Maléfice – Guillaume Duhan

Note : ★★★☆☆ (3.25/5)
Extrait : « Le ciel était d’une couleur inhabituelle, d’un jade flamboyant. Seule la brume lui était familière. Tout ceci ressemblait à l’apocalypse. »

couv52152881

Titre : Maléfice
Auteur : Guillaume Duhan
Genre : Nouvelle, Science-Fiction
Langue : Française
Pages : 27
Note : 3.25/5

En bref : Une nouvelle extrêmement courte qui n’a pas réussi à me charmer. L’auteur nous dévoile un monde apocalyptique qui contient des personnages très particuliers. Le tout aurait pu être intéressant si seulement cela avait été mieux expliqué et développé.

Résumé :

Imaginez un cadavre en décomposition. Un teint grisâtre, un visage aux traits accentués, une peau élastique et visqueuse qui colle aux os. Un crâne rasé, lunaire, aux irrégularités et à la courbe d’un nouveau né. Une bouche rétrécie, des lèvres aussi fines que le papier et un nez droit au cartilage transparent. Sans expression, sans identité, sans âme : voilà ce qu’était devenu Nathan.

Avis :

Maléfice est une nouvelle qui m’a été proposée gratuitement par son auteur, Guillaume Duhan en échange d’une chronique sincère et je le remercie pour cette opportunité. Vu la longueur de cette histoire, ma chronique ne sera pas non plus très longue sinon je prends le risque de vous raconter tout le récit.

Dans cette nouvelle d’une trentaine de pages, nous suivons les traces de Nathan qui se réveille un jour dans un monde dévasté et qui semble complètement désert. En plus de cela, Nathan s’aperçoit qu’il a lui-même subit des modifications physiques. Néanmoins étant tout de même vivant, il va faire son possible pour trouver d’autres survivants et comprendre ce qu’il s’est passé.

Le point fort de cette histoire est probablement les descriptions que fait Guillaume Duhan du monde dans lequel s’éveille Nathan. Il n’épargne à aucun moment le lecteur et nous fait un récit assez cru des personnages et de leurs environnements. Le décor est bien planté et nous sommes vite plongés dans cette ville japonaise ravagée par on ne sait quel maléfice. Je n’ai pas eu de haut-le-cœur (n’exagérons rien) mais certaines descriptions étaient suffisamment explicites pour me déclencher un petit « Beurk, c’est dégueulasse ! » xD.

Du coup, j’étais curieuse de connaître tous les secrets qui se cachaient derrière cette soudaine fin du monde. Est-ce dû à une maladie, un virus, une magie quelconque, une invasion ou que sais-je encore ? Comment les personnages vont s’adapter à leur nouvel environnement ? Vont-ils trouver un antidote ou un quelconque moyen de retourner à leurs états d’origine ? Bref, j’avais d’innombrables questions et je voulais avoir des réponses mais malheureusement, elles ne sont jamais venues… L’auteur ne nous donne à aucun moment les causes et les effets des transformations subites par les habitants, il n’y a même pas assez d’indices pour se faire ses propres déductions.
Vu la longueur de cette nouvelle, je ne m’attendais pas à quelque chose de très détaillée mais plutôt à quelque chose de simple mais efficace. Ce fût loin d’être le cas ! Guillaume Duhan nous embarque dans une aventure qui s’annonce complexe et épique et alors que j’étais prête à partir pour la vivre pleinement, l’auteur nous abandonne à l’aube du départ. Ce fût une expérience frustrante je dois dire…

Côté personnages, je n’ai pas grand-chose à dire dessus. Je n’ai pas eu d’atomes crochus avec eux tout simplement parce que je n’ai pas eu le temps de m’attacher à leurs caractères, car à peine nous faisions leurs connaissances que nous devions déjà leur faire nos adieux. De plus, j’ai trouvé que les relations tissées par Nathan étaient précipitées et par conséquent peu crédibles au vu des circonstances et du temps écoulé.

En bref, une lecture en demi-teinte. J’ai beaucoup aimé le potentiel de l’histoire et la facilité à laquelle j’ai pu m’imaginer le monde que nous décrit Guillaume Duhan. Cependant j’aurais aimé, soit que l’histoire soit simplifiée pour qu’une trentaine de pages suffisent à son développement, soit que cette nouvelle soit tout simplement plus longue pour que l’histoire puisse être davantage détaillée et expliquée. Le mixte des deux m’a laissé sur ma faim.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s