Le Fou et l’Assassin #3-4 – Robin Hobb

Note : ★★★★★ (5/5) Coup de cœur
Extrait : « Tu tiens sa vie entre tes mains, aujourd’hui et chaque fois que tu dégaines ton épée en son nom. Ne le déshonore pas et ne place pas ta vie avant la sienne. » – « On peut suspendre une vengeance, mais non la vie d’un enfant qui grandit. »

9782290143698-475x500-1

Titre : Le Fou et l’Assassin #3-4
Auteur : Robin Hobb
Genre : Fantasy
Langue : Français
Tomes : 6 tomes (terminé)
Note : 5/5 Coup de cœur

En bref : Une suite à la hauteur. Le vrai voyage tarde à venir mais il n’y a guère le temps de s’ennuyer d’ici-là. Entre les bonnes nouvelles dont il faut se réjouir, les incidents qu’il faut traiter et le voyage à préparer, il y a de quoi faire. Le tout est englobé d’une vague de nostalgie qui vient exacerber nos émotions face aux événements qui se déroulent sous nos yeux.

Résumé :

Résumé du tome 3 : FitzChevalerie et le Fou ont changé le cours de l’histoire. Puis leurs chemins se sont séparés. Le bâtard de sang royal s’est détourné de ses activités pour mener une existence paisible à Flétribois, quant à son fidèle compagnon, il n’en a plus entendu parler. Jusqu’à ce qu’il le retrouve, mutilé, au hasard d’une balade avec Abeille. Les graves problèmes de santé de son vieil ami et les intrigues à la cour font baisser la garde de Fitz alors que survient le pire : sa fille est enlevée. Le Fou, au crépuscule de sa vie, a laissé échapper des secrets qui pourraient bien conduire de pâles inconnus à user d’Abeille comme de leur prochaine arme. Mais une magie ancienne coule encore dans les veines de FitzChevalerie Loinvoyant et, bien que ses talents d’Assassin se soient amoindris avec le temps, ennemis comme amis vont apprendre qu’il reste toujours la vengeance à celui qui a tout perdu.

Avis :

Fitz a récupéré le Fou dans un état lamentable et il se rue avec ce dernier à Castelcerf pour lui prodiguer les soins nécessaires. En ce faisant, il laisse Abeille à Flétribois, sous la responsabilité de Lant et Evite. Pendant que Fitz suit la convalescence de son vieil ami et essaye de lui extorquer son histoire, pendant qu’il redécouvre les tractations politiques et commerciales de la cour, Flétribois se fait attaquer et Abeille est enlevée. La nouvelle met du temps à arriver mais quand elle atteint les oreilles de Fitz, celui-ci ne pense plus qu’à les retrouver et se venger. Qui a osé kidnapper son enfant ? Dans quel but ? 

Lorsqu’on voit qu’Abeille est enlevée à la fin du tome 2, je me suis dit que Fitz allait faire un massacre dès qu’il allait apprendre la nouvelle. Cette information met du temps à arriver à ses oreilles et une fois fait, l’aventure ne démarre pas tout de suite. Je ne m’attendais pas à ce qu’il prenne autant de temps à partir à la rescousse de sa fille et je dois avouer avoir pas mal ronger mon frein. Malgré tout, même si l’heure tournait et que j’avais hâte que le départ soit annoncé, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer. En effet, Fitz est de retour à la cour et il faut qu’il se mette à la page aussi bien dans sa façon de s’habiller, que de se comporter. Il faut qu’il se mette aussi à jour sur la politique des Six-Duchés et les relations avec les Montagnes, les Marchands, les Outriliens, etc. Il est resté dans son cocon qu’était Flétribois bien trop d’années, en pensant que le danger était derrière lui et qu’il n’avait plus à s’occuper des tractations de la cour ou à son entraînement au combat. De plus, bien qu’il a l’apparence d’un trentenaire, c’est loin d’être le cas en réalité et s’il tient à la vie, il ne peut plus se permettre de partir sur un coup de tête comme avant.

Tout ça pour dire que même si j’étais impatiente qu’il parte récupérer sa fille et se venger de ceux qui l’ont enlevé mais aussi de ceux qui ont mis le Fou dans cet état, le choix de Robin Hobb d’attendre que Fitz soit requinqué était tout à fait logique. Puis, comme je l’ai dit, il se passe suffisamment de choses à Castelcerf pour que nous n’ayons pas le temps de nous ennuyer.
En effet, entre les scènes de retrouvailles, les connaissances à intégrer sur le voyage qui les attend, la guérison du Fou et les quelques dizaines d’incidents qui surviennent et qui doivent être réglés avant un potentiel départ, Fitz et nous-même avons de quoi nous occuper. Ces deux tomes sont vraiment forts en émotions. Je trouve que toute la série dégage un sentiment de fin, de nostalgie et que Fitz est comme un vieillard qui fait du tri dans ses affaires pour faciliter la vie à ses descendants quand il partira. De ce fait, même une scène en apparence anodine arrive à me mettre la larme à l’œil. On sent que cette aventure sera la dernière à chaque page, chaque mot employé par l’auteur et mon cœur se serre.

En ce qui concerne les personnages, j’ai beaucoup trop d’amour pour eux. Même lorsqu’ils sont agaçants ou décevants, je ne peux les détester. Pour les plus importants, j’ai passé bien trop de temps à leurs côtés pour ne pas comprendre leurs gestes ou leurs paroles. Je suis heureuse à chaque naissance, dévastée à chaque décès, inquiète quand le sort d’un des personnages est incertain. J’ai pris plaisir à retrouver Devoir, Kettricken et d’autres membres de la cour et de la garde. J’ai été ravie de faire davantage connaissance avec Ellianna et ses enfants et même Evite et FitzVigilant ont réussi à me plaire bien que cela arrive tardivement. Robin Hobb a un don pour rendre ses personnages tangibles et humains. Qu’on les aime ou non, il est facile de comprendre leurs sentiments et leurs actions.

Bref, les tomes 3 & 4 de la saga « Le Fou et l’Assassin » nous offrent une suite à la hauteur des premiers tomes. Il faut certes attendre le milieu du tome 4 pour que le voyage commence réellement mais il n’y a guère le temps de s’ennuyer d’ici-là. Entre les bonnes nouvelles dont il faut se réjouir, les incidents qu’il faut traiter et le voyage à préparer, il y a de quoi faire. Le tout est englobé d’une vague de nostalgie et d’un sentiment de fin qui viennent exacerber nos émotions face aux événements qui se déroulent sous nos yeux. J’ai de plus en plus de difficultés à poser mon livre et pourtant, je crains de plus en plus la suite…

Découvrir mes chroniques de la saga complète : Tomes #1-2 / Tomes 5-6

4 réflexions sur “Le Fou et l’Assassin #3-4 – Robin Hobb

  1. Tu décris à merveille l’ambiance lente, nostalgique et terriblement humaine de ces derniers tomes où on sent qu’on arrive sur la fin, que chacun a vieilli et qu’il ne part plus vraiment la fleur au fusil parce qu’il sait combien ça peut être dangereux.
    Je me rappelle aussi avoir beaucoup aimé retrouver chacun d’entre eux même si je rongeais mon frein pour Abeille. Mais, ah le Fou ! Ketriken ! ❤️

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s