Le Pacte des Yokai #19-25 – Yuki Midorikawa

Note : ★★★★★ (5/5)
Extrait : « Certains privilégient la jeunesse, d’autres veulent vivre avec en eux les marques du passé. Chacun a en lui un désir différent. »

couv9724135Titre : Le Pacte des Yokai #19-25
Auteur : Yuki Midorikawa
Genre : Shojo
Langue : Française
Pages : 28 tomes (en cours)
Note : 5/5

En bref : Malgré une intrigue qui stagne, j’aime la bienveillance et la douceur avec laquelle l’auteur fait progresser Natsume et ses relations. Les rencontres humaines ou surnaturelles, bonnes ou mauvaises, sont autant de moyens qu’utilise l’auteur pour nous décrire avec chaleur et poésie toutes les émotions humaines.

Résumé :

Résumé du tome 19 : A l’occasion d’une partie de pêche entre amis, Natsume remarque d’étranges pierres au bord de l’eau. Plus tard, lorsqu’il revient seul sur les lieux, il fait la connaissance d’un vieux yokaï à la recherche de son apprenti, disparu depuis six mois. Fidèle à son habitude, l’adolescent décide de l’aider.

Avis :

Nous suivons toujours les péripéties de Takashi Natsume et son fidèle compagnon, Nyanko-Sensei. Natsume a la capacité de voir les Yokai, ce qui lui a valu d’être balloté de familles d’accueil en familles d’accueil depuis la mort de ses parents, à cause de son comportement étrange. Aujourd’hui, il vit auprès des Fujiwara en pleine campagne. Natsume a toujours le Carnet d’Amis avec lui, une relique de sa grand-mère et il perpétue sa promesse de rendre à chaque Yokai le nom qui est inscrit dedans, même si cela lui vaut des rencontres parfois déplaisantes.

Tout d’abord côté dessins, j’aime toujours autant. Midorikawa a un style singulier pour du shojo qui se marie néanmoins très bien avec l’ambiance folklorique qu’elle souhaite faire passer. Je suis surtout fan de ses paysages campagnards où transparaissent toute la douceur et la tranquillité du lieu.

Côté ambiance, je rejoins ce que j’ai dit au-dessus et ce que j’ai écrit dans ma chronique précédente de la saga. Les décors, le lieu des actions, la façon dont les personnages s’articulent les uns avec les autres mais aussi le fait qu’il se dégage toujours une certaine mélancolie quand la « mission » du protagoniste se termine, donne une atmosphère zen à l’histoire qui me plaît énormément. Je n’ai pas relu depuis Le Pacte des Yokai, un mangas qui me détend autant et qui dégage autant de douceur et de poésie que celui-ci. C’est parfait pour une soirée cocooning !

Quant à l’histoire, on va être honnête, ça n’avance pas beaucoup. A l’instar de Détective Conan par exemple, le plot est tel qu’il peut plus ou moins durer éternellement. Il y a bien deux-trois rebondissements importants mais globalement les changements sont lents et parfois infimes.
Natsume a muri et s’ouvre de plus en plus, que ce soit auprès des Yokai ou des humains. Il a trouvé en Taki et Tanuma, deux amis vers qui se tourner quand les problèmes avec les Yokai le submergent. Alors qu’avant, il faisait tout pour les mettre à l’écart et les protéger, il leur demande désormais leur aide quand cela est possible. Parmi ses camarades de lycée, il y a Nishimura et Kitamoto et bien qu’ils ne savent rien du pouvoir de Natsume, on sent que ce dernier leur fait confiance et qu’il ne lui en faudrait pas beaucoup plus pour qu’il se dévoile à eux aussi. Il y a vraiment un développement personnel de Natsume qui fait plaisir à voir. C’est gratifiant d’observer son évolution et même si c’est, à chaque fois, des petits pas, il va toujours en avant, avec bienveillance et générosité. J’ai hâte de voir le jour où il pourra dire à tout le monde sans gêne, ni honte qu’il voit les Yokai !

Du côté des exorcistes, Natsume côtoie essentiellement Natori et Matoba, des exorcistes qui ont deux visions bien différentes de la façon dont il faudrait traiter avec les Yokai. J’ai aimé les apparitions de Matoba. On sent qu’il manigance quelque chose et en même temps, je ressens une certaine solitude cachée et une envie d’agir autrement si le poids des responsabilités ne lui pesait pas autant. C’est un personnage bien plus franc que Natori je trouve. J’ai un peu de mal avec ce dernier d’ailleurs. Son sourire enjoliveur et le fait qu’il entraîne Natsume dans des missions sans l’informer au préalable me fait penser qu’il va finir par le trahir, alors même que Natsume lui dévoile des choses que personne d’autre ne connaît…

En ce qui concerne les Yokai, même après 25 tomes, Midorikawa arrive encore à nous présenter des créatures surnaturelles originales, avec une histoire unique et captivante. Certaines problématiques vont se résoudre en un seul chapitre mais de plus en plus, la mangaka prend ses aises et nous offre des récits sur plusieurs chapitres. Cela nous permet de plonger davantage dans cet univers folklorique passionnant et d’en apprendre plus sur l’entourage de Natsume, que nous côtoyons depuis un bon moment maintenant.
Parmi les récits qui concernent des personnages déjà connus et qui m’ont marqué, il y a la rencontre entre Natori et son premier assistant Yokai et celui avec le frère de Taki. Et dans les autres, j’ai été touchée par le laveur de pierre Ishiarai, le réveilleur de roche Mitsumi, Yorishiro, Inanagi et Origami. Ce n’était pas les histoires les plus développées mais il s’en dégageait à chaque fois beaucoup de poésie et de nostalgie.

En bref, « Le Pacte des Yokai » continue à me charmer malgré un fil rouge qui n’avance pas des masses. J’aime la bienveillance avec laquelle Midorikawa fait progresser Natsume et la douceur avec laquelle elle développe ses relations. Les rencontres, bonnes et mauvaises, sont autant de moyens qu’utilise l’auteur pour nous parler d’amitié, d’amour, d’acceptation de soi, de solitude, de regrets,… A travers ces petites histoires de Yokai, toutes les émotions humaines nous sont décrites et nous emportent avec chaleur et poésie. J’ai hâte de lire la suite car pour la première fois de la série, un tome se termine sans que la « mission » en cours ne soit finie et cela annonce peut-être du changement !

3 réflexions sur “Le Pacte des Yokai #19-25 – Yuki Midorikawa

  1. J’aimerais bien reprendre la série mais ce n’est clairement pas une lecture où il est bon d’enchaîner les tomes, je sens, sinon je risquerais de me lasser…
    Question piège : qu’en est-il du papier sur ces derniers tomes ? J’ai entendu pis que pendre sur Tonkam ces derniers temps, alors je suis curieuse ^^!

    J’aime

    • Si tu n’es pas à fond dans l’univers, ce n’est probablement pas une bonne idée d’enchaîner les tomes. Même si les histoires sont assez différentes les unes des autres, ça peut sembler répétitif au bout d’un moment.

      Pour ce qui est du papier, je dois t’avouer que je ne suis pas du tout experte dans la matière. Je n’ai pas l’impression que la qualité soit moins bonne. Il y a mieux et plus épais ailleurs oui mais je ne vois pas de différence avec les anciens tomes 🤔

      Aimé par 1 personne

      • Bon tant que tu sens une continuité, ça me va parfaitement ! J’ai eu la même chose avec Incarnations où je n’ai pas vu la différence avec avant, alors que l’éditeur se fait vilipender ^^!
        Et je note, qu’il vaut mieux espacer les lectures 😉

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s