Princess Bride – William Goldman

Note : ★★★★☆ (3.5/5)
Extrait : « Assez sur ma beauté, soupira Bouton d’Or. Tout le monde ne parle que de ça. J’ai un cerveau, Westley, parles-en aussi. » – « Je m’appelle Inigo Montoya, tu as tué mon père, prépare toi à mourir. »

couv18446121

Titre : Princess Bride
Auteur : William Goldman
Genre : Fantasy
Langue : Française
Pages : 335
Note : 3.75/5

En bref : Un début qui m’a intrigué, les clichés tournés en dérision sont plaisants à lire. Cependant, plus j’avançais dans l’histoire, plus elle me laissait perplexe et m’ennuyait. Puis, les interventions de l’auteur que je trouvais drôle au départ, ont fini par m’avoir à l’usure et je les ai trouvé plus dérangeantes qu’autre chose.

Résumé :

Il était une fois la plus belle des aventures, auréolée par le grand amour, le seul, le vrai. Le conte intemporel de S. Morgenstern -redécouvert et merveilleusement abrégé par Wiam Goldman – est peuplé de personnages aussi inoubliable que Westley, le beau valet de ferme qui risque sa vie pour la femme qu’il aime ; Inigo Montoya, le fabuleux bretteur qui ne vit que pour venger la mort de son père ; Fezzik, le plus doux et le plus fort des colosses… et bien sûr, Bouton d’or : la princesse, la fiancée, la femme idéale, la plus belle de toute l’histoire du monde. Princess Bride : un bijou d’humour et d’émotion, un merveilleux classique devenu un film culte et le roman favori de millions de lecteurs.

Avis :

Nous découvrons la vie de Bouton d’Or alors qu’elle n’a pas encore vingt ans et qu’elle vit dans une ferme avec ses parents et son garçon de ferme, Westley. Bouton d’Or n’est alors pas la plus belle femme du monde mais elle va le devenir et à ce moment-là, elle sera donnée en mariage au Prince de Florin. En attendant ce jour, la jeune femme passe ses journées à rabrouer son garçon de ferme et à faire ce qui lui chante.

D’habitude, j’ai tendance à zapper tout ce qui est « Mots de l’auteur » ou « Remerciements » dans les bouquins mais par curiosité, j’ai lu les premières lignes de l’introduction faite par William Goldman et j’ai tout de suite été intriguée par sa plume. J’ai été marquée par son humour mais surtout par son honnêteté. Il nous dépeint sa vie qui semble loin d’être réjouissante et nous explique comment il en est venu à écrire Princess Bride. Cette préface m’a plu et c’est le sourire aux lèvres que j’ai commencé ce roman.

J’ai aimé les premiers chapitres. L’auteur se moque brillamment des clichés romanesques sur la beauté, l’amour, les femmes, leurs manies d’embarquer quarante valises pour partir un week-end, etc. C’est drôle et les interventions de l’auteur sont toujours pertinentes. Car oui, William Goldman a abrégé l’histoire de Morgenstern mais y a ajouté ses petits commentaires à droite et à gauche pour justifier ses coupes et nous rendre la lecture plus agréable. Du moins, c’est ce que je croyais !

Je n’ai jamais vu le film, seulement brièvement entendu parler du livre lorsque je m’y suis mise. Je ne savais donc pas que Morgensten était un auteur inventé de toutes pièces par William Goldman et qu’en réalité, Princess Bride était son histoire de A à Z, coupures comprises. Lorsqu’une amie me l’a appris, la première chose que je me suis dite, c’est « Wouah, il est fort, je suis carrément tombée dans le panneau ! » puis j’ai repris ma lecture… Mais après avoir été mise courant de cette « supercherie », ma perception du roman a complètement changé et pas en bien.

Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir été dupée ou si en découvrant la vérité, la magie a simplement cessé d’opérer mais j’ai fini par trouver ses interventions plus gênantes qu’autre chose. Surtout vers la fin, où elles sont plus fréquentes et moins convaincantes. Elles coupent l’histoire en pleine action et ça m’a autant agacé qu’une coupure pub en plein milieu d’un film !
Quant à l’histoire, je m’en suis petit à petit désintéressée à partir des deux-tiers du roman. Les personnages sont sympathiques et ont leur propre histoire mais au fil des pages, il y a de plus en plus de passages farfelus et incohérents à mon goût. L’auteur m’a donné l’impression de ne respecter aucune règle et que sous prétexte que son histoire était une grosse farce, il pouvait se permettre de faire ce qu’il voulait. Remarquez, c’est l’auteur et c’est son intrigue, il peut bien faire tout ce qu’il souhaite….
Cependant, cela m’a donné une sensation de « trop plein ». J’étais lasse de ses interventions, lasse de cette histoire qui avait, de mon point de vue, de moins en moins de sens. Je n’avais qu’une envie, terminer ce livre au plus vite ! Je n’irai pas jusqu’à dire que les dernières pages furent un calvaire mais toute la dernière partie, qui correspond à une sorte d’épilogue, a failli m’achever.

En bref, Princess Bride est un véritable ovni. Au moment où j’écris cette chronique, je suis toujours incapable de dire si j’ai apprécié ce livre, de part son humour et son originalité, ou si je l’ai détesté à cause d’une redondance, qui a tué petit à petit mon intérêt pour cette histoire. Dans un cas comme dans l’autre, je vous le conseille quand même car je pense que c’est le genre de livre qu’on ne peut pas aimer ou mépriser avant d’y avoir jeté un œil.

 

Publicités

6 réflexions sur “Princess Bride – William Goldman

    • On ne me l’aurait pas dit, je n’aurais jamais deviné que c’était son livre et son histoire donc de ce côté là, je le respecte beaucoup ! xD
      Mais c’est vrai qu’une fois qu’on connaît ce « secret », ça perd pas mal de son charme je trouve =/

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s