Le sel de nos larmes – Ruta Sepetys

Note : ★★★★★ (5/5)
Extrait : « La Nature. Voilà une chose que la guerre ne pourra pas me prendre non plus. Les Nazis ne peuvent pas arrêter le vent et la neige ; les Russes ne peuvent pas s’emparer du soleil, ni des étoiles. »

couv24192318

Titre : Le sel de nos larmes
Auteur : Ruta Sepetys
Genre : Historique, Jeunesse
Langue : Française
Pages : 464
Note : 5/5

En bref : On connait tous l’histoire du Titanic mais peu de gens savent que la plus grande catastrophe maritime fût le naufrage du Wilhem Gustloff pendant la Seconde Guerre Mondiale. Et Ruta Sepetys nous offre ici un récit bouleversant à travers quatre personnages judicieusement choisis. Un livre fort, que je recommande vivement !

Résumé :

Hiver 1945. Quatre adolescents. Quatre destinées.
Chacun né dans un pays différent. Chacun traqué et hanté par sa propre guerre.
Parmi les milliers de réfugiés fuyant à pied vers la côte devant l’avancée des troupes soviétiques, quatre adolescents sont réunis par le destin pour affronter le froid, la faim, la peur, les bombes… Tous partagent un même but : embarquer sur le Wilhem Gustloff, un énorme navire promesse de liberté…

Avis :

J’avais beaucoup aimé Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre de cet auteure, c’est donc avec beaucoup d’impatience que j’ai commencé son nouveau roman.

On suit quatre vies, quatre destinés, quatre personnages : Florian, Alfred, Emilia et Joana. Joana est une infirmière qui a quitté la Lituanie en 1941 pour rejoindre le territoire allemand avant que son pays soit envahi par les Russes. Florian est un prussien qui semble autant fuir les soviétiques que les nazis. Il garde un secret et cherche à tout prix à se rendre à Kiel en Allemagne. Emilia est une jeune polonaise qui fait rapidement la rencontre de Florian. Celui-ci va lui sauver la vie et Emilia va alors le suivre à la trace et tout faire pour s’acquitter de sa dette. Quant à Alfred, c’est un matelot fidèle au Reich, qui fera parti de l’équipage du Wilhem Gustloff. Chacun a ses raisons de quitter son lieu de résidence et de partir vers l’ouest en direction du port de Gotenhafen afin d’embarquer sur un des navires réquisitionnés par le Reich lors de l’opération Hannibal.

Avant de parler du naufrage en lui-même, l’auteur prend bien le temps de remettre les choses dans leur contexte. Nous sommes en janvier 1945, Staline prend petit à petit le pouvoir sur Hitler en récupérant les territoires que ce dernier avait conquis (en pillant, violant, déportant et tuant les locaux au passage) mais le Reich refuse de s’avouer vaincu et c’est seulement lorsque Hitler se retrouve au pied du mur qu’il ordonne à la population de battre en retraite. Les habitants n’ont cependant pas attendu que leur dictateur donne l’ordre d’évacuation pour quitter villes et villages et rejoindre des zones plus sécurisées à l’ouest. Notamment le port de Gotenhafen où quatre bateaux ont été réquisitionnés pour transporter les réfugiés à Kiel et Sassnitz, deux villes allemandes situé de l’autre côté de la mer Baltique. C’est dans ces circonstances que nous faisons la connaissance de nos protagonistes.

Ils ont chacun un passé, des secrets, une vie et un objectif que nous découvrons au fur et à mesure des pages. Comme l’auteure change de point de vue à chaque chapitre, j’avais peur de me retrouver perdu avec tous ces personnages mais finalement les chapitres sont tellement courts que nous n’avons pas le temps d’oublier ce qui est arrivé à tel ou tel protagoniste. Cela donne même plus de rythme au récit et il est très dur de s’arrêter ! J’ai eu de nombreuses fois le syndrome du « Encore un chapitre et je vais me coucher. »…
J’ai beaucoup aimé Emilia, Joana et Florian, ils viennent tous d’horizons différents mais ils se serrent les coudes face à leur ennemi commun. Quant à Alfred, j’ai eu plus de mal avec lui. C’est un petit soldat du Reich qui prend tout le monde de haut et qui profite d’une autorité qu’il ne mérite pas. Certaines de ses répliques et réflexions m’ont rendu dingue mais lorsqu’on finit par apprendre sa vie dans son intégralité, on comprend mieux ses actions et la pitié voire la compassion remplace le dégoût qu’on peut avoir pour lui.
En plus de ces quatre protagonistes, Ruta Sepetys agrémente son panel, de personnages secondaires très attachants. J’ai eu un gros coup de cœur pour le cordonnier et le petit Klaus !

Une bonne partie du livre est donc consacré au périple qui amène nos personnages jusqu’au port où ils embarqueront tous, par la suite, sur le Wilhem Gustloff. A partir de là, l’ambiance change radicalement. Le voyage, la découverte des personnages et l’approfondissement de leurs liens fait place à l’horreur. L’horreur des attaques des soviétiques, de l’affluence grandissante des réfugiés dans le port et enfin du naufrage du bateau torpillé par un sous-marin russe. C’est la pire catastrophe maritime de l’histoire. Elle a fait près de 10 000 morts et Ruta Sepetys nous raconte avec beaucoup d’émotions et d’humanité ce qu’il s’est passé et ce que chaque personnage a vécu. C’est poignant et on peut difficilement rester insensible à la tragédie qui se dessine sous nos yeux.

L’auteure a passé trois ans à se renseigner, à voyager, à rencontrer toute sorte de personnes et à recueillir de nombreux témoignages de rescapés pour obtenir ce livre, et je peux vous garantir que ça se ressent à la lecture… Quand j’ai lu la note de l’auteure à la fin où elle explique comment son livre a vu le jour, j’ai eu beaucoup de respect pour elle.

Bref, avec « Le sel de nos larmes », Ruta Sepetys a encore réussi à me conquérir et pourtant les romans historiques sont loin d’être mon genre de prédilection. Mais la sincérité avec laquelle elle a écrit ce roman m’a touché et même plusieurs jours après l’avoir fini, j’y pense encore. C’est un livre que tout le monde devrait lire car même si les personnages sont fictifs, leur vie a fortement été inspirée par de véritables témoignages de rescapés. Puis, je pense qu’en plus du Titanic ou du Lusitania, nous devons partager l’histoire trop peu connue du Wilhem Gustloff.

Publicités

Une réflexion sur “Le sel de nos larmes – Ruta Sepetys

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s