Blacksad, l’intégrale – Juan Diaz Canales & Juanjo Guarnido

Note : ★★★★★ (4.5/5)
Extrait : « Parfois, quand j’entre dans mon bureau, j’ai l’impression de marcher dans les ruines d’une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble aux vestiges de l’être civilisé que je fus jadis. »

couv26817885

Titre : Blacksad, l’intégrale
Auteurs : Juan Diaz Canales & Juanjo Guarnido
Genre : BD, Policier
Langue : Française
Pages : 300
Note : 4.5/5

En bref : La première chose à dire sur cet ouvrage, c’est que les dessins sont absolument magnifiques ! La deuxième chose, c’est que les enquêtes sont variées et proposent toujours des thèmes de fond intéressants et encore d’actualité pour la plupart. Une BD à ne pas manquer.

Résumé :

Blacksad, détective privé aux méthodes musclés, mais à la sensibilité à fleur de peau. Il aimerait bien être plus guilleret, l’animal, mais la dépression le ronge, et pour une juste cause : Natalia Wilford, actrice à succès et ancien amour encore si présent, vient de se faire cruellement assassiner. Blacksad va donc, en dépit des conseils du commissaire Smirnov, tenter d’élucider la mort de son ancienne compagne afin de retrouver la paix.

Cet intégrale réunit les cinq enquêtes du célèbre chat détective et propose en bonus 24 pages de crayonnés, de recherches et de dessins inédits.

Avis :

Ce livre est l’intégrale de la série Blacksad, elle regroupe les cinq tomes sortis jusqu’à présent. J’avais vu l’avis plus que positif du tome 2 de Tampopo passé dans ma TL et quand je me suis souvenue que mon coloc’ avait l’intégrale dans sa bibliothèque, je me suis empressée de l’emprunter. Résultat : je ne lis pas beaucoup de BDs mais des livres comme ça, j’en lirai bien tous les jours !

Blacksad est un détective privé et nous le suivons à travers cinq enquêtes qui peuvent se lire indépendamment les unes des autres. C’est d’ailleurs le seul défaut que je peux reprocher à cette saga, le manque de fil conducteur entre les différentes affaires. A l’instar de Sherlock Holmes d’Arthur Conan Doyle, j’aurais apprécié une connexion, aussi infime soit-elle, entre les enquêtes. Notre détective résoudra son premier meurtre seul mais sera, par la suite, accompagné de Weekly, un journaliste un peu trop bavard et encore après, par un avocat.

Ce qu’on remarque en premier quand on ouvre ce livre, c’est la qualité des dessins. Que ce soit le détail des paysages, les expressions des personnages ou les couleurs employés, tout est superbement bien réalisé et pensé. J’en ai vraiment pris plein les yeux pendant 300 pages. Blacksad est le genre d’ouvrage où vous ne pouvez pas vous empêcher de rester bloqué à chaque page pour admirer les planches et ne pas perdre une miette du talent de notre illustrateur. Je suis plutôt bon public mais là, on voit bien qu’on est un cran au-dessus !

En ce qui concerne l’univers, je ne pensais pas apprécié ce monde entièrement composé d’animaux à l’apparence humaine, mais finalement je me suis prise au jeu et je suis entrée dans l’histoire bien plus vite que ce que je pensais. Probablement grâce à la première affaire où Blacksad enquête sur le meurtre d’une ancienne amante. Ce récit, très personnelle, nous plonge directement aux côtés du personnage et nous compatissons rapidement à son histoire. En soi, l’affaire est plutôt classique mais j’ai aimé l’ambiance rétro et l’originalité du dénouement. Blacksad est un personnage qui n’a peur de rien et il nous le fait savoir.
Néanmoins, sur les cinq enquêtes, c’est bien la deuxième qui m’a le plus marqué. Diaz Canales & Guarnido y parlent de racisme et du Klux Klux Klan. Bien qu’on n’échappe pas à quelques passages clichés, j’ai trouvé le tout bien exploité, profond et encore une fois, les auteurs ont réussi à me surprendre sur certains points.

Hormis, le racisme, les auteurs parlent de bien d’autres sujets tout aussi intéressants comme la suprématie des lobby, la drogue, le vol, les deuxièmes chances,… Pour développer ces thèmes, Diaz Canales & Guarnido se positionnent toujours du côté de l’homme/animal. Ils nous content leurs mésaventures, leur passé, les raisons de leurs agissements et ça rend le tout bien plus touchant. Ajouté à cela, le choix pertinent des couleurs qui vient sublimer le récit et nous ne pouvons être qu’entièrement investi dans cet ouvrage.

Bref, « Blacksad » est une BD que je recommande. En plus d’avoir des dessins à couper le souffle, chaque enquête soulève des problématiques intéressantes, encore d’actualité pour certaines (malheureusement) et qui sont amenées et développées avec justesse. J’ai aussi aimé l’ambiance des années 50 qui ressort du livre et le côté bourru et non conventionnel du personnage principal. J’ai vraiment passé un bon moment et je ne serais pas contre un autre tome de notre cher Sherlock Holmes chat !

 

13 réflexions sur “Blacksad, l’intégrale – Juan Diaz Canales & Juanjo Guarnido

  1. Je suis ravie de t’avoir fait découvrir ce titre et que tu l’aies autant aimé.
    Effectivement l’ambiance et les dessins sont une tueries. Comme toi, je lis peu de BD mais celle-là m’a vraiment donné envie d’en lire plus, du moins si elles sont dans ce genre 😀

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s