Le Bureau des chats – Kenji Miyazawa

Note : ★★★☆☆ (3.25/5)
Extrait : « Les étoiles les plus brillantes avaient déjà revêtu leur armure d’argent et se montraient dans le ciel lointain en faisant entendre leur chant. »

couv17019985

Titre : Le Bureau des chats
Auteur : Kenji Miyazawa
Genre : Conte
Langue : Français
Pages : 101
Note : 3.25/5

En bref : J’ai trouvé quelques unes des histoires trop abstraites et j’ai mis du temps à comprendre les personnifications de l’auteur. Je suis restée assez confuse quant aux messages qu’il souhaitait nous faire passer. Pour moi, un conte doit véhiculer un message positif, une justice ou une morale quelconque et je ne les ai pas vus ou alors pas compris ici.

Résumé :

Un recueil de contes inédits par l’une des grandes figures littéraires du Japon, dont l’humour et le merveilleux ont toujours, comme chez Andersen, une résonance intime et douloureuse.

Dans un univers de fantaisie et de mystère, ces histoires ont parfois la saveur des fables et ce sont souvent de vrais drames qui ont lieu, dont les protagonistes sont des enfants, des animaux, des plantes ou même des étoiles. Ce n’est pas dans l’intention de divertir les enfants qu’il les écrivit : il portait en lui la nécessité d’écrire ces contes destinés à « un âge universel ».

Avis :

Le Bureau des chats est un recueil réunissant cinq contes : Les Jumeaux du ciel, L’araignée, la limace et le blaireau, Le Bureau des chats, La vigne sauvage et l’arc-en-ciel et enfin Le faucon devenu étoile. Ces histoires ont la particularité de ne jamais faire intervenir d’êtres humains à l’instar des poèmes de Jean de la Fontaine. Les protagonistes sont tous, soit des animaux, soit des éléments de la nature comme la vigne ou les étoiles. Une deuxième particularité est que ces contes ne sont pas destinés aux enfants. En effet, loin d’être mignonne et d’avoir un happy ending, les histoires se finissent en général plutôt mal.

Une fois que nous savons ça, il est je pense plus facile d’apprécier ce livre. Pour ma part, j’ai bien aimé Les jumeaux du ciel même si j’ai mis un temps fou à comprendre l’objet de la personnification de l’auteur et à resituer le lieu du récit. De même Le faucon devenu étoile m’a plu par le sujet qu’il traite : la différence et le rejet. Je dirais ensuite que L’araignée, la limace et le blaireau ainsi que Le Bureau des chats sont les plus abordables au niveau compréhension. Enfin, La vigne sauvage et l’arc-en-ciel est celle qui m’a le moins marqué. Elle est très courte et à vrai dire, je ne me rappelle plus vraiment ce qu’elle raconte au moment où j’écris ces lignes tellement elle m’a laissé indifférente…

Les contes sont sympathiques mais pas transcendantes non plus. Je les ai lu en me demandant souvent où voulait en venir Kenji Miyazawa et qu’elle était la morale de son histoire, qu’est-ce qu’il souhaitait nous dire à travers ses personnages. L’auteur nous parle beaucoup de la nature, de la traitrise, la mesquinerie, la différence, du rejet, de la discrimination,… Ce sont des thèmes qui reviennent fréquemment dans ces histoires mais comme elles finissent au mieux sans aucune justice, au pire mal, je n’ai pas vu la morale ou la pointe d’espoir que je m’attends à trouver dans un conte. Du coup, ça m’a laissé perplexe et dans l’incompréhension la plupart du temps.

Je pense que ce livre mériterait une deuxième lecture plus attentive, peut-être que certains points me paraitraient moins obscurs et que j’arriverai à lire entre les lignes et à entrer dans la tête de Miyazawa. Parce que là c’est assez frustrant d’apprécier la plume de l’auteur, son phrasé, de lire son œuvre et d’avoir l’impression, à chaque fois, d’être à deux doigts de toucher quelque chose d’important mais de passer à côté. Je vois bien les qualités de cette ouvrage mais émotionnellement, ça m’a laissé quelque peu de marbre et c’est dommage.

Bref, je ne dirais pas que « Le Bureau des chats » est mauvais, loin de là, mais il n’est pas ce que j’attends d’un recueil de contes. J’ai trouvé quelques unes des histoires trop abstraites et j’ai mis du temps à comprendre les personnifications qu’a voulu faire l’auteur. De plus, je suis restée assez confuse quant aux messages qu’il souhaitait nous faire passer. Pour moi, un conte doit véhiculer un message positif, une justice ou une morale quelconque et je ne les ai pas vus ou alors pas compris ici. C’est probablement un bon livre mais je ne pense que ce soit un livre fait pour moi.

6 réflexions sur “Le Bureau des chats – Kenji Miyazawa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s