Batman : Curse of the White Knight – Sean Murphy

Note : ★★★★★ (5/5) Coup de cœur
Extrait : « Il est des démons qui rôdent en ces sombres forêts… […] Personne n’est à l’abri… Ils vous changeront en monstre, comme nous autres. »

batman white knight 2

Titre : Batman : Curse of the White Knight
Auteurs : Sean Murphy
Genre : Comic, Super-Héro
Langue : Française
Pages : 248
Note : 5/5 Coup de cœur

En bref : On garde l’aspect politique, nos questions sur les méthodes de Batman et on y ajoute un passé qui vient carrément remettre en question la légitimité de notre super-héro à sauver des vies. Sean Murphy casse complètement ce qu’on a l’habitude de voir sur les persos tout leur laissant un trait de caractère et le résultat est terriblement efficace.

Résumé :

Le fléau Jack Napier est de nouveau derrière les barreaux, mais Gotham est loin d’avoir retrouvé son calme. Au Manoir Wayne, Bruce peine à retrouver équilibre et sérénité. Son pire ennemi n’a pas seulement ébranlé ses convictions et sa raison d’être, il a également durablement dégradé son image. La disparition d’Alfred laisse derrière elle un héritage inattendu : le journal d’Edmond Wayne daté de 1685, premier de sa lignée à s’installer à Gotham et adversaire d’un certain Lafayette Arkham, dont les ossements ont été récemment découverts dans la cellule du Joker.

Avis :

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un Batman mais voici qu’est sorti la suite de Batman : White Knight de Sean Murphy. Un univers où le Joker devient gentil et prend le nom de Jack Napier et où les méthodes efficaces mais dévastateurs de Batman sont remises en cause.

Dans ce deuxième tome, nous avons d’un côté les parties folle et saine du Joker qui se battent pour la possession du corps et de l’autre, Batman qui plonge dans le passé de sa famille et qui déterre de lourds secrets, des secrets qui datent de plusieurs centaines d’années. Ainsi le début du comics nous envoie au XVIIème siècle, lorsque Edmond Wayne foule pour la première fois Gotham City. Au fil des chapitres, nous découvrons ce qu’il a fait dans cette ville et les conséquences que cela entraînent pour Bruce. De son côté le Joker, qui a découvert le secret de Wayne, prépare un spectacle, comme il sait si bien le faire, pour révéler aux habitants de Gotham la vérité. Pour cela, il va s’aider de Ruth, une femme à la botte de l’Elite, les riches héritiers de Gotham et d’un ancien militaire, Jean-Paul Valley qu’il va missionner pour devenir le nouveau chevalier de la ville.

J’aime beaucoup l’univers de Batman crée par Sean Murphy, je le trouve plus contemporain et surprenant. On n’est pas seulement dans une suite de chapitres où un super-vilain pointe le bout de son nez et à la fin du tome, Batman s’en est débarrassé. Il y a toute une partie de l’histoire qui creuse aussi bien les personnages principaux que secondaires. Il crée son propre monde mais ne dénature aucunement les personnages et j’adore tout ce qu’il propose ! J’ai dévoré les pages et bien que je ne me souvenais plus de tout ce qu’il s’était passé précédemment, je n’ai eu aucun mal à reprendre l’histoire en cours de route.
Dans cette suite, l’aspect politique  et le Joker sont un peu mis de côté pour se concentrer sur le passé de Bruce Wayne et ce n’est pas plus mal parce que, ce que nous propose l’auteur est tout aussi intéressant. Il y a beaucoup de rebondissements et personne n’est à l’abri de finir six pieds sous terre. Néanmoins le tout reste cohérent d’un bout à l’autre. De plus, l’antagoniste est très charismatique et rend presque les anciens adversaires de Batman insignifiants face à la prestance et la puissance qu’il dégage.
Alors que je trouvais les comics de Jeph Loeb et Frank Miller assez destructurés et que j’ai souvent eu du mal à m’y repérer chronologiquement parlant, je n’ai pas ce problème avec Sean Murphy. Son récit est bien développé, construit et si vous cherchez à savoir par où commencer avec Batman, je ne peux que vivement vous conseiller cette série, même si on s’éloigne de ce qu’on a l’habitude de savoir sur le héro et ses antagonistes.

Parmi les personnages, nous retrouvons du côté des méchants ceux que j’ai cité précédemment et du côté des gentils, l’affiche ne diverge pas du premier tome avec les apparitions de Gordon et la GCPD, Batgirl et Dick Grayson entre autres. Ils sont plus en soutien que sur le devant de la scène mais garde tout de même leur utilité, surtout avec la mise en place de l’Initiative Rapier, programme destiné à protéger Gotham sans l’aide de Batman et qui a été crée par Jack Napier dans le tome 1.
Mais mon coup de cœur personnage pour ce tome revient à Harleen Quinzel. Sean Murphy « détruit » par mal de personnages dans cette série pour les reconstruire à sa façon et il a fait un boulot magnifique avec Harleen. C’est un personnage que je n’apprécie pas spécialement d’habitude mais l’auteur a réussi à en faire une femme attachante et passionnante à suivre.

Enfin, en ce qui concerne les dessins, ils sont toujours aussi agréables à parcourir. Je le redis mais le trait de Sean Murphy crée des planches très dynamiques et modernes, et devant certaines doubles pages, on ne peut s’empêcher de s’exclamer des *wouah !* tellement elles envoient du lourd. J’ai une nouvelle fois lu la version en noir et blanc et je ne vois pas meilleure version pour apprécier pleinement le travail de l’auteur.
Ce tome contient aussi un chapitre centré sur Victor Von Fries et bien qu’il ne soit pas vital au reste et que j’ai bien moins apprécié le coup de crayon de Klaus Janson, cela reste un interlude sympathique qui aura peut-être son importance dans le tome suivant, qui sait.

Bref, « Batman : Curse of the White Knight » est une excellente suite que j’ai même préféré au premier tome. On garde toujours notre aspect politique et nos questionnements sur le bien fondé des méthodes de Batman mais à ça, s’ajoute un passé qui vient embraser tout Gotham et remettre en question la légitimité de notre super-héro à sauver des vies. Sean Murphy casse complètement ce qu’on a l’habitude de voir sur les personnages mais il garde toujours un ou deux traits de caractère et le résultat est terriblement efficace. C’était très bien construit, profond et passionnant à suivre, je ne me suis pas ennuyée une seconde et certaines pertes m’ont vraiment fait de la peine. Je crois que c’est la première fois qu’un Batman m’emporte autant et comme il parait qu’une suite se prépare, j’ai hâte de la lire ! Je suis curieuse de savoir quel chemin les personnages vont emprunter car au vue de tout ce qu’il s’est passé, le choix me paraît assez limité.

Découvrez mes chroniques de la série : Tome 1

2 réflexions sur “Batman : Curse of the White Knight – Sean Murphy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s