Le labyrinthe des sentiments – Kou Yoneda

Note : ★★★☆☆ (3.25/5)
Extrait : « Sérieusement, je ne pensais pas aller aussi loin. En fait, tu me donnes envie de faire de drôles de choses. » – « Dans la vie on ne peut pas tout avoir. J’ai donc fini par vivre en renonçant à mes désirs. »

couv33822107Titre : Le labyrinthe des sentiments
Auteur : Kou Yoneda
Genre : Yaoï
Langue : Française
Pages : 208 pages
Note : 3.25/5

En bref : Je n’ai pas apprécié la désinvolture de Togawa ni les raisons pour lesquelles il entame cette relation. Shima m’a plus touché mais je n’ai pas aimé son impassibilité, même si on comprend qu’elle cache sa blessure. Enfin, les dessins qui auraient pu atténuer toute cette façade n’a fait que rendre l’œuvre trop froide pour que je m’y attache.

Résumé :

Le premier jour de son nouveau boulot, Shima rencontre un homme avec une gueule de bois dans l’ascenseur. C’était sa première rencontre avec son nouveau patron, Togawa. Bien que Togawa semble mal élevé et grossier, Shima est touché par la gentillesse qu’il décèle sous cette façade rude. Les deux hommes ont vécu un passé difficile, mais contrairement à Togawa, qui est ouvert en ce qui concerne ses sentiments, Shima semble incapable d’avancer. Quels vont être les conséquences de ces sentiments maladroits ?

Avis :

C’est le premier jour de boulot pour Shima et la journée commence mal avec la rencontre d’un homme puant l’alcool dans l’ascenseur. Cela s’aggrave quand il se rend compte que cette personne est son nouveau supérieur, Togawa. Ce dernier est sans gène et intrigué par le côté sérieux et taciturne de Shima, il va essayer de percer cette façade pour découvrir qui se cache réellement derrière ce petit nouveau. Mais Shima ne veut pas que les problèmes qu’il a eu dans son ancienne boîte recommence et il va tout faire pour ne pas succomber aux avances de Togawa.

Je vais commencer par parler des dessins car j’ai eu un peu de mal avec eux. Pour une fois, j’ai trouvé les cases bien remplis avec des fonds et des nuances de gris qui viennent habillés chaque scène et c’est un bon point mais je n’ai pas aimé le design des personnages, trop filiformes et avec des petits problèmes de proportions par moment. 

Mais mon inimitié envers les dessins est aussi peut-être dû à mon détachement envers les personnages. En effet, que ce soit Togawa ou Shima, je ne les ai pas appréciés.
Pour Shima, même si on comprend d’où il vient et ce qu’il a traversé, son côté renfermé ne m’a pas attiré. Il m’a bien touché une ou deux fois par son envie de se détacher de Togawa et par son incapacité à y arriver mais d’une manière générale, je l’ai trouvé trop froid et impassible tout du long. Néanmoins, je l’ai préféré à Togawa dont la démarche ne m’a pas du tout plu. Il est constamment jovial et on a du mal à comprendre ce qui lui passe par la tête, surtout quand ça concerne Shima. Il semble plus intrigué par le jeune homme qu’autre chose, ce qui fait que lorsqu’il l’embrasse et couche avec lui, cela ressemble plus à de la curiosité mal placée plutôt qu’à de réels sentiments qui naissent envers Shima. Alors que du côté de ce dernier, on voit bien qu’il commence à succomber à la gentillesse de son supérieur. Cette différence dans leurs objectifs, leurs envies ou leur position professionnelle m’a vraiment dérangé et je n’ai pas trouvé le début de leur relation très saine.

Par la suite, ça s’améliore car on sent que pour Togawa ce n’est pas une simple amourette de passage et qu’il commence à s’attacher fortement à son partenaire. Cependant, la désinvolture dont il continue à faire preuve m’a particulièrement agacé…
Un autre point qui manque cruellement dans ce mangas, c’est la communication. Quand on a un protagoniste taciturne et un autre en apparence frivole, je trouve ça important de les faire parler afin que les quiproquos ne s’entassent pas. Ce n’est pas le cas ici et chacun pense connaître les émotions de l’autre comme leurs poches, ce qui entraîne encore plus de moments où nos héros agissent d’une manière détachée.

Tout cela crée une ambiance constamment sombre, froide et triste alors qu’elle aurait pu être douce et chaleureuse avec un Togawa qui redonne goût à l’amour à un Shima désœuvré par la gente masculine. C’est vraiment dommage.

Bref, « Le labyrinthe des sentiments » ne m’a pas convaincu. Il porte cependant bien son nom car avec des têtes aussi hermétiques, il m’a fallu du temps pour être sûr des sentiments des protagonistes, l’un envers l’autre. Je n’ai pas aimé la désinvolture et l’impassibilité de Togawa du début à la fin ni les raisons pour lesquelles il entame cette relation. Au vu de l’état d’esprit de Shima, ce n’était pour moi, clairement pas la bonne approche. Shima m’a davantage touché grâce à son passé mais je ne suis pas fan de sa placidité même si on comprend qu’elle cache une grande blessure. Enfin, les dessins qui auraient pu atténuer toute cette façade n’a finalement fait que l’accentuer et a rendu l’œuvre trop froide pour que je m’y attache.

2 réflexions sur “Le labyrinthe des sentiments – Kou Yoneda

  1. Malheureusement les faiblesses que tu décris dans l’écriture de l’histoire (le manque d’empathie pour les personnages) et de l’intrigue (les problèmes de communication) ne me donne pas du tout envie de tester de yaoi, surtout avec les problèmes de proportions dans les dessins lol

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s