Therminus, tout le monde décède ! – Didier Fau

Note : ★★☆☆☆ (2/5)
Extrait : « Le mois d’août, c’est le mois d’août ! Et le soleil qui s’abattait sur la région du haut Languedoc, façon plomb démontrait que c’était lui le patron en liquéfiant tout ce qui se présentait à lui, le goudron comme les gens. »

cover127228-medium

Titre : Therminus, tout le monde décède !
Auteur : Didier Fau
Genre : Policier, Humour
Langue : Française
Pages : 96
Note : 2/5

En bref : L’écriture est propre et maîtrisée mais je n’ai malheureusement pas du tout adhéré à l’humour de l’auteur. Les jeux de mots étaient bien trop ressemblants et répétitifs pour que je les apprécie à leur juste valeur. Quant à l’enquête, elle ne sert que de prétexte aux blagues et n’est pas le moins du monde exploitée, dommage…

Résumé :

Que faire, lorsque vous approchez de la cinquantaine et que votre corps vous rappelle à l’ordre au moindre écart concédé aux plaisirs de la vie ? Pourtant, il y a trois ans à peine, vous pouviez à la fois, boire comme un trou, fumer comme une cheminée, draguer comme un malade et faire la fête jusqu’au bout de nuit ! Alors, vous décidez de prendre soin de vos abattis qui vous ont accompagnés sans rien dire pendant quasiment un demi-siècle. Du coup, quoi de mieux qu’une cure thermale comme récompense pour services rendus et tentative de jouvence. Et là c’est le choc !

Vous découvrez :
– Que la chaîne thermale est au Spa ce que la Corée du Nord est à la démocratie,
– Qu’un criminel tente d’éradiquer la population des curistes en les éliminant par série de trois comme s’il ne connaissait que ce chiffre.

Et comme vous avez assisté  à la  première série de meurtres, vous vous retrouvez témoin puis enquêteur pour le compte de la gendarmerie qui semble être aussi présente dans cette affaire que l’enthousiasme dans la journée d’un dépressif.

Avis :

Ce livre m’a été proposé en SP par les éditions Librinova et je les remercie pour leur confiance. J’aurais aimé l’apprécier davantage ><

Dans cette courte histoire, nous suivons les traces de Monsieur Nael et sa femme Véronique. Ils sont tous les deux partis dans le Languedoc pour suivre une cure thermale de trois semaines. Leur séjour sera cependant perturbé par une suite de meurtres. En effet, trois corps sont retrouvés dans la station thermale et notre protagoniste participera à l’enquête aux côtés de Lisson et son équipe afin de découvrir le coupable et son mobile.

Il y a beaucoup de points qui ne m’ont pas plu dans cette nouvelle et je vais tenter de vous en expliquez quelques uns.
Tout d’abord, le plus simple : l’intrigue. Nous avons là une enquête policière sur à peine une centaine de pages, je suis donc tout à fait consciente qu’il est difficile de faire quelque chose de sophistiquée et très détaillée et ce n’est pas ce que j’attendais de ce roman. J’espérais tout de même avoir une histoire dans le style de Sherlock Holmes ou plus récemment Erica Falck de la romancière Camilla Lackberg, c’est-à-dire, un personnage ne faisant pas parti des forces de l’ordre mais ayant un esprit de déduction développé et aidant la police à résoudre l’enquête. Hors, ce ne fût pas du tout le cas ici. Tout ce que notre héro fait, c’est décrire ce qui se passe autour de lui et faire des blagues dessus… Bon, j’exagère peut-être un peu mais pas tant que ça. La preuve, c’est que ce n’est même pas lui qui découvre le poteau rose mais c’est sa femme (dont on n’entend pas parler pendant les trois-quart du bouquin) qui lui donne la solution en cinq minutes top chrono ! Ce n’est pas non plus lui qui attrape le criminel une fois celui-ci identifié… Pour quelqu’un qui devait aider à résoudre l’affaire, je me suis vraiment demandée à quoi il avait servi à la fin du roman…

Le deuxième gros point que je n’ai pas apprécié, c’est l’humour. J’adore rire et je pense avoir un humour assez varié. J’ai une préférence pour les calembours et les jeux de mots mais je ne dis jamais non à de l’humour noir ou de l’humour « bête » quand celui-ci est maîtrisé. Bref, je pense avoir l’esprit ouvert de ce côté là mais cela n’a pas suffit à me faire apprécier l’humour de Didier Fau. J’ai bien souri quelques fois mais bien plus souvent, je cherchais où était la blague. Je vous donne ci-dessous deux exemples du type d’humour qu’on peut retrouver.

« Mes voisins immédiats alors frustrés d’une conversation possiblement aussi intéressante que celle émanant d’un alcoolique tentant de battre son record personnel, essayaient désespérément de trouver un curiste de substitution tout en me regardant bizarrement. »

« Après quelques tentatives d’explication auprès des personnels concernés, je me suis vite rendu compte que la probabilité de réussite d’une telle démarche était directement comparable à la fréquence d’alignement des planètes du Système solaire, soit une fois par million d’années. »

Alors, sorti de son contexte, ça perd son charme je vous l’accorde mais avec ces exemples, c’était surtout la structure de la phrase dont je voulais vous parlez. L’auteur utilise des comparaisons pour faire ses blagues et pourquoi pas (la deuxième n’est pas mal en soi), le problème, c’est que le texte et l’intrigue sont bien trop souvent noyés dans ce type de structure et l’humour qui aurait pu être drôle devient répétitive et lourde. Je l’aurais bien plus apprécié si elle avait été plus subtile ou utilisée avec parcimonie.

Une dernière chose qui m’a dérangé, c’est les railleries constantes du héros envers les curistes et autres personnages du livre. Certains diront probablement que je n’ai pas d’humour, que j’exagère ou je-ne-sais-quoi d’autres mais lire constamment les curistes être appelés « sumos » ou une gendarme « camionneur » par le protagoniste, je trouve ça complètement inutile et déplacé (pour ne pas dire insultant). Si je ne l’avais pas lu aussi souvent, ça serait peut-être passé mais la répétition de ces mots ne rendait les blagues qu’un peu moins marrantes à chaque fois…

Bref, Therminus, tout le monde décède ! ne fût pas ma tasse de thé. Je ne peux nier que Didier Fau maîtrise les mots et la langue française comme jamais (sa plume est très adroite) mais pour ce qui est de l’humour, il n’a pas réussi à me toucher une seule fois. J’ai lu pas mal de commentaires d’internautes ayant apprécié l’humour de cette nouvelle donc vous pouvez toujours tenter, ce sera peut-être votre cas aussi !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s