Platinum End #8-14 – Takeshi Obata & Tsugumi Ohba

Note : ★★★☆☆ (2.5/5)
Extrait : « L’avenir n’est pas une simple accumulation d’instants présents. Il n’est pas défini à l’avance. Moi, mon projet futur, je suis prêt à tout pour qu’il se réalise, quitte pour cela à vous tirer dessus. »

couv73077035

Titre : Platinum End #8-14
Auteur : Takeshi Obata & Tsugumi Ohba
Genre : Shonen
Langue : Française
Tomes : 14 tomes (terminé)
Note : 2.5/5

En bref : Il y a des discussions sur la vie, la mort et Dieu qui m’ont plu mais elles ont été englouties sous tant de choses désagréables que je n’ai pas su apprécier ces moments. Il y a un réel problème de rythme et de construction au niveau des idées exploitées et du développement des personnages. C’était très inégal et je n’ai pas apprécié ma lecture.

Résumé :

Résumé du tome 8 : D’un côté, Mirai armé d’une flèche rouge, de l’autre, Metropoliman et sa flèche blanche. Les deux candidats se livrent un duel sans merci et la distance qui les sépare se réduit à chaque assaut. Le verdict va tomber. Pour vivre et accomplir leur rêve, Mirai et Saki semblent prêts à tout, mais iront-ils jusqu’à tuer celui qui se proclame le nouveau Dieu ?

Avis :

On commence le tome 8 avec la fin du combat entre Mirai et Metropoliman et sans le faire exprès, je me suis arrêtée à un tome charnière. En effet, une fois ce duel clos, le mangas entre dans une deuxième phase qui m’a achevé. Bon, j’exagère un peu, tout n’est pas à jeter mais il y a quand même pas mal de gâchis et c’est ce que je retiendrai de ce mangas.

Je sais qu’il ne faut pas faire des comparaisons et que chaque œuvre est unique mais je n’ai pas pu m’empêcher de m’apercevoir que la trame de Platinum End et Death Note se ressemblait. Nous avons dans les deux cas, un changement radical à mi-chemin et une implication systématique de la population et des gouvernements. Pas que ce soit une mauvaise idée mais du coup, je remarque encore une fois que Platinum End n’est pas à la hauteur de son prédécesseur… Tout y est plus plat, décousu et ça manque terriblement d’action et de suspense.

C’est encore plus le cas dans cette dernière phase où les personnages ne font qu’échanger leurs opinions sur la vie, la mort, la religion ou même l’existence de Dieu. Les flèches ne sont utilisées que pour que les candidats puissent discuter tranquillement entre eux et il n’y a plus cette compétition pour devenir Dieu qui rendait la saga un minimum palpitante. Je dirais même que les mangakas ont modifié les règles afin que ça les arrange pour la suite. Je pense notamment à Hajime qui avait lutté comme un fou pour aller à l’encontre de la flèche rouge de Saki et qui n’avait pas réussi alors que Nakaumi te fait ça en deux-deux… Il y a aussi le mystère autour de Nasse qui nous est expliqué mais qui apporte rien de plus à l’histoire hormis justifier la scène qui suit mais même sans ça, ça n’aurait choqué personne…
Après, il y a des réflexions intéressantes sur les thèmes que j’ai mentionné au-dessus et sur bien d’autres mais c’est soit trop poussé et assommant, soit expédié. Dès qu’une phrase pertinente était lancée par un personnage, je me disais « Ah, ça y est ! Un truc bien. » et puis *pouf* on passait à autre chose… C’était frustrant.

En ce qui concerne les personnages, dans cette deuxième partie, je n’ai apprécié que Yumiki et Hoshi qui apportent une nouvelle dynamique au récit mais malheureusement leur arrivée est un peu trop brutal et leurs rôles s’arrêtent assez rapidement je trouve.
Mirai est le même du début à la fin. Il est sans saveur, il n’a aucune expression faciale et ça le rend terriblement ennuyant. Je sais que nous sommes face à des hommes et des femmes qui ont voulu se suicider et c’est pour cela qu’ils ont été choisi comme candidats pour devenir Dieu mais est-ce que c’était nécessaire de le rendre si amorphe et dénué de toute expression ? J’avais une terrible envie de le secouer et ce fût pareille pour Saki. Elle est un peu plus vivante que Mirai mais elle a aussi un côté fataliste et tragique qui m’a rendu dingue…
Dans les nouveaux personnages, ils ne sont pas tous creusés de la manière. Temari par exemple, se laisse porter par le vent et n’apporte pas grand-chose à l’édifice. Nakaumi est un peu plus intéressant mais je n’ai vraiment pas aimé sa vision du suicide et les joutes verbales qu’il a à ce sujet avec Mirai, elles m’ont beaucoup dérangé. Puis, nous avons Yoneda qui parle trop. C’est un scientifique reconnu qui a une idée très précise de ce que l’avenir nous réserve et de ce qu’est Dieu. C’est de lui que partent toutes les discussions et comme je l’ai dit, bien que certains points développés soient intéressants, ça coupe complètement toute action. A tel point que j’ai fini par me désintéresser de ce qu’il pouvait dire et que je rêvais d’atteindre la ligne d’arrivée de cette saga !

Un dénouement d’ailleurs, qui surprendra probablement les lecteurs qui sont restés accrochés au récit jusqu’au bout. Pour ma part, j’étais tellement saoulée par tout ce que je venais de lire que je me suis juste dit « Mouaif, allez, on est plus à ça près ! »…

Enfin, je n’ai pas aimé le design des anges sur la fin. C’était probablement pour leur donner un côté mystique, plus irréel mais j’ai juste trouvé ce floutage désagréable. Pour le reste, je n’ai rien à redire, les dessins sont vraiment bien foutus, on est même plus dans une qualité Seinen que Shonen au niveau des détails et des ombrages.

Bref, « Platinum End » ne fût pas un mangas pour moi. Il y a bien quelques joutes verbales sur la vie, le bonheur, la mort et Dieu qui m’ont plu mais elles ont été englouties sous tellement de choses qui m’ont rendu dingue que je n’ai pas su apprécier ces moments. Tout ce que je trouvais intéressant ne durait jamais (personnages, batailles, enjeux,…) alors que ce que je trouvais particulièrement ennuyant durait des tomes… Il y a un réel problème de rythme dans cette saga et de construction au niveau des idées exploitées et du développement des personnages. C’était très inégal et je n’ai pas apprécié ma lecture.

Découvrez mes chroniques complètes de la saga : Tomes #1-7.

7 réflexions sur “Platinum End #8-14 – Takeshi Obata & Tsugumi Ohba

  1. C’est compliqué Platinum End.
    Je trouve que la première partie a quelques qualités de divertissement mais manque totalement d’un propos de fond.
    La deuxième me plaît beaucoup dans ce qu’elle raconte mais elle n’a encore valeur réelle d’histoire à lire.
    N’étant pas un grand fan de Death Note je n’ai pas été déçu. Mais je trouve que les auteurs s’en sortent largement mieux avec des mangas du style de Bakuman.

    J'aime

    • C’est ça oui, ils ont très mal géré le développement et le rythme de leur histoire. Pas assez de blabla au début et trop sur la fin et inversement pour l’action, ça manque de cohésion 😕

      Death Note avait aussi ce soucis là mais c’était moins accentué tout de même.

      J’ai commencé Bakuman mais je n’avais pas trop accroché à l’époque. Il faudrait peut-être que je retente à l’occasion !

      J'aime

      • J’aime autant les deux parties de Death Note car je ne suis pas non plus le plus grand fan de la première, surtout à la relecture. Et j’aime beaucoup le côté plus humain de la deuxième.

        Et je crois que pour Platinum End, mon cœur balance aussi pour la deuxième partie.

        Aimé par 1 personne

  2. Tu confirmes une fois de plus que j’ai bien fait de m’arrêter très vite .
    Déjà dans Death note cette coupure à moitié m’avait bien agacé et je n’avais gardé que le début de la série chez moi. Là dans une série que je trouve bien plus faible, c’est inacceptable pour moi
    Bref aucun regret d’avoir arrêté et je ne reprendrai pas ><

    J'aime

  3. Comme dit dans ton c’est lundi, même sans avoir terminé je me retrouve beaucoup dan ce que tu dis. La première partie est sympa, même haletante par moments, mais bien trop longue.
    La deuxième commence bien pour moi mais on sent déjà qu’il y a des soucis de construction et dans le propos.
    C’est dommage car tout ce qui concerne le suicide, qui semble être un sujet important pour le duo, est parfois traité par dessus la jambe car il y avait vraiment quelque chose à proposer, et une possibilité de mise en perspective par rapport au suicide au Japon.
    Je réserve quand même mon avis définitif pour quand j’aurai terminé la série, mais je pense que ce sera de belles idées mal exploitées sur la durée au final.

    J'aime

    • J’ai l’impression qu’ils ont pas mal voulu critiquer la société actuelle avec le suicide ou les réseaux sociaux mais à chaque fois c’est soit maladroit, soit pas assez développé. Ce qui en fait une lecture très frustrante quand tu vois un tel potentiel si mal exploité 😅

      J’irai voir ton avis final même si je ne pense pas que les tomes qu’il te reste à lire te fasse changer d’avis…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s