10 Count – Rihito Takarai

Note : ★★★★☆ (3.5/5)
Extrait : « Quand je suis avec vous j’ai l’impression d’être quelqu’un de normal. » – « Je ne fais que ce dont tu as envie. C’est toi qui me contrôles. »

couv23679906Titre : 10 Count
Auteur : Rihito Takarai
Genre : Yaoï
Langue : Française
Tomes : 6 tomes (terminé)
Note : 3.5/5

En bref : Ayant aimé deux de ces sagas, je pensais aussi apprécié celle-là, surtout que le sujet était original, mais ce ne fût pas le cas. Les dessins sont toujours aussi tops mais j’ai été dérangée par la relation entre Kurose et Shirotani, je ne l’ai pas trouvé saine du tout et elle m’a mis mal à l’aise par moment.

Résumé :

Shirotani est atteint de mysophobie : il a une peur panique de la saleté, refuse tout contact physique avec autrui, se lave les mains à se faire saigner… Sa vie entière tourne autour cette obsession de propreté jusqu’au jour où il fait la connaissance de Kurose, un psychiatre qui lui propose son aide pour guérir… Cette rencontre marque le début d’une relation entre les deux jeunes gens qui dépasse le cadre psychiatre/patient…

Avis :

Ayant aimé Seule la fleur sait, Fleur & Sens et le début de Graineliers, je pensais que Rihito Takarai allait devenir une mangaka incontournable pour moi mais je vais devoir revoir mon jugement après cette lecture que je pensais aimer.

Shirotani est secrétaire dans une grande boîte et mysophobe, c’est-à-dire qu’il ne supporte pas la saleté, les microbes, etc. Cette maladie l’oblige à se laver les mains régulièrement, à refuser tout contact avec les gens ou les objets. Il ne prend pas le métro, n’utilise pas d’objets publiques et évite toute chose dont il ne connait pas la provenance ni la propreté. Cela l’handicap au quotidien mais comme il ne se sait pas seul dans le monde, il ne pense pas qu’il doit changer. Jusqu’au jour où il fait la rencontre de Kurose, un médecin psychologue qui va essayer de le guérir en utilisant une méthode de désensibilisation.

J’étais persuadée que j’allais apprécier ma lecture. Le sujet était original et encore inexploité à ma connaissance, les dessins de Rihito Takarai sont de qualité et la série ne faisant que six tomes, je savais qu’il y avait moyen de faire quelque chose de propre et bien. Le premier tome m’a conforté dans cette idée et les deux qui ont suivi aussi mais arrivé à la moitié de la saga, c’est parti en sucette !

Je n’ai pas aimé comment la relation entre Kurose et Shirotani a évolué, il y a un déséquilibre entre eux qui m’a dérangé. Shirotani semble vraiment souffrir de sa maladie et de ce que Kurose lui fait subir et pourtant ce dernier ne pense à aucun moment à arrêter, ni à s’excuser. Ces passages ne m’ont pas plu du tout, je les ai trouvé malsain au possible. Même en connaissant, par la suite, les raisons de la mysophobie de Shirotani ou le passé de Kurose, je n’ai pas réussi à accepter les actions de ce dernier. Cela m’a plutôt conforté dans l’idée que la façon dont leur couple s’est formé et développé est tout sauf saine. Après si ça leur convient, pourquoi pas, mais au départ, ça ne semble pas être le cas de Shirotani…

D’habitude les personnages froids qui ne montrent que très peu leurs sentiments me plaisent mais ce ne fût pas le cas de notre psychologue car, que ce soit dans ses gestes ou ses mots, je n’ai pas su y lire ses sentiments. Le rapport de force qu’il y a entre eux est si disproportionné que je n’ai pas cru en leurs émotions, hormis la souffrance de Shirotani. C’est vraiment le gros point noir de cette série pour moi. C’est dommage car pour le reste je n’ai pas grand-chose à dire. Comme je l’ai mentionné plus haut, les dessins sont détaillés, les scènes de sexe ne sortent pas trop de nul part comme cela peut arriver dans les Yaoï et le texte, bien qu’un peu cru par moment, reste correct ! Mais voilà, le thème de la mysophobie passe un peu à la trappe alors que c’est ce qui faisait tout l’intérêt du mangas…

Bref, « 1O Count » est un mangas au sujet original mais qui n’a pas été assez exploité à mon goût. Rihito Takarai ne reste qu’en surface. J’aurais préféré qu’elle aborde les difficultés au quotidien, les quiproquos qui peuvent se créer avec les gens comme elle le fait dans les premiers tomes. Qu’elle fasse quelque chose de plus doux et significatif plutôt que de partir dans une relation malsaine où la maladie de Shirotani ne sert, bien souvent, que de prétexte au reste.

 

7 réflexions sur “10 Count – Rihito Takarai

  1. C’est un peu bête que le sujet supposé central passe à la trappe, mais je suis gênée par le fait qu’un psychiatre sorte avec quelqu’un ET lui fasse subir une thérapie. Il me semble qu’il y a quelque peu un problème de déontologie dans cette histoire…

    J'aime

      • Je suis curieuse de savoir comment ce point est réglé parce que c’est quand même un peu le fondement d’une relation patient/psychiatre… Après j’imagine que le côté fiction fait que pas mal de lecteurs ne s’en préoccupent pas plus que cela.

        J'aime

      • Oui je ne pense pas que la plupart des lecteurs s’en préoccupent. Au contraire, comme les relations prof/élève, c’est quelque chose qu’ils doivent apprécier, ce petit côté interdit.
        Après, elle l’a réglé d’une manière très classique, à coup de « je sais que ce n’est pas bien, j’ai essayé de lutter mais je n’ai pas réussi, l’amour est plus fort… » Rien de bien foufou ^^ »

        Aimé par 1 personne

  2. Tu reprends ce que j’avais lu sur d’autres blogs qui avaient aussi été mitigés sur ce titre. Du coup, même si comme toi, j’ai aimé ce que l’autrice a fait par ailleurs, je ne pense pas essayer cette saga. Dommage parce que le sujet m’intéressait ^^!

    J'aime

    • Oui, c’est d’autant plus frustrant que le sujet était particulièrement intéressant. C’était une saga qui me faisait de l’œil depuis un bout de temps… Mais je suis soulagée de constater que je ne suis pas la seule à avoir été déçue ><

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s