Six Half – Ricaco Iketani

Note : ★★★☆☆ (3/5)
Extrait : « Moi, j’ai pas envie qu’on me déteste. Je ne suis plus comme ‘cette fille-là’. Je ne veux pas faire comme si ma famille n’existait pas à mes yeux. »

couv4047665Titre : Six half
Auteur : Ricaco Iketani
Genre : Shojo
Langue : Française
Tomes : 11 tomes (terminé)
Note : 3/5

En bref : L’idée de base était bonne et j’ai aimé voir Shiori se reconstruire et faire face à son ancienne personnalité. Malheureusement, plus j’avançais dans l’histoire moins j’appréciais la tournure que prenait les événements. Je ressors déçue de cette saga, je n’ai vraiment pas aimé la fin.

Résumé :

Suite à un accident de moto, Shiori se réveille amnésique. Rien, elle ne se souvient de rien ! Ni de sa famille, ni de ses amies, ni de son petit copain. Tant bien que mal, la lycéenne tente de retrouver un quotidien normal. Mais comment doit-elle se comporter lorsqu’elle se rend compte qu’elle renvoie l’image d’une fille vulgaire, hypocrite et manipulatrice ? Une véritable remise en question s’impose…

Avis :

Six Half est un mangas qui me faisait envie depuis quelques temps mais je n’avais jamais eu l’occasion de m’y mettre. Voilà chose faite et le résultat n’est pas aussi bon que je l’espérais.

Nous suivons la vie de Shiori qui se réveille à l’hôpital après un accident de moto. Elle est devenue amnésique et n’a donc aucune idée de la relation qu’elle a avec les gens qui se trouvent dans sa chambre. Parmi eux se trouvent son frère Akio, sa sœur Maho et son petit-ami Kai. Shiori n’a aucun souvenir d’eux, même une fois rentrée à la maison, rien ne lui revient. Elle décide tout de même de retourner au lycée mais elle comprend très rapidement que la Shiori « d’avant » était loin d’être sympathique et elle va devoir apprendre à vivre avec la réputation qu’elle avait avant l’accident.

J’ai bien aimé les premiers tomes de cette saga, nous découvrons une Shiori qui a perdu tous ses souvenirs et qui doit faire face à ses actions passées dont elle ne sait strictement rien. C’était touchant de la voir se débattre, d’essayer de comprendre comment elle était avant son accident et pourquoi son entourage agit d’une certaine façon avec elle, notamment sa sœur qui l’ignore totalement. Comme je l’ai dit, Shiori est émouvante au départ et j’ai aimé l’évolution que l’auteur lui a donné. Elle fait face à son passé, aux rumeurs, à son ancien caractère, découvre l’amour et même quand un secret de taille est dévoilé, elle arrive à surmonter l’épreuve. C’est une jeune fille forte qui avance dans le noir et qui ne renonce jamais.
Cependant, arrivé à la fin du tome 8, tout cela par en fumée… Qu’elle retombe dans ses travers après avoir appris toute la vérité sur sa vie, je n’y vois pas d’inconvénient mais la transition était trop brutale. Puis, par la suite, je n’ai pas du tout aimé ce que Ricaco Iketani a fait du personnage. Shiori a, de mon point de vue, régressé et ne devient plus crédible à partir de ce moment-là…

J’ai eu le même problème avec Akio mais en pire. Dès le début, je ne l’ai pas apprécié. J’ai tout de suite déceler quelque chose de faux dans ses sourires et ça m’a agacé. Quand Mizuki, son amie d’enfance se rajoute au tableau et qu’ils se mettent en couple, je l’ai davantage apprécié mais à la fin, j’ai eu le même soucis qu’avec Shiori. Une fois que tout le monde connaît la vérité, j’ai trouvé qu’il n’y avait que Maho et Kai qui restaient fidèles à eux-même et avançaient. Shiori et Akio sont partis dans une direction qui m’a ni plu, ni convaincu. Je ne l’ai pas trouvé cohérente avec les événements qui sont arrivés dans le mangas et qui aurait dû faire mûrir les personnages.

Quand j’y pense, c’est vraiment dans les quatre derniers tomes que tout par en sucette. Avant ça, je n’étais pas particulièrement émerveillée par cette saga mais ça allait encore. Mais à partir du 8, la mangaka incorpore des éléments qu’elle développe peu ou mal. Il y a par exemple la mère de Maho et Shiori qui revient et dont le dénouement est très décevant, ça m’a vraiment mis en colère pour le coup ! Puis, il y a l’arrivée de Tsumura, une camarade de classe de Akio qui sert en réalité juste de remplaçante à Dai, le meilleur ami d’Akio. Elle aurait pu avoir un rôle bien plus conséquent mais l’auteur a malheureusement préféré la laisser en retrait.

Un autre point que je n’ai pas aimé mais qui est juste une question de goût, ce sont les dessins. Le style de Ricaco Iketani n’en est pas un que j’apprécié vraiment. Les yeux sont trop gros et bien que les décors soient plutôt bien détaillés, les personnages manquaient par moment de vivacité et de dynamisme dans leur expression.

Bref, « Six Half » a très bien commencé. L’idée de base était bonne et bien développée mais dépassé la moitié de la saga, l’auteur a pris une route qui ne m’a pas plu du tout. De plus, hormis Kai et Maho que j’ai aimé du début à la fin, les autres personnages ont fini par me déranger par leurs actions ou leurs réflexions et j’ai fini par me détacher d’eux.

 

2 réflexions sur “Six Half – Ricaco Iketani

  1. Tu le sais, je partage totalement ton avis sur l’évolution de l’oeuvre malheureusement.
    J’avais pour ma part adoré les premiers tomes avec la reconstruction de l’héroïne parce que je trouvais que ça sonnait juste et que l’autrice ne partait pas dans trop de délires. Malheureusement elle a sombré après et c’est devenu n’importe quoi. J’en suis bien triste.
    Par contre, j’aime le trait assez particulier, je le conçois, de la mangaka. Il fait très josei des années 90 et ça change des autres shojos. Ici, l’autrice a vraiment sa patte ! Mais j’ai peu d’espoir de la revoir chez nous…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s