Soirée canapé #21

En dehors des livres, je regarde pas mal de films et de séries alors j’ai décidé d’ouvrir une section où je vous parlerai des derniers visionnages que j’ai fait avec un petit avis pour chacun.

Cinéma

Josée, le tigre et les poissons

Un film d’animation japonais dont j’ai un peu parlé sur Twitter. Ceux qui me suivent savent donc déjà que j’ai adoré ce long métrage et que je vous le conseille très fortement s’il passe non loin de chez vous. On suit l’histoire d’une jeune adulte handicapée qui se fait appelée Josée. Pourquoi ? Parce qu’elle adore les livres de Françoise Sagan, que ça lui permet de s’évader, elle qui ne peut pas marcher. Elle va rencontrer Tsuneo et grâce à lui, elle va découvrir le monde extérieur.
C’est une histoire touchante (j’ai versé ma petite larme, je l’avoue) et j’ai eu un gros coup de cœur pour Tsuneo. C’est un jeune homme généreux, sans à priori, passionné et qui fait tout pour réaliser son rêve. Josée est aussi un personnage intéressant, au caractère bien trempé ! Je n’ai pas trop envie de vous en dire plus de peur de vous spoiler l’histoire. Sachez simplement que c’est beau, onirique, que les personnages sont inspirants, que les musiques sont belles, que les graphismes aussi, que les rebondissements sont présents et que la fin nous donne envie de recommencer le film une nouvelle fois. Oui, c’est un coup de cœur ! Je suis entrée dans la salle en pensant passer un bon moment sans plus, je suis ressortie avec des étoiles dans les yeux et un sourire aux lèvres.

Cruella

Les films tant attendus sont enfin là et je commence avec Cruella avec Emma Thompson et Emma Stone, deux femmes qui jouent extrêmement bien leur rôle respectif. J’ai aimé découvrir le passé de Cruella. Je n’avais pas vu la bande annonce et je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, j’ai donc apprécié l’ambiance des années 70, musique et costumes inclus. L’histoire de Cruella était bien trouvé même si certains points coulaient de source. J’ai passé un bon moment et j’ai apprécié le dénouement et le raccord qu’ils ont fait avec les 101 Dalmatiens. Cela ne m’étonnerait d’ailleurs pas qu’on ait un film live à ce sujet prochainement. Pourquoi pas… mais un peu d’originalité ne ferait pas de mal, je vais faire une overdose des adaptations Live de tous les Disney de mon enfance bientôt ^^’).

Un espion ordinaire

Un film d’espionnage (comme son nom l’indique) tiré d’une histoire vraie. On y voit des membres du MI6 demander à un businessman tout ce qu’il y a de plus banal, de commencer à faire des affaires en URSS et de profiter de ses voyages là-bas pour rencontrer un espion russe et récupérer des documents importants. Nous sommes en pleine guerre froide et à deux doigts d’une guerre nucléaire. Benedict Cumberbatch est vraiment bon dans son rôle et sa transformation entre le début et la fin du film est flagrante. On ressent aussi bien l’ambiance de la guerre froide, la tension, les faux semblants et les risques que chacun prend pour maintenir la paix. L’espionnage industriel et militaire est en plein essor et nous le voyons parfaitement dans ce film. Le seul point qui ne m’a pas convaincu est la romance entre le héro et sa femme. J’ai bien plus été attirée par l’amitié qui se crée entre l’homme d’affaire anglais et l’espion russe.

Le procès de l’herboriste

Comme on peut le voir, j’ai profité de la fête du cinéma pour étancher ma soif de films et j’ai terminé par ce film tiré lui aussi, d’une histoire vraie. C’est l’histoire d’un herboriste qui a passé sa vie a sauvé des gens avec des plantes. Cela déplaît fortement au gouvernement qui finit par l’arrêter pour fraudes et homicide volontaire à la suite de deux morts qui sont survenus après que les victimes aient bu le breuvage proposé par l’herboriste. L’histoire se passe dans les années 30/40 en République Tchèque, nous voyons bien l’influence de l’URSS ainsi que la montée au pouvoir du nazisme. J’ai trouvé que le métier d’herboriste était plutôt bien représenté malgré les quelques raccourcis empruntés. Le film est lent mais jamais ennuyant, on bascule du présent froid (avec l’utilisation d’un filtre bleu) au passé beaucoup plus coloré pour comprendre comment le héro en est venu à faire ce métier. Ce qui m’a dérangé cependant, c’est la relation de l’herboriste avec son assistant. Alors ce n’est pas le fait que ce soit deux hommes qui m’a dérangé (au contraire, ça rajoute une dimension intéressante vu qu’à l’époque, l’homosexualité était condamné) mais plutôt leur différence d’âge (on aurait vraiment dit un père et son fils parfois…) et surtout, le pouvoir que le héro a sur son assistant. Je n’ai pas trouvé leur relation très saine et certains passages m’ont même paru toxiques. Le deuxième point qui ne m’a pas plu, c’est que le film s’appelle « Le procès » mais à la fin, on ne connait même pas l’issu de ce dit, procès, même pas une petite phrase ! Du coup, je suis restée sur ma faim…

Films

Night in Paradise

Un film coréen sur un mafieux qui se venge de la mort d’un membre de sa famille en s’attaquant au chef du gang rival. Il arrive à le blesser presque mortellement et il s’enfuit sur l’île de Jeju en attendant que les choses se tassent mais ses adversaires ont d’autres idées en tête.
Le résumé annonçait un bon film mais l’acteur principal était stoïque et inintéressant. Je ne sais pas quel genre de personnage il souhaitait interpréter mais dans tous les cas, le résultat ne fût pas à la hauteur de ce que j’espérais. En plus, je pensais me retrouver devant un film d’action et même si les scènes de combat étaient plutôt réussies, il n’y en a pas eu tant que ça. Je n’ai pas adhéré à l’ambiance, j’ai trouvé le film long et je serais bien incapable de vous raconter en détails ce qu’il s’est passé, tellement rien ne m’a marqué hormis le tout début et la fin. Entre les deux, c’est le calme plat.

Bo Burnham: Make Happy

Un spectacle humoristique de Bo Burnham que je ne connaissais pas du tout. Il fait des sketchs en chantant ou en rappant et en jouant du piano souvent. J’ai globalement bien aimé son spectacle. Le concept est original et me fait penser, en France, à Michaël Gregorio, même si Burnham ne fait pas d’imitations. La plupart des chansons étaient bien écrites et drôles mais certaines étaient vraiment osées et à la limite de l’acceptable. Celle qui m’a le plus interpellé cependant, c’est la toute dernière où il se dévoile sans vraiment le dire.
Bref, ce n’est pas le type d’humour que je préfère mais c’est un artiste qui m’intrigue et dont je regarderai probablement un autre de ses spectacles si j’en ai l’occasion.

L’amour puissance mille

Un film romantique polonais dont je n’ai aucun point positif à dire dessus. Je pensais tomber sur une romance banale mais drôle et ce fût banale oui, mais je n’ai ri qu’une fois… Les acteurs principaux étaient mauvais, les secondaires n’étaient pas mieux, l’histoire était plate et ennuyante et la crédibilité est proche de zéro. Le seul passage où j’ai rigolé, c’est quand un personnage se prend une baffe dans la figure. C’était tellement mal fait avec le bruitage et le poing qui part pas du tout comme il faut… Bref, passez votre chemin, il n’y a rien à voir.

Unfriended

Un film d’horreur ? Ce n’est pas vraiment horrifique mais l’ambiance est stressante et un peu effrayante. C’est l’histoire d’une groupe d’amis qui se retrouve pour un visio sur Skype et dans leur groupe se trouve une personne anonyme qui va leur en faire voir de toutes les couleurs et où la mort ne sera pas bien loin.
J’ai beaucoup aimé la façon dont le film a été tourné. D’un bout à l’autre, nous sommes devant l’écran d’ordinateur du personnage principal. Cela nous crée une relation avec les personnages plus intime que si c’était tourné d’un point de vue extérieur. On a vraiment la sensation de faire parti du visio Skype et vu que le film parle de cyberharcèlement et ses conséquences, je pense que c’est une approche ingénieuse. Enfin, le film est très bien rythmé, on monte en puissance au fil des événements, des discussions et des jeux de l’inconnu. Les acteurs sont vraiment bons.
Bref, même si les histoires de harcèlement via internet sont de plus en plus courantes, je salue l’approche originale qu’ils ont eu pour celle-là, c’était prenant !

Imperceptible (Sightless)

C’est l’histoire d’une violoniste qui perd la vue suite à une agression. Lorsqu’elle sort de l’hôpital, elle se retrouve, grâce à son frère, dans un nouvel appartement avec un aide soignant le temps qu’elle s’adapte à son nouvel handicap. Cependant, plus les jours passent, plus son entourage l’inquiète à commencer par sa voisine.
Un film que je ne m’attendais pas à autant aimer. Je l’ai trouvé très bien réalisé car nous retrouvons parfaitement les sensations qu’un aveugle peut avoir. Par exemple, la violoniste va avoir une perruche qui sera pour nous jaune et verte mais dès que la femme va demander la couleur de l’oiseau et que l’aide soignant va lui répondre qu’elle peut le visualier tel qu’elle le veut, l’oiseau va devenir bleu car c’est ainsi qu’elle se l’imagine. Ainsi l’environnement et l’entourage de l’héroïne change en fonction de ses perceptions et cela donne une ambiance particulièrement angoissante du film car nous ne savons pas si ce que la violoniste perçoit (aka ce que nous voyons) est la réalité ou non. Bref, avec une histoire simple mais une réalisation et des acteurs au top, je suis tombée sous le charme de ce film que je vous recommande chaudement !

Séries

Love, Death & Robots, saison 2

J’avais adoré l’originalité et la diversité de la première saison et j’étais impatiente de découvrir la suite quand elle a été annoncée. Je regrette qu’il n’y ait pas eu autant d’épisodes et que pas mal d’entre eux restent sur le même thème et le même style graphique. Malgré tout, j’approuve toujours à 100% l’initiative. Tous les épisodes sont de qualité et encore une fois, certaines histoires mériteraient une série ou un film en bonne et due forme. Je pense notamment à The Drowned Giant, The Tall Grass et Pop Squad qui sont les trois courts-métrages qui m’ont le plus interpellé. J’ai aimé le premier pour son message et le deuxième pour les graphismes crayonnés utilisés et le dernier pour l’univers de Science-Fiction qui pourrait faire un très bon film ! Je recommande.

Chernobyl

J’ai profité de la diffusion de cette série à la télé pour enfin la regarder. Chernobyl est une excellente série qui retrace la catastrophe de la Centrale nucléaire qui a explosé près de Pripiak dans les années 80. Le premier épisode était vraiment difficile à visionner, le réalisateur n’épargne absolument pas le spectateur. C’était choquant, écœurant mais surtout très frustrant de voir les erreurs humaines se cumuler, de voir les gens hauts placés fermés les yeux sur ce qui se passe sur le terrain et laisser les événements s’envenimer. Néanmoins, même si c’est dur à regarder, il est important de prendre conscience des disfonctionnements qui ont eu lieu afin que cela ne se reproduise plus. J’ai particulièrement aimé le dernier épisode qui explique scientifiquement et de manière ludique comment la catastrophe que l’on connait s’est déroulée. Côté jeu des acteurs, ils sont tous excellents, on se croirait devant un documentaire tellement tout paraît réaliste. J’ai adoré le duo principal incarné par Jared Harris et Stellan Skarsgârd !

Vincenzo

J’ai commencé ce drama pour une seule raison : il y avait Song Jongki dedans. Il interprète Vincenzo, l’avocat d’un mafieux italien. Il perd son patron et décide de retourner en Corée pour récupérer l’or qu’ils ont caché dans un bâtiment. Pour cela, il va devoir s’associer avec les habitants de l’immeuble pour empêcher sa destruction.
Je m’attendais à une histoire de mafieux sérieuse mais j’ai vite déchanté. j’ai trouvé le début exubérant à tout point de vue (les scènes d’action, les personnages, leurs personnalités…), bref, j’ai roulé des yeux un bon nombre de fois et je ne pensais pas continuer. Je me suis fait violence et finalement, au fil des épisodes, les producteurs ont réussi à trouver équilibre plus supportable. Chayoung s’adoucit, on rentre dans le vif du sujet et Vincenzo a beau être un mafieux, il se retrouve dans des situations complètement ridicules. Ce qui fait qu’il finit par y avoir un bon mélange entre les scènes comiques, celles d’action et les passages touchants. Song Jongki joue très bien et il nous propose un personnage élégant, sombre et maladroit. En gros, si vous chercher une sorte de parodie de mafieux avec de bonnes surprises au niveau de l’intrigue, c’est le drama qu’il vous faut. Si vous cherchez que du sérieux, passez votre chemin. Pour ma part, j’ai bien aimé mais je ne le reverrai pas une seconde fois, les épisodes de 60-80 min ne sont plus faits pour moi…

The Circle (US), saison 1

Après avoir regardé la version française de The Circle, on s’est mis avec mon amie à la version américaine. Le principe reste le même et j’ai d’ailleurs trouvé les premiers épisodes étrangement similaires à la version française. A croire que l’une a copier-collé à tout point de vue l’autre. Heureusement, dans la deuxième moitié des épisodes, les jeux proposés et les affiliations entre les candidats changent et les deux versions s’éloignent l’une de l’autre. Les bons points de cette version US est qu’on se concentre plus sur les jeux et il y a eu une meilleure intégration dans l’équipe des derniers arrivants. De plus, les candidats se dévoilent davantage et on découvre des histoires, des religions, des convictions différentes. Il y a une plus grande diversité et moins de complexe mais ça, c’est la culture du pays qui veut ça. Ce qui m’a un peu plus dérangé, c’est le dernier épisode où ils n’ont pas pu s’empêcher de faire le show à l’américaine. Pour le coup, j’ai préféré la simplicité de la version française. Bref, The Circle reste une télé-réalité plutôt drôle et bon enfant que j’apprécie regarder entre amis.

Avez-vous vu l’un de ces films ou l’une de ces séries ? Qu’en avez-vous pensé ?

6 réflexions sur “Soirée canapé #21

  1. Je devais aller voir Josée, le tigre et les poissons durant la fête du cinéma, mais une chose en entraînant une autre, je n’ai pas eu le temps. Mais c’est définitivement un film qui me tente !
    J’ai adoré Cruella et je partage les mêmes impressions que toi sur Le procès de l’herboriste qui porte quand même bien mal son titre…

    J'aime

  2. Wow que de films !
    Tu me tentes avec un espion ordinaire, sur j’aurais de toute façon vu parce que Bénédict ! Mais tu m’ajoutes le procès de l’herboriste.
    J’ai bien aimé Cruella aussi et je ne serais pas surprise d’un live action non plus 😉

    J'aime

    • Ouais, je crois que les salles obscures me manquaient un petit peu 😂

      Je serais curieuse d’avoir ton avis sur les deux films qui t’intéressent aussi ! Benedict vaut le coup d’œil 🤩
      Pour Cruella, oui la fin à la Marvel nous indique très fortement un prochain Live Action mais dans ce cas, ils ont intérêt à s’appliquer pour les chiens cette fois-ci parce qu’il y en a 101 à faire !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s