La vérité sur Alice – Jennifer Mathieu

Note : ★★★☆☆ (3.25/5)
Extrait : « Les gens ne deviennent pas méchants du jour au lendemain. Mais laissez leur un temps d’adaptation et ils seront capable du pire. » – « J’ai compris alors que je ne pouvais pas mettre de date de péremption sur ma douleur… »

couv34766516

Titre : La vérité sur Alice
Auteur : Jennifer Mathieu
Genre : Jeunesse, Drame
Langue : Française
Pages : 204
Note : 3.25/5

En bref : De bonnes idées, une plume fluide mais l’absence du point de vue de la victime ne m’a pas permis de m’investir autant que je l’aurais voulu dans l’histoire. De plus, les quelques incohérences dans l’enquête et la fin peu satisfaisante a eu fini de me refroidir. A lire peut-être mais pas relire pour ma part.

Résumé :

Au lycée de Healy, la vérité est une question de point de vue. Alice Franklin est une trainée. Tout le monde le sait. C’est forcément vrai puisque c’est écrit partout sur les murs des toilettes. On dit qu’elle a couché avec deux garçons d’affilée et qu’elle a provoqué la mort de l’un d’entre eux.
Tout le monde a sa vérité sur Alice : son ancienne meilleure amie, l’entourage de la victime, son admirateur secret…
Quelle sera la votre ?

Avis :

Des rivalités, de la jalousie, une fête bien arrosée et voilà que Alice Franklin, fille plutôt populaire au lycée de Healy, se retrouve au centre des commérages. Elle aurait couché avec deux garçons dans la même soirée dont le célèbre quaterback Brandon Fitzsimmons. Les rumeurs auraient pu s’arrêter là et s’évanouir au fil du temps… seulement Brandon meurt deux semaines plus tard dans un accident de voiture et d’après Josh Waverly, son meilleur ami, présent dans la voiture au moment du drame, ce serait la faute d’Alice si Brandon a perdu le contrôle du véhicule. Où s’arrête la rumeur et où commence la vérité ?

Le premier point que je relèverai sur ce roman, c’est qu’il se lit très vite. Avec seulement 200 pages et la plume simple et dynamique de Jennifer Mathieu, je n’ai pas vu le temps passé. Le deuxième point est probablement le changement de points de vue. A chaque chapitre, l’auteure donne la parole non pas à Alice, mais aux différents responsables de sa situation, Elaine, Kelsie, Josh et Kurt. C’est un concept original qui a cependant ses défauts mais je vous en parlerai plus bas.

J’ai aussi apprécié les idées et sujets qui transparaissaient dans ce livre. La puissance des rumeurs qui finissent pas prévaloir sur les faits en est un. Avec l’expansion des réseaux sociaux et d’internet d’une manière générale, de plus en plus de gens se fient à ce qu’ils entendent, lisent ou voient sans vérifier la source ou croiser les informations… Ils vont préférer le sensationnel ou simplement suivre la majorité, une personne influente plutôt que de rechercher la vérité (peut-être plus fade) ou de risquer d’être pointé du doigt. C’est exactement le genre de schéma que nous avons dans La vérité d’Alice. Tout le monde prend pour argent comptant ce qu’on dit deux ou trois élèves populaires du lycée et personne n’est une seule fois aller demander à Alice si les rumeurs étaient exactes…

Ce qui est intéressant aussi, c’est qu’il n’y a pas de bizutages, de violences ou d’insultes directes. Tout se fait de manière détournée avec les graffitis dans les toilettes ou juste le fait qu’aucun élève ne lui adresse la parole. Et ces brimades ‘silencieuses’ sont parfois les pires car elle empêche la victime de contre-attaquer et de se venger de son ‘bourreau’. Cet aspect aurait pu rendre l’histoire sombre et terriblement bouleversante si on avait pu voir les conséquences de ces actions sur la victime.

Malheureusement, ce n’est pas le cas et c’est en grande partie pour cette raison que je n’ai pas réussi à m’impliquer plus que ça dans ce roman. Qu’on ait les points de vue de Kelsie, Elaine, Josh et Kurt est important parce qu’ils nous permettent de comprendre pourquoi ils ont agi ainsi et d’avoir leur vérité mais ça me paraissait tout aussi vital d’avoir celui d’Alice pour savoir ce qu’elle traverse, ce qu’elle ressent durant tout ce temps et avoir de l’empathie pour elle. On a son avis qu’une seule fois à la toute fin et ce ne fût pas suffisant pour que j’accroche au personnage. J’ai eu, par exemple, bien plus de compassion pour Kurt ou Josh que pour Alice…

L’absence d’actions de la part des adultes est aussi quelque chose qui m’a chagriné. Que font les professeurs et le directeur pendant que les élèves taguent à tour de rôle les toilettes de l’établissement ? Pourquoi les policiers ne vérifient-ils pas le portable d’Alice ou celui de Brandon quand Josh dit que c’est parce qu’il regarderait les innombrables messages de la jeune fille qu’ils ont eu l’accident ? Pourquoi nous n’avons aucune interaction entre Alice et sa mère ? On ne sait même pas ce qu’elle pense de la situation…
Toutes ces incohérences m’ont fait prendre conscience du manque de développement de l’intrigue et m’ont petit à petit fait décrocher.

Pour ce qui est de la fin, je ne vais évidemment pas vous la raconter mais je l’ai trouvé peu satisfaisante. Je n’y ai aperçu ni morale, ni justice et du coup à part nous montrer ce que peuvent engendrer des rumeurs, je n’ai pas réellement saisi le message que l’auteure voulait faire passer.

Bref, « La vérité d’Alice » est un roman qui se lit vite et bien mais qui manquent de développement à mon goût. J’ai trouvé la structure originale mais j’aurais aimé que l’auteure ajoute le point de vue d’Alice dès le début afin qu’on est son ressenti sur ce qu’elle endure et que l’histoire me paraisse moins légère qu’elle ne l’est.

 

2 réflexions sur “La vérité sur Alice – Jennifer Mathieu

Répondre à Xander Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s