Mirror Mirror – Cara Delevingne & Rowan Coleman

Note : ★★★☆☆ (3/5)
Extrait : « Je secoue la tête, je n’ai aucune envie de les faire culpabiliser. Je voudrais juste qu’ils comprennent qui j’étais et qui je suis devenue. Et qu’ils me laissent être celle que j’ai envie d’être. »

couv5931478

Titre : Mirror Mirror
Auteur : Cara Delevingne & Rowan Coleman
Genre : Jeunesse
Langue : Française
Pages : 395
Note : 3/5

En bref : Je n’ai pas adhéré plus que ça à la première partie du roman essentiellement à cause de la plume des auteurs qui rendait les personnages trop immatures à mon goût. Par la suite, certains protagonistes ont réussi à me surprendre et à me toucher, ce qui m’a permis d’apprécier davantage la fin du livre mais j’en garde tout de même un avis global mitigé.

Résumé :

Red a une mère alcoolique et un père absent.
Le frère de Leo l’entraîne sur une pente sombre et violente.
Rose se réfugie dans les bras des garçons et dans l’alcool pour noyer ses mauvais souvenirs.
Naomi fugue à la recherche d’une liberté qui lui échappe.
Ils sont seuls contre le monde… Jusqu’au jour où ils se réunissent pour former un groupe. Avec Mirror, Mirror, ils peuvent enfin être eux-mêmes.

C’est alors que Naomi disparaît. On la retrouve des semaines plus tard, au bord de la mort, dans la Tamise. La police pense à une tentative de suicide. Ses amis sont dévastés. Comment ont-ils pu ne pas remarquer qu’elle allait si mal ? Connaissaient-ils vraiment Naomi ? Se connaissent-ils vraiment ?

Bientôt, une série d’indices sème le doute. La réponse n’est peut-être pas celle que l’on croit. Sur le chemin de la vérité, Red, Leo et Rose devront affronter leurs propres peurs et leurs propres secrets. À présent, rien ne sera jamais plus pareil : nul ne peut réparer un miroir brisé.

Avis :

Le récit est raconté du point de vue de Red, un personnage à la vie de famille compliquée (sa mère sombre dans l’alcoolisme et son père, l’adultère) mais qui garde un certain équilibre grâce à sa bande d’amis. Dans cette bande, on retrouve Léo, Rose et Naomi. Ils ont chacun leur caractère, leurs problèmes et avec le soutien des uns et des autres, ils arrivent à y faire plus ou moins face. Ensemble, ils forment aussi le groupe de musique du lycée Mirror Mirror, jusqu’au jour où Naomi disparaît et est retrouvée plusieurs semaines plus tard dans la Tamise, à l’article de la mort. Au vu du caractère de la jeune fille, la police pense à une tentative de suicide mais ses amis, Red surtout, sont loin d’être convaincus et essayeront par tous les moyens de découvrir la vérité.

La première chose qui m’a perturbée, c’est le récit du point de vue de Red à la première personne du singulier. Le choix est expliqué par la suite mais n’ayant pas l’habitude de ce type de narration, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire.
Le langage et le vocabulaire ne m’ont pas aidé non plus. Je ne sais pas si les auteurs ont voulu employer un langage jeune en espérant nous toucher davantage ou si c’était pour rendre leurs personnages plus « abîmés », « brutes » que la normale mais dans tous les cas, la magie n’a pas opéré chez moi. Ce n’est pas parce que les protagonistes sont au lycée qu’ils n’ont pas de vocabulaire et emploie constamment un langage « wesh wesh » (comme j’aime l’appeler). Du coup, je me serais bien passée des « Je kiffais. », des « J’ai failli me faire chier dessus. » ou encore « J’en ai rien à battre » que j’ai pu trouvé dans ce roman. Je l’aurais lu dans les dialogues entre les personnages, à la rigueur pourquoi pas mais non, même pas.

A cause de cela, je n’ai pas réussi à accrocher aux personnages avant qu’une bonne moitié du bouquin soit passée. C’est au moment où nous découvrons le secret d’un des protagonistes que mon avis a radicalement changé. A partir de là, j’ai trouvé la narration plus douce, le langage un peu plus subtil. Red, Léo et Rose se dévoilent petit à petit et ont réussi à me toucher. Ce n’est plus le style d’écriture ni les personnages assez clichés qui m’ont dérangé mais la résolution de l’enquête et la façon dont les problèmes de nos héros ont été traités.
Sur le premier point, hormis le fait que j’ai eu très vite une idée claire de ce qui était arrivé à Naomi, c’est surtout la manière dont la situation a été gérée qui m’a gêné. Durant toute ma lecture, j’ai eu la sensation que les auteurs cherchaient à offrir au lecteur une histoire réaliste, qui parle de la recherche de soi et d’autres difficultés que les jeunes peuvent rencontrer lorsqu’ils approchent de l’âge adulte. Dans cette optique, j’ai trouvé que les compétences de hackeuse de Ash (la sœur de Naomi) ne collaient pas avec l’esprit du roman. Cela rend les choses bien trop simples et c’est cette facilité qui m’a quelque peu contrarié vers la fin.

Quant au deuxième point mentionné, j’ai apprécié que les problèmes de certains personnages soient réglés mais en partie seulement. La vie n’est pas un conte de fées, tout ne peut pas se régler d’un claquement de doigts et le livre renvoie plutôt bien cette image. Par exemple, Red et ses parents font face à leurs problèmes, ils ont crevé l’abcès mais on devine tout de suite qu’ils ne redeviendront jamais la petite famille parfaite d’avant. Mais si j’ai aimé ça, alors où est le couac ?
Le problème ici, c’est que Delevingne et Coleman nous parlent de beaucoup de choses. L’alcool, la drogue, la sexualité, l’adultère, la violence,… presque tous les thèmes y passent et nombreux sont les personnages qui cumulent plusieurs d’entre eux. Ce sont des points importants et intéressants, malheureusement à vouloir parler d’autant de sujets, les auteurs en ont développé qu’une infime partie et c’est extrêmement dommage. Si on prend la drogue par exemple, elle est prise par nos protagonistes de nombreuses fois mais je n’ai pas le souvenir que les dangers soient mentionnés lors d’une seule d’entre elles. En plus de ne voir aucune utilité à cet acte dans le récit, la banalisation qui va avec m’a vraiment rebuté. Pour un livre jeunesse, c’est moyen…

Bref, après une première moitié assez difficile à lire, j’ai terminé ce roman d’une traite. J’ai passé un bon moment et je n’ai pas une seule fois repris ma lecture en poussant un grand soupir ou en me forçant à lire. Néanmoins, je regrette le manque d’approfondissement de certains sujets traités et la fin plutôt abrupte et facile. Je ne me suis pas ennuyée mais je ne le recommanderais pas pour autant.

Publicités

4 réflexions sur “Mirror Mirror – Cara Delevingne & Rowan Coleman

    • Oui c’est ça. On sent qu’elle a voulu parler de plein de trucs mais pendant toute la première partie du livre, ça tourne en rond et du coup elle est obligée de tout bâclé dans la dernière partie en zappant par exemple les problèmes familiaux de Rose, son amitié avec Red remis à zéro trop brutalement à mon sens (surtout quand on voit à quel point sa réaction était violente). Bref, l’idée de base est bonne mais le rythme est clairement mal géré =/

      Aimé par 1 personne

      • Oui, elle a vraiment voulu trop en faire. Colleman a plus été la pour la tempéré, mais bon j’imagine que Cara avait SON idée. Par contre, j’ai relevé quelques forme d’écriture propre à Colleman, ce qui rendait la lecture plus sympathique je trouve.

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s