Février 2020 : Tokyo & Kiyosato

15-16 février 2020 : Tokyo – One Piece Tower & Soirées

Troisième et dernière semaine au Japon et avec, en moyenne, 10 à 15km de marche par jour, la fatigue se fait ressentir alors nos journées se font plus light.

Le 15, nous nous contentons de déposer nos bagages à notre logement, de préparer le programme des derniers jours et de trouver un coin où manger non loin de là.
Nous commençons par un Bar/Izakaya mais le menu n’inspirait pas Johann et la cigarette d’un des clients nous incommodait alors après un verre et quelques snack, nous sommes partis à la recherche d’un autre lieu. Ce qui était marrant cependant c’est, qu’à notre arrivée, les serveurs ont quelque peu paniqué et pendant qu’on n’était en train de regarder le menu, je les entendais discuter et se dire « Tu parles anglais ? », « Non, pas du tout et toi ? », « Non, tu vas prendre leur commande ? ». Et dès que je me suis mise à parler en japonais pour prendre notre commande, les trois gars se sont retournés vers moi et m’ont fixé tout le long en mode *Ooooooh, elle parle notre langue*, c’était assez comique à voir. Le cuisinier a même dit après « Mais elle parle bien japonais en fait ! » xD. A savoir qu’au Japon, si tu dis ne serait-ce que bonjour ou merci en japonais, ils vont te dire que tu es bilingue alors…

Après ça, nous avons tourné dans le quartier et regardé les différents restaurants avant de nous arrêter sur un bon bol de ramen. On n’était pas loin d’aller au McDo tellement rien nous tentait ce soir là mais nous avons résisté !

Le 16, nous sommes partis vers la station de Tokyo pour voir la Tokyo Tower. Nous ne sommes pas montés dedans car le temps était au brouillard et puis il y a bien d’autres observatoires plus abordables voire gratuits à Tokyo qui offrent des points de vue tout aussi sympathiques. Non, notre objectif était de faire le parc One Piece qui se situe dans le bâtiment sous la Tour. Nous avons d’abord mangé dans le Café Mugiwara, histoire de se mettre dans l’ambiance. Johann avait un peu honte de rentrer dedans mais finalement, il s’est pris au jeu et il a feuilleté les nombreux mangas à disposition pendant que nos plats arrivaient.
Pour ma part, j’ai pris des Pancake à la fraise à l’effigie de Perona et un lait à la fraise avec de la crème fouettée qui ressemblait au chapeau de Chopper. Johann, lui a pris une bière (posée sur un sous-bock !!) et un panini saumon grillée, fromage et épinard avec Law Trafalgar en concept. Tout était vraiment délicieux mais on ne va pas se voiler la face, c’est plutôt cher pour ce que c’est. On paye plus le design du plat que la nourriture en elle-même mais c’est fun à faire une fois !

Nous avons acheté nos places et sommes entrés dans le Parc où nous avons fait plus ou moins toutes les attractions, hormis celle dédiée à Robin (une sorte de chasse au trésor à travers le parc) où nous n’avions pas la patience d’attendre les 20min pour récupérer le matériel. Rien a changé de ce côté là par rapport à ma précédente visite il y a deux ans. Par contre la partie « musée » a été complètement revue. A l’époque où j’y suis allée, nous pouvions voir en détail la bataille de Marine Ford et l’arc d’Impel Down mais aussi un mur complet qui résumait les relations entre tous les personnages de One Piece. Cela a disparu et à la place avait lieu une exposition exceptionnelle pour fêter les 20 ans de l’anime. Au programme, un récapitulatif de tous les arcs avec des story boards et des scripts mais aussi de toutes les îles visitées par l’équipage de Mugiwara. Puis, un coin spécialement dédié aux arcs Sabaody à Wano où nous pouvions voir les caractéristiques de tous les personnages rencontrés. Un condensé d’informations qui montre à quel point Oda a crée un univers vaste et riche en événements, personnages et lieux. Il y a de quoi être époustouflé ! Mais le spot qui m’a le plus plu, c’est le trailer qui montre les scènes clés des 20 dernières années, c’était émouvant de revoir ce par quoi ils sont tous passés. Vous pouvez le regarder ici mais attention aux spoilers si vous n’êtes pas à jour dans le mangas.

On a fini avec le Live Show qui c’est, lui aussi, mis au goût du jour. Contrairement à la dernière fois, ils donnaient des lightsticks à l’entrée (qui servent pratiquement à rien, soyons honnêtes) et le pitch du Live a changé. Ace a laissé sa place à Sabo et nous avons aussi pu voir César et Charlotte Cracker. Je n’ai pas trop saisi le rôle de ce dernier. Le but était probablement d’instaurer un personnage récent pour coller avec la diffusion de l’anime mais je n’ai pas trouvé son apparition très cohérente avec le reste. C’était tout de même drôle et nous avons passé un bon moment. Enfin moi plus que Johann, à qui ce genre de spectacle ne correspond pas du tout xD.

Une fois le tour du parc terminé, nous sommes retournés sur Shinjuku où nous avions rendez-vous avec Fumiya, un de mes amis avec lequel j’ai travaillé il y a deux ans. Nous l’avons suivi dans les dédales de Shinjuku et sommes passés non loin du quartier chaud de Tokyo, Kabukicho qui commençait à s’animer à cette heure de la soirée.
Nous avons mangé dans un Izakaya spécialisé dans les gyozas. C’est la première fois que Johann pouvait réellement discuter avec un japonais alors il lui a posé tout un tas de questions sur leur mode de vie et autres sujets plus ou moins sérieux. L’alcool et les Gyozas ont coulé à flot toute la soirée et nous avons beaucoup rigolé.
Sur la fin, nous parlions karaoke et Johann s’est mis à chanter du Lana Del Rey, chanson que deux japonaises à la table d’à côté ont reconnu. Il a alors commencé à chanter pour elles et Fumiya n’avait pas l’air de savoir où se mettre, moi aussi je l’avoue…

Alors que nous partions du restaurant, une des filles nous a couru après car j’avais oublié mon parapluie. Je l’ai remercié et Johann la reconnaissant lui a envoyé un bisou dans l’air. Les deux jeunes femmes étaient mortes de rire et nous ont répondu avec de grands coucous.
Fumiya nous a quitté là parce qu’il travaillait le lendemain mais pour notre part, nous avons continué la soirée dans un karaoke avant de rentrer. Johann voulait enchaîner avec une boite de nuit mais je n’étais pas chaud ce soir-là et nous ne savions pas vraiment où aller. Il a essayé de demander à une fille dans la rue mais elle a fui plus qu’autre chose. Bref, ce fût une journée tout de même mémorable !

17 février 2020 : Kiyosato

Le lendemain, j’avais prévenu Mana, une de mes amis à Kiyosato que j’allais lui rendre visite. Nous avons donc fait quelques heures de train et elle est venue nous récupérer à la gare dans sa Jeep. Elle voulait nous emmener dans le bar-restaurant où j’allais souvent le soir, pour manger des pizza mais il n’était pas ouvert ce midi-là. J’ai tout de même pu revoir le gérant qui est aussi un ami donc le trajet a été rentabilisé. Elle nous a emmené ailleurs et nous avons mangé un Oyakudon et un bol de riz avec des Karaage (poulet fri).

Mana nous a ensuite fait visiter le coin en nous emmenant sur un pont qui offrait une superbe vue sur la vallée et les montagnes environnantes (Yatsugatake et le Mont Fuji entre autres), puis à une cascade super jolie. De là, elle nous a déposé à l’onsen de la ville où nous nous sommes ressourcés avant d’aller au Rock, le restaurant où j’ai travaillé il y a deux ans. Le personnel a beaucoup changé depuis mais j’ai tout de même pu revoir quelques uns de mes amis qui était pour la plupart surpris de ma visite. Le plus choqué fût mon ancien manager je crois, qui a poussé un « PAULINE ???! » à ma vue. Il était content de me revoir mais déçu de ne pas pouvoir rester plus longtemps. Un meeting l’attendait. Nous avons bu, grignoté et discuté sur place jusqu’à ce que l’heure de reprendre le train soit venu.

Même si ce n’était que pour une journée et que je n’ai pas pu voir tout ceux que j’espérais, ça m’a fait plaisir de retourner là-bas et de discuter avec Mana et tous les autres. Ils me manquaient !

18 février 2020 : Tokyo – Shopping & Banque

Le 18 fût une journée marquée sous le signe du shopping ! Mais avant ça, nous avons fait un petit tour dans le building du gouvernement à Shinjuku pour profiter de l’observatoire gratuit. La vue est toujours aussi superbe et le ciel était suffisamment dégagé pour que nous entrapercevions le Mont Fuji.

Une fois ce petit tour d’horizon fait, nous avons commencé notre shopping par le quartier d’Akihabara où des collègues m’avaient demandé de leur acheter quelques goodies. Puis, nous avons fait une halte à la banque pour que je puisse fermer définitivement le compte en banque que j’avais ouvert lors de mon année passé au Japon et récupérer les quelques yens qui restaient dessus. Malheureusement, je me suis pointée trop tard et un des employés m’a expliqué qu’il fallait que je revienne un autre jour avant 14h car les démarches prenaient un peu de temps.

Nous avons donc continué notre chemin vers la gare de Tokyo et plus précisément vers un des nombreux centres commerciaux à proximité. Johann voulait s’acheter un T-shirt de Rugby de l’équipe du Japon et après quelques recherches, Fumiya nous avait dit qu’il y avait un magasin qui vendait des goods ici. Nous avons trouvé ce que nous étions venus chercher et nous avons envoyé une photo à Fumiya le soir même pour lui montrer et le remercier à nouveau !
Avant de trouver le bon immeuble, nous nous sommes tout de même trompé une fois d’endroit et avons pris un ascenseur probablement dédié à des entreprises privés et chics *oups*. Johann m’a dit que les réceptionnistes nous avaient regardé bizarrement mais personne nous a arrêté alors je ne me suis pas posée plus de questions que ça sur le coup. Mais arrivé à l’étage, nous nous sommes vite rendu compte que nous avions fait une boulette, au vu du couloir désert et très professionnel (moquette et lumières tamisées) qui s’étendait devant nous. Nous avons rebroussé chemin et avons fait comme si de rien n’était quand nous avons du repasser devant la réception… *moment gênant*

Après Tokyo, nous avons fait Shibuya et son fameux Tower Records où j’ai explosé comme à chaque fois mon porte-feuille. Je me suis mise notamment à jour dans ma discographie de SHINee et ONE OK ROCK ❤ en achetant leurs derniers albums. Nous avons dit bonjour à Hachiko, avons fait Omotesando (les champs élysées japonais) puis nous sommes rentrés chez nous les bras chargés.

19 février 2020 : Tokyo – Shopping & Banque *bis* et Théâtre

Le lendemain, nous sommes repartis vers Ginza où nous avons assisté à du Kabuki dans un des plus célèbres bâtiments du Japon. Le Kabuki est du théâtre japonais traditionnel où les gestes sont codifiés et plutôt exagérés. Tous les personnages sont joués par des hommes. Ils portent tous une bonne couche de maquillage et il y a très souvent des gens en fond qui jouent des instruments traditionnels ou font des bruits particuliers pour marquer les passages dramatiques de la pièce. Le tout est souvent accompagné de danse.
Je n’en avais jamais vu et je ne pensais même pas que c’était aussi simple d’assister à une séance. Nous nous sommes pointés le jour J, une dizaine de minutes avant le début du spectacle et avons pu acheter une place à 1000yens qui nous permettait d’assister à un seul acte. Les actes durent entre 20 minutes et 1 heure et les sièges à ce prix là sont limités et se situent tout au fond du théâtre. Nous ne savions pas si ça allait nous plaire alors nous avons opté pour un acte de 20 minutes et nous avons finalement passé un très bon moment. Même si nous étions loin, nous avions une bonne vue de la scène.

C’était très drôle et même sans explication et sans comprendre le japonais, il était facile de comprendre le plus gros du spectacle mais si vous voulez vraiment saisir toute l’histoire, sachez qu’il est possible de louer un traducteur audio. En plus de vous traduire les dialogues en temps réel, il vous donnera des explications sur la pièce, les vêtements des personnages et tout autre informations utiles à la bonne compréhension de l’histoire et de l’univers. Si j’en ai l’occasion, je pense que j’y retournerai avec plaisir !

Après ça, nous sommes retournés à la banque qui n’était pas loin et j’ai pu cette fois-ci, fermer mon compte en banque et récupérer mes sous ! *clap clap*
Après avoir mangé, nous sommes retournés vers Harajuku où nous avons fait la Takeshita Street, très connu dans le quartier. J’ai d’ailleurs remarqué pour la première fois que la déco de l’arche qui indique le début de la rue change régulièrement en fonction des saisons et des événements. Je vais dans cette rue au moins une fois, à chacune de mes visites et je n’avais jamais fait gaffe *la honte*. Nous l’avons traversé de tout son long puis j’ai forcé Johann a fait des Purikura. Il y a des choses à faire absolument quand on vient au Japon et ça en fait parti selon moi. Il a souffert un peu mais il l’a fait ! *fière*

Après ça et juste avant sa fermeture nous avons fait le Meiji Shrine à côté. Un endroit totalement dépaysant et calme alors qu’on se situe à deux pas des quartiers les plus animés de Tokyo. La visite fût parfaite jusqu’à ce qu’on croise un petit groupe de chinois. Deux d’entres eux prenaient la pause pour des photos en mode *je suis trop beau gosse appuyé sur son poteau tout habillé de blanc* et une, un peu à l’écart commençait à baisser son pantalon et à s’accroupir. Je n’ai pas osé regarder la suite de peur d’être traumatisée à vie mais d’après Johann, elle était en position pour faire ses besoins en plein milieu d’un carrefour du parc qui entoure le temple… *yeaaaah* Si c’est vraiment ce qu’elle faisait, elle n’a vraiment aucune gêne… Il y avait des toilettes à même pas 50m en plus. Je ne suis déjà pas une grande fan des chinois mais alors là, je suis choquée…

Nous sommes ensuite partis nous reposer quelques minutes chez nous avant de repartir vers Shinagawa pour retrouver Daiki et Ren, deux amis de longues dates, enfin surtout Daiki que je connais depuis 8 ans maintenant.
Il avait réservé une table dans un restaurant spécialisé dans les nabe (genre de pot au feu japonais) et nous avons encore une fois, bien bu et bien mangé ! Johann a d’ailleurs été très surpris de voir à quelle vitesse, les garçons enchaînaient leur bière. Il a eu du mal à suivre leur rythme xD.
Après le restau, nous avons continué la soirée dans un bar à fléchettes. Cela faisait une éternité que je n’en avais pas fait et avec un peu d’alcool dans le sang, le résultat ne fût pas très glorieux. Nous avons fait une première partie où c’était chacun pour sa peau et j’ai sauvé l’honneur en n’arrivant pas dernière *ouf*. Par la suite, nous avons fait plusieurs parties en équipe (France VS Japon) et nous avons tout perdu… Ren était vraiment trop fort, Johann aussi mais moi, j’avais beau m’améliorer un peu plus à chaque tour, ce ne fût pas suffisant pour rattraper le score.

Une bonne journée, une excellente soirée et un final inattendu mais tout aussi agréable. Vivement la prochaine rencontre, je serais prête cette fois-ci !

20 février 2020 : Tokyo – Odaiba

Pour notre dernière nuit à Tokyo, nous avons changé de logement et sommes partis déposer nos valises dans l’hôtel où nous allions dormir. Il se situait à Asakusa et avait pour particularité de proposer des chambres au vingtième étage avec vue sur la Sky Tree et les quartiers alentours.

Après s’être délesté de nos bagages, nous avons visité le temple Sensoji ainsi que la rue commerçante qui amène au sanctuaire. Nous avons mangé puis nous nous sommes dirigés vers Odaiba où nous avions prévu de faire le MORI building digital Museum. Un complexe d’art digital et interactif. Nous passons de pièces en pièces et chacune à sa spécificité et son histoire. Une salle remplie de ballons flottants et changeant de couleurs, un couloir de bambous, une pièce de tournesols, une autre de nénuphars, une salle de gens qui chantent et dansent quand tu t’approches d’eux,… Bref, il y a autant d’ambiances différentes que de salles et même dans une même salle, la « déco » change en fonction de l’heure. Il est donc possible de retourner dans une pièce que vous avez déjà visité et de voir quelque chose de complètement différent et ça, c’était vraiment chouette. C’est un musée unique au monde que je recommande, on peut facilement s’y perdre quelques heures. Le seul défaut de ce musée est qu’il est désormais très prisé et l’abondance de gens fait que l’expérience nous transporte moins que prévu. De plus, la plupart passe leur temps à se prendre en photos et c’est assez agaçant à la longue…

Nous avons pris un thé sur place, fait un dernier tour pour vérifier que nous avions tout fait (certaines salles sont bien cachées dans la pénombre) puis nous sommes partis dans un centre commercial à proximité pour manger une crêpe avant d’aller faire coucou au Gundam géant et de rentrer à notre hôtel.
Nous nous sommes reposés quelques heures avant de sortir se faire un dernier restaurant de sushis classe. Nous en avions trouvé un qui nous plaisait mais plus nous faisions des recherches dessus plus ça s’annonçait difficile d’y aller. Le restaurant n’avait que 10 places et les gens conseillaient fortement de réserver avant d’y aller, puis le menu à 150€ par personne nous a convaincu d’aller tester autre chose.

La quartier regorgeait de restaurants de sushis et après avoir tourné quelques temps, nous nous sommes arrêtés au Sakae Sushi. C’est un restaurant local plutôt réputé et tenu par un vieux couple japonais. A notre entrée, le restaurant était vide et une mamie nous regardait un peu surprise et je me suis demandée si c’était ouvert ou si nous n’étions pas rentrés chez quelqu’un par inadvertance. Après ces quelques secondes où tout le monde retenait son souffle, j’ai dit à la mamie que nous étions deux et que nous souhaitions manger. Elle a appelé son mari, nous a demandé de nous asseoir et la soirée a pu commencer.

C’est un restaurant un peu particulier où tu choisis entre deux menus (soit entrée + sushis, soit 100% sushis) et c’est ensuite le cuisinier qui choisit le type de sushis qu’il va te servir. Si tu as des envies particulières, tu peux bien sûr lui en faire part. Nous avons pris deux menus 100% sushis et en accompagnement, deux petites bouteilles de Nihonshu (alcool de riz japonais).
Le menu principal était composé que de sushis mais il y avait quand même à côté un œuf et des sortes de fines galettes de bébés sardines. C’est chelou dit comme ça mais c’était plutôt bon ! Le cuistot nous expliquait tout ce qu’il faisait ainsi que le type de poisson qu’il nous préparait, sa spécificité et comment on pouvait le manger. Ils ont même posé sur notre table, un petit bouquin anglo-japonais qui expliquait le goût, la préparation de chaque poisson souvent cuisiner en sushis. Le service à la japonaise quoi !

Nous étions les seuls clients et après nous avoir servi nos sushis (dont une crevette qui bougeait encore *gloups*) et au vue de nos têtes en extase à chaque bouchée, il nous a proposé de choisir le prochain poisson que nous souhaitions manger. Johann a pris de l’oursin et la recommandation du chef. Franchement, c’était plus que excellent, le poisson fondait dans la bouche et il y avait pile poil la bonne dose de wasabi. Je ne sais pas comment on va faire pour remanger des sushis en France après cette expérience !

En fin de repas, on nous a servi une tasse de thé et nous avons pu discuter avec le couple. Le chef nous a raconté qu’il tenait la boutique depuis quarante ans déjà et de notre côté nous avons parlé de notre voyage et du fait que c’était notre dernier jour au Japon et que nous voulions manger des sushis pour terminer. Il semblait touché que nous ayons choisi son restaurant pour notre dernière étape.
En partant, ils nous ont souhaité un bon retour en France et nous les avons remercié pour ce fabuleux repas. Plutôt qu’un restaurant, nous avons eu l’impression d’avoir été invité chez quelqu’un tellement l’ambiance était conviviale et chaleureuse. J’y retournerai avec plaisir !

Notre voyage s’arrête ici et nous en avons plein les pattes mais ne regrettons nullement tous les kilomètres que nous avons fait. Je garde de très bons souvenirs de tous les endroits où j’ai été et même si pour la plupart, ce fût des villes que j’avais déjà visitées, j’ai pu y faire de nouvelles choses et revoir mes amis. Puis, c’est toujours un plaisir de faire découvrir à quelqu’un d’autre, un pays que j’adore.

Même si on n’a pas fait de club de strip-tease ou d’hôtesses (Sapporo en était inondé mais dans les autres villes, nous n’en avons pas vu tant que ça, ou en tout cas, ils étaient mieux cachés), Johann a pu revenir avec son masque, son estampe, ses sous-bocks, son daruma et des centaines de photos sur son téléphone. Il semble plutôt satisfait de son voyage !
Il relève cependant quelques défauts, comme les japonais qui reniflent au lieu de se moucher, qui traînent des pieds ou encore le manque cruel de sous-bock et de « vrais » bars dans les grandes villes. Du côté des bons points, il a été époustouflé par les transports japonais d’une manière générale (propre, à l’heure, bien indiqué) et les gens qui font la queue partout (pour monter dans les trains, aller aux toilettes, monter les escalators,…), qui s’incline pour se dire au revoir, etc. Il a aussi adoré les Onsens et la nourriture. Il est chaud pour y retourner encore une fois, je pense donc avoir réussi mon job de guide !

PS : Les photos de cet article sont de moi, merci de ne pas vous en servir sans mon accord ^^ (cliquez dessus pour les voir en plus grand).

 

2 réflexions sur “Février 2020 : Tokyo & Kiyosato

  1. On a aussi fait le teamlab à Odaiba et c’était sympa mais le monde rend pas les choses faciles et on s’est senti un peu claustro :/
    Ah non mais c’est trop chiant les reniflements à tout bout de champ là, je suis d’accord ^^
    Kin

    J'aime

    • Oui, c’est vraiment dommage qu’il accepte autant de monde, ça gâche un peu la magie des lieux en plus…

      Je suis d’accord, c’est relou. J’ai eu plusieurs fois envie de leur donner un mouchoir pour qu’il se dégage le nez une bonne fois pour toute. C’est agaçant ><

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s