Tim au cœur d’or – Olivia Quetier

Note : ★★★★☆ (4/5)
Extrait : « Dès que le soleil apparaissait et donnait sa lumière aux arbres. Timothé commençait à dessiner. Il était calme, apaisé, plus rien ne comptait que le trait, le regard, la couleur. Il savait qu’il était l’heure de partir grâce à la couleur du ciel et à la force de la lumière. »

couv17668686

Titre : Tim au cœur d’or
Auteur : Olivia Quetier
Genre : Contemporain
Langue : Française
Pages : 284
Note : 4/5

En bref : Une histoire touchante mettant en scène un jeune garçon, Timothé, qui se bat tout au long de sa vie pour atteindre ses objectifs. Un garçon puis un homme qui m’a émue et que j’ai aimé suivre. La plume de l’auteure est pertinente et pleine de poésie.

Résumé :

Timothé vit en Lozère. Sa mère est alcoolique, son père un homme simple et bourru. Il veut devenir artiste peintre. Il met tout en acte pour tout quitter. Mais il est ramené sans cesse à cette mère qu’il s’imagine pouvoir sauver. Timothé vit ses années de lycée dans la peur que sa mère ne sombre dans la dépression. Cependant, ses amitiés et sa passion du dessin le maintiennent debout.
Nous le retrouvons 17 ans plus tard. Il peine à trouver sa place dans le milieu de l’art dont il ne supporte pas les codes. Pourra-t-il faire éditer sa bande dessinée « Tim au coeur d’or » ? Il est marié, vit à Paris avec un enfant. Sa femme consomme beaucoup de drogues et Timothé se retrouve à nouveau confronté à l’addiction. Il comprendra qu’il doit prendre des distances avec la destructivité qui touche ses proches pour pouvoir avancer. Durant les vingt années que traverse le roman, il cherchera à se dégager de cette place assignée par les liens familiaux.

Avis :

Ce livre est un SP proposé par Olivia Quetier et je la remercie beaucoup pour la confiance qu’elle m’a accordé en m’envoyant son livre gratuitement en échange d’une chronique.

Timothé a seize ans quand il se rend compte qu’il est à deux doigts de passer à côté de la vie qu’il souhaite. L’année scolaire vient de se terminer et les professeurs ont décidé de le réorienter en BEP mais Tim a une passion pour le dessin. Il veut entrer au lycée général avec tout le monde, obtenir son bac et aller dans une grande école d’art à Paris. Cependant ses résultats scolaires ne sont pas fameux et entre une mère alcoolique et un père qui s’attend à ce que Tim travaille à l’usine comme lui, il n’a pas le soutien familiale qu’il aimerait. Cependant suite à une discussion avec l’infirmière du collège, il décide de se battre malgré tout. Il va jusqu’à rencontrer le directeur du collège et lui expliquer sa situation, ses ambitions et lui prouver sa motivation pour le faire changer d’avis. A partir de ce déclic, Tim va prendre sa vie en main et nous le suivrons tout au long de son adolescence jusqu’à ce qu’il devienne un adulte accompli.

J’ai aimé la force de caractère de Tim, sa combativité et son envie de ne pas ressembler à ses parents. De ne pas être froid comme son père ou porté sur la bouteille comme sa mère. De ne pas se contenter d’un boulot d’ouvrier parce que c’est plus simple et stable mais de foncer vers son rêve d’artiste même si la route est beaucoup plus accidentée. A plusieurs reprises, j’ai eu peur que Tim perde courage, abandonne tout et retourne à la vie qu’on lui prédestine et qui lui fait horreur. Surtout lorsqu’il perd son sang froid et que son côté obscur le submerge. Mais non, à chaque fois, que la peur et les difficultés surgissent, il garde confiance (plus ou moins) et finit par surmonter les obstacles un par un ! Bien sûr, ça lui arrive de perdre pied et de faire des erreurs mais c’est aussi un personnage ouvert d’esprit, qui sait se remettre en question et qui ne reste pas enfermé dans des préjugés.

La relation entre Tim et sa mère prend aussi une très grande place dans ce récit et j’ai été à la fois choqué et émerveillé par le comportement de Tim. Pour le coup, le titre du roman lui va comme un gant. Je ne sais pas si j’aurais été capable de faire la moitié de ce qu’il a fait tout au long de sa vie pour elle. Je n’ai pas toujours été d’accord avec ses décisions mais il ne fait aucun doute que c’est un bonhomme bien courageux pour endurer autant de déceptions et de surprises…
Quant à son père, contrairement à Tim, je ne l’ai jamais détesté car j’ai tout de suite compris quel genre de personnage c’était. C’est un homme très maladroit qui ne sait pas comment faire face à sa situation familiale et le peu d’affection qu’il montre à son fils est tout de suite mal interprété. Leur relation est bourré de quiproquos et c’était intéressant de les voir évoluer.

Un dernier point qui est important dans ce roman, c’est les personnages secondaires notamment Alban, Théo, Sidonie, Luce et le directeur du collège. Parce que Tim ne serait pas Tim sans le soutien de ses quelques amis et professeurs qui ont cru en lui et qui lui ont donné un coup de pouce quand il en avait besoin.
Ce livre est une histoire de famille mais pas que, c’est aussi une histoire d’amitié, de rêves et de confiance. J’ai trouvé que c’était un roman porteur d’espoir malgré l’ambiance plutôt pesante qui se dégage de ce récit.

En bref, « Tim au cœur d’or » est un récit touchant et écrit de manière percutante qui nous montre qu’on a beau vivre dans un environnement qui n’aide pas à l’épanouissement, il n’est pas impossible de tendre vers ses rêves. Parfois il suffit de s’accrocher et de trouver des gens pour croire en vous et vous aider.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s