Les Cercles de l’Eternité – Jean-Louis Ermine

Note : ★★★★☆ (3.5/5)
Extrait : « En général, ceux qui avait fait le Choix étaient d’une force et d’un courage surhumains et se tiraient souvent des mauvais pas. C’était moins sûr pour les autres, le pari était alors plus difficile. »

couv59801210

Titre : Les Cercles de l’Eternité
Auteur : Jean-Louis Ermine
Genre : Science-Fiction
Langue : Française
Pages : 167
Note : 3.5/5

En bref : L’éternité est souvent exploitée dans la SF et le point de vue de l’auteur sur le sujet était plutôt original. J’aurais cependant apprécié qu’il prenne le temps de détailler son univers (personnages et cercles), quitte à le réduire, afin que je puisse m’attacher davantage à ce monde.

Résumé :

Dans un futur lointain, les hommes ont découvert le secret de l’éternité, mais cette invention a un prix. La personne qui choisit de suivre cette voie entre dans un processus inéluctable de dégénérescence, qui fait ressortir ses plus bas instincts. Le monde se divise alors, et se structure en « cercles », correspondant chacun à des stades de décadence plus ou moins avancés. Face au déclin de l’humanité, le gouvernement cherche des solutions, et finit par retrouver la trace d’un mystérieux scientifique, dont les recherches sur l’immortalité auraient abouti. Laurie et Simon, deux marginaux que tout oppose, sont chargés de ramener le professeur et de redonner espoir aux habitants des cercles. Pour cela, ils devront s’aventurer au-delà des terres connues, là où la barbarie a tous les droits. Une chasse impitoyable est lancée, et les entraînera dans une véritable traversée des enfers. L’éternité leur réservera encore bien des surprises.

Avis :

Je remercie Anaëlle de la maison d’Auto-édition Publishroom pour m’avoir proposé ce SP gratuitement en échange d’une chronique.

Dans le monde de Jean-Louis Ermine nous avons deux choix de vie. La première est une vie de simple mortel. La deuxième est une vie éternelle mais cette éternité a un coût. En effet, ceux qui décident d’ingérer la drogue de l’éternité se voient doter d’une vie extrêmement longue mais aussi d’une dégénérescence progressive de leurs facultés mentales due aux effets secondaires de la drogue. Au fil des années, ils sont sujets à des pulsions de plus en plus violentes et incontrôlables au point où ils deviennent un danger pour eux et leur entourage. C’est ainsi que le gouvernement à décider de séparer les mortels et non-mortels d’une part et les non-mortels en fonction de leur degré de dégénérescence d’autre part. C’est dans cet univers découpé en cercles que nous faisons la connaissance de Laurie et Simon envoyés en mission par le gouvernement pour retrouver un célèbre professeur qui aurait trouvé le moyen de faire face aux effets nocifs de la drogue.

J’ai accepté de lire cet ouvrage principalement à cause de l’histoire. L’immortalité est un sujet souvent exploité dans la Science-Fiction et j’ai trouvé très original le fait que Jean-Louis Ermine rajoute cette décadence irrémédiable à une offre si alléchante. Cela donne plus de profondeur à l’histoire et les différentes étapes de dégénérescence permettent une plus grande variété de la société. Malheureusement, tout ça manque de détails. Au fil des pages, j’ai eu le plaisir de découvrir un monde bien singulier, rempli d’Hommes (ou plutôt de créatures) très variés, mais à peine Laurie et Simon, nos protagonistes, faisaient-ils leur connaissance qu’ils devaient reprendre leur route. Alors oui, d’un côté c’est bien car le rythme est soutenu et l’action ne manque, ce qui fait que nous n’avons guère le temps de nous ennuyer mais d’un autre côté, si comme moi, vous étiez plus excitée par le voyage que la destination, vous risquez d’être déçue.

Les petits aperçus de l’auteur sur la population locale sont forts intéressants mais je voulais en apprendre davantage sur eux. Pourquoi ils ont choisi l’éternité alors qu’ils en connaissent parfaitement les conséquences ? Comment s’adaptent-ils à leur nouvelle vie ? Comment combattent-ils les effets secondaires ? Qu’elles sont leurs peurs, leurs espoirs, l’avenir qu’ils entrevoient ? Bref, l’univers me fascinait tellement que j’avais des tonnes de questions qui se bousculaient dans ma tête et je fus très insatisfaite par les réponses de l’auteur. Bien que l’univers soit alléchant, en 200 pages, Jean-Louis Ermine n’a pas réussi à me conquérir entièrement. J’aurais préféré qu’il crée un monde plus restreint ou mieux encore qu’il écrive un roman deux voire trois fois plus long afin de pouvoir développer comme il se doit l’univers et ses occupants.

En ce qui concerne les occupants justement, à part Laurie et Simon, il n’y a guère d’autre personnages qui se démarquent. Laurie est rabatteuse à la frontière, elle empêche les déviants de revenir dans la ville où les mortels vivent. C’est une femme qui ne pense qu’à son travail et qui excelle dans ce dernier. C’est d’ailleurs pour ses compétences et son sérieux qu’elle a été choisie. Simon quant à lui, est un ancien immortel. Il a pris les drogues de l’éternité mais son corps en a rejeté les effets. Il est par conséquent le mieux placé pour arpenter les différents cercles.

Je dois avouer que Laurie m’a laissé de marbre pendant toute ma lecture. Je l’appréciais quelque peu au début, j’imaginais un personnage avec un sang froid à tout épreuve mais très vite, elle se retrouve submergé par les événements et le changement est tellement soudain que la déception s’est peinte sur mon visage. En plus, on ne connaît pratiquement rien du personnage. Qu’est-ce qui a amené Laurie à devenir rabatteuse ?, Que compte t-elle faire avec tout l’argent qu’elle récolte de ses commissions ?, etc.
J’ai eu le même soucis avec Simon. Je l’ai plus apprécié que Laurie à cause de son côté mystérieux et son immortalité passée. Mais à nouveau, j’ai eu beaucoup de questions sans réponse… Ensemble, ils parcourent les cercles à la recherche du professeur et ils rencontrent des habitants plus ou moins amicaux. Mais comme je l’ai dit avant, à peine arrivé, ils repartent aussitôt ! Cela donne du rythme au récit certes mais dans un genre comme la SF, je préfère quand l’auteur nous laisse des instants de répit pour profiter du monde et nous expliquer les enjeux.

Enfin, je n’ai pas trop apprécié l’évolution de leur relation qui m’a paru trop brutale et peu réaliste. Quant à la fin, l’auteur nous offre une vision très intéressante et originale sur l’éternité mais qui n’est cependant pas la mienne.

Bref, « Les Cercles de l’éternité » est un livre qui a énormément de potentiel et dont l’univers m’a plu par son originalité. Je regrette cependant le manque de développement de celui-ci et la frustration que cela m’a apporté de ne pas avoir les réponses à mes questions. Il est fort probable que je me sois un peu emballée lorsque j’ai découvert ce titre mais tout de même, j’en attendais un peu plus que ça. Je reste sur ma faim ><.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s