Blue Flag – Kaito

Note : ★★★★★ (4.5/5)
Extrait : « Tout ce qu’on peut faire, c’est choisir la voie qu’on croit être la meilleure pour nous. Les réactions des autres ne dépendent pas de nous. Même si ce sont des proches, se tourmenter et se démener n’y changera rien du tout ! »

couv58481168Titre : Blue Flag
Auteur : Kaito
Genre : Seinen
Langue : Française
Tomes : 8 tomes (terminé)
Note : 4.5/5

En bref : Malgré un début classique et des héros que j’ai mis du temps à aimer, Blue Flag se révèle être un mangas aux sujets forts et aux discours percutants. On y parle des genres, de l’amour, de l’amitié, des étiquettes que la société nous impose et ce, avec justesse et ouverture d’esprit. Cela respire la tolérance, l’amour et la communication.

Résumé :

Au printemps de leur année de Terminale, trois élèves se retrouvent à un carrefour de leur vie. Taichi est dans la même classe que Toma, un ami d’enfance à qui tout réussi et que Futaba, une fille qu’il a du mal à supporter. Un jour, Futaba se confie à lui et lui avoue qu’elle est amoureuse de Toma. Un instantané sensible et saisissant de la jeunesse d’aujourd’hui.. L’auteur dynamise le motif classique du triangle amoureux avec des personnages réalistes et complexes.

Avis :

Blue Flag est un mangas dont j’ai entendu parler à sa sortie et dont chaque tome a fait beaucoup de bruit. Le dernier tome semble d’ailleurs avoir divisé les lecteurs et j’étais donc curieuse de savoir pourquoi certains avaient trouvé la fin parfaite et d’autres avaient été très déçus.

Le mangas démarre en douceur et avec un pitch de départ qu’on retrouve dans certains shojos : la jeune fille qui réclame l’aide d’un garçon pour conquérir une tiers personne. Sauf qu’ici, j’ai trouvé les personnages plus singuliers. Tout d’abord Taichi n’est pas le pro de la drague ou le mec populaire du lycée, bien au contraire, il reste dans son coin avec son cercle d’amis et est peu engageant. C’est un lycéen tout ce qu’il y a de plus banal à vrai dire.
Futaba, elle, est timide et maladroite, elle perd à chaque fois ses moyens devant Toma, ce qui oblige Taichi à lui venir en aide constamment.
Individuellement, ce sont deux personnages qui m’ont plu et dont j’ai aimé l’évolution globale mais ensemble, c’est un duo qui m’a insupporté la plupart du temps… Dès que l’un rougit, l’autre rougit aussi, dès que ça panique d’un côté, l’autre côté panique aussi, bref, je les ai trouvé niais et gênants. Ils étaient tellement maladroits ensemble que ça me mettait mal à l’aise. J’avais l’impression d’avoir des enfants devant moi, ça pouvait être assez agaçant par moment.
Quant à Toma, je l’ai beaucoup aimé au début mais je dois avouer que dans les derniers tomes, je l’ai trouvé assez fade comparé à d’autres personnages. A part quelques passages clés où il m’a touché (avec son frère notamment… quelle claque !), il n’était pas assez expressif à mon goût.

En ce qui concerne les personnages secondaires, je les ai adoré ! Kaito utilise ses protagonistes et leur fait vivre tout un tas d’événements dans le but de faire parler ses personnages secondaires sur des thèmes précis. J’ai trouvé ce principe très ingénieux de sa part et c’est, pour moi, tout ce qui fait le charme de cette série. Des sujets traités et développés avec justesse. Nous retrouvons des thèmes classiques mais néanmoins importants comme trouver sa voie professionnelle, savoir faire face à une déception amoureuse, dissocier l’amour et l’amitié, etc. Mais nous avons aussi des sujets plus complexes et moins répandus. C’est ceux-là qui m’ont marqué et qui m’ont fait adoré des personnages tels que Mami, Masumi ou encore les amis de Toma, qui se font plutôt discrets. Alors que les premiers tomes sont banals dans leur construction avec un triangle amoureux, des quiproquos et des scènes de la vie quotidienne qui n’apporte, à première vue, rien de plus, les trois-quatre derniers tomes sont majestueux !

Par exemple, j’étais un peu sceptique sur Mami et son changement soudain de comportement mais elle m’a totalement conquise avec son discours enflammé sur la difficulté qu’elle a à être amis avec la gente masculine sans que ces derniers tombent sous son charme ou que les autres filles pensent qu’elle les aguiche. C’était une diatribe puissance et qui, couplée à son flashback m’a beaucoup ému ! Comme d’autres, je suis tombée dans le panneau et j’ai, moi aussi, eu des préjugés sur ses intentions et je m’en suis voulue d’avoir pensé ainsi.
Masumi, quant à elle, m’a surtout touché lors de sa discussion avec Akiko sur la définition de la normalité, sur le fait d’être mis dans des cases et d’avoir peur d’en sortir et de perdre le soutien de son entourage. On sent son combat intérieur, ses craintes et voir sa carapace se briser devant la belle-sœur de Toma était émouvant.

Enfin, dans les amis de Toma, Shingo m’avait déjà tapé dans l’œil (bizarrement) mais Kensuke, Shoko et Sayaka me sont complètement passés au-dessus de la tête. Je n’attendais rien d’eux et j’ai été agréablement surprise par ces personnages et leur discussion sur les rumeurs, la fidélité et surtout sur les révélations de Toma.
Lorsque je parle de sujets clivants avec mes amies, je suis rarement d’accord avec elles car, alors qu’elles ont des avis plutôt arrêtés sur les questions, je suis du genre indécise. Je me mets dans la peau de chacun, ce qui fait que bien que je comprenne leurs points de vue, j’ai aussi conscience du point de vue de « l’autre camp » et je peux difficilement dire « Oui, tu as raison » ou « Non, tu as tort ». Tout ça pour dire que Kaito m’a ravie lorsque, au sujet de Toma, il a exprimé les opinions de tous les personnages présents et que personne n’était d’accord. C’est écrit avec justesse, sensibilité et perfection ! Même si ça fait beaucoup de chapitres « bla bla » qui s’enchaînent, ce sont des discours qu’il est nécessaire d’entendre et qu’il faut prendre le temps d’exprimer clairement. Le monde n’est pas tout noir ou tout blanc, si on n’apprécie pas quelque chose, c’est qu’il y a peut-être une bonne raison. C’était une longue discussion prônant la tolérance, l’écoute et la communication, c’était parfait !

Je pourrais encore mentionner plein d’autres passages qui m’ont marqué, d’autres qui m’ont agacé, ou vous parlez du coup de crayon et de la mise en page du mangaka qui sont maîtrisés l’un comme l’autre. Je pourrais aussi vous détailler les raisons qui m’ont fait aimé la fin sans l’approuver à 100% mais ma chronique serait interminable alors je passe à la conclusion !

Bref, « Blue Flag » est une série qui est montée crescendo dans mon cœur. Le début m’a paru bien écrit mais plutôt classique avec des héros que j’ai mis du temps à apprécier. Cependant, au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire, que les personnages se dévoilent, que nous voyons les obstacles qui sont devant eux, nous faisons face à des discours poignants, percutants et bourrés de vérité. Je n’ai pas le souvenir d’avoir lu une autre série qui parle aussi bien de l’amitié homme/femme, de la ligne qui sépare l’amitié et l’amour et qui donne une voix bien distincte à chacun. Voilà un mangas qui respire la tolérance, l’amour sous toutes ses formes et les difficultés de vivre dans une société qui ne peut pas s’empêcher de nous mettre dans des cases. J’approuve et je recommande pleinement pour les petits comme pour les grands !

7 réflexions sur “Blue Flag – Kaito

  1. Superbe chronique !
    Tu mets parfaitement en avant ce qui m’a plu, touchée et marquée dans ce titre.
    Moi aussi, j’ai adoré la façon qu’elle avait de faire parler des personnages secondaires avec une rare honnêteté et tolérance. Je suis archi fan de Mami et Masumi pour ça. En revanche je n’ai jamais accroché à Futaba…
    Quant à la fin, moi je l’ai trouvée quasi parfaite 😆

    J'aime

    • Mami est probablement le personnage qui m’a le plus marqué. Elle paraissait tellement insipide au départ à courir après Toma et faire des coups foireux. Je me suis prise une grosse claque !

      Futaba m’a insupporté du début à la fin… (déjà elle se coupe les cheveux juste après une phrase lancée au hasard d’une personne qu’elle connait à peine, tu vois qu’il y a un soucis 😑) et son couple était tellement gnan-gnan, ça me donnait de l’urticaire 😂

      Taichi, j’ai eu du mal aussi mais finalement j’aime bien le chemin qu’il fait. Il ne se braque pas et prend vraiment en considération tous les points de vue. On le voit surtout lorsque les amis de Toma discute et qu’il ne parle pas mais observe et écoute bien les discours de chacun 👍.

      J’ai bien aimé la fin mais je m’attendais a quelques chapitres intermédiaires quand même. Je l’ai trouvé assez brutale 😅

      Aimé par 1 personne

  2. J’avais justement peur du côté un peu trop classique shojo du début, ayant lu don’t fake your smile dernièrement ça se rapprochait un peu trop pour moi en thème de résumé ! je retiens la série en tout cas et je me la procurerai peut être un jour car je n’en vois que des éloges 😀

    J'aime

    • Ça reprend quelques codes du shojo au début mais c’est avant tout un seinen et on le voit de plus en plus par la suite avec la façon dont les sujets sont traités et le comportement des personnages je trouve.

      C’est une petite série en plus donc tu peux te lancer sans soucis 😀

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s