L’école emportée – Kazuo Umezu

Note : ★★★☆☆ (3.25/5)
Extrait : « Je vais vous dire pourquoi votre espèce a disparu… Lorsqu’un humain commet une erreur, il ne transmet pas son expérience à ses descendants. Ainsi, ceux qui le remplacent sont voués à reproduire les mêmes échecs. »

9782723449649-001-TTitre : L’école emportée
Auteur : Kazuo Umezu
Genre : Seinen
Langue : Française
Tomes : 6 tomes (terminé)
Note : 3.25/5

En bref : Même si Umezu est doué pour dépeindre l’horreur et la peur des enfants, les dessins manquent de dynamisme. L’histoire, elle, regorge de rebondissements et de bonnes idées à tel point que nous n’avons pas le temps de nous poser. Néanmoins, certains points manquent cruel d’aboutissements et d’explications, ça m’a un peu déçu.

Résumé :

L’école emportée, narre la disparition brutale d’une école primaire et de tous ses occupants, mystérieusement projetée dans un monde désertique, dépourvu de vie, où le sable dispute à un ciel aux brumes obscures les limites incertaines de l’horizon noir. Complètement dépassés par la situation, les adultes chargés de la protection des enfants vont se révéler incapables d’assurer leur rôle. Certains laisseront libre cours à leur folie naissante, d’autres préfèreront le suicide.
C’est dans ce monde que les enfants, désemparés, à court de repères tant familiaux que géographiques, se devront à eux seuls de s’accorder l’espoir d’une survie improbable.

Avis :

Shô est un garçon de primaire un peu rebel. Juste avant d’aller à l’école, il se dispute avec sa mère qui lui a confisqué certaines distractions afin qu’il se concentre sur ses devoirs. Il quitte donc la maison en colère et après avoir dit des mots qui dépassaient sa pensée. Alors que la journée d’école s’écoule tranquillement, un tremblement de terre a lieu. Une fois les secousses terminées, les élèves et professeurs de l’école se rendent compte que la ville a disparu et qu’il n’y a plus que du sable à perte de vue. Les adultes se mobilisent alors pour découvrir ce qu’il s’est passé tout en essayant de rassurer les plus petits.

Côté dessins, comme je l’avais dit lorsque j’avais lu le premier tome l’année dernière, ils montrent bien toute l’horreur de la situation et la peur qui habite les enfants et les adultes. Les planches sont structurées, le background très détaillé et les personnages ont un aspect ‘figé’ avec des traits souvent épais. C’est le style de l’époque et j’ai fini par m’y faire mais je ne l’ai guère apprécié car il manque de dynamisme.

En ce qui concerne l’histoire, elle est complexe et regorge de rebondissements. Malgré tout, même si j’ai beaucoup aimé l’originalité et le mystère du début, j’ai été moins enthousiaste par la suite. En fait, ce qui m’a surtout dérangé c’est que pas mal d’événements doivent être considérés comme ‘acquis’. Que ce soit le lecteur ou les protagonistes, personne n’a le temps de respirer tellement les désastres s’enchaînent les uns après les autres mais le mangaka ne donne pas de raisons à tout.
Par exemple, dans le premier tome, un enfant essaye de quitter l’école et de marcher dans le désert mais à peine sorti de l’enceinte, il s’écroule quelques mètres plus loin. Tout le monde pense alors que le désert est mortel et qu’il ne faut absolument pas franchir les portes, ce qui n’est finalement pas le cas quand ils retentent l’expérience plus tard. Mais du coup, nous n’avons aucune idée de ce qui a tué l’enfant. Plus tard, les enfants se rendent compte que l’imagination d’un des leurs devient réalité mais nous ne savons pas pourquoi c’est le cas pour lui et non pour les autres. Une fois cet arc terminé, on ne revient plus dessus non plus. Enfin, une des filles possède un pouvoir mais à aucun moment ce don est expliqué ni pourquoi cet enfant en particulier l’a.

Je ne vais pas tout lister mais vous avez compris le problème ! Beaucoup de choses sont racontées, elles sont intéressantes, bien développées et elles rendent l’intrigue plus profondes et surprenantes. Malheureusement, au moment de faire le lien entre les différentes péripéties et de donner une explication à ce qu’il s’est passé, il n’y a plus personne… 
C’est vraiment dommage ce manque de fils conducteurs parce qu’à part ça, les thèmes exploités sont pas mal. J’ai été agréablement surprise de constater que le mangaka se penchait déjà, à cette époque, sur notre rapport avec la nature et sur la destruction progressive qu’on lui fait subir. Bon, par contre, le rapport homme-femme, ce n’est pas encore ça. La saga respire le principe de la femme au foyer avec les petits et les hommes au combat mais bon, on est au Japon, dans les années 70, ce n’est rien d’inhabituel.

Enfin, du côté des personnages, nous sommes surtout face à des enfants de primaire et de ce fait, j’ai trouvé certains passages un peu trop durs pour eux. Ils sont plusieurs centaines dans l’école donc qu’il y en ait un, à chaque fois, dans le lot qui connaisse l’info qui va les aider, je veux bien par contre, un gosse de 8-9 ans qui opère un autre de l’appendicite… J’ai un peu plus de mal à trouver ça crédible et nécessaire.
Par contre, j’ai bien aimé la façon dont Umezu montre la folie qui s’empare de certains, la manière dont ils finissent par se régir ou encore la lutte pour l’eau et la nourriture qui se prépare au fil des jours. L’auteur dépeint vraiment toutes les étapes et tout ce qui peut arriver quand un groupe de personnes se retrouvent seul dans un monde restreint et hostile avec des vivres limités. De plus, le fait que ce soit des enfants et non des adultes rend le tout plus morbide et effroyable.

Bref, je suis contente d’être sortie de ma zone de confort en lisant « L’école emportée ». Je ne suis pas fan des dessins qui manquent de dynamisme à mon goût mais je ne peux nier que le mangaka est très doué pour en faire ressortir toute l’horreur et la peur qui y sont insufflées. L’histoire, quant à elle, regorge de rebondissements et de bonnes idées à tel point que nous n’avons pas le temps de nous reposer. Néanmoins, sur certains sujets, il y a un manque cruel d’aboutissements et d’explications, ça m’a un peu déçu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s