Et je t’ai entendu sourire – Tia Wolff

Note : ★★★★★ (5/5) Coup de cœur
Extrait : « Le jour où tu prendras l’initiative, je te suivrai au bout du monde. – Tu y as déjà été, ça ne serait pas très original. – Je n’y ai jamais été avec toi et ça fait toute la différence. »

EJTAES_ebook-194x300

Titre : Et je t’ai entendu sourire
Auteur : Tia Wolff
Genre : Contemporain
Langue : Française
Pages : 414
Note : 5/5 Coup de cœur

En bref : Un coup de cœur, une pépite, un livre à lire absolument si vous n’avez pas peur de finir en une grosse boule d’émotions. C’est un livre qui se vit plus qu’il ne se raconte. C’est un roman sur la recherche et la reconstruction de soi, sur l’amitié, sur la vie tout simplement. Cela faisait bien longtemps qu’une histoire ne m’avait pas autant bouleversée.

Résumé :

Après avoir eu la force de mettre fin à une relation toxique, Lucie s’envole vers New York pour rencontrer un agent littéraire et passer quelques semaines loin de sa vie parisienne.

Cependant claquer la porte ne suffit pas à guérir les blessures du passé. Alors quand son chemin croise celui d’Andrew, un photographe reporter qui parcourt le monde sans relâche, c’est trop tôt. Beaucoup trop tôt. Leur relation va être marquée par ces fantômes que Lucie pensait avoir laissés derrière elle.

En noir et blanc dans ses clichés à lui, en couleur dans ses mots à elle, leur histoire va évoluer au fil des années. Lucie va apprendre à faire confiance et à se reconstruire à son rythme malgré les épreuves.

Avis :

Etant une des bêta-lectrices de Tia Wolff je lis et chronique ses romans avant leur sortie officielle, il se peut donc que des modifications aient été faites entre temps et que certains des défauts relevés ne soient plus d’actualité.

Bon… Par quoi commencer… Jusqu’à présent, j’ai aimé tous les livres de Tia Wolff car ils nous font voyager et qu’il s’en dégage toujours beaucoup de convivialité et de bienveillance. Cependant, je dois avouer que je ne m’attendais pas à tomber sur une histoire aussi puissante car c’est bel et bien le mot qui décrit le mieux ce roman : Puissant.

Lucie, jeune française, débarque à New York pour quelques semaines. Elle a décidé de prendre de la distance avec son pays d’origine et son passé pour souffler un peu, mais surtout pour rencontrer un agent littéraire américain qui semble intéressé par son ouvrage. En effet, Lucie est déjà l’auteur d’un roman et son éditrice française l’a dirigée vers un de ses contacts pour qu’elle puisse s’exporter. Alors qu’elle s’apprête à sortir de l’aéroport, elle percute un homme et fait tomber son manuscrit qui s’éparpille sur le sol. L’homme l’aide à ramasser ses feuilles et lorsqu’elle croise son regard, c’est ce qu’on pourrait appeler le coup de foudre. Lucie n’est cependant pas là pour ça, et elle se refuse de tomber dans une nouvelle relation alors qu’elle vienne à peine de s’extirper de la précédente. Elle quitte le jeune homme et monte dans un taxi non sans que ce dernier n’ait réussi à lui donner son numéro de téléphone.

Dès le prologue, l’ambiance est mise et je me suis dit « Merde, c’est du sérieux, cette histoire va me chambouler ». Mon instinct ne m’a pas trompé mais j’étais tout de même loin du compte. La deuxième chose que j’ai remarqué, c’est que le roman est entièrement écrit au passé, ce qui est plutôt rare dans ce genre littéraire. Je me suis demandée pour quelle raison Tia Wolff avait choisi cette conjugaison et au fil des pages, plusieurs théories se sont formées dans ma tête, de la plus heureuse à la plus dramatique. C’est vraiment un point qui m’a perturbé, mais dans le sens où il m’a « forcé » à m’investir davantage dans l’histoire et à vivre aux côtés des personnages.

Des personnages qui sont d’ailleurs excellents ! Lucie m’a tout de suite plu et ayant quelques points en communs avec elle, je me suis très vite sentie proche d’elle. J’ai aimé son évolution et ai bien ressenti son conflit intérieur, son envie de se laisser aller mais la peur de retomber dans le même schéma. On découvre des brides de son passé et on comprend petit à petit pourquoi elle a quitté temporairement la France. Ma scène préférée est probablement celle qui suit le moment où elle appelle son ex pour qu’il vienne chercher ses affaires. C’est un passage vraiment anodin, les protagonistes ne font rien d’extraordinaire mais c’est justement la force de cette scène. Parfois, il n’est pas nécessaire de sortir le grand jeu pour combler quelqu’un, des petites intentions valent mieux que des grands gestes et c’est avec cette scène que je suis tombée amoureuse du gars de l’aéroport. L’histoire est encore fraîche dans ma tête et rien que d’y repenser, mes yeux deviennent un peu plus brillants.

D’un côté nous avons Lucie, de l’autre côté de l’Atlantique, nous avons le gars de l’aéroport communément appelé Andrew. Andrew est difficile à décrire… dire qu’il est parfait serait mentir mais il est exactement ce dont Lucie a besoin, bien qu’elle ne le sache pas tout de suite. J’ai aimé sa conception du monde, l’envie qu’il a de poser sa marque et d’ouvrir les yeux des gens sur les événements qui se passent à l’autre bout de la planète mais aussi qu’il ait conscience du danger dans lequel il s’engouffre quand il part en reportage. J’ai tout aimé de lui, chacune de ses actions, chacune de ses paroles, sa spontanéité, sa patience, sa bienveillance et tous ses fameux gestes anodins. Si je l’ai tant aimé, je pense que c’est parce qu’il représente exactement le genre de personnalité et de comportement que je recherche chez un homme. Pour moi aussi il est parfait !

A eux deux, ils forment un couple qui se complètent à merveille, il n’y a vraiment aucune question à se poser. Quand on les voit, c’est une évidence et pourtant, le fait que le texte soit écrit au passé m’a fait douter jusqu’au bout. Pourquoi Lucie raconte leur rencontre au passé ? Est-ce qu’ils se sont séparés ? Est-ce qu’ils ont été séparés ? Est-ce qu’ils ont raté le coche ? Ou est-ce qu’elle est simplement vieille et décrépie et qu’elle se rappelle le bon vieux temps ? Ou qu’elle écrit une autobiographie ? J’étais tellement attachée à Andrew et Lucie que j’enchaînais les pages les unes après les autres sans m’arrêter, en espérant que si je lisais suffisamment vite, le drame, s’il devait y en avoir un, n’aurait pas le temps de se réaliser. Ai-je paniqué en vain ? Je vous laisse le lire pour le savoir !

Je n’ai pas vraiment parlé des personnages secondaires mais il y en a et ils n’ont rien à envier à nos protagonistes. Du côté de Lucie nous avons Vic, sa meilleure amie qui a toujours la patate et du côté d’Andrew, nous avons sa bande de potes composée de Kiara, Abby, Lorenzo, Trevor et Carl. Si vous avez lu Anthea ou Au comptoir des murmures de l’auteur, vous savez à quel point, Tia Wolff est douée pour exprimer l’amitié qui peut exister au sein d’un groupe et c’est une nouvelle fois le cas ici. J’ai aimé évoluer parmi eux, sentir l’amour qu’ils se portent, partager leurs délires, leur moment de stress, de tristesse et de joie. Je me suis sentie aussi vite inclue dans le groupe que Lucie, je me suis sentie chez moi et je n’avais pas envie de les quitter. J’ai particulièrement aimé Carl dont les silences m’ont souvent paru plus éloquent que n’importe quel discours.

Enfin, j’ai aimé que l’auteur ne donnes pas de nom à l’ex de Lucie et qu’elle reste flou sur son identité parce qu’au final, une personne toxique, ça peut être n’importe qui et le fait qu’on ne puisse pas lui attribuer un nom ou un visage permet inconsciemment au lecteur une prise de conscience qu’il n’aurait pas eu autrement, un « Tiens, lui agit de la même façon, ce n’est pas normal. Je devrais peut-être faire quelque chose… »

Bref, comme vous vous en doutez « Et j’ai entendu ton sourire » est un coup de cœur, une pépite, un livre à lire absolument si vous n’avez pas peur de finir en une grosse boule d’émotions. Il y a plein de choses que je n’ai pas dite, plein de sensations que je n’ai pas exprimé mais ce serait vous spoiler et diminuer l’impact que ce roman peut avoir sur vous que de vous raconter tout ça. C’est un livre qui se vit plus qu’il ne se raconte. C’est un roman sur la recherche et la reconstruction de soi, sur l’amitié, sur la vie tout simplement. Cela faisait bien longtemps qu’une histoire ne m’avait pas autant bouleversée et si on m’avait dit que ça serait avec ce roman, je ne l’aurais pas forcément cru.

4 réflexions sur “Et je t’ai entendu sourire – Tia Wolff

  1. C’est une belle récompense de voir que tu t’es sentie à l’aise avec eux et que tu avais l’impression de faire partie de la bande. Merci pour cette chronique détaillée 🤍

    J’aime

  2. Ohlala comme tu donnes envie. L’histoire a l’air superbe et les personnages émouvants et terriblement bien décrits. J’aime les mots que tu choisis pour expliquer qu’Andrew était juste celui dont elle avait besoin. Je sens d’avance mon coeur se déchirer et chavirer avec eux.
    Je note !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s