La Mer Éclatée, tome 3 : La Moitié d’une Guerre – Joe Abercrombie

Note : ★★★★☆ (3.5/5)
Extrait : « La mort nous attend tous. Rien ne dure éternellement. Il faut savoir tirer le meilleur parti de ce que tu trouves en chemin. Un homme qui ne se satisfait pas de ce qu’il a, eh bien, il ne saura pas se satisfaire de ce qu’il n’a pas. »

couv51156648

Titre : La Mer Éclatée, tome 3 : La Moitié d’une Guerre
Auteur : Joe Abercrombie
Genre : Fantasy
Langue : Française
Pages : 357
Note : 3.5/5

En bref : Un troisième et dernier tome techniquement très bon mais qui n’a pas su me convaincre pour autant. Les nouveaux personnages ne m’ont pas enchantée plus que ça et l’intrigue est tellement bien calculée qu’elle devient facilement prévisible quand on connaît le fonctionnement de l’auteur et des personnages.

Résumé :

Le monde de la princesse Skara a été mis à feu et à sang lorsque sa famille a été massacrée et qu’on l’a dépossédée de son trône. Il ne lui reste que les mots pour se défendre… Afin de réclamer ce qui lui revient de droit, Skara doit donc dompter sa peur et affûter son discours, car seule la moitié d’une guerre se joue avec des épées.

Père Yarvi le sait lui aussi : ancien esclave infirme devenu ministre d’un roi, il a parcouru un long chemin, et c’est par son intelligence acérée qu’il a fait de ses anciens ennemis ses alliés. Mais parfois, il faut vaincre le mal par le mal. Car voilà que la paix fragile est menacée par une armée gigantesque, menée par un fou sanguinaire qui ne vénère d’autre dieu que la mort. Le règne de mère Guerre arrive, et risque de plonger toute la Mer Éclatée dans le chaos…

Avis :

Nouveau tome, nouveaux protagonistes. Cette fois-ci nous suivons les traces de Skara devenue Reine du Trovenland, du moins ce qu’il en reste, suite à l’attaque de Yilling l’Éclatant sur ses terres et du meurtre du roi Fynn, son grand-père. Elle cherchera du soutien auprès du Gettland et du Vansterland pour se venger et récupérer son domaine. Au sein de cette alliance plutôt précaire, elle fera la rencontre de Koll devenu l’apprenti de Père Yarvi et Raith, le porteur d’épée du Roi Grom-Gil-Gorm. Ensemble, ils essayeront de repousser l’armée du Haut-Roi et de Grand-Mère Wexen.

Ce dernier tome annonce, dès le titre, le début d’une grande guerre qui marquera les esprits et fera beaucoup de dégâts autant matériel qu’humains. L’auteur a une nouvelle fois mis de côté ses protagonistes du tome précédent pour en amener de nouveaux et bien que j’ai été impressionnée par le courage et la vitesse d’adaptation de Skara et été charmée par Raith et Rakki, j’ai préféré les personnages principaux des deux premiers tomes. D’ailleurs on les retrouve tous dans cet ultime volet, Père Yarvi au premier plan. C’est un personnage à la personnalité vraiment intéressante. Il a bien changé depuis le premier tome et je n’ai pas toujours été en accord avec ses décisions mais qu’elles me plaisent ou non, elles sont cohérentes avec l’intrigue et ses objectifs. C’est pour moi le personnage le plus abouti, tordu, complexe de la saga, on l’aime ou pas mais on ne peut nier ses compétences.

Pour en revenir à l’histoire, elle est, comme je l’ai dit, essentiellement concentrée sur la Guerre qui a lieu contre le Haut-Roi et Grand-Mère Wexen, nous avons donc notre lot d’actions, de batailles et de cadavres. Joe Abercrombie n’épargne personne alors attendez-vous à perdre quelques personnages importants en chemin. Mais une guerre n’est pas composée que de batailles, elle a aussi une part de négociations, d’alliances et de trahisons. La balance entre les deux est bien équilibrée et jamais je n’ai ressenti que l’un prenait le pas sur l’autre. De ce côté là, nous sommes bien servis et l’ennuie ne se présentera pas à votre porte. On en apprend aussi plus sur les Elfes et leurs armes magiques destructrices dont la description m’a étrangement rappelé nos armes à feu.

Malgré une histoire et des personnages bien construits, des rebondissements à la pelle, je n’ai pas été emballée plus que ça par ce dernier tome. Comme je l’ai dit dans La Moitié d’un Roi, cette saga est objectivement très bien foutue mais elle manque de cœur. Je n’ai que très rarement été émue par un personnage, ressenti sa détresse, son excitation ou n’importe quel autre sentiment. Je n’ai eu aucune attache particulière, et le récit a beau être ponctué de surprises, une fois qu’on a saisi le caractère des personnages, ils sont facilement identifiables car l’auteur reste logique et cohérent jusqu’au bout.

Bref, « La Moitié d’une Guerre » conclue parfaitement cette saga. Je n’ai pas été charmée par la plume de Joe Abercrombie et je ne pense pas lire d’autres de ses œuvres parce que j’attends un peu plus de sentiments, quels qu’ils soient, des romans que je lis et des personnages que je côtoie. J’ai tout de même assisté là, à une très bonne partie d’échec !

Découvrir mes chroniques de la saga complète : Tome 1 / Tome 2.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s