Les Chroniques de Bane – Cassandra Clare

Note : ★★★★☆ (3.75/5)
Extrait : « – Je suis déjà venu ici, il y a cinquante ans, expliqua Magnus. Un bien agréable séjour, si on fait abstraction du tremblement de terre qui a failli engloutir la ville.
– Tu avais quelque chose à voir avec ce tremblement de terre ?
– Dis donc, je ne suis pas à l’origine de toutes les catastrophes naturelles ! »

couv4288999
Titre :
 Les Chroniques de Bane
Auteur : Cassandra Clare
Genre : Jeunesse, Fantastique
Langue : Anglaise
Pages : 507
Note : 3.75/5

En bref : Une compilation fort sympathique de onze histoires autour du warlock Magnus Bane. Certaines histoires étaient beaucoup mieux que d’autres mais c’était intéressant de suivre les rencontres et les péripéties de Magnus à travers les siècles. C’est encore un bon complément à la saga.

Résumé :

It’s not easy being Magnus Bane. As a warlock, he’s often called upon to fix the problems of others. His life has been long, and his loves have been many. And Magnus as a way of making sure he’s at the right place at the right – or perhaps wrong – time. The French Revolution, Prohibition, the great blackout of NYC, the first great battle between Valentine and the New York Institute… Magnus was there, and usually in the middle of it. But smuggling Marie Antoinette out of France is nothing compared to loving a vampire like Camille Belcourt – Or having a first date with Alec Lightwood.
Though Magnus’s tale is far from over, these stories shed a little light on his often inscrutable character.

Avis :

Tout comme Tales From The Shadowhunter Academy, je vous déconseille de lire cet article si vous n’avez pas au moins lu la saga The Mortal Instruments. Les histoires contées dans cet intégrale ne dévoilent pas d’éléments importants de cette saga mais si vous voulez profiter un maximum de votre lecture, il est préférable de lire Les Chroniques de Bane après The Mortal Instruments.

Cette compilation se concentre sur le warlock, Magnus Bane. C’est une sorte de journal intime ou de carnet de voyage où Magnus nous raconte des événements importants de sa vie des années 1791 à aujourd’hui. On suit Magnus au Pérou, à Paris, à Londres puis à New-York. Il existe en tout onze histoires :
– Ce qu’il s’est vraiment passé au Pérou
– La Reine en fuite
– Coup de foudre à l’anglaise
– L’héritier de minuit
– L’origine de l’Hôtel Dumort
– Il faut sauver Raphäel Santiago
– Débacle à l’Hôtel Dumort
– Le grand amour de Magnus
– La dernière bataille de l’Institut
– A la poursuite de l’amour
– Le répondeur de Magnus

Je n’ai pas spécialement aimé Ce qu’il s’est passé au Pérou. Bien qu’on en apprend davantage sur la relation entre les warlocks Magnus Bane, Catarina Loss et Ragnor Fell, je n’ai pas été transportée par l’histoire qui m’a laissé indifférente. La suite m’a cependant un peu plus convaincue avec une histoire qui se passe dans la capitale parisienne à l’époque de Marie-Antoinette. C’était mieux écrit mais pas non plus exceptionnel.
C’est à partir de la troisième aventure, Coup de foudre à l’anglaise, que je suis vraiment rentrée dans le livre. Elle se passe à Londres à une époque beaucoup plus récente et dedans, Magnus est le représentant des warlocks dans le cadre de la création des Accords, un pacte de paix entre les Shadowhunters et les Downworlders. J’étais ravie d’en apprendre plus sur Les Accords dont on entend si souvent parler dans The Mortal Instruments ainsi que de la relation entre Magnus Bane et Camille Belcourt, alors représentante des vampires. Leur relation pleine de sous-entendus est assez spéciale et on la retrouve à plusieurs reprises par la suite.
Là où j’ai vraiment accroché cependant, c’est les histoires autour de Raphäel Santiago et l’Hôtel Dumort. Raphaël est un personnage que j’aime beaucoup dans The Mortal Instruments et j’ai été ravie de connaître ses origines et sa relation avec Magnus Banus. J’ai dévoré son histoire !
Dans un autre registre, toutes les histoires autour de Magnus Bane et Alec Lightwood étaient excellentes. J’ai beaucoup ri en les voyant si maladroit l’un envers l’autre (même Magnus qui a pourtant des centaines d’années d’expérience). Ils étaient adorables !

Malgré un début plutôt moyen, cet intégrale se rattrape ensuite avec des histoires en lien plus étroites avec le monde des Shadowhunters et la saga The Mortal Instruments. La désinvolture de Magnus est toujours aussi marrante et l’origine des relations avec Raphaël, Camille et Alec étaient passionnantes à découvrir. L’intégrale n’est pas encore disponible en France mais chaque histoire peut néanmoins être lu séparément en ebook aux éditions 12-21. Ce fût encore un complément à la saga fort sympathique et je le recommande à tous les fans de l’univers de Cassandra Clare.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s