La Maison Bleu Horizon – Jean-Marc Dhainaut

Note : ★★★★☆ (4.25/5)
Extrait : « La douleur de douze balles pénétrant dans le corps d’un homme est semblable à celle d’une mère qui perd son enfant, d’une jeune fille qui perd son fiancé. Le sang coule comme les larmes et s’imprègne dans la terre, comme les rides dans la peau. »

couv3616888Titre : La Maison Bleu Horizon
Auteur : Jean-Marc Dhainaut
Genre : Fantastique, Paranormal
Langue : Française
Pages : 260
Note : 4.25/5

En bref : Un roman pour le moins surprenant. J’ai aimé la manière dont le côté paranormal a été amené et traité. J’ai été transportée par cette histoire qui traite de fantômes avec une certaine rationalité mais qui nous donne aussi un aperçu de la vie des Poilus durant la Première Guerre Mondiale.

Résumé :

Janvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d’Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l’enquête bouleversante qui l’attend et les cauchemars qui vont le projeter au cœur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d’un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ?

Avis :

J’ai reçu ce livre grâce à Joël des Editions Taurnada qui m’a proposé cet ouvrage gratuitement en échange d’une chronique. Je le remercie beaucoup pour cet offre qui m’a permis de découvrir un roman original et très bien écrit.

Alan Lambin, « chasseur de fantômes », reçoit un jour un message sur son répondeur de Hélène Anneraux, mère de famille qui ne dort plus depuis le départ en voyage d’affaires de son mari. En effet, depuis qu’il est parti, des événements étranges se produisent dans la maison. Son fils Thomas a une soudaine peur du feu et voit un homme dans sa chambre chaque nuit, sa fille Peggy, quant à elle, entend des pleurs provenant du grenier. Intrigué par ces témoignages, Alan va venir inspecter la maisonnée afin de déterminer si ses apparitions peuvent être rationalisées ou si la bâtisse est réellement hantée.

Je lis beaucoup de livres fantastiques mais finalement très peu qui traitent exclusivement de fantômes/apparitions/spectres ou je-ne-sais-quoi-d’autres. J’étais un peu sceptique au départ et j’avais peur de ne pas réussir à entrer dans l’histoire et de m’ennuyer. Ce ne fût absolument pas le cas. Grâce à une plume très adroite, Jean-Marc Dhainaut est parvenu à me captiver et à m’embarquer dans sa chasse aux fantômes.
Ce que j’ai apprécié, c’est que par l’intermédiaire de Alan Lambin et de la famille Anneraux, l’auteur dénonce certaines injustices dont on souffert certains Poilus pendant et après la Première Guerre Mondiale. Nous avons donc là, bien plus qu’une histoire de fantômes et c’est probablement ce qui a fait toute la différence.
En plus de ça, l’auteur exploite le paranormal avec beaucoup d’originalité. Ce n’est pas juste des fantômes qui pointent le bout de leur nez, qui effrayent les habitants de la maison et qui repartent une fois fini. Enfin si, mais à travers Alan, Jean-Marc Dhainaut expose des théories scientifiques très intéressantes sur la présence de ces spectres. Grâce à la célèbre phrase « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. », il nous explique comment de son point de vue l’énergie et les connaissances contenues dans un homme est changé lorsque celui meurt. Cela peut paraître absurde pour certains mais son raisonnement est tellement bien construit et argumenté qu’on se laisse facilement convaincre. En tout cas, mon âme de scientifique a été séduite.

Pour ce qui est des personnages, ils sont intéressants sans être exceptionnels. J’ai bien aimé Alan, Thomas et Peggy qui sont attachants à leur façon mais j’ai eu beaucoup plus de mal avec Hélène. Bien qu’elle est un sang-froid et une détermination remarquables, son envie de toujours rabaisser Mélanie, sa domestique, de peur qu’elle lui vole la vedette était assez agaçante. Quant à Mélanie, elle est charmante comme tout mais elle se fait constamment marcher sur les pieds et n’a aucune volonté de changer ça et même si on comprend pourquoi elle agit ainsi au fil des pages, ça ne m’a pas empêché d’avoir une énorme envie de la secouer comme un pruneau pour qu’elle se défende un tant soit peu.

En bref, La Maison Bleu Horizon est un mélange bien dosé entre sciences et phénomènes paranormaux, le tout sur fond de Première Guerre Mondiale. La fin est un peu longue et facile mais elle n’enlève en rien l’intérêt que j’ai eu pour ce roman. Ce fût une agréable surprise que je vous recommande !

Pour plus d’informations :
– Trailer du roman
La Maison Bleu Horizon, les origines

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s