Interview #2 – Iléana METIVIER

Nouvelle interview aujourd’hui, d’une auteure qui a sorti son dernier roman « L’éveil » en début d’année : Iléana METIVIER. Je la remercie d’avoir accepté de répondre à mes questions dont voici le compte-rendu. Bonne lecture~

Questions-Réponses

1- Pour ceux qui ne te connaissent pas encore, pourrais-tu te présenter ?

Avec plaisir ! Je m’appelle Iléana et je suis auteure de nouvelles et de romans contemporains, appelés aussi « littérature blanche ». Mes écrits narrent des tranches de vie et j’aime particulièrement m’attarder sur la psychologie de mes personnages et leur évolution au fil du récit.
Les thèmes que j’aborde sont souvent difficiles, mais les messages sous-jacents font du bien au moral ! En bref, respect, tolérance, espoir, amour… Voilà ce que vous découvrirez dans mes œuvres.

2- Quel est le titre de ton dernier roman et que raconte t-il ?

« L’Éveil » raconte la rencontre entre Aëlle et Sloann, deux jeunes adultes. Aëlle a des idées bien précises sur l’écologie et l’éducation, entre autres. Pour en dresser un portrait rapide, elle a commencé sa scolarité dans une école Montessori, a été élevée dans une maison construite en paille et vit grâce à la permaculture (c’est très caricatural !). Ses parents l’ont entourée de bienveillance et lui ont transmis un certain savoir sur la psychologie : reconnaître ses besoins et ses émotions, accepter ses blessures… Bref, elle a la tête sur les épaules et une belle joie de vivre.

Sloann est issue d’un milieu beaucoup plus aisé et « conventionnel ». Son père a bâti sa richesse grâce à ses actions en Bourse et le jeune homme s’apprête à suivre ses traces même si cela ne l’emballe pas particulièrement. Il ne s’est jamais vraiment interrogé sur les conséquences de sa façon de consommer ou sur ses réactions pleines de colère, par exemple. Quand il rencontre Aëlle, c’est le choc, évidemment, mais très vite ils se surprennent à aimer discuter de leur point de vue respectif.

Petit à petit, une histoire d’amour naît entre eux, en même temps que leurs échanges s’approfondissent. « L’Éveil » mêle romance, écologie, société, famille et développement personnel.

3- Pourquoi avoir choisi un sujet aussi sensible que la politique et l’environnement pour accompagner cette romance ?

En fait, j’aime l’amour en général ! Dans mes textes, vous retrouverez forcément un sentiment d’amour, qu’il soit amoureux ou amical. Pour moi, c’est vraiment une des bases de la vie. J’ai longtemps hésité à faire « finir ensemble » Aëlle et Sloann, mais j’aime tellement écrire cet instant magique où les sentiments amoureux naissent que je n’ai pas pu résister ! Et puis cela me permettait d’aborder la codépendance dans le couple et le triangle de Karpman, la romance servait trop bien l’histoire pour que je passe à côté.

Pour l’environnement, c’est un cri du cœur. J’ai écrit « L’Éveil » en 2016 et je commençais, depuis quelques années, à prendre conscience que nous, consommateurs, détenons le pouvoir de faire changer les choses. En consommant certains produits, nous impactons directement la nature et la vie d’autres êtres humains et animaux. Alors j’ai commencé à changer ma façon de faire les courses, par exemple, et ça n’a pas été si difficile que ça. En discutant autour de moi de mes prises de conscience, je me suis aperçue que beaucoup de gens en ont conscience, mais qu’ils ne savent pas forcément comment changer. Je me suis dit que tout cela avait sa place dans un roman. Et les retours des lecteurs et lectrices me confortent dans ce choix.

Pour la politique, 2016 est l’année des Nuits Debouts et des énormes mobilisations contre la Loi Travail. J’ai trouvé fantastique que des citoyens et des citoyennes se regroupent spontanément, par curiosité, j’y suis allée. De là, j’ai découvert tout un réseau d’informations « parallèle » et il a bien fallu que j’ouvre les yeux : ils ne racontaient pas du tout la même chose que les médias traditionnels. J’ai creusé et j’ai voulu me faire ma propre opinion. En suivant les manifs parisiennes via Périscope, c’est-à-dire en direct, sans filtre et sans commentaire d’un éventuel présentateur ou rédacteur, je me suis aperçue comme la manière de présenter un fait pouvait le déformer. Le sujet m’a passionnée et quelques-unes de mes œillères ont volé en éclat. Un sujet en amenant un autre, je me suis retrouvée avec une pile de documentations, l’intégration au roman s’est faite naturellement.

4- Sur quoi te bases-tu pour créer tes personnages ? Ton imagination, ta personnalité, celle de ton entourage ?

Il y a un peu de ma personnalité et de celle de mon entourage, c’est certain. Parfois même il y a le rire ou la chevelure d’une inconnue, par exemple. Ça, c’est pour les « traits grossiers » des personnages. Pour les détails, c’est l’histoire qui les façonne. En fait, je construis mon histoire avant d’avoir les caractères ou le physique précis de mes protagonistes : mes persos servent l’histoire et la font évoluer et l’inverse se créé automatiquement.

J’ai également une fiche avec une liste de questions précises que j’ai étayée au fil des ans. Cette liste de questions est disponible sur le site ecrire-un-roman.

5- Y a t-il une partie de l’histoire (ou un personnage) qui t’a posé problème lors de sa création ? Ou, au contraire, qui était une évidence ?

Aëlle m’a posé le plus de problèmes ! Elle tient des propos tellement extrêmes, parfois, que j’avais du mal à les écrire ! Je relisais ma fiche personnage et mon plan pour me recentrer sur ma ligne directrice : il fallait qu’elle dise telle chose à tel moment, c’était primordial pour la suite ! Je fermais les yeux et me projetais le plus possible en elle, puis je pouvais écrire la scène. En fait, Aëlle est parfois là pour secouer comme un prunier Sloann (et les lecteurs et lectrices qui se sentent concernés !), ses propos peuvent se révéler bruts et tranchants pour créer cet effet-là. Mais ça a aussi été un plaisir de lui donner vie pour tous les instants avec sa famille et ainsi présenter un choix de vie épanouissant pour elle.

Du côté de Sloann, ça a été de trouver des arguments pour réfuter ceux d’Aëlle concernant l’écologie et l’agriculture, par exemple. Je suis tellement convaincue moi-même que l’industrie alimentaire est un fléau, que je ne parvenais pas à trouver des raisons pour contrer ça… J’ai visionné beaucoup de documentaires et, comme pour Aëlle, avant de rédiger certaines scènes je devais me recentrer afin de laisser les rênes à Sloann. L’évidence pour lui a été de le faire évoluer, avec toute la douleur et la peur qu’une prise de conscience et un changement d’habitude peuvent entraîner. En fait, encore maintenant j’admire beaucoup Sloann pour son tempérament et sa volonté.

Ce qui m’a demandé beaucoup de concentration et de finesse a été de faire en sorte que le roman ne soit pas moralisateur. C’était une de mes grandes craintes, mais aucun lecteur ne m’a fait cette remarque, c’est bon signe !

6- Tu as écrit à ce jour cinq romans. Quel est prochain projet d’écriture ? Quel thème aimerais-tu aborder ?

En fait, deux romans et trois nouvelles sont déjà parus. Mon prochain projet d’écriture est encore au stade embryonnaire, mais a priori ce sera un roman fantastique/contemporain, qui abordera l’égalité homme/femme et la reconnaissance de notre partie féminine. Vaste programme, donc, qui va certainement encore changer et s’affiner. J’espère pouvoir le publier fin 2019, mais courant de l’été ma vie personnelle va passer avant l’écriture… ma petite famille s’agrandit !

7- Un dernier mot pour tes anciens et peut-être futurs lecteurs ?

Je tiens à remercier chaleureusement mes anciens lecteurs et anciennes lectrices, notamment pour votre soutien, le bouche-à-oreille et vos commentaires… Je ne vis pas encore de ma plume, par contre, chacun de vos mots me booste à continuer ! (Même lorsque vous râlez parce que les réactions de Sloann vous énervent ou que vous me disputez pour une scène qui vous a fait verser une petite larme ! 😉 )

Pour les nouveaux lecteurs et nouvelles lectrices, je n’ai qu’un mot : bienvenue ! Bienvenue dans mon univers et entre les pages de mes romans et nouvelles… J’ai hâte de lire vos réactions, car il parait que « L’Éveil », qu’on aime ou pas, ne laisse pas indifférent !

Merci à toi Pauline pour cette super interview. J’ai pris beaucoup de plaisir à répondre à tes questions et à pouvoir développer certains aspects de ce roman. Merci !

Je remercie encore une fois Iléana METIVIER pour avoir accepté cette petite interview et pour m’avoir proposé la lecture de son dernier roman.
Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’auteure ou si ses romans vous intriguent, vous pouvez retrouver toutes les informations nécessaires ci-dessous :
Site officiel
Facebook
Amazon
Ma chronique de « L’éveil »

Publicités

3 réflexions sur “Interview #2 – Iléana METIVIER

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s