Festival #1 : Les Imaginales 2018

Les 26 et 27 mai dernier, j’ai assisté au festival « Les Imaginales ». Le premier festival des littératures de l’imaginaire en France qui se tient chaque année à Épinal durant quatre jours. Voici le compte-rendu de mon passage là-bas !

LES IMAGINALES, C’EST QUOI ?

Les Imaginales est un festival littéraire totalement gratuit centré sur la Fantasy et le Fantastique. Il est possible d’assister à de nombreuses conférences et tables rondes sur des sujets tournants autour de ces genres littéraires. Vampires, Fées, Dragons, architecture, batailles, Histoire,… toutes les créatures et tous les thèmes y sont passés.
En plus des conférences, on pouvait assister à des projections ou, souvent via une réservation, petit-déjeuner, déjeuner ou passer la soirée avec des auteurs et illustrateurs.
Enfin, il y avait aussi une zone pour jouer à des jeux de société, pour faire du bodypainting ou pour admirer des hommes et des femmes en tenue d’époque.

Bref, c’est un festival très complet où, avec mes amis, nous avons eu beaucoup de mal à choisir notre programme du week-end.

MON PROGRAMME – SAMEDI

Nous sommes arrivées près d’Epinal le vendredi soir pour être fraîches le lendemain et avoir la journée complète pour visiter le festival. Les conférences du samedi matin ne nous inspiraient pas plus que ça alors nous sommes parties voir l’exposition « There & Back Again, Visions de Tolkien et d’ailleurs » de l’illustrateur John Howe à la BMI de la ville.

Je suis une grande fan du Seigneur des Anneaux et de l’univers de J.R.R Tolkien d’une manière générale et ce fût un délice de découvrir quelques unes des illustrations de John Howe en aquarelle et encre. Il a un tel soucis du détail que ses paysages paraissaient réels à mes yeux. J’ai particulièrement aimé la façon dont il dessine les roches et l’utilisation qu’il fait de la lumière. Cette dernière n’est pas juste là pour éclairer, elle sublime la peinture et la rend vivante. Je ne suis pas une experte dans le domaine de l’art mais il est impossible de rester indifférent face à son talent.
L’exposition en elle-même était assez petite mais j’ai passé bien cinq minutes devant chaque dessins à admirer et redécouvrir la Terre du Milieu. Vous pouvez retrouver ci-dessous quelques photos de l’exposition. Les reflets empêchent de voir correctement les illustrations mais je ne pouvais pas faire mieux. Je ne peux que vous inciter à aller sur internet et faire une recherche d’images ou d’aller directement sur son site officiel pour en savoir plus sur cet homme aux doigts magiques !

Après l’exposition, nous sommes allées au Parc du Cours où se trouvent les attractions principales du festival. Nous sommes restées sur le thème de la Terre du Milieu en regardant la projection « A la recherche du hobbit, épisode 1 » avec Alexis Metzinguer.

C’était un petit reportage de 20 minutes racontant des anecdotes sur l’univers de Tolkien et sur le tournage de The Hobbit avec John Howe. Le reportage nous a emmené en Angleterre à la rencontre de la Tolkien Society qui nous ont raconté ce qu’ils aimaient dans le monde crée par l’auteur et les habitudes de ce dernier quand il était étudiant mais aussi à l’âge adulte (son parcours, ses amis, son club de lecture, etc.). Puis nous sommes partis en Nouvelle-Zélande pour découvrir la ville de Dale construite en taille réelle juste pour les besoins du tournage et les autres lieux qui ont servi pendant les films et qui sont désormais des sites de pèlerinages pour les fans de Tolkien.

C’est un reportage en plusieurs épisodes qui a été diffusés sur Arte mais je n’avais pas eu l’occasion de le voir. Ce fût donc très instructif et je vais probablement partir à la recherche des épisodes suivants !

A la suite de cette projection, nous avons assisté à la conférence « Pouvoirs et conflits… Au cœur de la fantasy ! » avec Paul Beorn, David Bry, Aliette de Bodard et Camille Leboulanger. Malheureusement, bien que le sujet soit intéressant, je n’ai pas trouvé que l’animatrice posait les bonnes questions. Puis, les auteurs présents restaient trop centrés sur leurs livres et comme je ne les avais pas lu, il m’était difficile de savoir de quoi ils parlaient réellement. Par manque d’intérêt, nous sommes parties à la moitié de la conférence ce qui nous a permis d’assister à la fin de la conférence « Romans historiques sur… La Première Guerre mondiale ! » avec Charlotte Bousquet, Silène Edgar, Isabelle Fournié et Danielle Martinigol. Le peu que j’ai pu en écouter m’a paru très intéressant. Les auteures parlaient de la place de la femme dans la société durant la Première Guerre Mondiale et le début du féminisme quand ces dernières ont été obligées d’aller travailler dans les usines pour remplacer les hommes partis en Guerre. Elles se sont alors rendues compte qu’elles se débrouillaient aussi bien que les hommes et cela a accentué leurs désirs d’émancipation.
Le titre de la conférence ne m’avait pas interpellé plus que ça mais si j’avais su le contenu plus en détails, je l’aurais probablement préféré à l’autre. Tant pis !

A la fin de cette conférence, nous sommes restées sur place pour assister à celle sur « Rêver la ville… Imaginer celle demain ! » avec Christelle Dabos et l’illustrateur de ses romans Laurent Gapaillard. J’ai le premier tome de La Passe-miroir dans ma bibliothèque mais je ne l’ai toujours pas lu… Cependant, ça ne m’a pas empêché de trouver la conférence particulièrement intéressante notamment les réflexions de Laurent Gapaillard. Il est clair qu’il n’a pas l’habitude de parler devant un aussi grand public (la salle était bien remplie) mais j’ai aimé ses réflexions sur l’architecture d’une bâtisse ou d’une ville qui reflète la société qui y habite. Par exemple, si une structure a une forme pyramidale, elle va nous inspirer un sentiment de sécurité et de stabilité tandis qu’une structure telle que celle représentée sur la couverture du premier tome suggère le contraire. C’est un parallèle curieux mais pas dénué de sens. Ce point m’a marqué, mais le reste des échanges étaient tout aussi instructifs et les questions des fans, à la fin, pertinentes. Ils m’ont donné envie de mettre ce roman un peu plus haut dans ma PAL !

Nous avons enchaîné ensuite avec la conférence « Les destructeurs des mondes… La fantasy mise en scène du chaos ? » avec Stephen Aryan, Pierre Bordage, Emmanuel Chastellière et Gabriel Katz.  Ce fût un de mes débats préférés. Les échanges étaient très fluides entre les auteurs et bien qu’à chaque question chacun partait de ce qu’il se passait dans son propre livre pour y répondre, ils savaient aussi s’en détacher pour parler de sujets plus vastes. Ils ont parlé de la religion qui est un très bon moyen de créer du chaos dans une histoire et ont approfondi cette partie au point de dire que les technologies actuelles sont une sorte de nouvelle religion à laquelle nous croyons tous. Chose qui est plutôt vraie je trouve. Ils ont terminé sur un point tout aussi intéressant, le fait que l’Homme finit toujours par refuser l’ordre qui est en place, d’où l’apparition du chaos, mais est incapable de vivre dans celui-ci. Ainsi, l’Homme subit constamment un cycle ordre/désordre.
Ce débat avait un soupçon de philosophie qui m’a beaucoup plu et je n’aurais pas été contre qu’il dure plus longtemps et que certains thèmes soient plus poussés.

Nous avons fini la soirée au Magic Salon Perdu où se déroulait « Carte blanche à… John Howe » avec John Howe (of course!) et Robin Hobb. Une soirée forte agréable où nous avons pu voir en exclusivité le reportage « D’un monde à l’autre » où, à travers un voyage entre la Suisse et la Nouvelle-Zélande, John Howe raconte la façon dont il perçoit le monde et son modus operandi quand il dessine. Il y a aussi eu une discussion entre l’animateur et les invités et une session Question-Réponse avec le public. John Howe devait aussi nous présenter la manière dont la maison de Beorn a vu le jour et nous devions voir un extrait de son prochain livre d’illustration mais le Power Point n’a pas supporter la trop grande qualité des photos (trop de talents dans le fichier xD !) et celles-ci n’apparaissaient pas lorsque le document était mis en diaporama. J’étais près de l’écran donc j’ai pu voir quelques slides mais ce fût bien trop peu par rapport à ce qui était prévu. Il va falloir attendre la sortie du livre dans quelques mois pour voir ça de plus près !

A la fin de la soirée, John Howe a fait une petite séance de dédicace et j’ai pu avoir sa signature sur l’artbook que j’avais acheté plus tôt dans la journée. Ce qui termine cette longue journée sur une excellente note !

MON PROGRAMME – DIMANCHE

Nous avions beaucoup de route à faire pour rentrer sur Paris alors nous avons pu assister qu’à deux conférences le dimanche matin : « Fantasy épique… et vraisemblance historique » avec Fabien Cerutti, Lionel Davoust, Estelle Faye et Jean-Philippe Jaworski et « Et on sourit, et on rigole ! Humour et imaginaire… » avec Jean-Claude Dunyach, Alexis Flamand et John Lang.

La première ne m’a pas laissé une trace indélébile. Le seul passage que j’ai trouvé digne d’intérêt fût lorsque les auteurs ont dit qu’ils aimaient bien mélanger des faits historiques à leur récit imaginaire et ainsi obliger le lecteur à se poser des questions et à se renseigner pour savoir ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En procédant de cette façon, le lecteur se cultive tout en « s’amusant ».

La deuxième et dernière conférence fût très drôle ! J’y suis allée essentiellement pour John Lang, le créateur du Donjon de Naheulbeuk dont les audios ont bercé toute mon adolescence et j’ai énormément rigolé. Ils ont parlé de la naissance de leurs œuvres respectives et de la place de l’humour dans la Fantasy et le Fantastique. Celle-ci est peu présente car bien souvent peu adapté aux situations héroïques dans lesquelles se trouvent le protagoniste. Mais ce qui m’a le plus charmé, ce sont les anecdotes de Jean-Claude Dunyach sur le monde du travail et ceux de John Lang sur son cours passage à l’armée et sur la création du Naheulband, son groupe de musique. Une conférence qui m’a permis de quitter ce festival le sourire aux lèvres !

MES ACHATS

Durant le festival, j’ai fait un tour à la Bulle du Livre où se trouvait de nombreux stands de livres et d’objets fantastiques et où la plupart des auteurs étaient présents pour faire des dédicaces. Là-bas, j’ai acheté en version poche la trilogie Le Puits des Mémoires de Gabriel Katz et Que Passe l’Hiver de David Bry aux éditions L’Homme sans Nom dont j’ai pu me faire dédicacer chacun des tomes. Gabriel Katz faisait même des petits dessins personnalisés en plus de la dédicace, je ne me suis donc pas gênée pour lui demander de m’en faire un à l’intérieur de chaque livre (a).

Je suis aussi allée au Pôle BDs/Illustration pour acheter l’Artbook de John Howe avec la préface écrite par Viggo Mortensen (rien que ça !). Ce livre est un bijou ! C’était le dernier exemplaire du festival et je l’ai acheté pour ma meilleure amie mais je vais vraiment le lui donner à contre-cœur parce qu’il est sublime xD. Je voulais aussi m’acheter Le Geste de Gurdil de John Lang et Guillaume Albin mais quand je suis repassée au stand en fin de journée, ils avaient écoulé tout leur stock T___T.

BILAN DU FESTIVAL

C’est la première fois que j’allais au festival Les Imaginales et je ne regrette pas le déplacement ni les courtes nuits ! J’ai passé un excellent week-end. Je n’aime pas particulièrement la foule, alors de pouvoir me balader en plein air pour aller d’une conférence à une autre était très agréable. C’est un festival à taille humaine où il est bien plus facile de rencontrer et d’approcher des auteurs ou illustrateurs. Cette accessibilité et le fait que le festival soit gratuit m’a poussé à dépenser bien plus que d’habitude (mais pas de regrets !). Je n’hésiterai pas à y retourner l’année prochaine si l’occasion se présente et si les invités sont toujours d’aussi bonne qualité !

 

10 réflexions sur “Festival #1 : Les Imaginales 2018

  1. Oh ! à ce que je vois on a dû se croiser un bon paquet de fois parce qu’on a fait beaucoup de conférence en commun le samedi ! La carte blanche le soir était troooooop bien, ils sont trop choux Robin Hobb et John Howe. C’était trop la déception le powerpoint qui marche pas >..<" mais par contre j'ai eu la dédicace de Guillaume et John sur la Geste de Gurdil, moi ! :p
    ~Kara

    J'aime

    • eh ! y’a la moitié de mon commentaire qui s’est effacé !
      Je redis donc : j’aurai bien aimé faire la conf de John Lang, mais on a du partir tôt le dimanche, donc pas de festival ce jour là 😦

      J'aime

      • Moi c’est la conf de Robin Hobb le dimanche à 16h sur les Six Duchés que j’aurais adoré voir aussi mais avec les heures de route qui nous attendaient, ce n’était clairement pas envisageable T___T

        Aimé par 1 personne

      • Ah, c’est clair que ça avait l’air intéressant ! On a fait l’entretien avec Robin Hobb le samedi, et on a été trop déçue, la meuf qui posait les questions elle était un peu nulle >.<

        J'aime

      • Oui, ça arrive malheureusement. Tous les animateurs n’étaient pas géniaux. On voyait clairement que certains suivaient leur script et ne rebondissait pas sur ce que les auteurs disaient. Ce qui fait que la discussion n’est pas vraiment fluide et on accroche moins =/
        J’ai eu ça pour ma première conf’

        Aimé par 1 personne

      • Oui, nous c’était surtout qu’elle était un peu trop biaisé et qu’elle lisait des passages des livres (donc bonjour les spoiles). Sans compter les questions hyper lourdes -_-‘

        J'aime

      • Super le professionnalisme… xD
        Heureusement que je n’étais pas là alors parce que je n’ai pas lu la dernière trilogie encore (je ne veux pas que ça soit fini TT) du coup si elle me l’avait spoilé, je l’aurais étripé à la sortie ! xD

        J'aime

    • Ouii, j’ai adoré la tête de Robin Hobb quand John Howe a dit que Alan Lee était le gentil et lui le méchant. Elle a froncé les sourcils et l’a regardé en mode « Mais c’est pas vrai, qu’est-ce qu’il raconte celui-là ! » xD

      J’avais envie de massacrer le technicien ! Je trouve ça fou qu’ils aient pas checké avant xD
      Il aurait pu simplement ne pas mettre le fichier en diaporama et faire défiler les slides manuellement >< (du moins le fichier où les slides étaient dans l'ordre…)

      J'aime

      • et les anecdotes étaient trop chou ! celle de l’épée de Robin Hobb nous a bien fait rire ^.^
        Ouais c’est clair ! Après, ils auraient aussi pu vérifier avant si ça marchait comme il faut, et sortir le fichier en pdf… y’a plein de solutions, mais ils ont été pris de court >.<" M'enfin, je suppose que s'ils avaient passé les powerpoint la soirée se serait fini à 4h du matin XD

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s