Central Park – Guillaume Musso

Note : ★★★★☆ (3.5/5)
Extrait : « Il est des épreuves que l’on ne surmonte jamais vraiment, mais auxquelles on survit, malgré tout. » – « Nous souhaitons la vérité, et ne trouvons en nous qu’incertitude. » – « On peut toujours plus que ce que l’on croit pouvoir. »

couv22510522

Titre : Central Park
Auteur : Guillaume Musso
Genre : Contemporain
Langue : Française
Pages : 448
Note : 3.5/5

En bref : Ce ne sera certainement pas mon préféré de Guillaume Musso. Gabriel m’a plu mais j’ai trouvé Alice insupportable du début à la fin et ce, même en connaissant son passé. Quant à l’histoire, je l’ai apprécié jusqu’à ce que le dénouement final nous soit révélé. Là, ce fût la déception…

Résumé :

Alice et Gabriel n’ont aucun souvenir de la nuit dernière…
… pourtant, ils ne sont pas près de l’oublier.
New York, huit heures du matin.
Alice, jeune flic parisienne, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l’un à l’autre sur un banc de Central Park. Ils ne se connaissent pas et n’ont aucun souvenir de leur rencontre.
La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Élysées tandis que Gabriel jouait du piano dans un club de Dublin.
Impossible ? Et pourtant…
Les questions succèdent à la stupéfaction. Comment se sont-ils retrouvés dans une situation aussi périlleuse ? D’où provient le sang qui tache le chemisier d’Alice ? Pourquoi manque-t-il une balle dans son arme ?
Pour comprendre ce qui leur arrive et renouer les fils de leurs vies, Alice et Gabriel n’ont pas d’autre choix que de faire équipe. La vérité qu’ils vont découvrir va bouleverser leur existence…

Avis :

Je continue ma découverte des œuvres de Guillaume Musso avec cette fois-ci, Central Park. J’aime toujours autant le style de l’auteur, c’est fluide, très facile à lire et on entre vite dans l’histoire. Cependant, Alice et Gabriel n’ont pas réussi à me séduire.

Alice est une flic travaillant à Paris et se réveillant un matin, après une grosse soirée entre copines sur les Champs Elysées, sur un banc de Central Park à New York. Comment est-elle arrivée jusque là ? Elle n’en a aucune idée, mais elle est bien déterminée à le découvrir et l’homme qui dort à ses côtés et qui est menotté à elle pourrait bien être la clé de ce mystère. Malheureusement, cet homme, s’appelant Gabriel, est un pianiste qui semble être dans la même situation que la jeune femme. En effet, la veille il donnait un concert à Dublin et il n’a pas le moindre souvenir de sa venue à New York. Désorientés et menottés l’un à l’autre, Alice et Gabriel ne vont pas avoir d’autres choix que de coopérer s’ils veulent savoir ce qu’il s’est passé.

On fait donc la découverte de ces deux personnages en même temps qu’ils se découvrent. J’ai eu beaucoup de mal avec Alice. Elle a vraiment un sale caractère. Toujours à rabaisser Gabriel, à lui donner des ordres, etc. Même si cela peut s’expliquer par son métier dans les forces de l’ordre qui l’a rendu plus méfiante et sceptique face aux dires de ses interlocuteurs, j’ai trouvé ses réactions excessives la plupart du temps. J’avais une grosse envie de lui demander de se calmer ! Son comportement m’a tellement exaspéré que la découverte de son passé n’a pas réussi à m’attendrir comme cela aurait dû se faire. On décèle un personnage meurtri physiquement et psychologiquement, une femme qui a tout perdu et qui est rongé par la vengeance mais malgré tout ça, j’ai eu de grandes difficultés à être de son côté et à la soutenir.
Quant à Gabriel, il est vu comme un homme à femmes aux premiers abords par Alice et c’est probablement une des raisons pour laquelle elle ne le prend pas au sérieux. Par la suite, il se dévoile et nous remarquons que lui aussi a eu son lot de mésaventures. Je l’ai bien plus apprécié que Alice mais ce ne fût pas le coup de cœur non plus.
Leurs passés divulgués vont rapprocher le duo et leur permettre de s’unir face à leur ennemi commun.

La partie « enquête » de l’histoire est rudement bien menée par Guillaume Musso. J’ai eu des difficultés à apprécier les personnages mais l’auteur a tout de même réussi à me transporter grâce à une investigation palpitante. On avance à tâtons, on amasse les indices et on forme petit à petit nos propres hypothèses. Musso sait manipuler son lectorat et l’envoyer droit dans le mur et dans ce livre, cela m’est arrivé un nombre incroyable de fois. Avec les indices récoltés, je formais mon hypothèse mais chaque nouvelle preuve ramassée ensuite venait détruire mon hypothèse précédente. C’était extrêmement frustrant et en même temps, aimant les défis, j’étais encore plus avide de dénicher le vrai du faux !

Tout cela m’a très vite conduit dans la dernière partie du récit, là où la vérité est enfin annoncée et… j’ai été très déçue ! C’est la deuxième fois que l’auteur m’offre un rebondissement qui change toute ma vision du livre. J’avais moyennement apprécié dans La Fille de Papier car je trouvais que ça enlevait du charme à l’histoire mais ici, c’est pour moi, carrément le sens de l’histoire qui disparaît… Je luttais déjà à faire en sorte que les pièces du puzzle s’emboîtent correctement les unes avec les autres et que le tout soit cohérent mais avec cet ultime aveu, l’auteur balaye tout ce qui a été fait avant et nous propose une fin quelque peu tiré par les cheveux.
Alors oui, c’est surprenant, oui ça explique l’incohérence de certains passages mais que c’est tordu ! A la fin de ma lecture, je n’ai eu qu’une seule phrase en tête « Tout ça pour ça… ».

Bref, les personnages de « Central Park » n’auront pas su m’émouvoir à cause de caractères bien trop trempés. Quant à l’histoire, elle démarre au quart de tour et nous entraîne dans la ville de New-York et ses alentours mais ce sentiment de m’être fait arnaquer à la fin m’empêche de garder un bon souvenir de cette lecture. J’aime être berné mais là ce fût too much pour moi…

 

Publicités

15 réflexions sur “Central Park – Guillaume Musso

    • Les incohérences s’expliquent très bien à la fin mais ça m’a donné plus l’impression d’une sortie de secours bâclée parce qu’il ne savait pas comment rendre le tout cohérent plutôt qu’un réel plot twist (même si au vu de ces précédents ouvrages, c’était sûrement planifié).

      J’ai passé un bon moment au final mais ouais la fin m’a laissé perplexe…

      Aimé par 1 personne

      • C’est souvent le cas avec Guillaume Musso, la fin laisse à désirer. J’ai eu le cas avec L’instant présent.
        Il faut toujours qu’il explique tout et qu’il rationalise son histoire, c’est un peu dommage qu’il ne laisse pas plus de place au mystique comme il le faisait avant.

        J'aime

      • Moi je pense prendre son prochain roman qui sort à la fin du mois. Ça fait 2-3 ans que je n’en ai pas lu, ça sera l’occasion de m’y remettre 😁

        J'aime

      • Impatiente d’avoir ton avis dessus !

        Pour ma part, j’ai commencé à les acheter en version pocket donc je vais probablement rester sur cette lancée et prendre les autres en attendant que son dernier opus sorte en version poche ^^

        Aimé par 1 personne

      • Central park a été mon tout 1er Musso et celui qui m’a donné l’envie de lire tous les autres , chose qui est « presque » faite aujourd’hui.
        Un roman palpitant du début à la fin .
        Je recommande vivement !!

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s