Tout plutôt qu’être moi – Ned Vizzini

Note : ★★★★☆ (4.25/5)
Extrait : « Les gens d’aujourd’hui sont tous plus ou moins déglingués, tu sais. Je préfère être avec quelqu’un qui a conscience de l’être, plutôt que de côtoyer une personne qui semble parfaite mais qui est … prête à exploser. « 

couv74967161

Titre : Tout plutôt qu’être moi (VO : It’s kind of a funny story)
Auteur : Ned Vizzini
Genre : Jeunesse, Drame
Langue : Française
Pages : 432
Note : 4.25/5

En bref : Un roman émouvant, raconté avec honnêteté, vérité et humour. J’ai aimé suivre Craig dans son combat contre la dépression et les rencontres qu’il a pu faire durant son voyage à l’hôpital. Un récit poignant qui met en lumière une maladie bien trop souvent sous-estimée et négligée.

Résumé :

Durant l’une des séances chez son psy, Craig Gilner apprend qu’il existe une maladie mentale appelée le syndrome d’Ondine : ceux qui en souffrent oublient de respirer ; pour ne pas mourir asphyxiés, ils doivent se répéter sans cesse « respire, respire, respire ». La dépression, Craig va en faire l’expérience, c’est ce qui arrive quand on oublie de vivre.

Avis :

Craig Gilner est, de l’extérieur, un jeune garçon comme les autres. Il sort régulièrement avec ses amis. Il a une famille aimante et soudée. Il va à l’école où il ressort avec de très bonnes notes qui le promet à un bel avenir. Tout semble aller pour le mieux mais en réalité Craig est dépressif. Il a autant de difficulté à dormir qu’à garder sa nourriture au sein de son estomac. Une fois qu’il se rend compte de son mal être, il en parle à ses parents qui vont faire de leur mieux pour qu’il se rétablisse.

Tout d’abord, il est bon de savoir que ce roman est autobiographique. Enfin pas tout à fait car Ned Vizzini utilise un personnage fictif pour partager son expérience. Mais le fait qu’il fût sujet à la dépression et qu’il ait dû être hospitalisé quelques jours pour surmonter un passage à vide est bel et bien réel. Je parle de l’auteur au passé car malheureusement, après la publication de quelques livres et des interventions dans de nombreux établissements et conférences pour parler de ses œuvres, la dépression l’a rattrapé. Il s’est suicidé il y a de cela cinq ans maintenant mais ses écrits restent et je ne peux qu’espérer qu’ils puissent aider des gens qui se trouvent dans la même situation que lui autre fois, à trouver une solution ou au moins à réclamer de l’aide.

Parce que le point fort de ce roman est la façon dont l’auteur a traité le sujet, avec beaucoup d’honnêteté et de réalisme. La dépression est un sujet qui me touche et que les gens ont tendance à confondre avec la déprime. Être déprimé, c’est un sentiment qui vous plombe mais qui n’est que passager comme peut l’être la joie, la tristesse, la colère, etc. Tandis que la dépression est une maladie mentale, psychologique qui n’est pas toujours identifiable même par la personne concernée. C’est une maladie qui vous brouille la vue, l’esprit et vous empêche de voir les choses de manière positive. Elle agit de différentes façons en fonction des personnes mais bien souvent elle vous donne l’impression que votre vie est fade, que vous ne valez rien, que même si vous donniez le meilleur de vous même, ça ne servirait à rien, alors à quoi bon ? C’est un sentiment constant qui vous ronge de l’intérieur, vous occupe l’esprit des heures entières et qui finit par attaquer votre corps. Vous entrez dans un cercle vicieux dont il est très dur de sortir.
Tout ce mécanisme est parfaitement bien expliqué à travers le personnage de Craig grâce aux métaphores qu’il utilise : les Tentacules qui s’accrochent à lui pour les choses nocives et les Ancres (points d’ancrage) pour celles qui lui font du bien. Ce sont des termes imaginés qui nous permettent de comprendre facilement ce qu’il endure et comment il essaye de s’en sortir.

Le deuxième point que j’ai apprécié est que, contrairement à d’autres romans qui parlent de dépression ou de tentatives de suicide, le personnage principal n’a pas un passé sombre, une famille détruite, un secret absolument horrible qu’il n’arrive pas à gérer, non. Craig est un garçon comme les autres, il est même peut-être un peu mieux loti que la plupart. On pourrait donc penser qu’il n’a aucun raison d’être dépressif, qu’il exagère, que ça va passer, après tout, il a un toit au-dessus de la tête, une famille qui l’aime, des amis et il a pu intégrer une école prestigieuse, mais ce n’est pas le cas. Ned Vizzini nous montre que personne n’est à l’abri de cette maladie. On peut être le plus beau, le plus riche ou le plus célèbre de la Terre (ou carrément le contraire) et quand même faire une dépression car elle touche une zone bien plus profonde et intime de notre Être.

Malgré ce sujet peu réjouissant qui occupe l’intégralité du roman, l’auteur a su en faire un récit plaisant grâce à une plume qui ne manque pas d’humour. L’équilibre entre le côté dramatique de la situation et les plaisanteries des personnages est suffisamment bien maintenu pour apprécier les moments de légèreté tout en prenant au sérieux cette histoire.

Bref, « Tout plutôt qu’être moi » est un roman particulièrement émouvant, raconté avec beaucoup d’honnêteté, de vérité et d’humour. J’ai aimé suivre Craig dans son combat contre la dépression et les rencontres qu’il a pu faire durant son voyage à l’hôpital. Un récit poignant qui met en lumière une maladie bien trop souvent sous-estimée et négligée.

Publicités

2 réflexions sur “Tout plutôt qu’être moi – Ned Vizzini

  1. Je ne connaissais pas mais ton avis me donne super envie, d’autant plus quand tu dis que le personnage principal n’a pas un passé sombre et que  » rien  » n’explique directement sa maladie. Parce que je suis souvent énervée en voyant dans des livres des trucs du style  » elle est dépressive parce que son père est mort dans un accident de voiture quand elle était petite « . Je trouve que c’est bien de montrer que la dépression peut naître sans de raisons  » majeures  » mais plutôt de différentes petites choses. Je le rajoute à ma wishlist 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s