Batman : Année un – Frank Miller & Mazzucchelli

Note : ★★★★☆ (4/5)
Extrait : « Tu ne m’échapperas jamais. Les balles ne me font rien. Plus rien ne m’atteint. Même la douleur. Je la domine. Parfois je la partage. Avec des gens comme toi. »

couv818788

Titre : Batman : Année un
Auteurs : Frank Miller & David Mazzucchelli
Genre : Comic, Super-Héro
Langue : Française
Pages : 144
Note : 4/5

En bref : Une intégrale qui nous raconte les débuts de Batman et Gordon dans un Gotham bien plus sombre que ce qu’on a connu. J’ai beaucoup aimé Gordon, je l’ai trouvé imparfait et humain. J’ai eu un peu de mal avec le style de la narration mais pour le reste, j’ai passé un très bon moment !

Résumé :

Quand il avait six ans, Bruce Wayne a vu ses parents se faire assassiner sous ses yeux. Après un entrainement intensif, il revient à Gotham City pour mener une guerre sans merci contre le crime… mais ce ne sera pas facile. Face à la corruption des autorités de la ville et leurs liens avec la pègre, Bruce, sous le déguisement du vigilant Batman, va forger une alliance avec un policier nouveau venu à Gotham : le lieutenant James Gordon.

Avis :

Ce comics, comme son nom peut le laisser supposer, reprend les origines de Batman. Bruce Wayne est adulte, a une fortune à disposition, une cave sous sa maison et cherche un moyen d’éradiquer le poison qui pourrit les entrailles de Gotham. Il va prendre alors le rôle de Batman et nous verrons que ses premiers essais ne seront pas sans douleur.
En parallèle, nous suivrons James Gordon, son arrivée dans la police de Gotham et la pile de travail qui l’attend pour faire de sa ville, un endroit agréable à vivre ou du moins supportable.

Je ne lis clairement pas les Batman dans l’ordre chronologique… xD Heureusement, je connais déjà plutôt bien le personnage et cela ne m’a pas dérangé. Cependant, si vous n’y connaissez rien, je pense que ce comics est un bon début et qu’après celui-ci, vous pouvez enchaîner sur Batman : Un Long Halloween. Avec cette base, n’importe quel autre Batman devrait être à votre portée !

Cet intégrale reprend donc les origines de Batman. Elle ne modifie pas les raisons qui ont poussé Bruce Wayne à revêtir son costume, cela est toujours dû à l’assassinat de ses parents par un petit voyou mais plutôt la manière dont il s’y prend et ses premières altercations avec la police.
Batman se retrouve ici dans une ville bien plus vile et sombre qu’auparavant. Il ne doit pas seulement se battre contre les criminels qui sévissent dans Gotham mais aussi contre la police, les procureurs et les hauts dirigeants corrompus. Hormis James Gordon, il ne semble pas trouver un seul soutien potentiel dans les forces de l’ordre. C’est un Batman bien seul que nous suivons.

Quand j’étais petite, Batman était un des super-héros que j’aimais le moins car il n’avait pas de supers pouvoirs. Aujourd’hui, c’est justement pour cette raison que je l’apprécie autant. Il se bat avec les moyens du bord, c’est-à-dire son corps et la technologie qu’il met en place. Cela engendre des combats plus violents, des stratégies parfois plus mesquines et surtout des blessures qui ne guérissent pas en trois secondes top chrono (bien qu’à l’instar de Daredevil, il ait des capacités régénératrices très importantes…). De ce côté là, je n’ai rien à redire, Frank Miller maîtrise le personnage et propose une histoire fidèle à son caractère et son passé !

En parallèle, nous en apprenons plus sur James Gordon et j’ai beaucoup aimé suivre ses débuts en tant que lieutenant à Gotham, jusqu’à sa promotion en tant que capitaine. J’avais dans la tête, un flic intègre à 100%, parfait, incapable de faire un faux pas et Miller nous dévoile, un homme juste mais finalement capable de faire lui aussi des erreurs, comme tout le monde. C’est un personnage qui m’a beaucoup touché, bien plus que Batman pour le coup. Il est intense et badass quand il s’y met !
Nous apercevons aussi les débuts de Catwoman mais seulement brièvement et sans trop saisir les raisons qui l’ont poussé à changer de voie. Cet aspect de l’histoire reste obscur.

En ce qui concerne les dessins, je ne serais dire si c’est les dessins en eux-mêmes ou les couleurs, peut-être même que c’est l’association des deux qui sait, mais je n’en suis pas une grande fan. Certaines planches sont superbes, je pense notamment aux paysages de nuits ou aux plans rapprochés sur les yeux d’un Bruce Wayne jeune ou d’un James Gordon déterminé mais pour le reste, je suis restée plutôt de marbre. Dans l’univers de Batman, je préfère le coup de crayon de Jim Lee.

Enfin, un dernier point qui m’a dérangé et que je n’ai pas le souvenir d’avoir observé dans d’autres comics de Frank Miller, c’est la narration qui manque cruellement de pronoms personnels sujets et mots de liaison. C’est bête dit comme ça mais il y a une utilisation trop prononcée à mon goût des points de suspension et ça rend la lecture très hachée quand nous entrons dans les pensées de Batman ou Gordon. Ce n’est pas très agréable à lire de cette façon.

Bref, « Batman : Année un » est une très bonne façon de découvrir ou re-découvrir les débuts de Bruce Wayne en tant que Batman ainsi que l’arrivée et les premiers coups durs de Gordon dans la police. Malgré une narration un peu coupée, j’ai passé un très bon moment et j’ai aimé suivre Batman et Gordon dans les méandres de Gotham !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s