Quelques minutes après minuit – Patrick Ness

Note : ★★★★★ (5/5) Coup de cœur
Extrait : « On n’écrit pas sa vie avec des mots. On l’écrit avec des actes. Ce que tu penses n’est pas important. C’est ce que tu fais qui compte. »

8621462

Titre : A Monster Calls (Quelques minutes après minuit)
Auteurs : Patrick Ness
Genre : Jeunesse, Drame
Langue : Anglaise
Pages : 215
Note : 5/5 Coup de cœur

En bref : L’histoire est tristement belle et nous parle de la perte d’un être cher. Pas celle qui survient à l’improviste et qu’on ne voit pas venir mais celle dont on connaît pertinemment l’issu et qui nous laisse sans arme ni défense face à elle. Une belle leçon de vie pour les petits comme pour les grands !

Résumé :

Depuis que sa mère a commencé son traitement, Conor, treize ans, redoute la nuit et ses cauchemars. A minuit sept, un monstre vient le voir, qui a l’apparence d’un if gigantesque, quelque chose de très ancien et de sauvage. Mais pour Conor, le vrai cauchemar recommence chaque jour: sa mère lutte en vain contre un cancer, son père est devenu un étranger, et il est harcelé à l’école. Au fil des visites du monstre, l’adolescent comprend que son vrai démon est la vérité, une vérité qui se cache au plus profond de lui, terrifiante.

Avis :

Conor vit avec sa mère dans une petite habitation avec jardin. Sa mère est malade, alors pour la soulager Conor s’occupe de lui et de la maison autant qu’il le peut. Il se prépare lui-même son petit-déjeuner et sort les poubelles avant d’aller à l’école. Les jours passent ainsi mais une nuit, Conor reçoit la visite d’un monstre, pas celui qui apparaît toutes les nuits dans ses cauchemars, non. Ce monstre là, est venu pour lui raconter trois histoires et à la fin de celles-ci, ce sera au tour de Conor d’en raconter une. Au fur et à mesure des récits, Conor commence à comprendre les desseins du monstre et la peur l’étreint.

J’ai lu ce livre il y a quelques années avant de l’offrir à une amie. Celle-ci revendant la plupart de ses bouquins, j’ai voulu récupérer cet ouvrage qui m’avait tant marqué par son histoire mais aussi par les illustrations qui l’accompagnent. Cette relecture fût tout aussi émouvante que la première fois !

J’ai beaucoup apprécié le côté abstrait et mystique de l’histoire ainsi que les morales qui ressortent de chaque aventure que le monstre conte. Jamais, nous ne saurons quelle maladie exactement ronge la vie de la mère de Conor mais très rapidement l’auteur nous fait comprendre que ce n’est pas qu’un simple rhume et c’est ce qui est le plus important car qu’importe le mal qui emporte l’être aimé, le résultat et les souffrances sont les mêmes.
J’ai aimé les différents niveaux de lecture dont est composé le livre. Nous pouvons voir le monstre comme un être venu d’ailleurs pour secouer un peu notre jeune garçon ou nous pouvons voir en lui une extension de Conor. Son inconscient qui prend forme dans le but de le faire grandir. Et les trois histoires qu’il raconte, ont tous cet objectif en tête. La première par exemple, nous rappelle que les gens ne sont pas toujours tout blanc ou tout noir et que la plupart du temps, ils sont plutôt entre les deux. A la fin de chaque histoire, nous pouvons voir le parallèle qui est fait avec la vie que mène Conor à ce moment-là.

Au fil des récits et des leçons que lui prodigue le monstre, la frustration et la colère grandit dans le cœur de Conor car il sait ce qui l’attend et ça ne lui plaît pas du tout. J’ai été très touchée par ce petit garçon qui se voile la face par peur et par culpabilité, qui s’énerve sur son entourage, qui détruit son environnement parce qu’il ne sait pas comment gérer son désespoir. Il explose d’émotions contradictoires et nous ne pouvons rien faire d’autre que de le couver du regard et espérer qu’il trouve le bon chemin. Mon cœur s’est souvent serré en le suivant.

Enfin, je ne crois pas que ce soit le cas dans toutes les éditions sorties mais dans la mienne, le récit était accompagné d’illustrations en noir et gris. Ces dessins qui prenaient parfois deux pages complètes ou qui venaient occuper le contour des pages étaient sombres, presque effrayantes mais vraiment magnifiques et venaient compléter le récit avec brio. Les mots de l’auteur étaient déjà profonds et percutants malgré leur simplicité mais combinés avec les illustrations, cela rajoutait une couche d’émotions en plus qui a fini par m’achever dans les dernières pages *pfiou*.

Bref, « Quelques minutes après minuit » ou « A Monster Call » en anglais est un livre à lire et à posséder de toute urgence. On est entre le roman, le conte et le récit illustré. L’histoire est tristement belle et nous parle de la perte d’un être cher. Pas celle qui survient à l’improviste et qu’on ne voit pas venir mais celle qui prend son temps, qui nous ronge, dont on connaît pertinemment l’issu et qui nous laisse sans arme ni défense face à elle. Une belle leçon de vie pour les petits comme pour les grands !

 

2 réflexions sur “Quelques minutes après minuit – Patrick Ness

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s