Le tatoueur d’Auschwitz – Heather Morris

Note : ★★★★☆ (3.75/5)
Extrait : « Les étoiles qui scintillent au-dessus de lui ne lui sont plus d’aucun réconfort. Elles ne font que souligner le gouffre entre ce que devrait être la vie et ce qu’elle est en cet instant. »

couv52099699

Titre : Le tatoueur d’Auschwitz
Auteur : Heather Morris
Genre : Historique, Romance
Langue : Française
Pages : 388 pages
Note : 3.75/5

En bref : Un joli témoignage dans une période historique bien sombre. J’ai été touché de voir l’amour de Gita et Lale naître et fleurir au fil des années dans le camp. Je regrette seulement que la façon dont leur récit a été raconté paraisse si romancé. Je ne peux nier avoir eu du mal à concevoir qu’ils se soient dépêtrer de toutes les situations dans lesquelles il s’est mis.

Résumé :

L’histoire vraie de Lale Solokov, Juif chargé de tatouer les femmes arrivant à Auschwitz. C’est ainsi qu’il rencontre Gita et en tombe amoureux. Ensemble, ils partagent des moments volés au cœur de l’horreur, sans jamais perdre l’espoir d’être réunis à leur sortie du camp.

Sous un ciel de plomb, des prisonniers défilent du camp d’Auschwitz. Bientôt, ils ne seront plus que des numéros tatoués sur le bras. C’est Lale, un déporté, qui est chargé de cette sinistre tâche. Il travaille le regard rivé au sol pour éviter de voir la douleur dans les yeux de ceux qu’il marque à jamais.
Un jour , pourtant, il lève les yeux sur Gita et la jeune femme devient sa lumière dans ce monde d’une noirceur infinie….

Avis :

L’histoire se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale, Lale, juif, a décidé de quitter sa famille et de se faire enrôler volontairement par l’armée allemande pour la sauver. Il se retrouve malgré lui, dans un centre de concentration, celui d’Auschwitz où après quelques jours, on lui propose le poste de tatoueur. Son travail, tatoué sur le bras de tous les nouveaux arrivants un matricule d’identification. Cela lui donne quelques avantages dont il fait profiter son Bloc et surtout, cela lui permet de rencontrer Gita, une jeune femme qu’il va aimer malgré les circonstances.

La tatoueur d’Auschwitz fût une lecture intéressante. J’ai beaucoup aimé l’histoire d’amour entre Gita et Lale. Elle est d’autant plus forte et impactante qu’elle se déroule dans un cadre oppressant, où chaque faux pas peut vous envoyer à la mort.
J’ai aussi apprécié le personnage de Lale dans son ensemble. Ce n’est pas un héro ni un sur-homme, c’est juste un individu qui fait de son mieux pour survivre dans un monde où son peuple est réduit à l’état de bétail. J’ai été touchée par la façon dont il décrit le camp, ses habitants, leur quotidien et les petits gestes qu’ils font entre eux pour s’entraider. C’est assez impressionnant de voir à quel point l’espoir, la vie, l’amour et la rébellion continuent de perdurer dans un monde qui parait plus sombre de jour en jour. On voit aussi, dans ce roman, que tous les Allemands ne sont pas des assassins sanguinaires et que même si la plupart ont la gâchette facile et savourent avec délice leur supériorité, ils ne sont pas dépourvus de cœur pour autant. 

Ce livre est une histoire vraie et elle nous raconte la vie de Lale Solokov avant, pendant et après les camps de concentration et malgré tous les bons points que j’ai cité plus haut, j’ai eu du mal à concevoir que ce récit soit véridique. Je ne sais pas si Lale a embelli son témoignage au fil des années ou si c’est l’auteur qui a retranscrit que les « bons côtés » de son histoire mais au fil des pages, je me suis de plus en plus souvent demandée si je n’avais pas plutôt affaire à une fiction. C’est probablement maladroit de ma part de dire les choses comme ça mais je n’ai pas ressenti l’horreur des camps à travers ce récit. A chaque fois que Lale trafiquait avec des travailleurs, d’autres détenus ou des gardiens, je m’attendais à ce qu’il se fasse prendre la main dans le sac mais non, il s’en sortait à chaque fois. Il se sort de toutes les situations, au point où ça ne parait plus crédible. Je ne remets pas en cause sa vie et ses actions mais la façon dont elles ont été racontées m’ont donné l’impression qu’il n’a pas eu une vie si terrible que ça dans les camps, comparée aux autres. 

Après, l’histoire de Lale et Gita est très bien racontée, elle est touchante et met du baume au cœur dans cette période où la vie n’était pas clémente avec une bonne partie de la population mondiale. Mais voilà, je m’attendais à des horreurs et il y en a bien sûr, mais elles se passent souvent en arrière-plan et sans plus de détails. Les chambres à gaz, les viols, les meurtres sans sommation, les décès dû à la malnutrition ou au froid sont bien présents dans le livre mais comme l’auteur n’insiste pas dessus, c’est comme des événements lointains n’impactant pas réellement le protagoniste et donc le lecteur. C’est un choix de la part de la Lale, d’occulter ses atrocités de son témoignage ou alors celui de l’auteur de se concentrer sur son histoire d’amour et non le reste mais ça créer un décalage avec les faits historiques qui m’a fait bizarre durant toute ma lecture. J’aurais préféré que ces deux points soient plus entremêlés.

Bref, « La tatoueur d’Auschwitz » est un joli témoignage, un rayon de soleil dans une période historique qui était bien sombre. J’ai passé un bon moment de lecture auprès de Lale et Gita et j’ai été touché de voir leur amour naître et fleurir au fil des années dans le camp. Je regrette seulement que la façon dont leur récit a été raconté paraisse si romancé et peu crédible. Je ne me permettrai pas de remettre en cause la véracité de ses dires mais je ne peux nier avoir eu du mal à concevoir qu’ils se soient dépêtrer de toutes les situations dans lesquelles il s’est mis.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s