Elles – Virginia Woolf

Note : ★★★☆☆ (3.25/5)
Extrait : « Chaque jour, elle élaborait des théories aptes à orienter toute une vie, et chaque jour elle heurtait de plein fouet chez les autres le roc des préjugés. (Mary Wollstonecraft) »

couv61840983

Titre : Elles
Auteur : Virginia Woolf
Genre : Essai
Langue : Française
Pages : 155
Note : 3.25/5

En bref : Virgnia Woolf présente dans ce livre des femmes qui se sont démarquées chacune à leur époque d’une manière qui n’a pas toujours plu à la société. Bien que l’idée soit bonne, la plume de l’auteur n’a pas réussi à m’embarquer auprès de ces femmes et j’ai souvent décroché.

Résumé :

Elles sont grandes dames ou simples bourgeoises, débutantes ou femmes du monde. Elles vivent à la Renaissance, en pleine Révolution française, au début ou à la fin du XIXème siècle. Elles fréquentent qui les rois, qui les anarchistes, qui les philosophes. Le plus souvent, elles sont éclipsées par leur père, par leur frère, par leur mari, voire par leur créature. Mais leur point commun n’est pas leur sexe; c’est le courage avec lequel elles s’élancent dans le vide – celui de la page blanche – pour découvrir en vol des espaces inconnus.
Le portrait que Virginia Woolf consacre à chacune d’entre elles fait à chaque fois vibrer une sensibilité unique, précieuse, plus rare que ne furent jamais les diamants. Son livre n’est pas celui d’une militante. De salons en imprimeries, dans la paisible campagne de Madame de Sévigné ou parmi l’activité bouillonnante des poètes métaphysiques, Virginia Woolf, si rarement à l’aise en société, ne construit pas un mausolée aux Grandes Dames. Parmi les figures éternelles du génie féminin, la plus drôle d’entre elles se choisit des amies, simplement.

Avis :

Dans ce livre, Virginia Woolf nous fait le portrait de sept femmes : Dorothy Osborne, Mary Wollstonecraft, Dorothy Wordsworth, Géraldine Jewsbury, Jane Carlyle, Sara Coleridge et Madame de Sévigné, tantôt en nous racontant leur vie de A à Z, tantôt en nous exposant juste un pan de leur histoire. A chaque fois cependant, elle nous expliquent comment et pourquoi ces femmes n’étaient pas tout à fait comme les autres.

J’ai vraiment aimé le principe de ce livre. A part Madame de Sévigné, je ne connaissais aucune des personnalités présentées, probablement parce qu’elles sont anglaises et que la littérature étrangère est rare dans le programme scolaire. Elles ont toutes comme point commun les mots. Que ce soit sous forme de poèmes, de livres ou de lettres, elles en ont fait une grande partie de leur vie avec plus ou moins de succès. Je n’ai pas pu m’empêcher d’aller regarder plus en détails sur internet ce qu’elles avaient vécu et j’ai pu remarquer que malgré les siècles passés, les problématiques restaient les mêmes et que la mentalité n’avait que peu évolué…

Parmi les portraits, j’ai particulièrement apprécié ceux de Géraldine et Jane. On peut difficilement parler de l’une sans mentionner l’autre et j’ai aimé la relation ambiguë et tumultueuse qu’elles semblent avoir eu tout au long de leur vie. Les portraits de Mary Wollstonecraft et Dorothy Wordsworth étaient aussi intéressants. Le premier parce qu’on découvre un mari qui n’a pas hésité à mettre en péril sa réputation pour publier le livre de sa femme. On dit souvent que derrière chaque homme se cache une femme mais l’inverse est aussi possible ! Le deuxième car le frère de Dorothy n’aurait probablement pas eu le même succès si ça sœur n’avait pas été derrière lui.

Tout ça était fort cultivant mais (parce qu’il y a toujours un mais xD), je n’ai pas vraiment accroché à la plume de l’auteur. Pour le coup, je m’attendais à des récits factuels et le côté poétique et abstrait qui ressortait du style d’écriture de Virginia Woolf n’a pas réussi à m’embarquer complètement dans la vie de ces femmes.

Bref, avec « Elles », Virginia Woolf nous fait découvrir la vie de sept femmes qui ont changé la littérature mais qui ont aussi contribué à l’émancipation des femmes à plus ou moins grande échelle. Le fond était vraiment bon mais la forme m’a empêché d’apprécier ce livre à sa juste valeur. J’avais prévu de lire d’autres ouvrages de cet auteur mais finalement je crois que je vais m’abstenir car, bien que ses sujets soient intrigants, sa plume ne me correspond pas.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s