Après la pluie – Jun Mayuzuki

Note : ★★★★☆ (4/5)
Extrait : « Les fleurs fanent après avoir fleuri et la vie ne revient pas en arrière. Il faut continuer à profiter de l’instant présent. »

couv56991539Titre : Après la pluie
Auteur : Jun Mayuzuki
Genre : Seinen
Langue : Française
Tomes : 10 tomes (terminé)
Note : 4/5

En bref : Un mangas poétique avec des dessins simples mais expressifs. Les protagonistes sont touchants et leur évolution maîtrisée. Les autres ajoutent un aspect tranche de vie qui accentue l’ambiance bienveillante. Les défauts : la fin brutale et des mots que je ne voulais pas entendre afin de conserver la magie qu’il y avait entre nos héros.

Résumé :

Akira, 18 ans, travaille après ses cours dans un Family Restaurant.
Elle est secrètement amoureuse du gérant, Masami Kondo, un homme de 45 ans, divorcé, ayant un enfant. Il n’est ni beau ni charismatique, juste un homme ordinaire, un peu fatigué, désillusionné, conscient de sa situation et de son âge qui avance.
Face à la poésie du sentiment amoureux qu’éprouve Akira, Masami va prendre conscience de l’importance de vivre ses passions.

Avis :

Depuis qu’Akira Tachibana s’est blessée à la course, elle a décidé de ne plus aller à son club d’athlétisme. A la place, elle a commencé un petit boulot après les cours dans un restaurant familial. Là-bas, elle fait la rencontre de Masami Kondo, le gérant de l’établissement. Un quarantenaire gentil, maladroit et peu respecté par ses collègues. Malgré tout, pour Akira, c’est justement les défauts qu’on lui reproche qui l’attire et qui l’a fait tomber amoureuse de lui.

Après la pluie est une série qui se lit très vite. Les tomes sont courts et l’ambiance est telle que les pages défilent sans qu’on y prenne garde. Le coup de crayon de Jun Mayuzuki dégage beaucoup de poésie et de mélancolie. C’est difficile à expliquer avec des mots mais pendant ma lecture, j’ai eu une sensation de sérénité, de douceur comme si j’étais dans un cocon et que tous les bruits alentours avaient été masqués. Cette impression s’est encore plus accentuée dans les derniers tomes, lorsque la neige tombe sur nos protagonistes. Ce fût une lecture reposante et réconfortante dans l’ensemble.

Si j’ai eu cette sensation, c’est grâce aux dessins mais aussi grâce aux personnages principaux. Que ce soit Akira ou Kondo, ils sont tous les deux à un stade de leur vie où ils sont un peu perdus, où ils stagnent, (Akira à cause de son accident et Kondo depuis son divorce) et c’est en se côtoyant qu’ils vont retrouver leur chemin.
J’ai beaucoup aimé les personnages et leur évolution. C’est plutôt lent mais ça a le mérite d’être constant, progressif. J’ai aimé la candeur et la spontanéité d’Akira. C’est une jeune femme aux sentiments purs et qui, malgré un visage souvent stoïque et froid, exprime facilement ses émotions quand il s’agit de la personne qu’elle aime. Son amour pour Kondo m’a touché et sa passion pour l’athlétisme m’a conquis. On ressent vraiment son envie de courir de toutes ses forces et sa peur de faire une rechute et de ne plus jamais pouvoir sprinter. Pourtant les planches que nous dessinent la mangaka dans ces moments-là sont plutôt simples, mais tellement expressives. De ce côté là, je n’ai rien à redire, c’est parfaitement maîtrisé et j’ai aimé de A à Z ce que l’auteur nous a développé sur ce sujet.

Du côté de Kondo aussi, je suis satisfaite. On lui découvre une passion pour les livres et l’écriture et j’ai adoré ce que Mayuzuki a fait avec son personnage. J’aurais d’ailleurs apprécié que ça arrive plus tôt dans l’histoire et qu’on découvre le résultat de son dur labeur. Là où ça a un peu plus coincé par contre, c’est la romance entre Kondo et Akira.
Je dois avouer qu’au début, j’étais un peu en mode « Eurk » devant la façon dont Akira rougit à chaque fois qu’elle pense à son patron… non pas parce qu’ils ont une grande différence d’âge mais parce que l’auteur nous dépeint un gérant vraiment peu reluisant (braguette ouverte, odeur désagréable, aucune autorité,…). Néanmoins, au fur et à mesure, on apprend à le connaître à travers les yeux de la jeune fille et j’ai fini par l’apprécier et comprendre ce qu’elle pouvait bien lui trouver. A partir de là, c’était intéressant de suivre les deux personnages et de regarder Akira faire de son mieux pour que son amour soit réciproque et de l’autre voir Kondo vivre une seconde jeunesse, être flatté par les attentions d’Akira tout en ayant conscience de son âge et de sa position.

Là où ça ne m’a pas plu, c’est la suite et fin que l’auteur donne à leur couple. Je vais devoir spoiler donc ne lisez pas la suite si vous ne voulez pas savoir. [SPOILER] J’aimais beaucoup le flirt et les sous-entendus qu’il y avait entre les deux. On sent que Kondo se laisse tenter et qu’il prend plaisir à être aimé. Il ne pensait pas que ça lui arriverait à nouveau et c’est un bol d’air frais pour lui. Par contre, dès qu’il dit « Je l’aime », ça a tout gâché. Pour moi, c’est le récit de deux personnes qui ont un manque dans leur vie, qui se rencontrent, se soutiennent et se motivent mutuellement à retourner vers leur passion. Je ne sais pas si c’est l’ambiance ou quoi mais je n’imaginais pas l’histoire autrement que comme un premier amour qui n’abouti pas pour Akira, alors quand Kondo prend conscience qu’il l’aime aussi, le soufflet est retombé direct. Finalement, il ne lui avoue jamais ses sentiments et lui met rapidement un stop mais « le mal » était fait et j’étais un peu déçue. Surtout que la fin est du coup un peu brutale entre eux. [/SPOILER]

Bref, « Après la pluie » est une saga qui dégage poésie et mélancolie grâce à des planches simples mais expressives. Les personnages principaux sont au départ désœuvrés mais grâce à un soutien mutuel, ils reprennent petit à petit leurs marques et le chemin vers une passion qu’ils pensaient perdu. C’est touchant et maîtrisé, j’ai passé un excellent moment en leur compagnie. Je n’ai pas parlé des personnages secondaires parce qu’ils ne sont pas beaucoup développés mais ils ajoutent un aspect tranche de vie qui était sympathique et qui accentue cette ambiance cocooning. Le seul défaut que je reproche à ce mangas, c’est la tournure des événements côté amour entre Akira et Kondo. Le dénouement à ce sujet m’a paru assez brusque et j’aurais préféré que certains mots ne soient jamais prononcé afin de conserver la « magie » qui s’exerçait entre eux.

5 réflexions sur “Après la pluie – Jun Mayuzuki

  1. J’ai beaucoup aimé cette série pour les qualités que tu fais ressortir. Comme toi, j’ai été un peu déçue de la fin, je la trouvais à la fois abrupte et pas assez claire, comme si en fin de compte on ne savait pas trop ce qu’il advient des personnages et de leurs sentiments.

    J’aime

  2. Très bel avis. Tu as parfaitement souligné tout ce qui m’a plu : la beauté des dessins et de la mise en page, la lente évolution des personnages, leurs beaux portraits, et leurs passions respectives.
    Mais comme toi, j’aurais préféré que l’auteur s’arrête avant certains mots, c’aurait été d’autant plus beau, là c’est juste malaisant…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s