Sherlock & Moria, tome 1 : L’initiation – Ridley Pearson

Note : ★★★★☆ (4/5)
Extrait : « Il n’a pas toujours été comme ça. […] Mon grand frère, James. Un garçon, donc – ça, je n’y peux rien, mais je ne lui en tiens pas rigueur. Et je ne vais pas vous mentir, je sais précisément à quel moment il a basculé du mauvais côté : durant notre scolarité à la Baskerville Academy. »

couv73814748

Titre : Sherlock & Moria, tome 1 : L’initiation
Auteur : Ridley Pearson
Genre : Jeunesse
Langue : Française
Pages : 392
Note : 4/5

En bref : Une adaptation originale de l’univers de Conan Doyle. Ce premier tome pose les bases de la saga et bien que la fin nous laisse un peu sur le carreau, elle promet encore de nombreuses aventures en compagnie de Moria, Sherlock et James que je suis curieuse de découvrir.

Résumé :

Avant d’être ennemis, Sherlock Holmes et James Moriarty étaient… colocataires.

La rentrée de James Moriarty à l’internat de Baskerville tourne rapidement au cauchemar : il se retrouve dans la même chambre que Sherlock Holmes… L’aversion est immédiate et réciproque. Dommage pour Moria, la sœur de James, qui tombe sous le charme du jeune Anglais… Mais à peine l’année commence-t-elle qu’une bible d’une immense valeur disparaît : les Moriarty sont les premiers suspectés. Voilà James et Sherlock obligés de collaborer pour résoudre ce mystère, et ils ne sont pas au bout de leurs surprises !

Avis :

James et Moria sont envoyés à contre-cœur à la Baskerville Academy pour poursuivre leurs études dans cette prestigieuse école comme c’est la tradition chez les Moriarty depuis des générations. Cependant à peine sont-ils arrivés que le directeur annonce la disparition de la fameuse Bible des Moriarty, trésor de la famille et gardée jusque là par l’école. En plus de cette mystérieuse disparition, James reçoit des messages sous forme d’énigme qui pourrait bien le mener à la Bible. Il essaye tant bien que mal de les résoudre seul mais son colocataire, Sherlock Holmes, ne peut s’empêcher de fourrer son nez dans les affaires de James et de l’aider dans son enquête.

Comme vous l’avez remarqué si vous me suivez depuis quelques temps, je suis une grande fan de Arthur Conan Doyle, le créateur de Sherlock Holmes. Bien qu’étant fan de l’univers de l’écrivain, je ne rechigne jamais devant des adaptations. Je suis même souvent curieuse de la façon dont d’autres auteurs voient le personnage. Une fois tombé sur ce roman, je n’ai donc pas tarder à délaisser les autres livres de ma PAL pour me jeter sur celui-ci !

L’histoire est racontée du point de vue de Moria, la sœur de Moriarty. En réalité, dans l’oeuvre de Conan Doyle, James Moriarty semble avoir un frère (dont il fait peu voire pas du tout mention) et non une sœur. Le changement est intéressant car il nous permet de découvrir un James Moriarty beaucoup plus humain et décrit comme un frère aimant et protecteur. En dehors de ça, il est plutôt renfermé et dépassé par les événements. Alors oui, on est très loin du grand méchant rusé et impitoyable qui dirige une organisation criminelle, qu’on peut entrevoir dans Sherlock Holmes mais je pense qu’il est bon de considérer cette saga comme un préquel. Parce qu’on remarque aussi au fil des pages, un garçon colérique qui a horreur d’être sous-estimé, dirigé ou manipulé.
Je ne sais pas où exactement va nous emmener Ridley Pearson par la suite mais à travers ce premier tome et le compte-rendu des événements que nous fait Moria, on peut tout de même supposer que James Moriarty va petit à petit plonger vers les forces du mal et devenir l’ennemi de Sherlock Holmes comme nous le connaissons. La petite graine du grand banditisme est là et ne demande qu’à pousser. Et je dois avouer que je suis assez impatiente de voir ça ! C’est ce qui m’a le plus captivé dans ce premier volume.

Quant à Sherlock Holmes, il se rapproche plus de la version de Arthur Conan Doyle même s’il a un côté un peu plus agaçant qui peut s’expliquer par un manque de maturité du personnage.
D’une manière générale, j’ai beaucoup apprécié ce trio qui m’a donné l’impression d’avoir en face de moi des versions miniatures des véritables personnages de Conan Doyle.

Enfin, en ce qui concerne la fin de l’histoire, même si le mystère de la Bible nous est dévoilé, j’ai trouvé que le récit se terminait d’une façon plutôt abrupte. Beaucoup de questions restent en suspens et nous aurons sûrement les réponses dans les prochains tomes mais le fait que l’auteur face de petites ellipses pour esquiver les explications m’a un peu dérangé.

Bref, le tome 1 de « Sherlock & Moria » pose les bases de cette saga et nous donne un mini-aperçu de la manière dont l’histoire va probablement se terminer. Les personnages de Arthur Conan Doyle ont été dépoussiérés et rajeunit par Ridley Pearson qui ajoute, au passage, sa petite touche personnelle sans pour autant dénaturer l’oeuvre originale. C’est plaisant à lire et je me procurerai sûrement la suite dès qu’elle sera disponible afin de pouvoir connaître la suite des aventures de James, Sherlock et Moria !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s