Février 2020 : Hiroshima & Miyajima

12 février 2020 : Arrivée à Miyajima

Après avoir quitté Kyoto, nous avons pris le train puis le ferry direction l’île de Miyajima où nous avions réservé une nuit dans un Ryokan, une auberge japonaise traditionnelle.

Dès que nous sommes arrivés sur l’île, nous nous sommes dirigés vers l’Office de Tourisme où nous avons demandé à une dame de bien vouloir appeler notre hôtel pour qu’ils viennent récupérer nos valises. Nous étions arrivés trop tôt pour faire le check-in alors nous voulions visiter l’île sans nous encombrer. J’ai discuté un peu avec la femme en question, qui était surprise que je parle aussi bien japonais puis après qu’elle m’ait tendu quelques prospectus de l’île, nous sommes allés attendre un peu plus loin qu’un personnel de l’hôtel vienne chercher nos bagages.
Une fois fait, nous nous sommes promenés dans la rue commerçante de Miyajima qui mène jusqu’au temple Itsukushima. Nous avons mangé dans un des restaurants puis nous avons continué à flâner de magasin en magasin. Là, un miracle est survenu et Johann a trouvé le masque qu’il cherchait désespéramment et qu’il n’avait pas trouvé à Kyoto. Pas qu’il n’y en avait pas à Kyoto mais pour la plupart, ils n’avaient l’air ni solide ni de bonne qualité. Là, le gérant de la boutique, nous a dit que le masque était fait dans le même bois que celui qui a permis de construire le Torii dans l’eau, si célèbre à Miyajima. Je ne sais pas si c’est vrai mais ce qui est sûr, c’est qu’il avait l’air bien plus solide et classe que tout ceux qu’on avait croisé auparavant. Son masque en poche, nous avons continué notre trajet.

Jusqu’à présent, nous n’avions pas eu une seule goutte de pluie. Je ne compte pas les flocons de neige parce que ça c’est cool ! La chance ne nous a pas suivi à Miyajima et nous avons eu de la pluie toute la journée. Cependant, ce ne fût pas si désagréable que ça car, pour ma part, j’avais toujours vu Miyajima sous le soleil et j’ai ainsi pu voir un autre aspect de l’île avec les nuages qui stagnent au milieu des montagnes *wouahou*. De plus, comme l’a si bien dit Johann, même quand il pleut au Japon, c’est joli. Les paysages dégagent un petit quelque chose d’onirique qu’on ne retrouve pas en France.
Un parapluie au-dessus de nos têtes, nous avons fait pratiquement tous les points d’intérêts de l’île : le temple itsukushima, le Torii dans l’eau et les différents temples et pagodes qui pullulent un peu partout. Le gros bémol de cette ballade est le Torii dans l’eau, symbole de Miyajima et une des raisons qui en fait une des trois plus belles vues du Japon, qui était en rénovation et donc complètement recouverts d’échafaudages et de bâches *sniff*.

Après notre promenade, nous sommes retournés à la gare où nous avons redemandé à l’Office de Tourisme d’appeler l’hôtel pour qu’ils viennent nous chercher.
L’hôtel est un peu à l’écart de tout du coup, nous avons profité du mauvais temps et d’être chouchouté pour nous relaxer à fond avant de repartir de plus bel. Notre repas nous a été servi dans notre chambre et il était composé d’onze plats au total (amuse-bouche, salade, soupe, poisson froid et chaud, légume, viande, dessert, etc.). Je vous rassure, ce n’était pas onze assiettes mais plutôt des petits ramequins contenant différents aliments. Au Japon, on appelle ça un Kaiseki et il regroupe en général dans un même repas toutes les compétences culinaires d’un cuisinier.
Malgré tout, ça nous a fait un sacré repas et quand la serveuse a posé le plateau principal et nous a dit qu’elle allait chercher la suite, je n’ai pas pu m’empêcher de penser « Parce qu’il y a encore autre chose après O_O !? ». Je n’ai pas réussi à tout manger *sorry*. Il y avait des huîtres parmi les plats et ça n’a jamais été mon truc puis, je n’avais vraiment plus faim. Heureusement que l’estomac de Johann était là pour faire honneur aux plats !

Lorsque nos plateaux ont été débarrassés, l’homme qui nous avait accueilli à l’hôtel est venu mettre nos futons en place. Je crois que c’était le moment le plus gênant du voyage. Je sais que c’est leur boulot et que ça fait parti du service que nous avons payé mais être assise sur mon petit fauteuil et voir quelqu’un devant moi préparer mon lit, je trouve ça particulièrement dérangeant. J’avais une irrésistible envie de lui donner un coup de main mais il aurait été plus catastrophé que soulagé de notre aide… Heureusement, il a été aussi rapide qu’efficace et cet instant de malaise n’a pas duré trop longtemps.
Nous avons ensuite profité de l’onsen de l’hôtel avant d’aller nous coucher. Les bains n’étaient pas aussi imposants que ceux de Noboribetsu mais ils faisaient la taff. Puis quand j’y suis allée, il n’y avait pas grand-monde donc c’était agréable.

13 février 2020 : Miyajima & Hiroshima

Ce matin là, Johann voulait voir le levée du soleil puis profiter une dernière fois de l’onsen avant de partir. Il a réussi à se lever à temps pour le soleil mais la flemme a eu raison de lui et il s’est rendormi plutôt que d’aller aux onsens. Pour ma part, je n’ai même pas essayé l’un ou l’autre, le sommeil avant tout !

Nous avons petit-déjeuner dans la salle commune. Là, encore tout était préparé et nous avons eu le droit à un repas traditionnel composé de riz, de poisson cuit, d’œuf, de jambon,… Le poisson cuit à 9h du mat’, c’était trop hardcore pour moi, alors je l’ai gentiment donné à Johann mais le reste est plutôt bien passé, ça change de notre pain au chocolat ! A 10h, nous avons quitté notre chambre et nous avons été raccompagné jusqu’à la station où nous avons repris le ferry puis le train pour aller à Hiroshima, notre destination suivante.

Encore une fois, nous nous sommes pointés à l’hôtel avant notre check-in afin de déposer nos bagages puis le soleil étant revenu, nous avons fait le Parc de la Paix qui se situait à 5min à pied de notre logement. Ce jour-là, ça devait être la journée des sorties scolaires car nous avons vu un nombre incroyable d’élèves en uniforme, de la maternelle au collège, il y en avait partout, une véritable invasion !
Après avoir parcouru une bonne partie du Parc et vu les différentes statues, célèbres bâtiments et architectures, nous avons pris le tramway pour rejoindre une de mes amis à la gare d’Hiroshima. Kaori est une japonaise que j’ai rencontré lors de mon troisième voyage au Japon, il y a maintenant 7 ans et bien que nous ne nous parlons pas constamment, nous prenons toujours beaucoup de plaisir à nous revoir quand je viens au Japon ou quand elle débarque en France.

Elle a aujourd’hui une enfant de presque deux ans qui est a.do.ra.ble. Elle est timide et elle fait un regard de tueur quand elle ne te connaît pas mais dès qu’elle s’habitue à toi, elle commence à te sourire et là, tu as l’impression d’avoir gagné au loto ! Elle était trop mignonne et quand Kaori me l’a mise dans les bras, elle n’a pas bronché alors que je m’attendais à des cris et des « Mamans, pourquoi tu me fous dans les bras d’une étrangère ! ». Alala, ça donnerait presque envie d’en avoir, presque…
Nous avons mangé ensemble des Okonomiyakis, puis nous avons fait une promenade aux alentours de la gare et de la rivière. Nous avons beaucoup discuté et quand elle a appris que Johann adorait les Daifukus, elle nous a emmené dans une boutique non loin de là. On a goûté quelques pâtisseries de la boutique sur place, avec un thé et ils étaient excellents. Nous avons été particulièrement fans du Daifuku à la fraise *miam*. Voilà une adresse à retenir pour la prochaine fois !

Kaori nous a ensuite proposé d’aller chez elle mais nous n’avions pas encore fait notre chek-in à l’hôtel et nous étions fatigués alors nous avons remis ça à une prochaine visite. Nous sommes rentrés, nous sommes reposés puis le soir nous avons passé la soirée dans un bar que nous avions repéré juste derrière notre logement. Il proposait des bières européennes, des japonaises mais surtout il servait nos verres sur des sous-bocks ! Je déconseille cependant les gyozas de ce bar, c’était du surgelés vraiment pas ouf. Après plusieurs verres et une mini-cuite qui arrivait, nous sommes allés nous coucher.

14 février 2020 : Hiroshima – Musée de la Paix

Comme nous avons profité du beau temps de la veille pour faire tout ce qui était extérieur, nous avons pu faire la grasse mat’. Ce qui fait que lorsque nous avons quitté notre hôtel, c’était l’heure de manger et nous avons dégusté la spécialité locale (encore une fois) : des Okonomiyakis, dans un restaurant conseillé par un ami de Johann. Un restaurant très conviviale où tous les murs étaient tagués de messages des clients et des notre aussi quand nous sommes partis. C’était excellent mais même en ayant pris un demi-plat, je n’ai pas réussi à finir. Je ne pense pas que nous ayons la même conception du mot « moitié » au Japon parce que franchement le mien était presque aussi gros que celui de Johann qui avait pris une taille normal xD. Mais bon, il y a un très bon rapport qualité/prix alors on ne va pas trop se plaindre.

Nous avons ensuite fait le Musée de la Paix où comment plomber l’ambiance après un super repas… Ils l’ont vachement développé depuis la dernière fois que je l’ai visité. Ils ont rajouté des témoignages et des histoires de survivants avant, pendant et après la guerre et la bombe atomique. Je n’ai pas eu l’impression de déjà-vu, ce qui était plutôt cool. Par contre, l’atmosphère est encore plus étouffante et ce qui est conté est si horrible que nous étions soulagés de sortir de là et de retrouver la lumière du jour après 2h de visite.

Pour nous remettre de nos émotions, nous avons fait les différents Shotengai de la ville puis nous sommes allés mangé dans un restaurant de sushis juste à côté de notre hôtel. Un restaurant un peu cher mais très bon, aussi bien au niveau de la nourriture que de l’alcool. La femme qui était derrière nous ne s’en souvient probablement pas tellement elle était bourrée mais elle a apprécié autant que nous le nihonshû qu’on lui a servi, ça c’est sûr !

Hiroshima et Miyajima sont deux endroits que j’ai déjà fait plusieurs fois mais je ne m’en lasse pas. A cause des travaux nous n’avons pas pu voir le Torii dans l’eau, ni profiter de la vue depuis le mont Misen mais voir l’île sous la pluie et les montagnes en partie cachées dans les nuages étaient une première alors le trajet n’aura pas été vain !
Quant à Hiroshima, j’ai pu y revoir Kaori et c’est tout ce qui compte ❤

PS : Les photos de cet article sont de moi, merci de ne pas vous en servir sans mon accord ^^ (cliquez dessus pour les voir en plus grand).

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s