Détective Conan #1-18 – Gosho Aoyama

Note : ★★★★☆ (4.25/5)
Extrait : « Qui es-tu ? – Conan Edogawa…. Détective. » – « Je vais te montrer la vérité… Dans ce monde, il n’y a pas d’énigme qui ne se résolve !!! »

détective conan1Titre : Détective Conan #1-18
Auteur : Gosho Aoyama
Genre : Policier
Langue : Française
Tomes : 95 tomes (en cours)
Note : 4.25/5

En bref : Un classique ! Grâce à une palette de personnages qu’il développe au fur et à mesure de leurs apparitions, le mangaka nous propose des enquêtes variées et bien construites. Il ne perd pas de vue le principal objectif de Conan et c’est lorsque nous pensons le contraire qu’un arc sur les Hommes en Noir pointe le bout de son nez !

Résumé :

Shinichi Kudo est élève de première au lycée Tivedétec. Pour avoir résolu plusieurs enquêtes difficiles, beaucoup le considèrent comme « l’aide la plus précieuse que la police pouvait espérer ». Un jour, alors que Shinichi se baladait avec sa petite amie Ran Mouri, il fait la rencontre d’hommes étranges vêtus de noir. Par curiosité et intuition, Shinichi les suit et comprend que ce sont des maîtres chanteurs. Découvert, on lui fait boire un poison expérimental pour le faire taire et l’effet est inattendu, il rajeunit. Shinichi, aidé par son voisin le Dr.Agasa, inventeur génial et farfelu, décide de partir à la recherche de l’organisation secrète dont il a été victime. Il cache sa véritable identité sous le pseudonyme de Conan Edogawa, et se réfugie chez Ran, dont le père est détective.

Avis :

Shinichi Kudo est un lycéen détective qui aide la police quand elle a des difficultés dans ses enquêtes. Lors d’une sortie au parc d’attraction avec Ran, son amie d’enfance, il croise deux hommes en noir des plus suspects. Suivant son instinct, il va les filer mais il sera découvert et on lui fera avaler un gélule contenant un poison mortel. Heureusement pour Shinichi, le poison encore à l’état expérimental ne l’a pas tué mais l’a rajeuni d’une dizaine d’années. C’est avec l’apparence d’un enfant de primaire portant le nom de Conan Edogawa et aux côtés du père de Ran, détective privé, qu’il essayera de retrouver les responsables de son agression.

Détective Conan est une saga que j’ai d’abord découvert en anime. Il a marqué toute mon adolescence et malgré les années qui passent, je continue à suivre cette série et les films qui l’accompagne avec assiduité ! Aujourd’hui, je replonge dans les mangas en espérant atteindre les 94 tomes sortis (la dernière fois, je mettais arrêter au tome 35 ><).

Si vous n’aimez pas un minimum les policiers et les enquêtes, je ne vous conseille naturellement pas cette série qui en est composé à 99%. Rares sont les chapitres qui ne traitent pas une affaire (là comme ça, j’en ai aucun qui me vient à l’esprit).
Après quelques chapitres pour présenter et mettre en place les personnages, le schéma des enquêtes est toujours à peu près le même. Le père de Ran, Mouri, est soit appelé pour ses services, soit en excursion quelque part. Sur place, il va rencontrer un groupe de personnes (soit les gens qui l’ont embauché, soit des personnages lambda qui se trouvaient au même endroit que lui) et l’un d’entre eux va mourir. A partir de là, Conan cherche le coupable et aiguille Mouri dans la bonne direction voire, lui pique la vedette.
Malgré le fait que la réalisation de l’affaire se fasse pratiquement toujours de la même façon, ce n’est pas redondant pour autant car les lieux, la façon dont le meurtre a été réalisé, les raisons qu’il y a derrière,… tout ça est très varié.

De plus, pour ajouter davantage de diversité à ses enquêtes, le mangaka y joint des personnages qui deviendront par la suite récurrents et qui seront amenés à résoudre leurs propres investigations. Nous avons parmi eux le Dr. Agasa, scientifique et voisin de Shinichi, Sonoko, la meilleure amie de Ran, Heiji Hattori (le « Shinichi Kudo » de Osaka), la femme de Mouri et le groupe des Détectives Boys composé de Conan, Ayumi, Mitsuhiko et Genta.
Du côté de la police, même chose, l’Inspecteur Maigret est le seul représentant de la police de Tokyo mais lorsque les meurtres ne se situent pas dans sa juridiction, nous avons affaire non pas à lui mais à ses homologues, les inspecteurs Yokomizo ou Yamamura.

Du coup, bien que le schéma reste relativement identique, nous avons rarement l’impression de lire deux fois la même chose grâce aux changements de protagonistes (Conan est toujours dans les parages cependant !). Pour ma part, j’apprécie énormément les enquêtes où apparaît Heiji, je les trouve souvent plus complexes que les autres. Celles que j’aime le moins sont celles mettant en scène les Détectives Boys. Mais bon, quelque soit le personnage au centre de l’affaire, celle-ci est bien construite et je me demande constamment comment Gosho Aoyama fait pour se renouveler !
En ce qui concerne les Hommes en Noir, il faut être extrêmement patient pour avoir de leurs nouvelles et c’est probablement là le défaut de ce mangas. A l’instar de Moriarty dans Sherlock Holmes, les Hommes en Noir sont les ennemis dont nous entendons souvent parler mais que nous voyons bien trop peu. Il faut savoir donc savourer leurs apparitions !

Enfin, le coup de crayon du mangaka est plutôt sombre et détaillé pour l’arrière-plan et les personnages ont un visage assez anguleux, surtout les adultes, ce qui se marie bien avec l’ambiance policière et dangereuse de la série.

Bref, « Détective Conan » est un classique à lire dans le genre policier ! Grâce à une belle palette de personnages qu’il développe au fur et à mesure de leurs apparitions, Gosho Aoyama nous propose des enquêtes variées et bien construites. Il ne perd pas de vue l’objectif de Conan et c’est lorsque nous commençons à penser le contraire qu’un arc sur les Hommes en Noir et l’organisation dans laquelle ils travaillent, pointe le bout de son nez ! C’est le cas dans ce tome 18 où nous faisons la connaissance d’un membre de l’organisation et ce, après quelques tomes où nous n’avions plus aucun signe d’eux. Nous en apprenons enfin, un peu plus sur ces deux hommes et le mangas prend un tournant des plus intéressants !

Découvrir mes chroniques de la saga complète : Tomes #19-

Publicités

6 réflexions sur “Détective Conan #1-18 – Gosho Aoyama

  1. Ahlala, un de mes mangas préférés ** En fait un des seuls que je lis :’) Puisque je ne suis pas trop manga. J’aimerais juste un jour que les tomes se terminent pour avoir enfin un dénouement à cette histoire !

    J'aime

    • Je préfère ce genre de série en anime plutôt qu’en mangas, ça s’y prête mieux. Du coup, ce n’est pas mon préféré mais tout de même un classique que j’adore lire et relire 💕
      Par contre, comme toi, j’ai peur de n’en voir jamais la fin TT

      Aimé par 1 personne

      • C’est dommage… Tout comme les séries, je trouve que parfois les producteurs traînent les séries en longueur pour des raisons commerciales et on n’en voit jamais la fin.

        J'aime

      • Oui =/ Après le mangaka veut peut-être finir sa série mais l’éditeur lui demande de pousser encore un peu. Ou alors il veut battre le record de la série ayant le plus de tomes et vu le type de mangas, c’est tout à fait faisable mais bon sachant que le record à battre est 200 tomes pour le moment… ^^ »
        Enfin bon, à l’instar de One Piece, ça va faire un grand vide quand ça se terminera alors même si je voudrais connaître la fin, je ne suis pas trop pressée qu’elle arrive ><

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s