L’été devant nous – Jenny Han

Note : ★★★★☆ (3.5/5)
Extrait : « Les deux grands amours de ma vie. J’ai toujours su, je crois, que je deviendrais un jour Belly Fisher. J’ignorais, en revanche, que ça arriverait dans ces circonstances-là. »

couv75878346Titre : L’été où je suis devenue jolie #3 : L’été devant nous
Auteur : Jenny Han
Genre : Romance, Jeunesse
Langue : Anglaise
Pages : 300
Note : 3.5/5

En bref : Un final décevant. Les héros ont des comportements agaçants et/ou incompréhensibles. Je n’ai pas apprécié l’entêtement de Jeremiah et Belly à vouloir maintenir leur mariage, ni l’ambivalence de Conrad. Il y a trop de dramas pour un final évident depuis le début malgré toutes les péripéties que rencontrent notre trio.

Résumé :

Depuis deux ans qu’elle est en couple avec Jeremiah, Belly est presque convaincue d’avoir trouvé l’âme sœur. Presque. Conrad, le frère de Jeremiah, ne s’est pas remis de l’erreur qu’il a commise en laissant partir Belly. Alors, quand ils décident de se marier, Conrad se rend compte que c’est le moment ou jamais : avouer son amour à Belly, ou la perdre pour toujours…

Avis :

Belly sort avec Jeremiah depuis deux ans. Ils sont maintenant à l’université et vivent un amour simple et équilibré malgré quelques disputes. Après une de leur réconciliation, Jeremiah demande la main de Belly. Cette décision fera l’effet d’une bombe auprès de leur famille respective et ce qui devait être un événement heureux se transforme en une montagne d’obstacles à franchir, à commencer par obtenir l’accord de leurs parents. Conrad, quant à lui, n’a jamais pu complètement oublier Belly et cette annonce l’oblige à revoir ses priorités et à penser à son avenir.

Je vais me répéter mais encore une fois, l’auteur a été très brouillon dans la chronologie de son histoire. Deux ans se sont écoulés depuis le tome 2 et Jenny Han fait beaucoup d’aller-retour entre le présent et le passé pour nous raconter des événements clés de la relation qui unit Belly et Jeremiah. Au bout de trois tomes, c’est agaçant de devoir encore reconstituer la frise chronologique du récit pour saisir ce qui se passe dans le présent. Même s’il n’y a rien de compliqué à comprendre, un peu plus d’ordre aurait été apprécié…

En ce qui concerne l’histoire, elle se lit toujours aussi vite et bien mais contrairement aux tomes précédents, je ne l’ai pas trouvé folle. Il y a beaucoup de drama pour un final qui ne me semble pas à la hauteur de ce que la saga dégageait jusqu’à présent. Il y a plein de comportements que je n’ai pas saisi ou qui m’ont déçu.
Le premier fût Jeremiah. J’ai l’impression que l’auteur a tout fait pour qu’on ne l’apprécie pas dans ce tome. Je l’ai trouvé superficiel et immature alors qu’il était si doux et attentionné avant. Il semble demander Belly en mariage juste par peur de la perdre et, par la suite, sous prétexte qu’ils vont faire une cérémonie simple et en petit comité, il prend tout par-dessus la jambe. Il laisse complètement Belly à l’abandon et ne pense qu’à continuer à faire la fête avec sa fraternité. Il y a bien entendu des moments où il est adorable et où il prend les devants mais ils ne sont pas suffisamment présents pour qu’on oublie tout ce qu’il fait de travers. Il a aussi un gros problème d’égo et de confiance dans ce tome, alors certes, c’est justifié mais cela ne fait, au final, que faciliter Belly dans le choix qu’elle doit faire…

Quant à Conrad, je ne le trouve pas beaucoup mieux. Depuis le premier tome je suis mitigée à son encontre. C’est un personnage ambivalent qui tantôt va me toucher par ses blessures, ses attentions et sa maturité et qui, à d’autres passages, va m’énerver au plus au point à cause de ses secrets et de son inconsistance. Il sait que Belly est la femme de sa vie et pourtant, il la « laisse » à Jeremiah pour une raison qui ne m’a pas convaincue. Tout ça pour finir par regretter son choix et vouloir la reconquérir à tout prix. Dans ce dernier volume, j’ai trouvé qu’il avait eu les pires timings possibles pour retenter le coup. Pour quelqu’un qui voulait prendre soin de son frère, c’est raté !

Enfin, entre ces deux garçons se trouve Belly qui m’avait plu jusqu’ici. Je considère que l’amour est une question de sentiments réciproques mais aussi de timing et de confiance. Je croyais que Belly avait compris ça dans le tome 2 lorsqu’elle décide de sortir avec Jeremiah car Conrad est incapable d’assumer ses sentiments et de tenir ses engagements. J’ai aussi apprécié le fait qu’elle donne une deuxième chance à Jeremiah parce qu’un couple, c’est aussi faire des compromis et travailler ensemble, se soutenir pour surmonter les obstacles.
Néanmoins, son entêtement à vouloir maintenir le mariage alors que rien ne va m’a attristé. Cela ressemblait bien plus à une fuite en avant qu’à une décision mûrement réfléchie et implacable. S’ils s’aiment vraiment, ils peuvent bien attendre quelques années en plus non ? Plutôt que de tout organiser en l’espace de quelques mois seulement, sans budget et sans le consentement de leur entourage… Toute cette histoire autour du mariage m’a complètement sorti de l’ambiance du livre. Cette précipitation et cette immaturité ont fait perdre toute crédibilité au récit et aux personnages. De plus, cela rend le dénouement évident et sans saveurs. On suit les protagonistes en attendant juste que la bombe à retardement explose pour remettre de l’ordre dans tout ça. C’est dommage parce que jusque-là, je trouvais que l’auteur s’en sortait plutôt bien avec son triangle amoureux et on pouvait vraiment avoir un doute sur le frère Fisher avec qui Belly finirait.

Bref, « L’été devant nous » nous offre un final plutôt décevant, bourré de dramas. Les personnages ont des comportements qui m’ont soit agacé, soit laissé dans l’incompréhension. Ils sont méconnaissables et je n’ai pas plus apprécié l’entêtement de Jeremiah et Belly à vouloir maintenir leur mariage que celui de Conrad à jouer les girouettes. De plus, même si Jenny Han essaye de garder le suspense jusqu’au bout, le résultat ne fait aucun doute quant au prétendant final de Belly. J’ai un sentiment de « tout ça, pour ça » en refermant ce livre et je doute que ce soit la sensation que l’auteur voulait me laisser…

Retrouvez mes chroniques de la saga ici : Tome 1 / Tome 2.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s