Pax Deorum, Livre I : Il était une fois, Rome… – Cédric Plouvier

Note : ★★★☆☆ (3.25/5)
Extrait : « À son entrée fracassante, tous les yeux s’étaient tournés vers Mortelinus. Alors que le garçon s’arrêtait sur le seuil et haletait, l’aubergiste s’approcha. Il allait engager la discussion lorsque le garçon lui vola la parole : Le lac, le lac ! »

couv8226121Titre : Pax Deorum, Livre I : Il était une fois, Rome…
Auteur : Cédric Plouvier
Genre : Historique
Langue : Française
Pages : 472
Note : 3.25/5

En bref : J’ai eu du mal à comprendre où l’auteur voulait nous emmener mais j’ai quand même apprécié me balader à Rome aux côtés des personnages. J’ai aimé découvrir les mœurs et les crises sociales et politiques de l’époque. Il y a du potentiel et ça pourrait être plus intéressant si l’auteur arrivait à gérer son rythme et l’affluence de personnages.

Résumé :

Début du IVe siècle avant J-C. Rome est en passe de dominer complètement le Latium, une région fertile du centre de l’Italie. Puissante, la ville bouillonne pourtant intérieurement. Les intrigues familiales et politiques au Sénat et dans les grandes maisons, les querelles d’ego, ainsi que les affaires sales dans les quartiers populaires aux mains des bandits, sont le lot quotidien de la Ville.
Celle-ci est également confrontée aux menaces croissantes des peuples voisins, notamment étrusques, l’obligeant à mener des guerres continuelles. C’est ainsi que depuis plusieurs années Rome assiège la cité de Véies qu’elle ne parvient toujours pas à soumettre.

A tout cela s’ajoutent d’étranges événements qui se multiplient jusque dans les campagnes environnantes. Des phénomènes que personne ne parvient à interpréter et qui poussent les Romains à s’interroger sur leur destin. Est-ce un signe des dieux ? Ont-ils eut tort d’entreprendre leurs guerres ? De quelle nature est la menace qui pèse sur Rome ?

Avis :

Je remercie Cédric Plouvier pour m’avoir proposé son roman qui m’a permis de sortir de mes sentiers battus. J’aime lire des livres historiques de temps en temps mais je ne suis pas une grande adepte de la Rome Antique. Néanmoins, l’ouvrage ayant été écrit par un historien spécialisé dans la civilisation romaine, je me suis dit que ça devait être instructif et peu fourni en coquilles. Ce que je craignais par contre, c’est que la plume ne suive pas. En effet, on peut être très calé sur un sujet mais ne pas savoir l’expliquer ou le raconter. J’ai été quelque peu rassurée sur ce point.

Nous sommes plongés en plein cœur de la Rome Antique avec toute la complexité du lieu qui va avec. Nous suivons un petit garçon, Mortelinus, qui court jusqu’à une auberge pour prévenir les hommes que le lac à proximité, a débordé. Evénement étrange que le centurion Lucius Titinius, qui se trouvait parmi les clients, va aller voir de ses propres yeux pour ensuite en référer à son supérieur.

Nous voilà avec une entrée en matière qui m’a tout de suite plu et un mystère dont j’avais hâte de connaître les dessous. Malheureusement, dès le chapitre suivant, changement de personnages, changement d’ambiance et nous nous retrouvons avec Publius Cornelius Cossus nouveau responsable du siège de la ville étrusque : Véies. Et ainsi de suite pendant encore plusieurs chapitres. Nous découvrons d’autres personnages, d’autres problématiques et il faut parfois attendre un bon moment avant de revenir sur des gens qui nous sont connus. Les débuts n’ont donc pas été facile et ma méconnaissance des noms romains et ma mémoire défaillante n’ont pas arrangé mon cas. J’ai parfois mis un temps fou à faire le lien entre les personnages, les situations, etc.

On finit quand même par se familiariser avec les personnages et la lecture devient alors plus fluide mais un deuxième problème voit le jour : l’intrigue. J’ai trouvé qu’il se passait beaucoup trop de choses dans ce tome. Entre les avertissements des Dieux, le peuple romain qui se rebelle, les Gaulois et les Étrusques qui cherchent la bataille, les brigands qui veulent élargir leur territoire, les familles aristocrates qui veulent récupérer encore plus de pouvoir et les différents problèmes qui existent au sein de certaines familles (héritage, adultère,…), on ne sait plus où donner de la tête.
Toutes ces informations sont intéressantes, dans le sens où, elle nous explique comment vivaient les romains à l’époque et qu’elles étaient leurs problèmes mais je n’ai pas pu m’empêcher, tout au long de ma lecture, de me demander « Quel est l’objectif de l’auteur ? Pourquoi il nous raconte ça ? Est-ce que je dois le retenir parce que c’est important pour la suite ou est-ce que c’est juste pour le côté immersif et pédagogique ? ».

L’auteur m’a alors expliqué que sa saga allait compter une dizaine de tomes et c’est pour cela que l’intrigue met du temps à démarrer et que de nombreux événements nous sont racontés en parallèle les uns des autres. C’est quelque chose que je conçois tout à fait, une intrigue sur dix tomes ne se dévoile pas de la même façon que sur un ou trois tomes. Malgré tout, je considère qu’un livre doit aussi pouvoir se suffire à lui-même et avoir des sortes de mini-intrigues ou au moins, un personnage fort qu’on voit évoluer. Hors, ce n’est pas le cas ici et ça m’a embêté.

Enfin, il y a un lexique à la fin du livre qui montre l’arbre généalogique des grandes familles romaines au cœur de l’intrigue, qui dévoile le statut de chaque personnage important et qui explique certains mots de vocabulaire. L’auteur a fait un travail de qualité, on sent qu’il maîtrise le sujet et qu’il veut nous faire part de ses connaissances tout en nous distrayant. D’ordinaire, je suis très friande de ce genre de choses mais j’apprécie aussi pouvoir lire un livre sans avoir à m’appuyer constamment sur une aide, aussi bien faite soit elle. De plus, le format numérique joue en défaveur de l’auteur et rend les aller-retours entre le lexique et là où on a arrêté sa lecture, fastidieux et vite décourageants. Du coup, même si l’idée est bonne et peut palier aux défauts que j’ai cité plus haut, ce n’est, pour moi, pas quelque chose qui doit être vitale dans ma lecture.

Bref, je n’ai pas passé un mauvais moment devant le premier tome de « Pax Deorum ». J’y ai trouvé quelques longueurs et j’ai eu du mal à comprendre où l’auteur voulait nous emmener mais j’ai tout de même apprécié me balader dans l’Empire Romain, aux côtés de brigands ou d’aristocrates. J’ai aimé découvrir les mœurs et les crises sociales et politiques de l’époque. C’est une saga qui a beaucoup de potentiel et qui pourrait être encore plus intéressante si l’auteur arrivait à gérer son rythme, ses informations et l’affluence de personnages de façon à rendre la lecture plus fluide.

4 réflexions sur “Pax Deorum, Livre I : Il était une fois, Rome… – Cédric Plouvier

  1. J’attendais ton avis avec impatience mais finalement je ne suis pas hyper emballée. Le problème de rythme m’embête vraiment… Je pense donc passer mon tour et chercher d’autres romans pour assouvir mon amour pour cette période ^^

    J'aime

  2. C’est toujours difficile quand il y a beaucoup de personnages, surtout quand les noms nous sont peu habituels, mais le roman semble néanmoins intéressant à condition de le lire à tête reposée et de considérer qu’il s’inscrit dans une saga plus large…

    J'aime

    • Oui, si tu aimes ou que tu es intéressée par la période et que tu pars du principe que le tome ne se suffit pas en lui-même et demande à être lu dans un univers plus large, il y a des chances que tu l’apprécies davantage que moi.

      Je n’ai malheureusement pas réussi à faire ça. Je considère qu’un livre doit se suffire à lui-même ou au moins suivre un petit nombres de personnages ayant des quêtes bien établies mais ce ne fut pas le cas je trouve =/

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s