques xD. Par contre, pas de chauve-souris à l’horizon. La journée elles dorment et pour ne pas les déranger, il n’est pas possible d’accéder aux zones les plus profondes de la cave. Ce qui n’est pas plus mal… Je n’avais pas spécialement envie de les voir de près. Je me suis contentée de la petite exposition qu’il y avait à la fin de la visite et c’était tout aussi bien ! ^^

Enfin, nous avons terminé notre visite par un petit tour du Lac Sai où nous pouvions très bien voir de là le Mont Fuji (quand il n’était pas caché par des nuages bien entendu…). Nous avons pris des photos tous ensemble puis nous sommes rentrés sur Kiyosato. En chemin, Muto-san m’a demandé si ça intéressait mon frère et Claire d’aller faire un tour à l’Onsen qui se trouve non loin de là où on travaille. Ils ont répondu par l’affirmatif alors une fois arrivé aux dortoirs, ils ont déposé leurs affaires et nous sommes repartis en voiture pour les déposer aux bains publics. Le temps qu’ils profitent des bains, nous sommes allés, avec mon manager, manger une glace à proximité avant de retourner les chercher.

L’après-midi étant déjà bien entamé, nous avons quitté Muto-san afin qu’il puisse quand même profiter du reste de sa journée et nous, nous nous sommes reposés jusqu’au soir où j’ai ensuite emmené mon frère et sa copine au ROCK. Ils ont pu découvrir le restaurant flambant neuf et voir une partie du staff avec lequel je travaille. Beaucoup se demandait d’ailleurs avec qui j’étais et lorsque je leur disais que c’était mon frère et sa copine, ils répondaient « Oooh, maintenant que tu le dis, je vois bien la ressemblance ! ».
Nous avons commandé boissons et plats puis une fois fini, Mikami nous a demandé si nous voulions un dessert alors nous avons commandé un Hot Apple Denish (vous savez THE dessert du restaurant !). De base, il est impressionnant et je n’ai jamais su comment les japonais arrivaient à en manger un en entier tout seul mais vu qu’ils me connaissaient et que j’étais avec mon frère, les cuisiniers ont sorti l’artillerie lourde et nous avons eu le droit à un Hot Apple Denish XXL. Je n’ai jamais vu un dessert aussi énorme xD. Nous avons fait de notre mieux mais nous n’avons pas réussi à le terminer… Je m’attendais à ce qu’il y ait un peu plus de fruits et de glace que d’habitude mais pas à ce qu’en plus, ils mettent ça dans un plat plus grand xD.

Enfin, c’était tout de même excellent et comme la dernière fois, je suis allée faire un tour en cuisine pour les remercier pour ce repas !

12 septembre 2017 : Sensoji et Karaoke

Le lendemain, nous sommes partis de bonne heure de Kiyosato et je suis retournée sur Tokyo avec Claire et mon frère. Nous sommes arrivés vers midi à Tokyo et nous nous sommes, tout d’abord, dirigés vers l’appartement qu’ils louaient pour déposer nos affaires. Pendant qu’ils étaient partis faire la visite du Palais Impérial (ils n’avaient pu réserver que deux tickets), je suis restée lire à l’appartement. La visite du Palais Impérial ne m’a jamais vraiment branché et vu ce que Claire et mon frère m’en ont dit, ce n’est pas si extraordinaire que ça. Il semble que nous ne puissions pas voir grand-chose et qu’au final le prospectus fait tout aussi bien l’affaire…

Une fois la visite terminée, je les ai rejoints à Ueno où nous sommes, ensuite, allés voir le temple Sensoji à Asakusa et faire quelques emplettes dans la rue commerçante. En fin d’après-midi, nous avons pris le métro direction Shibuya, à l’autre bout de Tokyo. Nous avons été dans un karaoke que j’apprécie beaucoup car la première demi-heure et gratuite, l’ambiance est très classe et qu’un menu boissons et glaces à volonté est disponible. Nous avons chanté pendant deux grosses heures principalement en anglais et en japonais.

En sortant, ils voulaient manger dans un Kaitenzushi donc je les ai emmené dans les deux restaurants de Shibuya que je connaissais bien mais les deux étaient complètement blindés alors nous avons finalement opté pour un restaurant de Yakitori à la place et nous avons reporté les sushis pour une prochaine fois.
Nos ventres remplis, je leur ai proposé d’aller griller quelques calories dans une salle d’arcade à proximité. Nous avons joué à différents jeux de rythme comme le Tam-Tam et avec mon frère nous avons fait une battle sur Tekken. On a un peu galéré à trouver comment faire mais une fois réussi, nous avons pu nous mesurer l’un à l’autre et j’ai pu le battre *mouhaha* pas à plate couture, loin de là même, mais une victoire reste une victoire ! Elle m’a d’ailleurs permis de débloquer et tester le mode histoire du jeu sans payer de suppléments. J’ai ainsi pu faire trois ou quatre combats supplémentaires avant de perdre face à Heihachi (je l’ai jamais aimé celui-là TT). Bref, c’était top !

Avant de quitter la salle, je suis allée tester un attrape-peluche. J’avais repéré une peluche de Nyanko-sensei de Natsume Yuujinchou (Le Pacte des Yokais en français) et vu que c’est un de mes mangas préférés, j’ai essayé d’obtenir la peluche. C’était 500 yens six essais et je ne comptais pas dépenser plus que ça mais j’ai réussi à bouger la peluche de manière significative et pensant avoir une chance de la faire mienne, j’ai retenté ma chance.
A chaque nouvelle tentative, j’arrivais à la décaler d’un chouïa au point où je savais très bien que si j’abandonnais maintenant, le prochain joueur allait réussir à l’avoir au bout d’un ou deux coups seulement. Du coup j’ai continué, continué jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une toute petite patte entre moi et la peluche. Avant que je puisse jouer une nouvelle fois, un membre du staff est venu et a ouvert la vitre devant moi. La première chose qui me soit venue à l’esprit c’est « Toi, si tu tiens à la vie, tu n’as pas intérêt à remettre le jeu à zéro… » puis tout de suite après « Ah, peut-être qu’elle va me la donner directement parce que j’ai dépensé suffisamment pour l’acheter ! ». Ce ne fût aucune de ces deux propositions, la fille a simplement vérifié si la peluche était attrapable et voyant que ce n’était pas le cas (je pouvais toujours essayer de l’avoir…), elle a repositionné la peluche de façon à ce que je n’ai plus qu’à la pousser au milieu pour l’obtenir. Après probablement une trentaine d’essais, j’ai donc réussi à avoir Nyanko-sensei ! Je n’étais que joie tout le reste de la soirée et j’avais presque envie d’enlacer la membre du staff pour avoir abrégé mon calvaire !

13 septembre 2017 : Takao-san

Deuxième jour sur Tokyo et cette fois-ci nous sommes partis faire une escapade à Takao-san. C’est une montagne à environ trois quart-d’heure en train de Shinjuku, à l’ouest de Tokyo. Elle est facile d’accès et n’est pas très haute (600 mètres). Pour arriver au sommet, il est possible de prendre une télécabine pendant la moitié du parcours et de continuer ensuite à pied ou de faire la totalité du trajet en marchant. Pour eux qui optent pour la randonnée, il existe jusqu’à six parcours dont certains proposent des temples, des cascades ou des ponts en chemin. Malheureusement à cause d’éboulement le trajet qui semblait le plus attrayant était fermé au public. Après avoir mangé sur place des sobas, nous avons donc pris la télécabine et nous avons continué à pied en passant par de nombreux temples consacrés aux Tengu. Les Tengu sont des Yokais (esprits japonais) qui étaient auparavant considérés comme des démons mais ils sont désormais plutôt associés à des Kami (dieux japonais) protecteurs des montagnes et des forêts. C’est la première fois que je visitais des temples dédiés à ces dangereux esprits.

La vue au sommet n’est pas exceptionnelle mais elle offre tout de même un panorama sympathique sur la ville de Tokyo d’un côté et sur les montagnes de l’autre. On peut apparemment voir le Mont Fuji de là-bas mais la vue n’était pas suffisamment dégagée au loin pour l’apercevoir ce jour-ci. Néanmoins la forêt par laquelle on passe pour arriver en haut de la montagne est vraiment magnifique ! Elle regorge de grands arbres dont il est difficile de voir le pic et où les racines ressortent du sol à l’instar de la Forêt Interdite dans Harry Potter. Puis en redescendant, nous sommes passés par un chemin différent et nous avons traversé un pont suspendu splendide. Claire a voulu voir s’il bougeait vraiment alors elle a commencé à sauter en plein milieu de pont *elle est folle xD* et résultat : oui, il bouge !

Ce fût une sortie bien agréable, il faisait beau sans faire trop chaud et avant de rentrer sur Tokyo nous nous sommes offerts une petite glace pour nous récompenser pour ces efforts.

14 septembre 2017 : Tokyo en large, en long et en travers

Dernier jour en compagnie de mon frère et Claire. Ils avaient encore quelques achats à faire alors nous sommes retournés au temple Sensoji à Asakusa. Ce n’est pas l’endroit le moins cher qui existe mais au moins on est sûrs de trouver ce que l’on veut niveau souvenirs traditionnels japonais. Une fois les cadeaux achetés, nous sommes partis à Shibuya pour manger dans ce fameux restaurant de sushis. La dernière fois, nous y étions allés le soir et c’était complètement blindé alors j’ai décidé d’y aller le midi cette fois-ci. Nous avons pu trouver une place facilement et nous nous sommes empiffrés de sushis.

Après le repas, nous avons repris le métro dans l’autre sens et nous sommes allés à Odaiba, l’île artificielle au sud de Tokyo. Sur place, nous sommes allés voir la statue de la Liberté, enfin une des plus connues après celles se trouvant à New-York et à Paris. Puis nous nous sommes dirigés vers les centres commerciaux où nous pouvions avoir un aperçu du nouveau Gundam. En effet, jusqu’à mars 2017, il était possible d’observer le Gundam modèle RX-78-02 mais celui-ci a été démantelé pour faire place au nouveau modèle RX-0 Licorne qui apparaît dans la série Gundam Unicorn. L’installation n’était pas encore terminée (bien qu’au moment où j’écris ces lignes l’inauguration a eu lieu) mais nous pouvions déjà voir l’intégralité du mecha. Bien que je garde une préférence pour le précédent, je dois avouer que ce Gundam avec sa corne sur la tête qui s’ouvre lorsqu’il passe en mode combat est plutôt classe ! Je pense que j’y retournerai faire un tour quand je serais de retour sur Tokyo pour observer le résultat final.

En chemin, nous sommes passés devant les studios de Fuji TV, une chaîne de télévision très connue au Japon et que les scénaristes aiment bien détruire dans les films et les animes. A défaut de pouvoir le faire en vrai, ils semblent se défouler virtuellement xD.
En entrant dans un des centres commerciaux, nous sommes tombés sur une exposition gratuites de vieilles voitures bien sympathiques (j’ai vu une DeLorean DMC 12 ! *Martyyyy*). Ce n’était pas prévu au programme donc nous ne nous sommes pas éternisés mais cela avait l’air d’être une exposition permanente et très complète. Pour les fans, je ne peux que recommander.
Ensuite, nous nous sommes dirigés vers les Onsens de Odaiba réputés pour comporter de nombreux bains et pour son jardin japonais très vaste. Malheureusement, cet Onsen est interdit aux personnes possédant des tatouages, il ne me fût donc impossible de rentrer à l’intérieur (première fois que cela m’arrive en y repensant). Ne me séparant jamais de ma liseuse, j’ai proposé à Claire et mon frère de les attendre à la sortie mais ils ont préféré renoncer (le prix était un peu élevé aussi faut dire…) et du coup, nous avons rebrousser chemin et sommes repartis sur Tokyo.

Là-bas, nous avons pris le métro jusqu’à la Tour de Tokyo où nous avons fait les nombreuses boutiques qui se situent à son pied dont celle réservée à l’univers de One Piece. Je n’ai pas craqué car malgré la diversités dans les goodies, rien de particulier ne me faisait envie. Je retournerai cependant là-bas en novembre pour faire le petit parc à thème qui s’y trouve ! Enfin, l’après-midi se terminant et mon dernier jour de congé avec, je devais me diriger vers Shinjuku pour prendre le train et rentrer sur Kiyosato. Nous avons donc marché jusqu’à la gare en passant par le temple Zozoji et ses innombrables petites statues de Bouddha. En partant, mon frère m’a sorti « Bon, à dans trois mois alors ! » – « Oui mais… Noooooon, dis pas ça, je ne veux pas partir ! TT ».

Pour rentrer sur Kiyosato, j’avais effectué mon trajet de façon à avoir le moins de temps d’attente entre mon train qui faisait Shinjuku-Kobuchizawa et celui qui faisait Kobuchizawa-Kiyosato. Malheureusement, rare mais pas impossible, mon premier train a eu dix minutes de retard (d’ailleurs le chauffeur s’excusait au moins trois fois à chaque station pour la gêne occasionnée xD) et je n’avais que sept minutes d’attente entre mes deux trains. Je me voyais donc déjà rater ma correspondance et devoir attendre deux heures que le prochain et dernier train de la journée parte (oui, je ne travaille pas dans une zone très fréquentée…). Cependant, incroyable mais vrai, quand je suis arrivée à Kobuchizawa, j’ai vu que mon train n’était pas encore parti, j’ai donc couru jusqu’au quai et je suis montée dedans sans soucis ! Je me suis alors remémorée le speech du conducteur du précédent train et j’ai compris qu’il avait dit que le train attendrait ceux qui prenait la correspondance direction Kiyosato. Vous vous rendez compte ? Un train qui en attend un autre, parce qu’il a trois minutes de retard, pour que les voyageurs ne ratent pas leur correspondance et n’aient pas à attendre deux heures ! Le Japon est loin d’être parfait mais alors pour les transports, c’est des champions ! Je ne suis pas pressée de retrouver la SNCF…

Mes petites vacances sont terminées et j’ai été super contente de retrouver mon frère et Claire après neuf mois d’absence. J’espère qu’ils garderont un bon souvenir de ce pays que j’aime tant et qu’ils auront envie d’y revenir un jour !

PS : Les photos de cet article sont de moi, merci de ne pas vous en servir sans mon accord ^^ (cliquez dessus pour les voir en plus grand).

 

4 réflexions sur “Septembre 2017 #1 : Kiyosato & Co

  1. Merci pour ce partage : j’ai eu l’impression de découvrir le japon pour de vrai en te lisant 😉 Je rêve d’y aller un jour !
    Je viens juste de découvrir ton blog alors je vais continuer à faire un tour … ❤ à bientôt

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s