Jujutsu Kaisen #1-9 – Gege Akutami

Note : ★★★★☆ (4.25/5)
Extrait : « Je ne sais pas quand je vais mourir mais le moment venu, je ne veux pas avoir à regretter ce que j’ai fait de mon existence ! »

couv20331889

Titre : Jujutsu Kaisen #1-9
Auteur : Gege Akutami
Genre : Shonen
Langue : Française
Tomes : 15 tomes (en cours)
Note : 4.25/5

En bref : J’ai beaucoup aimé les personnages et leur technique de combat. L’histoire, quant à elle, s’enchaînent vite et bien, même un peu trop. J’apprécierai si Akutami prenait plus son temps pour développer son environnement et les enjeux, plutôt que de passer d’un arc à un autre sans préambule. Bref, captivant mais expéditif par moment.

Résumé :

Chaque année au Japon, on recense plus de 10 000 morts inexpliquées et portés disparus. Dans la majorité des cas, ce sont les sentiments négatifs des êtres humains qui sont en cause. Souffrance, regrets, humiliation : leur accumulation dans un même endroit provoque des malédictions souvent fatales…

C’est ce que va découvrir à ses dépens Yuji Itadori, lycéen et membre du club de spiritisme. Il ne croit pas aux fantômes, mais sa force physique hors du commun est un précieux atout pour les missions du groupe… jusqu’à ce que l’une d’elles tourne mal. La relique qu’ils dénichent, le doigt sectionné d’une créature millénaire, attire les monstres ! Le jeune homme n’hésite pas une seconde : il avale la relique pour conjurer le mauvais sort !

Le voilà possédé par Ryomen Sukuna, le célèbre démon à deux visages. Contre toute attente, Yuji réussit à reprendre le contrôle de son corps. C’est du jamais vu ! Malgré tout, il est condamné à mort par l’organisation des exorcistes… Une sentence qui ne pourra être repoussée qu’à une seule condition : trouver et ingérer tous les doigts de Sukuna afin d’éliminer la menace une fois pour toutes. Et pour ça, l’adolescent va devoir s’initier à l’art occulte et mystérieux de l’exorcisme !

Avis :

Megumi, un exorciste, est en mission dans un lycée pour récupérer un artéfact dangereux. Durant sa tâche, il va faire la rencontre de Yuji Itadori, un lycéen faisant parti du club de spiritisme. Malgré son absence de connaissances sur les Fléaux qui vivent sur Terre, Yuji va aider Megumi à exorciser ceux qui occupent le lycée. Dans l’affrontement, il avalera l’artéfact que Megumi recherchait et se retrouvera ainsi possédé par Ryomen Sukuna, un démon de classe S, les plus redoutables. Cependant, arrivant miraculeusement à contrôler ce démon et connaissant désormais le monde des exorcistes, il est condamné à mort par l’organisation de ces derniers. Satori Gojo, un professeur et exorciste de renom arrive malgré tout à repousser son exécution, à condition que Yuji mange tous les doigts de Sukuna, éparpillés un peu partout dans le pays.

Il semblerait que ce soit le shonen du moment et je pouvais difficilement passer à côté indéfiniment. J’ai donc enchaîné les 9 tomes, qu’on m’a prêté et je dois avouer être impatiente de lire la suite à la fin du mois !

La première chose que l’on remarque, c’est que l’on est tout de suite plongé dans l’histoire. Dès le premier chapitre, on est embarqué dans le monde des exorcistes et des Fléaux aux côtés de Yuji. De même, le destin du héro est très vite scellé et nous le suivrons lors de missions pour chercher les doigts de Sukuna, et lors de ses entraînements pour maîtriser au mieux ses nouvelles compétences. Dans le même temps, nous découvrirons ses acolytes tels que Megumi, Nobara, leur professeur Gojo ainsi que leurs sempais Panda, Toge et Maki. Mais aussi ses adversaires « amicaux » comme Mai, Aoi, Momo, Noritoshi et j’en passe, qu’ils affrontent lors d’un tournoi. Enfin, nous avons, ce que j’appelle les vrais méchants dirigés par Suguru Geto. Tout cela fait beaucoup de personnages et d’affiliations à retenir en très peu de temps mais heureusement, les personnages sont suffisamment variés et atypiques les uns par rapport aux autres, qu’il n’est guère compliqué de les différencier. Néanmoins, cela soulève un petit défaut que j’ai pu remarquer durant ma lecture.

Dans les shonens plus anciens comme One Piece, Naruto ou Bleach (pour ne citer qu’eux), les mangakas prennent le temps de poser le décor et leurs personnages. Il faut souvent attendre au moins 5 tomes avant que l’histoire démarre réellement. J’ai désormais l’impression que ce n’est plus le cas dans les shonens plus récents. Ce n’est pas désagréable en soi car on rentre direct dans le vif du sujet et nous savons tout de suite à quoi nous attendre. Cependant ça donne un rythme plutôt effrénée à l’histoire et une cadence qu’il faut savoir tenir ensuite jusqu’au bout, ou ajuster en fonction des circonstances. Je n’ai pas trouvé que c’était toujours bien fait ici.

Je passe à chaque fois un très bon moment à lire les tomes mais les arcs se succèdent bien vites à mon goût et nous n’avons ni le temps d’analyser ce qui se passe, ni de profiter des événements qui ont lieu. J’apprécie voir des combats, de l’action, des Fléaux aussi variés que néfastes et les capacités spéciales des personnages mais j’apprécierai davantage si nous avions plus de scènes de la vie quotidienne, et de discussions « au calme » entre les personnages, afin d’avoir plus d’informations sur l’intrigue. Là, ça va parfois beaucoup trop vite. Notamment au niveau de l’évolution de Yuji qui passe de lycéen ordinaire à exorciste de génie en l’espace de quelques tomes seulement. J’exagère mais l’idée est là et ça me fait me poser des questions… Si le mangas est amené à durer, comment le mangaka va faire, au bout d’un moment, pour power-up son personnage de manière cohérente, s’il garde une fréquence pareille ? Je suis à la fois impatiente et soucieuse du résultat. Je crains de me retrouver avec un héro qui stagne ou qui finit par posséder des techniques qui n’ont ni queue ni tête…

Côté personnages, je ne vais pas être très originale si je vous dis que j’adore Gojo non ? Tant pis, c’est le cas ! Il est charismatique mais surtout j’aime sa façon de voir les choses. Il me fait penser à Roy Mustang dans FMA avec son envie de créer sa petite armée de fidèles pour renverser les vieux qui sont bien calés en haut de la hiérarchie. J’aime aussi beaucoup Toge et Megumi pour leurs techniques d’exorcisme. Côté méchants, le personnage de Junpei m’a énormément plu et je suis déçue de ne pas l’avoir vu davantage. C’était un personnage avec un fort potentiel et il aurait mérité qu’on s’attarde plus sur lui.

Enfin, en ce qui concerne les dessins, je les trouve jolis dans l’ensemble même si je remarque de temps en temps des visages et expressions un peu brouillons. Je ne sais pas si c’est le style de l’auteur ou non mais ça donne un aspect ébauche qui ne sied pas toujours à la situation. J’aime aussi l’humour que je trouve bien dosé pour le moment.

Bref, avec ces 9 tomes, « Jujutsu Kaisen » nous offre un début très prometteur. J’ai beaucoup aimé la diversité des personnages et de leurs techniques d’attaque. Certains ont l’air d’avoir un background et un potentiel vraiment très intéressants et je suis curieuse de découvrir ça. L’histoire, quant à elle, est captivante mais s’enchaînent (un peu trop) vite. J’apprécierai si le mangaka pouvait plus prendre son temps pour développer son environnement et les enjeux qui ont lieu entre les différentes factions, plutôt que de passer d’un arc à un autre sans préambule et parfois même sans qu’on saisisse le lien entre les deux.

Découvrez mes chroniques complètes de la saga : Tome #00.

3 réflexions sur “Jujutsu Kaisen #1-9 – Gege Akutami

  1. Ça m’a l’air bien attirant vu comme tu as enchaîné, mais je note aussi tes bémols qui pourraient fortement en être pour moi aussi. Même si ça dynamise l’histoire sur le moment, ça me frustre aussi un peu sur le long terme cette succession de courts arcs dans les shonens modernes comme Black Clover ou MHA 😅

    J'aime

    • MHA je ne lis pas mais Black Clover je suis et c’est vrai que maintenant je me lasse de plus en plus de l’univers et des personnages. Je trouve que ça manque d’originalité et la surenchère commence à être too much =/

      Je pense tout de même que j’aurais moins cette impression avec Jujutsu Kaisen car l’univers m’intéresse plus et je le trouve mieux construit avec un « grand méchant » et des personnages moins nombreux et plus développés. Je n’ai pour l’instant pas la sensation que l’auteur est en train d’écrire son histoire au fur et à mesure.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s