Fire Punch – Tatsuki Fujimoto

Note : ★★☆☆☆ (2/5)
Extrait : « J’ai survécu comme elle me l’a demandé. Le feu qui me consume est celui de ma haine. Et je réduirai en cendres l’homme qui nous a fait ça. »

couv55605223Titre : Fire Punch
Auteur : Tatsuki Fujimoto
Genre : Shonen
Langue : Française
Tomes : 8 tomes (terminé)
Note : 2/5

En bref : Il y avait de bonnes idées mais le mangaka n’a su exploiter aucun des fils conducteurs qu’il a construit. L’histoire part dans tous les sens, rien est développé ou expliqué correctement et on finit par être perdu. Certains personnages partent aussi vite qu’ils sont arrivés alors qu’ils avaient du potentiel et les autres manquent de substances. 

Résumé :

Dans un monde où tout est recouvert de glace, la famine et le chaos règnent sur la Terre. Parmi les quelques humains qui tentent de survivre, certains sont dotés de pouvoir surnaturels. Agni et sa sœur, Luna, font partis de ces « élus » et possèdent la faculté de se régénérer. Agni utilise ce pouvoir pour nourrir les habitants de son village. Pourtant cela ne suffira pas à les préserver du terrible malheur qui va s’abattre sur eux… Agni sera le seul survivant du massacre qui a brûlé tous ses proches. Il part alors dans une quête effrénée pour assouvir sa soif de vengeance !

Avis :

Nous sommes dans un futur où tout a été recouvert de glace et où il est difficile de survivre. Parmi les habitants, certains ont des pouvoirs qui leur procurent un statut particulier. Agni et Luna sont frère et sœur, ils ont la capacité de se régénérer rapidement quelque soit la blessure. Ce pouvoir a fait d’eux des captifs. En effet, leur bourreau leur coupait les membres pour se nourrir. Agni et Luna finissent par s’enfuir et par être accueilli dans un petit village prospère. Pour les remercier de les avoir pris sous leur aile, Agni se coupe régulièrement le bras pour nourrir les villageois. Cette situation se poursuit jusqu’au jour où un squad de Behemdorg débarque et brûle tous les habitants, sous prétexte qu’ils sont des cannibales et des sauvages. Agni est le seul survivant de cette attaque et il se promet de retrouver et tuer l’homme qui a brûlé tous ses proches et fait de son corps une torche humaine.

Par où commencer… Les dessins. Au début, je les trouvais pas mal, hormis le flou constant, à cause des flammes, autour du protagoniste qui me perturbait. Mais dans les derniers tomes, je ne sais pas si le mangaka était pressé par le temps mais la qualité des dessins s’est dégradée. Il y avait moins de détails dans les paysages et les personnages avaient un aspect crayonné non maîtrisé qui donnait l’impression d’avoir en face de moi un brouillon plutôt que la version finale.

L’histoire, elle, est à l’image des dessins, pas mal au début mais brouillon par la suite. Lors de la découverte du tome 1 pendant le confinement, j’avais classé cette série dans la catégorie des mangas que je lirais si j’en avais un jour l’occasion mais qui n’était pas ma priorité (la catégorie « Mouais, pas convaincue mais pourquoi pas » en résumé). L’opportunité s’est présenté et je me suis lancée dans la lecture des 8 tomes. Heureusement qu’il y en avait que 8 car dès le tome 2, j’ai déchanté…

Je pense que si j’ai été autant déçue, c’est parce que le premier tome annonçait un univers sérieux, sombre, baigné dans la vengeance et que le tome 2 est à l’opposé de tout ça. L’apparition de Togata fût un tournant pour moi. Elle a tout gâché. C’est un personnage passionné par le cinéma de « l’Ancien monde ». Elle a une collection immense de films qu’elle regarde en boucle. La lassitude finit par la gagner et elle décide alors de créer son propre long-métrage. Je l’ai trouvé en décalage complet avec le reste de l’univers et quand elle insiste pour tourner son film et faire d’Agni son personnage principal et que celui-ci joue le jeu, je me suis demandée où est-ce que j’avais débarqué. C’était déstabilisant au possible et ça rend tout le sérieux de la situation ridicule. Pendant quelques tomes, je n’ai pas su sur quel pied danser, les scènes importantes m’ont paru caricaturées et les passages censés être drôles ne m’ont pas fait sourire. Il faudra attendre la deuxième moitié de la saga pour que je commence à me réconcilier avec Togata. Dans les derniers tomes, elle s’assagit et son secret m’a touché, même si je l’ai trouvé mal amené…

Parmi les autres personnages importants, nous avons Sun dont j’ai aimé l’évolution générale mais pas le final que l’auteur lui a donné. Mais celui qui m’a le plus déçu, c’est Agni. Pendant toute la saga, j’ai eu l’impression que l’auteur ne savait pas quoi faire de son héro. Au début, il est guidé par la vengeance, ensuite, il s’emploie à aider les gens, puis il se tourne à nouveau vers la vengeance, puis non… C’est une vraie girouette ! Son corps est en feu et je crois que dans son crâne il ne restait plus que des cendres… Ce n’est pas tant le manque de cohérence qui m’a dérangé mais surtout le manque de substance. Il se fait balader par les autres personnages, qui décident de tout pour lui, par les événements qu’il ne fait que subir. Il est fade et son côté immortel enlève tout l’intérêt des combats. Même quand il semble prendre des décisions par lui-même, ça sonnait creux. Il manquait de cœur et de convictions à mon goût.

Tout cela est très dommage car tout n’est pas à jeter dans cet univers. Nous avons les humains d’un côté qui survivent plus qu’ils ne vivent, et de l’autre les « Elus » dont certains sont mis en esclavage à cause de leur capacité. Ce système de classes et la ville de Behemdorg dans lequel il est le plus présent m’ont intrigué. La technologie développée dans ce froid glacial paraissait intéressante aussi, tout comme le mystère autour de la Sorcière des glaces. Mais le pouvoir des « Elus » n’a pas été suffisamment exploité (on ne sait même pas d’où leur viennent ces capacités), ni n’était très varié, la technologie utilisée n’a pas été expliquée et on voit à peine Behemdorg et son fonctionnement. Quant à la Sorcière des glace, son arrivée fait basculer le mangas encore plus dans la religion mais sans nous donner de bases et on peut vite être perdu. Enfin, si jusqu’ici, je n’ai pas encore parlé de l’assassin de Luna, c’est parce que ces apparitions sont rares et décevantes. Si vous vous attendez à un duel au sommet, arrêtez tout de suite votre lecture, vous serez déçu.

Bref, « Fire Punch » est une grosse déception. Il y avait de bonnes idées, de bons thèmes et un univers potentiellement complexe mais le mangaka n’a su exploiter aucun des fils conducteurs qu’il a construit. Ce qui fait que l’histoire par dans tous les sens, que rien est développé ou expliqué correctement et qu’on finit par ne plus savoir quoi penser de ce qui se déroule sous nos yeux. Certains personnages partent aussi vite qu’ils sont arrivés, le héro change d’avis comme de chemises et ses acolytes relèvent le niveau comme ils peuvent… J’ai senti tout du long que Tatsuki Fujimoto se cherchait, essayait des trucs, abandonnait ou changeait de directions quand cela ne lui plaisait pas. Au final, ce mangas m’a donné l’impression d’être une succession de tests qui, pour ma part, n’a pas été couronné de succès.

8 réflexions sur “Fire Punch – Tatsuki Fujimoto

  1. Je me sens un peu comme toi à la lecture du manga.
    J’ai le sentiment qu’une piste de compréhension viendrait justement du personnage de Togata, qui déconstruit des codes hérités du cinéma et nous détaille ça explicitement, mais même sur ce point, je n’ai pas trouvé la chose concluante, tout simplement car c’est quand même assez concon et au final improductif.
    D’ailleurs la conclusion où on les voit sortir d’une salle de cinéma me laisse à penser que c’est vraiment ça l’idée principale, Fujimoto a du vouloir faire un exercice de style en même temps que raconter une histoire, mais les deux ne se marient pas, l’histoire ne tient pas trop debout et l’exercice de style me semble vain.
    En tout cas, je l’ai interprété comme ça, et j’ai été fortement déçu, à la limite d’avoir le sentiment que l’auteur s’est foutu de moi.

    J'aime

    • Oui, il y a tout un truc autour du cinéma, de l’idée qu’on se fait du héro, de la trame classique d’un scénario, etc. mais c’était brouillon, mal fait et on l’oublie totalement avec la disparition du personnage. Du coup, ça n’a pas eu l’impact espéré…. en tout cas, pas chez moi 😕 A la fin, je me suis demandée ce qu’il avait voulu raconter finalement car rien est clair 🤔

      J’espère qu’il s’est amélioré avec sa nouvelle série !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s