Daredevil, tome 3 – Frank Miller

Note : ★★★★☆ (4/5)
Extrait : « Daredevil. Ce nom qu’il haïssait, qu’il aurait voulu leur faire avaler est devenu un emblème. Que toutes les brutes qui manient des couteaux, des armes à feux ou de l’argent le sachent. Elles ont un ennemi. Daredevil. « 

Couv_251234

Titre : Daredevil, tome 3
Auteurs : Frank Miller
Genre : Comic, Super-Héro
Langue : Française
Pages : 416
Note : 4/5

En bref : J’ai aimé découvrir les origines de Daredevil, ce fût ma partie préférée du comics. L’histoire principale, quant à elle, possède une intrigue vraiment bien ficelée et rythmée. Même si je n’ai pas trop adhéré à la fin, je dois avouer qu’elle reste cohérente et que tous les personnages faisant leur apparition sont bien intégrés dans le récit.

Résumé :

L’identité secrète de Daredevil est révélée à son ennemi de toujours, le Caïd. Le héros va alors vivre le moment le plus difficile de sa carrière et affronter de nombreux adversaires dont le redoutable Nuke. Découvrez aussi l’enfance de Matt Murdock à Hell’s Kitchen et ses premiers pas en tant que justicier.

Avis :

Ce troisième tome peut se diviser en trois parties, la première très courte, nous raconte une brève collaboration entre Spider-man et Daredevil. Peter a perdu temporairement la vue et Daredevil va essayer de l’aider en lui apprenant à apprivoiser son environnement autrement que par ses yeux.
La deuxième partie, le cœur du livre, commence avec Karen Page, l’ex de Daredevil, qui a depuis plongé dans la drogue. Pour avoir sa prochaine dose, elle ne va pas hésiter à « vendre » l’identité secrète de Daredevil, ce qui va lui causer bons nombres de problèmes.
Enfin, la dernière partie du comics remonte dans le temps et nous conte les débuts de Daredevil, comment Matt Murdock est devenu aveugle, comment il a transformé son handicap en force et comment il est devenu le super-héro que nous connaissons.

Bien que Spider-man soit un super-héro que j’apprécie beaucoup, je n’ai pas du tout aimé ce petit aperçu que j’ai eu de lui ici. Il n’est certes pas à son avantage dans cette histoire vu qu’il est devenu aveugle et qu’il se retrouve complètement paniqué et désemparé mais ça ne m’a pas empêché de ne pas apprécié son caractère.
En plus, l’antagoniste est ridicule et l’arme qu’il utilise disproportionnée par rapport à l’intrigue. J’ai eu l’impression d’être devant un petit garçon qui veut devenir maître du monde, ce n’était vraiment pas foufou. Heureusement l’histoire ne fait qu’une quarantaine de pages à tout casser et n’intervenant pas dans le reste du récit, on peut la zapper sans soucis si elle ne nous intéresse pas.

La deuxième histoire nous montre le duel entre Daredevil et Le Caïd, l’homme derrière toutes les magouilles de la ville. Dès qu’il apprend l’identité de Daredevil, il va tout faire pour détruire l’individu qui se cache sous le masque du super-héro. Il va lui prendre sa maison, son travail, son entourage, son quartier,… il va petit à petit l’étouffer et souffler sur la moindre étincelle d’espoir. La déchéance sociale et humaine de Matt Murdock est graduelle et vraiment bien représentée. Il est facile de comprendre et ressentir toutes les émotions qu’il éprouve, de le voir douter de tout et de tout le monde et d’être à deux doigts de la folie car le piège du Caïd est bien huilé.
Le Caïd est d’ailleurs un ennemi intéressant car il représente à lui seul toute la violence, le crime et la corruption qui sévi dans la métropole. Il gangrène la ville jusque dans les plus hautes sphères et de ce fait, il semble intouchable. Les lieux, les personnages et les époques ont beau changé, c’est un thème récurrent et qui est malheureusement toujours aussi proche de la réalité.
Le comics mentionne aussi d’autres sujets comme la drogue, qu’elle soit médicamenteuse avec le super-soldat ou en poudre et injecté avec Karen Page mais aussi la foi, qui va une nouvelle fois sauvé Matt Murdock.

Globalement, j’ai bien aimé cette histoire même si j’ai un peu décroché lorsque le super-soldat et un autre super-héro font leur apparition. J’ai trouvé leur intervention « too much » et j’aurais préféré que l’intrigue reste plus locale et réaliste. Mais après, je comprends le choix de l’auteur et le tout reste tout de même cohérent et explique parfaitement le retournement de situation final.

Enfin, la dernière histoire, sur l’enfance de Matt Murdock et sa transformation en Daredevil est ce que j’ai préféré dans ce comics. Je ne connaissais pas les origines de ce super-héro et j’ai aimé découvrir son passé, du moins la version de Frank Miller. Je conseille d’ailleurs pour les débutants comme moi, de commencer par cette histoire avant de lire le reste du bouquin pour une meilleur compréhension du personnage et de son entourage.

Bref, « Daredevil » n’était et ne sera pas mon super-héro préféré mais j’ai aimé découvrir les origines de ce personnage, ce fût ma partie préférée. L’histoire principale, quant à elle, possède une intrigue vraiment bien ficelée et rythmée. Même si je n’ai pas trop adhéré à la fin, je dois avouer qu’elle reste cohérente et que tous les personnages faisant leur apparition sont bien intégrés dans le récit. Si j’en ai l’occasion, je lirai probablement les deux autres tomes qui composent cette saga afin d’avoir le plot dans sa globalité.

8 réflexions sur “Daredevil, tome 3 – Frank Miller

      • Ça dépend des bibliothèques. Il suffit qu’il y ait un/une mordu de comics qui gère les BD, et c’est le jackpot. Ça dépend aussi des demandes du public.
        Dans celle où je bosse, au départ j’avais commandé plein de comics, sauf que ça ne sort pas donc je me suis calmé, mais j’en prend toujours de temps en temps histoire d’avoir un peu de nouveauté dans le domaine.

        J'aime

      • Celles où je suis allée n’avaient ni mordu de BDs, ni de public demandeur alors T___T
        C’est dommage parce que ça rend le genre moins accessible et du coup, un peu plus élitiste je trouve. Franchement, si mon ami ne m’avait pas recommandé Blacksad puis certains Batman, je ne m’y serais toujours pas mise et j’aurais raté de belles histoires !

        Aimé par 1 personne

      • Oui, j’ai le sentiment que la BD adulte, c’est compliqué en général dans les médiathèques. Nous on fait l’effort d’en proposer tout en sachant que ça sortira peu voire pas, mais du coup forcément, du fait de budgets serrés, on en prendra moins que des BD jeunesse par exemple.
        Là où j’arrive à faire une balance un peu meilleure, c’est avec les mangas adulte qui sortent un peu chez les ados. Mais vraiment juste un peu…

        J'aime

      • Ce n’est pas facile à gérer oui. Puis ça dépend vachement de la zone où tu es et des gens susceptibles de venir à la médiathèque… Mais c’est quand même top d’essayer de proposer un peu de tout même si le choix est restreint ! Au moins, si les gen veulent en lire, ils savent que c’est possible ^^

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s