Monstrueuse féerie – Laurent Pépin

Note : ★★★☆☆ (3/5)
Extrait : « Il y a toujours une fenêtre que je laisse ouverte pour que les Monstres puissent entrer. Je ne le fais pas vraiment exprès. Mais tous les Monstres rentrent dans toutes les têtes de la même façon : on les y invite. »

51CpcYnIozL

Titre : Monstrueuse féerie
Auteur : Laurent Pépin
Genre : Fantastique, Conte
Langue : Française
Pages : 102
Note : 3/5

En bref : On explore avec poésie les méandres de l’être humain à travers le regard d’un psychologue. Il y a des réflexions intéressantes sur les maladies et la vie mais j’ai trouvé que l’afflux de métaphores et l’écriture abstraite de certains passages rendaient le tout parfois trop complexe à suivre. J’aurais aimé un meilleur équilibre entre le réel et le fantastique et une ligne temporelle moins décousue.

Résumé :

Depuis toujours, j’ai du mal à établir des contacts avec les gens “normaux”. Quand je suis dans le trou noir, la tronche à l’envers, avec l’envie d’engueuler le vent et les oiseaux, je me dis parfois que ce sont des modèles en série, des ersatz, des brumes floues, sans consistance.

Alors que les bizarres, c’est plus noble. Eux, ce sont des modèles uniques qui sont nés sans mode d’emploi et en kit et qui ont dû se fabriquer seuls. Alors, bien sûr, ça donne des constructions très personnelles. Les idées ne sont pas au bon endroit, ou bien elles sont morcelées ou trop vastes, sans limites. Et parfois, il manque des pièces. C’est le problème des trucs en kit.

Je suis devenu psychologue et je travaille dans ce Centre. Souvent mon boulanger me demande si ce n’est pas trop dur de travailler avec “les fous”. Moi j’ai envie de lui répondre que ce qui est vraiment dur, c’est plutôt ce genre de dialogue, mais je me tais.

Et je ne peux pas répondre que parmi les Monuments, on peut parfois trouver des elfes.

Avis :

Je ne saurai pas par quoi commencer pour vous décrire ce livre. Je ne saurai même pas vous en raconter l’histoire. Nous suivons un psychologue dans un Centre qui nous raconte ce qu’il y voit et entend. Il se remémore aussi des souvenirs d’enfance, avec sa mère notamment, et il nous parle de sa moitié.
Enfin, tout ça c’est ce que j’en ai déduis parce que les lieux, les événements et les personnes ne sont que très rarement décrits et c’est ce qui fait la particularité du livre mais c’est aussi là que commence ce qui a été, pour moi, son plus gros défaut.

Je n’ai rien contre la poésie, les sous-entendus, les non-dits ou les métaphores (j’en utilise moi-même beaucoup). C’est toujours intéressant de raconter une histoire de manière détournée et de laisser au lecteur le loisir de raccrocher les wagons mais j’apprécie avoir une certaine base d’informations avant de rentrer dans le vif du sujet. Ainsi, même si des passages paraissent flous ou difficilement compréhensibles, il y a moyen de deviner ce que l’auteur a voulu dire avec les éléments donnés au départ. 
Ici, ces éléments sont éparpillés partout dans le livre et on démarre l’histoire nu comme un verre, sans indication sur la route à prendre et j’ai vraiment eu du mal.

Le personnage principal nous raconte des anecdotes terre à terre, comme sa rencontre avec le boulanger ou son dermato, les souvenirs avec sa mère. Il parle de Henri, Pierrette et d’autres personnages qu’il est facile d’identifié mais juste après, il mentionne les Monuments, les Monstres, une Elfe,… On comprend bien que nous n’avons pas affaire à de véritables monuments et qu’il n’y a pas d’elfe ou de monstres à proprement parler dans le livre mais pour déterminer qui ou qu’est-ce qui se cache derrière ces surnoms, ce n’est pas gagné. J’ai fini par décoder le langage de l’auteur mais comme, à aucun moment, il ne nous explique exactement ce qui se dissimule derrière ses mots, je ne suis même pas sûre que mes déductions soient correctes. Je pense que cela a été voulu par Laurent Pépin mais ça ne rend pas la sensation que j’ai eu en fermant le bouquin, plus agréable…

Je regrette vraiment qu’il y ait tant de métaphores et de propos alambiqués parce que l’auteur explore des thèmes très intéressants et il propose une vision nouvelle de ces sujets. Je pense surtout à sa perception des maladies mentales, qui m’a beaucoup plu. Malheureusement, comme je passais mon temps à essayer de décrypter les figures de style et le réel derrière le fantastique, je n’avais plus très envie d’approfondir ses réflexions.

Bref, « Monstrueuse Féerie » est un roman plein de poésie. On explore les méandres de l’être humain à travers le regard d’un psychologue et de ses souvenirs. Il y a des réflexions intéressantes sur les maladies et la vie mais j’ai trouvé que l’afflux de métaphores et l’écriture trop abstraite de certains passages rendaient le tout parfois trop complexe à suivre. J’aurais aimé un meilleur équilibre entre le réel et le fantastique et une ligne temporelle moins décousue. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, j’ai simplement été un peu perdue tout du long.

11 réflexions sur “Monstrueuse féerie – Laurent Pépin

    • Ben, tentez votre chance, tampopo!😁 D’autres lecteurs ont beaucoup apprécié. Cependant, je comprends bien l’avis de Kiriiti: ce texte, surtout dans son premier tiers, peut avoir quelque chose d’un puzzle, qui a perdu trois ou quatre (ou plus) lecteurs. La suite est une plongée dans la folie: le fantastique n’est en fait que reconstruit après coup par le narrateur qui essaie de se cramponner a des figures de conte, tout un tas de références familières, afin de faire de sa folie, de sa décompensation psychotique, un récit fantasque… Une décompensation poétique. Merci beaucoup pour votre lecture, Kiriiti, j’espère que le prochain vous plaira davantage : il n’y a ni puzzle ni ruptures temporelles dans « Angélus des Ogres » en tout cas, que j’ai voulu plus fantaisiste et un peu moins macabre, également.

      Aimé par 1 personne

  1. Si je peux me permettre un dernier commentaire : ce texte, bref, se lit bien mieux d’une traite, ce qui permet de s’embarquer pour de bon à l’intérieur, en tout cas pour la majorité des lecteurs qui l’ont apprécié.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s